Site icon Café Crème Sport

Profil NBA Draft 2021 : Charles Bassey, le phénix nigérian

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Après une March Madness qui a, comme à son habitude, réservée son lot de surprise, la draft NBA 2021 est la nouvelle date importante pour les prospects NCAA et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

Charles Bassey

Credits : MajorWager.com

Date de naissance : 28 octobre 2000 – Classe : Junior

Université : Western Kentucky (Conf-USA) – Bilan 2020/2021 : 21v/8d

Poste : Pivot (#23)

Mensurations
Taille : 211 cm – Poids : 107 kg – Envergure : 222 cm

Statistiques saison
28 matchs joués // 17,6 pts // 11,6 reb // 0,7 ast // 0,4 stl // 3,1 blk
30,4 minutes joués/match // 59,% FG // 30,5 % 3pts // 75,9 % FT // 2,2 Tov // 2,4 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF
Bassey c’est l’histoire d’un gamin qui découvre le basket sur le tard à 12 ans, au Nigéria, alors que ce sport ne l’attire pas, lui qui ne jure que par le football. Très rapidement né autour du jeune Charles une hype locale, à 14 ans et mesurant déjà 208 cm, il décide de quitter sa famille pour intégrer Saint Anthony High School au Texas avec laquelle il sera champion d’état. Une année sans jouer plus tard il se retrouve à l’Aspire Academy près de Louisville ou il tourne en moyenne à quasiment 20 points, 15 rebonds et 5 contres. Il est alors reconnu de façon unanime comme une recrue 5 étoiles. Malgré des offres de UCLA et Baylor, il choisit, à la « surprise » générale Western Kentucky. Sa première saison est prometteuse, le pivot nigérian finissant son année freshman avec un double double de moyenne 14,6 pts et 10 rebonds. Il sera récompensé en étant dans la conférence USA nommé dans le meilleur 5 défensif, meilleure équipe, meilleur 5 freshman et remporta le titre de freshman de l’année de sa conférence (rien que ça..). Il test logiquement sa côte à la draft avant de rempiler avec les Hilltopers. Après 10 matchs lors de sa saison sophomore, lors d’un match face à Arkansas, coup d’arrêt brutal Charles se casse le tibia et sera éloigné des terrains pendant 10 mois. Son avenir professionnel s’assombrit. Il profite de la pandémie et de son arrêt forcé pour travailler son corps et revenir plus fort pour sa saison junior. Challenge relevé, jugez plutôt : 17,6 pts 11,6 rebonds 3,1 contres le tout à quasi 60% de réussite globale. Fer de lance de son équipe, il se fera stopper pour le titre de tournoi de conf Usa par North Texas avant de s’incliner au NIT face à Louisiana Tech. Une belle saison donc mais sans titre.

Sans surprise Bassey se déclare à la draft, après une année aboutie sur le plan individuelle ou il remporta le titre de joueur de l’année de la (modeste) conférence USA. Un come back espéré mais pas forcement attendu tant on sait qu’une grave blessure peut ruiner la carrière d’un jeune joueur. De quoi en faire un « no brainer » pour une franchise NBA en manque de solutions au poste de pivot ?

DESCRIPTION DU JOUEUR
Il y a chez Bassey un coté force brute, tank aussi. Un physique qu’il a commencé à sculpté mais qui ne semble pas encore être poussé à son maximum. Il bouge assez bien ses 107 kilos sans être ultra explosif, sa vitesse de course est intéressante sans avoir une vraie explosivité au démarrage. Un des atouts majeurs est son envergure de 222 cm qu’il commence à exploiter mais où la marge de progression est réelle. Un physique un peu « raw » donc mais que les scouts NBA apprécient et que les franchises aiment polir.

Défensivement Bassey était la clef de voute de son équipe, dans la contestation et contre d’abord, 11,5% de contres lorsqu’il est sur le terrain et 30,8% de rebond défensif ça pose un peu le bonhomme. On l’a malheureusement peu vu sur des situations de switch mais car les Hilltoppers utilisaient beaucoup plus la drop defense sur les pick and roll. Ses pieds semblent assez réactif, même si parfois il a semblé manquer d’équilibre. On peut l’imaginer switcher sur les athlètes moyens de NBA, guère plus. En revanche il devrait répondre présent dans le duel intérieur au poste bas car il a tous les outils physique pour cela : réactivité, solidité et longueur. Bassey pourrait s’avérer encore plus précieux si il prend conscience de son envergure incroyable pour dévier encore plus de ballons.

Sur le plan offensif, là encore on est pas dans la poésie même si en y regardant de plus près et avec le temps le jeu du pivot nigérian s’affine. Tout d’abord il est létal lorsqu’il reçoit la ballon sous le cercle, 78,5% de réussite cette saison dans cet exercice. Dit autrement quand il reçoit le ballon dans cette position c’est 2 points dans la musette. Trop costaud, trop puissant, trop long pour ses adversaires. En plus de cela le garçon progresse, capable de faire des hooks des deux mains on voit éclore un touché lorsqu’il se retrouve dos au panier. Les enchainements au poste bas restent primaires mais efficace. Si il rate, Bassey joue le rebond offensif et remonte vite, son « second saut » est de qualité, ce qui vu la corpulence est plutôt étonnant. Sa technique de shoot est propre, même si à l’instar d’un Al Horford elle semble un peu robotique, son shoot doit être respecté. 75% aux LF 40% dans la zone intermédiaire et 31,9 derrière la ligne à trois point. Suffisamment élevé pour ne pas être négligé. Les axes de progression majeurs offensivement sont sur sa capacité à dribbler et le playmaking. On le sent assez peu à l’aise avec la balle et sur sa lecture de jeu. En effet il anticipe assez mal les prises à deux, et avait du mal à trouver le copain démarqué dans cette situation, son playmaking reste très basique. Ce n’est pas un bon passeur et il y avait pas mal de déchet sur cet aspect de son jeu qui devra être travailler..

 FORCES

 FAIBLESSES

PRÉDICTION DRAFT 2021

Milieu de premier tour (25 – 35)

Equipes potentiellement intéressées : Milwaukee, New-York, Sacramento

Alors que sonne l’heure des play-offs NBA, Milwaukee entame ce challenge sans réelle doublure à l’inusable Brook Lopez. Bassey pourrait s’avérer être une belle option complémentaire dans l’équipe de Giannis. Les Knicks pour leur part pourrait être intrigué par ce colosse sachant que Taj Gibson n’est pas éternel. Enfin les chantiers coté Kings sont nombreux, on voit émerger des solutions viables sur les postes extérieurs (Fox, Hield, Haliburton) moins dans le secteur intérieur. Amener une grosse présence physique et athlétique comme Bassey ne pourrait que faire du bien à cette franchise en si grande souffrance.

NOTE DU CCS* : Tier « Rotation importante »

Un prospect intérieur prometteur que le nigérian. Auteur de stats et matchs solides qu’il faut peut être relativiser par rapport à l’opposition dans la division ou il évoluait. Joueur qui a connu un progression ralentit mais qui a montré une vraie force mentale pour revenir à un très bon niveau, il est aussi resté aux USA lorsqu’il apprit le décès de sa maman alors qu’il venait d’atterrir au pays de l’oncle Sam. Les pivots en NBA ont l’air de revenir à la mode, une chance supplémentaire pour Bassey d’être un first pick ?

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « Superstar » ou l’équivalent d’un talent générationnel capable de changer le destin d’une franchise, voir de la ligue.
Groupe 2 : Tier « All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un franchise player.
Groupe 3 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 4 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 5 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle définit.
Groupe 6 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 7 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2021 ici !

Tier « Superstar »

Tier « All-Star »

Evan Mobley

Tier « Starter ++ »

Jalen Johnson – Isaiah Jackson

Tier « Starter/6ème homme »

Kai Jones – Moses Moody – Sharife Cooper – Corey Kispert

Tier « Rotation importante »

Miles McBride – Yves Pons – Jeremiah Robinson-Earl – Greg BrownJulian Champagnie

Tier « Fin de rotation »

Daishen Nix – Herbert Jones – Oshai Agbaji – Ayo Dosunmu – Isaiah Todd – Joe Wieskamp

Tier « G-League/2Way »

Quitter la version mobile