NHL Sport US

Retour sur une série : Les Bruins croquent les Capitals par excès de réalisme

La première ronde des séries éliminatoires de la LNH commencent à s’éclaircir. Des confirmations, des surprises, mais surtout un beau spectacle nous attend chaque soir. À chaque fin de confrontation, le CCS vous propose de revenir sur un fait marquant, un secteur de jeu déterminant ou une action salvatrice qui a changé ou confirmé le destin de cette série. Nous reviendrons aussi sur les 3 étoiles et la déception de la série.

Après la qualification de Colorado face à St. Louis c’est Boston qui se qualifie pour la finale de la Division Est et attend de savoir qui des Penguins ou Islanders viendront les affronter en finale de division. Dans cette bataille annoncée entre Bruins et Capitals, un mot ressort de ces cinq affrontements : le réalisme. En effet les trois premiers matchs ont eu besoin d’une prolongation, et même deux pour le match 2, afin que Boston et Washington se départagent. Retour sur cette série qui a tenu ses promesses tant au niveau du jeu pur que de l’intensité.

🗝️ LA CLÉ DE LA SÉRIE

Tuukka Rask hausse le ton

Au jeu du réalisme ce sont les joueurs du Massachussetts qui s’en sortent vainqueurs. En menant la série 2-1 malgré le retour d’Ilya Samsonov devant le filet des Caps lors du match 3, les Bruins ont mis les Capitals un genou à terre alors que tout était encore faisable pour Ovechkin et ses coéquipiers. Les matchs 4 et 5 ont été moins disputé et Boston a fait le job pour remporter la série 4-1. Avec 2 buts alloués par match à 94,1 % d’arrêts de moyenne sur la série, Tuukka Rask confirme encore et toujours qu’il est un métronome de performance. Face à lui ce sont trois gardiens qui ont dû se succéder : Vitek Vanecek puis l’âgé Craig Anderson (39 ans) et enfin le jeune Ilya Samsonov (23 ans). Ces derniers ne cumulent qu’une moyenne de 90,9 % (dont 89,9 % pour Samsonov en 3 matchs alors qu’Anderson est à 92.9%) et la différence sur la série s’est faite en partie devant le filet. A mettre en avant aussi la défense d’un très bon Charlie McAvoy qui avec 5 aides en 5 matchs s’est fait remarqué et s’affirme, malgré ses tout juste 23 ans, comme le leader de la défense des Bruins. Son ancien mentor Zdeno Chara a peut-être d’ailleurs joué son dernier match en carrière car à 43 ans les jambes sont de plus en plus lourdes pour le géant slovaque.

Charlie McAvoy et la défense de Boston ont trouvé les solutions – Source : Japer’s Rink

Le réalisme bostonien se retrouve aussi lors des situations de supériorité numérique où les Bruins ont converti 26,3 % de ces phases de jeu contre seulement 14,3 % pour les Capitals. Il en va de même pour les mises au jeu où les bostoniens ont remporté 54,2 % de leurs duels. La greffe Taylor Hall est un succès côté Boston tandis que celle d’Anthony Mantha est plus suspecte côté Washington. Associés au teigneux Brad Marchand, Patrice Bergeron et David Pastrnak ont réalisé des séquences de qualité. Pastrnak fini d’ailleurs meilleur pointeur des Bruins avec 6 points dont 2 buts en 5 matchs et revient petit à petit à son niveau au meilleur des moments. L’absence pour cause de Covid-19 de Evgeni Kuznetsov lors des deux premiers matchs a porté préjudice aux Caps car son apport aurait pu faire la différence mais il a manqué de rythme à son retour pour le match 3. Une série à oublier pour Washington.

💫 LES ÉTOILES DE LA SÉRIE

⭐ Tuukka Rask (Bruins – G)
5 matchs : 4 victoires // 2 GAA – 94.1%

Rask a dégoûté un à un les attaquants adverses avec ses arrêts, certes, mais aussi à l’assurance et la confiance qu’il diffuse au collectif. Il est la représentation de la réussite et de la victoire dans cette série et prouve encore une fois que sa présence devant le filet de Boston est essentielle pour que les Bruins gardent leurs ambitions. Il faut tout de même mentionné ses défenseurs et Charlie McAvoy en est le parfait exemple. Un but bien gardé dépend également de la solidité et complémentarité de sa ligne bleue et de ce côté là Boston s’est rassuré. Le plein de confiance est fait !

Tuukka Rask – Source : NBC Sports

⭐⭐ Brad Marchand (Bruins – C)
5 matchs : 3 points // 3 buts

Joueur le plus pénalisé de la série avec 10 minutes en prison mais tellement important pour les Bruins, Marchand a, comme à l’accoutumé, joué son rôle de détonateur, usé les défenseurs, aéré le jeu par ses passes et démontré encore une fois son QI supérieur à la moyenne. Ses statistiques ne sont pas dithyrambiques avec « seulement » 3 buts et aucune aide mais, malgré le fait d’avoir été ciblé par la défense des Capitals, il a permit aux Pastrnak, Bergeron, Hall et consors de pouvoir être plus libres, de développer leur jeu et trouver les solutions face à la défense de Washington. Marchand c’est le liant de l’attaque des Bruins et c’est pourquoi il reste essentiel sur la glace.

⭐⭐ ⭐ Alexander Ovechkin (Capitals – AG)
5 matchs : 4 points // 2 buts – 2 passes

L’ailier russe a encore montré ses qualités de finisseur en supériorité numérique avec 2 buts, les seuls qu’il marque dans cette série, mais à 5 contre 5, on sent le poids des années qui le rattrape petit à petit. Malgré tout Ovi réussit à finir meilleur pointeur de son équipe à égalité avec T.J. Oshie. L’attaque de Washington a balbutié lors des moments importants et le scoreur infatigable n’a pas été servi comme d’habitude. Félicitations à la défense bostonienne également pour avoir réussi à contre-carrer les offensives des Caps. Des questions se posent déjà sur l’avenir du russe dans la Ligue mais il a refusé d’en parler après le dernier match. Rappelons qu’il est joueur autonome cet été et certains le voit partir vers d’autres horizons et pourquoi pas la KHL dans son pays natal. Affaire à suivre.

Quel avenir pour Ovi ? – Source : AP Photo/Nick Wass

👎 LE FLOP DE LA SÉRIE

😡 Nicklas Bäckström (Capitals – C)
5 matchs : 1 point // 0 but – 1 passe

Comment Washington peut remporter une série face aux Bruins sans un Bäckström dominant ? La réponse nous l’avons pour cette année, ce n’est pas possible. Quatrième joueur ayant passé le plus de temps sur la glace côté Caps avec plus de 20 minutes, le centre suédois a été la première cible de la défense des Bruins. Avec seulement une petite aide sur les cinq matchs, Bäckström n’a pas trouvé la solution pour mettre sur orbite Ovechkin sur son aile, ni aucun autre ailier ou même coéquipier d’ailleurs. Le staff des Capitals a du pain sur la planche cet été car il n’est pas l’unique responsable de la défaite sur cette série mais cette troisième élimination au 1er tour depuis le titre de 2018 fait tâche…

Nicklas Backstrom s’est manqué cette année – Source : The Hockey Writers

Avec un Tuukka Rask dans une forme compétitive, c’est toute une organisation des Bruins qui peut espérer aller loin dans ces Séries Eliminatoires. Malgré les 3 premiers matchs qui se sont décidés en prolongation, Boston a tapé du poing sur la table lors des matchs 4 et 5 et c’est bien eux qui ont remporté la série face, il faut le dire, à une très (trop) vieillissante équipe des Capitals. Penguins et Islanders, à égalité pour l’instant 2-2, sont prévenus, les Bruins ont fait le plein de confiance et sont en mission !

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :