NHL Sport US

Retour sur une série : Le derby de Floride est pour Tampa

La première ronde des séries éliminatoires de la LNH commencent à s’éclaircir. Des confirmations, des surprises, mais surtout un beau spectacle nous attend chaque soir. À chaque fin de confrontation, le CCS vous propose de revenir sur un fait marquant, un secteur de jeu déterminant ou une action salvatrice qui a changé ou confirmé le destin de cette série. Nous reviendrons aussi sur les 3 étoiles et la déception de la série.

Si au mois de janvier nous vous annoncions que le premier tour des séries dans la Division Centrale opposerait Florida 2ème face à Tampa 3ème, vous ne nous auriez pas cru. On ne se serait pas cru nous-même d’ailleurs ! Pourtant cette série nous a offert un joli spectacle tout au long des six matchs qu’il a fallu au Lightning pour en sortir vainqueur et continuer sa quête du doublé. A l’image des rencontres en saison régulière, nous avons assisté à des matchs très ouverts et rempli de rebondissements. Cap au sud pour décrypter tout ça !

🗝️ LA CLÉ DE LA SÉRIE

L’attaque du Lightning foudroie la défense des Panthers

Avec l’avantage de la glace grâce à sa deuxième place au classement, les Panthers de Floride avaient les cartes en main pour imposer leur jeu au BB&T Center et rester sur la lancée de leur saison régulière. Le Lightning, quant à lui, ayant passé cette régulière en « cruise control » avec calme et expérience, arrivait avec des certitudes mais néanmoins quelques inconnues. Dans quel état de forme allait être Kucherov ? Stamkos est-il à 100% ? Vasilevskiy est-il remis de sa blessure ? Oui, oui et oui, tous les feux ont été au vert pour Tampa qui a profité de sa profondeur de banc et de son expérienceà ce niveau pour passer ce premier tour et remporter cette série-derby. Avec deux victoires coup sur coup sur la glace des Panthers aux match 1 et 2, le Lightning a de suite mis la pression sur son adversaire. Il a même fallu une troisième période et une prolongation de feu de Florida lors du match 3 pour ne pas être menés trois victoires à zéro, victoire 6-5 après avoir tiré de l’arrière 5-3. Hélas pour eux la capacité de réaction a été directe du côté de Tampa et les bleus et blancs ont toujours su remporter le match au lendemain d’une défaite.

Andreï Vasilevskiy revient petit à petit à son niveau – Source : Blackhawk Up

Les Panthers ont tout tenté, n’ont rien lâché mais sont tombés face à un Andreï Vasilevskiy irrégulier en début de série mais concentré et présent lors des moments importants. Pour preuve aucun des attaquants de Floride ayant lancé plus de 10 fois pendant la série n’ont dépassé les 15% de réussite hormis Mason Marchment et ses 16.7%. Aleksander Barkov a enregistré 7 points dont 1 seul petit but, une réussite de 5% (!) au tir et une fiche de -8. Patric Hornqvist n’a été en réussite non plus face au gardien russe avec 5 points dont 2 buts à 9.7% de tirs convertis mais une fiche de 0. Il en va enfin de même pour Jonathan Huberdeau avec 10 points dont 2 buts à 11.1% et une fiche de -3. En face de Vasilevskiy ce sont deux puis trois gardiens qui se sont relayés pour lui tenir la dragée haute mais il n’en a rien été. Sergeï Bobrovskiy et Chris Dreidger sont passés complètement à côté de leur série, obligeant même Joel Quenneville à titulariser le jeune Spencer Knight pour les matchs 5 et 6. Trop jeune et inexpérimenté le gardien américain a réalisé un match 5 victorieux dantesque avec 36 arrêts à 97.3% et un seul but encaissé mais n’a rien pu faire lors du match de hier soir. Face à la fougue des Panthers, et l’absence d’Aaron Ekblad, c’est bien l’expérience du Lightning qui a pris le dessus.

💫 LES ÉTOILES DE LA SÉRIE

Nikita Kucherov fait toujours partie de la caste des grands – Crédits photo : Bruce Bennett/Getty Images

⭐ Nikita Kucherov (Lightning – AD)
6 matchs : 11 points // 3 buts – 8 passes

Kucherov « c’est l’histoire d’un mec » qui n’a pas joué de la saison régulière et a retrouvé ses repères en un claquement de doigt. Il symbolise à lui seul le talent offensif du Lightning. Bien sûr nous pourrions citer Steven Stamkos, Brayden Point ou bien Alex Killorn mais le russe a fait très mal aux Panthers de par sa vista, sa vision de jeu et son réalisme en supériorité numérique, 7 de ses 11 points sont inscrits sur ces phases de jeu, le meilleur de la ligue sur ces Séries. Sa connexion avec Stamkos et Victor Hedman (7 aides en PP sur ses 8 en série) est toujours là et les Panthers ont pu le constater. Il a rappelé à tous les fans et spectateurs qu’il fait toujours partie de l’élite du hockey mondial et qu’avec lui le Lightning sera très difficile à freiner.

⭐⭐ Andreï Vasilevskiy (Lightning – G)
6 matchs : 4 victoires // 2.67 GAA – 92.9%

Sur courant alternatif durant la série, le gardien russe a réussi à protéger son filet comme il sait le faire. En délicatesse toutefois avant le match 6, Vasilevskiy a su élever son niveau au meilleur des moments et réaliser un blanchissage pour conclure cet affrontement face aux voisins floridiens. Dans la course pour le Trophée Vézina il est fort probable de voir un homme encore plus concentré pour la finale de division car, en ne comptant pas le dernier blanchissage du match 6, sa moyenne de buts alloués excédait 3 par match (3.2 pour être précis). Le russe n’a encore retrouvé le niveau qu’il avait avant sa blessure mais est de retour sur le chemin de l’excellence et les Panthers l’ont subi à leur dépens.

⭐⭐ ⭐ Jonathan Huberdeau (Panthers – AG)
6 matchs : 10 points // 2 buts – 8 passes

L’ailier québécois a tout donné pendant six matchs mais la montagne à gravir était trop haute et la défense adverse composée entre autres de Victor Hedman et Ryan McDonagh ont su contenir les envolées des panthères lors des moments cruciaux. Néanmoins l’attaque des Panthers peut se targuer d’avoir réussi à faire douter le Lightning et a trouvé des solutions parcimonieusement lors des matchs 1, 3 et 5 réputés pour être des rencontres charnières lors d’une série. En réussite sur les situations de supériorité numérique, Huberdeau a montré l’exemple avec 1 but et 4 aides mais il en fallait plus pour créer l’exploit d’éliminer le champion. Il s’est donné, à distillé à gauche à droite mais avec Barkov et Hornqvist un cran en dessous et Alexander Wennberg et Carter Verhaeghe en-dedans, l’originaire de Saint-Jérôme était quelque peu esseulé. A charge de revanche !

Jonathan Huberdeau a montré la voie à suivre – Source : The Rat Trick

👎 LE FLOP DE LA SÉRIE

😡 Sergeï Bobrovskiy (Panthers – G)
3 matchs : 1 victoire // 3.33 GAA – 84.1%

On pourrait mettre son comparse Chris Dreidger également tant la doublette de gardien n’a pas été au rendez-vous sur cette série. Il a fallu la titularisation du jeune Spencer Knight pour enfin remporter une victoire solide lors du match 5. A 10 millions de $ la saison on ne peut pas dire pour l’instant que les Panthers aient fait une affaire, à croire que l’air floridien ne convient pas au gardien russe. Avec 35 arrêts mais 5 buts pris à 87.5% au premier match puis une rentrée réussie avec 9 arrêts en autant de lancers lors du match 3 et enfin 5 buts encaissés en 14 tirs seulement à 64.3% (!) suivi d’un remplacement par Dreidger, ce ne sont pas les standards attendus par un gardien de son standing. Manque de rythme, manque de confiance criant et une défense aux abois face à la machine collective du Lightning ont eu raison du russe et de son binôme canadien.

Sergeï Bobrovsky est en plein doute depuis son arrivée en Floride – Source : The Rat Trick

Le Lightning était attendu et il a répondu présent. Face à lui cette équipe des Panthers n’a pas démérité et promet de belles choses à l’avenir. Le retour de Kucherov a fait un bien fou au sein du premier trio et la question est maintenant de savoir si le russe va pouvoir tenir le rythme infernal des séries après une longue absence. Malgré cela l’effectif bien fourni pourrait palier un coup de mou de tel ou tel joueur et c’est bien là la force de cette équipe. En effet on se souvient que le titre de l’année dernière a été remporté sans Steven Stamkos (ou presque) ce qui montre le talent sur toute les lignes qu’à en main l’entraîneur Jon Cooper. Messieurs les Hurricanes et Predators vous êtes prévenus, le champion a faim.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :