NHL Sport US

Retour sur une série : Sorokin et le réalisme des Islanders étouffent les Pens [4-2]

La première ronde des séries éliminatoires de la LNH commencent à s’éclaircir. Des confirmations, des surprises, mais surtout un beau spectacle nous attend chaque soir. À chaque fin de confrontation, le CCS vous propose de revenir sur un fait marquant, un secteur de jeu déterminant ou une action salvatrice qui a changé ou confirmé le destin de cette série. Nous reviendrons aussi sur les 3 étoiles et la déception de la série.

Après la qualification de Boston, ce sont les New Yorkais qui se qualifient pour le prochain tour dans la Division Est. Une victoire 4/2 contre les vainqueurs de cette division en régulière : les Penguins. Une bataille intense entre deux équipes très défensives. Comme toujours dans le hockey, lorsque la défense est aussi solide, il faut être efficace et à ce petit jeu, ce sont les Islanders qui l’ont emporté. Sur les six matchs joués, 2 se sont finis en prolongation et 4 par un but d’écart. Retour sur cette série au goût de revanche. 

🗝️ LA CLÉ DE LA SÉRIE

L’efficacité impressionnante des Islanders

Si les Islanders performant depuis l’arrivée de Barry Trotz au point de se qualifier en permanence pour les séries c’est en partie grâce à leur efficacité. Sans attaquant vedette, ils arrivent toujours à marquer sur leurs quelques occasions. Pourtant lors des deux premiers matchs, les Islanders ont eu du mal à trouver la faille dans la défense des Penguins. Avec 41 et 38 tirs, ils sont parvenus à inscrire seulement 5 buts. Mais dans les moments importants, ils parviennent à faire la différence. Lors du premier match, ils sont dominés en prolongation mais sur une seule occasion Kyle Palmieri trouve la faille en marquant dans un trou de souris et permet à la franchise New-Yorkaise de commencer parfaitement sa série. Malgré la défaite lors du troisième match, les Islanders ont inscrit 4 buts en 30 tirs. Dominateurs dans la troisième période, ils ont inscrit 3 buts, faisant douter des Penguins pourtant largement devant après 40 minutes de jeu. Le scénario s’est répété lors des deux dernières rencontres avec très peu d’occasions pour les Islanders mais à chaque fois, ils se montraient dangereux. Pour illustrer cette efficacité, le dernier match peut servir de référence.

Avec 5 buts en 24 tirs, ils ont inversé la tendance en 3 minutes pour éliminer la franchise de Pittsburgh. Sur la série, les Islanders ont tiré 187 fois contre 231 pour leurs adversaires. Pourtant ils terminent avec 21 buts inscrits contre 16 pour les Penguins. 

Brock Nelson et les Islanders ont fait preuve de réalisme face aux Penguins ( Dennis Schneidler / USA TODAY Sports )

Malgré un Barzal loin de ses standards avec seulement 3 assistances, c’est le second trio qui a pris les choses en main. Brock Nelson, l’homme du match 6 termine cette série avec 6 points dont 3 buts et 25% d’efficacité devant les cages adverses. Kyle Palmieri a montré de belles choses avec le but vainqueur en prolongation lors du match 1. L’ancien joueur des Devils termine la série avec 3 buts et 25% d’efficacité. Josh Bailey et Anthony Beauvillier ont eux aussi été déterminants avec 6 et 7 points pour enterrer les espoirs de qualification des Penguins. Mais au-delà de l’efficacité offensive, c’est la solidité défensive et les performances d’Ilya Sorokin qui ressortent le plus de cette série. Il termine avec 4 victoires en autant de matchs et des statistiques stratosphériques avec 94,3% de sauvetages dont 48 arrêts lors du match 5, déterminant dans les confrontations entre les deux équipes. 

Du côté des joueurs de Pennsylvanie, difficile de reprocher quelque chose à ce groupe. Ils ont dominé dans le jeu leurs adversaires et la série s’est jouée sur des erreurs de leur gardien Tristan Jarry. Même si Sidney Crosby a déçu avec seulement 2 points inscrits et un match 6 compliqué défensivement, il a été important dans la création. Il a même sauvé les Penguins d’une égalisation lors du match 3. Un rôle plus discret statistiquement qui a peut-être joué dans l’efficacité de la franchise de Pittsburgh. Malkin et Carter auront parfaitement joué leur rôle avec 5 points inscrits chacun dont 4 buts et une efficacité de 23,5% pour l’ancien joueur des Kings. Les Islanders auront canalisé la première ligne des Penguins en jouant très physique. Une tactique qui a fonctionné puisque le trio cumule 7 points dont 4 buts en 6 matchs. Mais les Penguins perdent la série sur les erreurs de Tristan Jarry qui termine la série avec 88,8 de sauvetages et 21 buts encaissés contre l’une des moins bonnes attaques de la division. Une performance à l’opposée de celle proposée par le gardien russe des Islanders.

💫 LES ÉTOILES DE LA SÉRIE

⭐ Ilya Sorokin (Islanders – G)
4 matchs : 4 victoires // 1,95 GAA – 94.3%

Pour ses premières séries, le gardien russe a repoussé les offensives des Penguins. Il n’a jamais semblé être impressionné par l’ampleur de l’évènement. Marquant son territoire dès le premier match en provoquant la chute de Guentzel, il a pris la place d’un Varlamov en difficulté dans cette série. Il a rassuré ses défenseurs à chaque tir donnant une véritable impulsion à cette équipe. Malgré son bon premier match, Barry Trotz a fait le choix de remettre Varlamov titulaire. Après deux défaites, il a changé d’avis et le gardien russe a retrouvé sa place. Depuis ? 3 victoires en autant de matchs et un match 5 à 48 arrêts. L’homme de la série sans aucun doute. 

( Rich Graessle/Icon Sportswire )

⭐⭐ Brock Nelson (Islanders – C)
6 matchs : 6 points // 3 buts

On attendait Mathew Barzal en meneur de l’attaque des Islanders mais le jeune attaquant New Yorkais a déçu. On peut citer Kyle Palmieri, Anthony Beauvillier, Jean-Gabriel Pageau ou encore Josh Bailey dans les attaquants des Islanders. Mais la performance de Nelson lors du dernier match lui donne un avantage sur ses compères. Alors que les Islanders étaient menés, il égalise sur une magnifique passe de Josh Bailey. 3 minutes plus tard, il permet aux Islanders de creuser définitivement l’écart. Joueur souvent dans l’ombre, il est redoutable d’efficacité et se montre décisif dans les moments importants. Seulement 12 tirs mais 3 buts, il a parfaitement profité des lacunes de Tristan Jarry pour donner la victoire à son équipe. 

⭐⭐ ⭐ Kris Letang (Penguins – D)
6 matchs : 6 points // 1 but – 5 passes

Souvent critiqué pour sa prise de risque et son irrégularité au cours de la saison, le défenseur canadien s’est mis à son meilleur niveau dans ses séries. Véritable leader sur la glace, il a été présent offensivement et défensivement. Si certains s’inquiétaient de son niveau de jeu au point de vouloir le laisser partir, Kris Letang a confirmé qu’il restait l’un des meilleurs défenseurs de la ligue. Il termine meilleur marqueur de son équipe avec 6 points au sein d’un effectif possédant des joueurs comme Malkin ou Crosby. Défensivement, il a été précieux avec 8 tirs bloqués et 30 mises en échec. Le tout avec une moyenne de présence de 28:42 minutes sur la glace. Un joueur inépuisable et précieux pour les Penguins. 

👎 LE FLOP DE LA SÉRIE

😡 Tristan Jarry (Penguins – G)
6 matchs : 2 victoires / 4 défaites

Certains seraient tentés de mettre Crosby ou Guentzel dont la production a été décevante. Mais les deux joueurs ont apporté défensivement et n’ont pas été ridicules offensivement face à un Sorokin des grands jours. Tristan Jarry a tout raté dans cette série. Malgré une grosse performance lors du deuxième match avec 37 sauvetages et un seul but encaissé, il n’a pas été à la hauteur de ses coéquipiers. En contraste avec Sorokin qui a surnagé dans cette série, le gardien canadien a manqué de solidité devant ses cages, laissant passer de nombreux tirs pourtant facile à arrêter. Sa relance lors du match 5 sur Josh Bailey qui donne la victoire aux Islanders en prolongation a été le tournant de la série. Lors du match 6, il n’a pas su conserver l’avantage au score des Penguins avec des égalisations rapides des Islanders. Il a définitivement craqué avec 3 buts concédés en 3 minutes, enterrant définitivement les chances de qualification de son équipe. Avec un Casey DeSmith blessé, Mike Sullivan a dû le laisser sur la glace sans solution de changement. Il finit avec 8 buts concédés en plus qu’espérés, la pire performance pour un gardien depuis 2014. Il a le dixième pire pourcentage pour un gardien lors des séries depuis 2009. Une série à oublier et peut-être la fin de son aventure en Pennsylvanie. 

Source d’image:PC

Les Islanders se sont imposés malgré la surpuissance des Penguins et les pronostics en leur défaveur. Pour la seconde fois en trois ans, ils éliminent la franchise de Mario Lemieux au premier tour, devenant la véritable bête noire de cette équipe. Dans une série où l’efficacité aura été la clé, la franchise New Yorkaise aura été la plus réaliste. Les Penguins connaissent une nouvelle désillusion et ont peut-être dit adieu à leur dernière chance de titre dans l’ère Sidney Crosby. Pour les Islanders, il est désormais temps de se préparer à affronter les Bruins qui n’ont pas de Tristan Jarry dans les filets. 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :