Site icon Café Crème Sport

Profil NBA Draft 2021 : Luka Garza, taillé pour l’Europe ?

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Après une March Madness qui a, comme à son habitude, réservé son lot de surprise, la draft NBA 2021 est la nouvelle date importante pour les prospects NCAA et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

Luka Garza

Date de naissance : 27 décembre 1998 – Classe : Sénior

Université : Iowa Hawkeyes – Bilan 2020/2021 : 22v/9d (PO : 1v/1d)

Poste : Pivot (#55)

Mensurations
Taille : 211 cm – Poids : 120 kg – Envergure : non communiquée

Statistiques saison
31 matchs joués // 24,1 pts // 8,7 reb // 1,7 ast // 0,7 stl // 1,6 blk
31,5 minutes joués/match // 55,3% FG // 44% 3pts // 70,9% FT // 1,5 Tov // 2,3 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF
L’histoire entre le basketball et Luka Garza commence dès sa plus tendre enfance. En d’autres termes, il a baigné dedans et a fait perdurer l’héritage familial. En effet, dans la famille du joueur d’Iowa, tout le monde pratique la balle orange. Son père a été joueur universitaire pour les Vandals de l’Idaho tandis que sa mère, bosniaque d’origine, a été joueuse professionnelle en Europe. Comme si cela ne suffisait pas, son grand-père a, lui aussi, connu une carrière universitaire à Hawai et son oncle, Teoman Alibegovic n’est autre que le meilleur marqueur de l’histoire de l’équipe nationale de Slovénie et détient à son palmarès une Coupe Korac et un titre de MVP du championnat d’Allemagne. Le flambeau est donc passé très naturellement faisant de Luka Garza la nouvelle attraction de la famille. Natif de Washington DC, Garza fait ses classes du côté de Maret School. Si de nombreux programmes (dont Georgetown et Notre Dame) souhaitaient s’attirer les faveurs de l’intérieur en sortie de High School, c’est finalement vers Iowa que son choix se porte. Chez les Hawkeyes, il débutera 118 des 127 rencontres qu’il a disputé. Ceci montre l’importance qu’il a eu et la confiance qui lui a été accordée. Depuis deux ans, il est devenu le véritable leader d’Iowa et les systèmes lui sont entièrement dédié. Véritable force de la nature, il n’est toutefois pas parvenu à faire franchir le cap supplémentaire à son équipe. Pour preuve, cette élimination au deuxième tour de la March Madness face à Oregon comme nous vous le décrivions lors du Scouting Report de son coéquipier Joe Wieskamp. Trop esseulé ou trop utilisé, Garza devait s’occuper de tout, quitte à forcer son jeu et à en faire trop parfois. Son pourcentage d’utilisation s’élève d’ailleurs à 32.5% sur la dernière saison. Il a tout-de-même marqué l’histoire du programme en devenant le leader all-time en terme de scoring avec 2306 points au compteur. Individuellement, Luka Garza a été élu deux fois joueur de l’année de la Conférence Big Ten, joueur de l’année de la saison 2020-2021 en NCAA par la presse mais aussi à l’instar d’un certain Michael Jordan, double lauréat du titre de joueur de l’année par Sporting News. Il figure également deux fois dans les équipes All Big-Ten et All American. Enfin, comme un symbole fort de son dévouement et de son implication, l’université d’Iowa a retiré son numéro 55. Fort de ces récompenses individuelles, Garza peut espérer entendre son nom lors de la prochaine Draft NBA. Pourtant, le jeu de l’intérieur pose question.

DESCRIPTION DU JOUEUR
Luka Garza, c’est avant tout un physique très encré dans le sol et très véloce. Doté d’une bonne compréhension du jeu, probablement hérité de son environnement familial, il est capable de s’adapter aux systèmes mis en place par son coach. Son physique est un vrai plus pour s’imposer poste bas. Si initialement, il possède les qualités d’un face up player, il a développé son jeu dos au panier pour devenir très efficace dans ce domaine. Cette saison, il marque 10.3 points par match lorsqu’il est seul en post up. Une de ses principales forces est sa capacité à finir près du cercle. En effet, 73% de ses points marqués ne proviennent pas de jumpshots. Il n’hésite pas à être patient offensivement et à redoubler de feintes pour que son vis-à-vis direct saute, lui offrant ainsi des paniers faciles. Il a également pu faire l’étalage de sa palette technique près du cercle avec de nombreux hooks main droite ligne de fond. Mais Garza, c’est aussi une vraie progression au tir. Il tourne cette saison à 44% longue distance pour un volume de trois tirs à trois points par match. Pour comparaison, il tournait à 35.8% pour à peu près le même nombre de shoots la saison passée. Ce qui le rend encore plus intéressant, c’est sa réussite au catch & shoot jumper après un pick & pop. Sur 28 tentatives, il en a réussi 14, soit un total de 50%. Il se place ainsi dans la catégorie élite dans cet aspect du jeu. Au rebond, Luka Garza est dominant. Dans un premier temps, sa proximité avec le panier adverse lui permet de capter des rebonds offensifs (3 par match en moyenne) sur la tête des intérieurs adverses. Son physique l’aidant également à prendre la position préférentielle. Cela offre donc à son équipe des points sur seconde chance ou des paniers faciles près du cercle. Lorsqu’il défend, il capte également bon nombre de rebond car sa lecture des trajectoires est excellente tout comme sa capacité à bien se positionner. Malheureusement, Luka Garza, c’est aussi des aspects du jeu qui posent questions et qui méritent d’être améliorés au risque de l’empêcher de trouver sa place dans un roster NBA.

Tout d’abord défensivement. Ce physique brut manque clairement de mobilité latérale. L’intérieur est lent et est dépassé face à des adversaires plus rapides. On sait que, dans une NBA moderne qui va toujours plus vite, il éprouvera des difficultés à suivre les cadences infernales proposées chaque soir. Ce manque de latéralité est de loin sa plus grande faiblesse et peut lui coûter sa place lors de la prochaine Draft NBA. Lors de pick & roll adverses, le natif de Washington est trop souvent en retard et éprouve les pires difficultés s’il faut switcher sur le porteur de balle. Pas assez rapide, il ne peut défendre sans aide. De plus, ce n’est pas un protecteur de cercle. Il ne contre que très peu et n’est pas dissuasif. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’un coéquipier vienne lui prêter main forte dans la raquette pour l’aider à contenir l’adversaire. Plus de 30% du temps, Fran McCaffery (coach d’Iowa) a mis en place une défense de zone afin de combler ses lacunes défensives. Ses qualités athlétiques sont également de vrais points d’interrogations pour le niveau supérieur. Garza ne saute pas haut et ne peut contenir les extérieurs adverses. Ce qui est réellement préoccupant, c’est qu’il semble en difficulté à lire les systèmes de l’adversaire et il se retrouve à laisser des joueurs grands ouverts s’il n’est pas totalement perdu dans l’organisation défensive.

Vous l’aurez compris, Luka Garza semble avoir 15 ans de retard tant son style de jeu ne correspond pas à l’époque actuelle. Il a de réelles qualités mais son âge (22 ans) ainsi que ses carences évoquées précédemment peuvent être rédhibitoires pour une franchise NBA. Son inspiration du jeu européen semble trop forte et il n’est pas à exclure que l’intérieur rejoigne une écurie d’Euroleague après la Draft.

FORCES

FAIBLESSES

PRÉDICTION DRAFT 2021

Fin de deuxième tour (50 – 60)

Equipes potentiellement intéressées : San Antonio Spurs, Indiana Pacers, Toronto Raptors

A Toronto, San Antonio ou même à Indiana, il existe une culture européenne dans les précédents choix de drafts. Sabonis, Bitadze, Samanic ou encore Pöltl ont été draftés par l’une des ces franchises et ont plus ou moins réussi à se faire une place en NBA. Il faudra du temps et probablement un ou deux coups du sort pour permettre à Garza d’obtenir ce rôle tant espéré. Néanmoins, ces équipes peuvent se montrer agressives en toute fin de second tour et l’option de l’intérieur d’Iowa n’est pas à exclure.

NOTE DU CCS : Tier « G-League/2Way»

Si Luka Garza trouve sa place dans un roster NBA, il le devra très certainement à son titre de meilleur joueur de NCAA. En effet, son profil atypique est difficilement transposable dans la grande ligue et ses lacunes semblent trop importantes pour lui permettre de trouver un vrai rôle. Il est fort probable qu’il décroche un 2 way contract ou qu’il rejoigne une écurie européenne bien plus adaptée à ses qualités.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « Superstar » ou l’équivalent d’un talent générationnel capable de changer le destin d’une franchise, voir de la ligue.
Groupe 2 : Tier « All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un franchise player.
Groupe 3 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 4 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 5 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle définit.
Groupe 6 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 7 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2021 ici !

Tier « Superstar »

Tier « All-Star »

Evan Mobley

Tier « Starter ++ »

Jalen JohnsonIsaiah Jackson

Tier « Starter/6ème homme »

Kai JonesMoses MoodySharife CooperCorey Kispert Franz Wagner

Tier « Rotation importante »

Miles McBride Yves PonsJeremiah Robinson-EarlGreg BrownJulian ChampagnieCharles Bassey

Tier « Fin de rotation »

Daishen NixHerbert JonesOshai AgbajiAyo DosunmuIsaiah ToddJoe WieskampMarcus Garrett

Tier « G-League/2Way »

Quitter la version mobile