NHL Sport US

Retour sur une série : les Hurricanes domptent les Predators au bout du suspense

La première ronde des séries éliminatoires de la LNH commencent à s’éclaircir. Des confirmations, des surprises, mais surtout un beau spectacle nous attend chaque soir. À chaque fin de confrontation, le CCS vous propose de revenir sur un fait marquant, un secteur de jeu déterminant ou une action salvatrice qui a changé ou confirmé le destin de cette série. Nous reviendrons aussi sur les 3 étoiles et la déception de la série.

Annoncé comme une des séries les plus déséquilibrée de cette post-saison, le duel entre Hurricanes et Predators n’a pas déçu. En effet il a fallu six matchs dont quatre avec prolongations pour que Carolina parvienne à passer ce premier tour et réussisse à envoyer les joueurs de Nashville en vacances. Toutefois les Preds n’ont pas à avoir honte de leur performance, au contraire ! Avec un peu plus de réussite ils auraient pu créer un des upsets de ce premier tour des Séries. Malgré tout ce sont les leaders de cette Division Centrale qui se qualifient et auront la mission de battre le champion en titre, le Lightning de Tampa Bay.

🗝️ LA CLÉ DE LA SÉRIE

Les gardiens se neutralisent, le réalisme est du côté des Canes

C’est un beau duel que nous ont proposé Juuse Saros et Alex Nedeljkovic tout au long de cette série. Avec des chiffres quasi similaires en terme d’efficacité (92.1% pour le finlandais contre 92.2% pour l’américain) c’est tout de même Saros qui a été le plus sollicité avec 42 tirs de moyenne lancés vers son filet par match contre 34 pour Nedljkovic. Pourquoi cette différence ? L’intensité et la discipline entre les deux défenses devant leur filet. Sur ces secteurs avantage Canes malgré l’absence de Slavin sur la moitié des matchs. Dougie Hamilton et Brett Pesce ont fait le job en l’absence de ce dernier. Qui dit discipline dit souvent réussite car enchaînement des automatismes et capacité à se créer des occasions de lancer dans les secteurs privilégiés. Là aussi avantage aux Canes qui ont réussi à mettre en avant leur attaque avec 3.67 buts par match dont Sebastian Aho en réussite avec 7 points dont 5 buts ou bien Jordan Staal et ses 4 buts dont certains décisifs. Brock McGinn est sorti du bois également en inscrivant 3 buts. Côté Nashville c’est Ryan Johansen qui s’en sort le mieux avec 3 réalisations.

Sebastian Aho, meilleur pointeur de cette série – Credit: James Guillory-USA TODAY Sports

Le réalisme offensif est une histoire sans fin pour Nashville. L’élimination l’année dernière face aux Coyotes de l’Arizona avait mis en évidence ce manque d’efficacité. Il en est de même sur cette série où les Predators ont fini avec un faible 11.5% en supériorité numérique alors que les Hurricanes ont concrétisé 21.1% de ces situations d’avantage. Les pourcentages de réussite au tir des leaders sont identiques à leur pourcentage en saison régulière c’est à dire moyen. Filip Forsberg est passé de 9.3 à 9.7%, Matt Duchene de 8.2 à 6.7% et même Calle Järnkrok, auteur d’une régulière très intéressante il est passé au travers de cette série (un seul petit point). Encore fois ce sont les défenseurs tels que Roman Josi (4 points – 4 passes) ou Ryan Ellis (5 points – 1 but et 4 passes) qui apportent le surnombre offensif et figurent parmi les meilleurs pointeurs de l’équipe. Un récurrence chez les Preds mais qui ne s’avère pas être positive au final. Il y aura du changement dans l’air cet été paraît-il du côté de « Music City ».

💫 LES ÉTOILES DE LA SÉRIE

⭐ Jordan Staal (Hurricanes – C)
6 matchs : 5 points // 4 buts – 1 passe

Le capitaine doit montrer l’exemple. Auteur d’un doublé lors du match 1 et décisif lors du match 5 avec son but en prolongation, Staal réalise pour l’instant les meilleures Séries de sa carrière. Bien évidemment un seul homme ne peut résumer toute une offensive bien rôdée et Sebastian Aho a lui aussi su être décisif lors du match 6 tout comme Martin Necas. Le physique centre canadien a su compenser les difficultés de Vincent Trochek lors de cette série et a répondu dans le combat face Roman Josi ou bien Mattias Ekholm. A chaque série son histoire et ses anecdotes ; Staal a écrit la sienne sur cette fin de mois de mai, à lui de réitéré cette performance en finale de division.

Jordan Staal l’homme de cette série côté Canes – Source : Canes Country

⭐⭐ Jaccob Slavin (Hurricanes – D)
3 matchs : 3 victoires // 3 passes

En l’absence de Slavin sur la glace, c’est la défense des Canes qui balbutie. Sans lui Carolina n’a remporté qu’un seul match sur trois. Il est clair que son duo avec Dougie Hamilton est l’un des meilleurs et des plus complémentaires de la ligue. Le défenseur américain a dû soigner une blessure et a manqué les matchs 2, 3 et 4. Auteur d’un match 1 solide et d’un match 5 de très bonne facture, il a tout bonnement été un des, si ce n’est le meilleur joueur lors du match 6. Placement, relance, vista sur sa première aide, un lancer intelligent pour la déviation de Aho, en un mot : complet. Heureusement pour les Hurricanes il est bel et bien de retour et sera indispensable face à l’armada du Lightning.

⭐⭐ ⭐ Juuse Saros (Predators – G)
6 matchs : 2 victoires // 3.33 GAA – 92.1%

Saros a fait le maximum pour garder son équipe dans la course à la qualification. De moyenne ce sont 42 tirs par match auxquels il a dû s’interposer. Défensivement fébriles, les Predators n’ont pas fait au mieux pour aider leur gardien et laisser des espaces importants pour les attaquants de la Caroline. Pour exemple ce but de Dougie Hamilton complètement oublié pour l’égalisation à 3 partout lors du match 6 (l’infériorité numérique n’excuse pas tout). « Disciple » Juuse Saros a bien appris de « Maître » Pekka Rinne et ce dernier peut s’en aller serein de la franchise du Tennessee, la relève est là et bien là.

Juuse Saros a retardé l’échéance avec brio (Photo : John Russell/NHLI via Getty Images)

👎 LE FLOP DE LA SÉRIE

😡 Filip Forsberg (Predators – AG)
6 matchs : 3 points // 2 buts – 1 passe

Leader de l’attaque des Preds, Forsberg a été ciblé par la défense des Canes ainsi que son coéquipier Matt Duchene. Cela fait maintenant 3 ans de suite que les Preds n’ont pas remporté une série et des questions se posent. Est ce que Forsberg a les épaules assez solides pour porter les espoirs d’un retour en Finale de Coupe Stanley ? Beaucoup en doutent et encore plus depuis cette élimination. Evidemment il n’est pas le seul à blâmer, c’est tout un collectif qui a été sur le courant alternatif pendant la saison régulière et n’a pas réussi, ou par intermittence, à élever et stabiliser leur niveau de jeu. Comme dit précédemment il y a du changement en vue du côté de Nashville et peut-être que cette nouvelle élimination sera un mal pour un bien ? Affaire à suivre.

Le manque de réussite de Filip Forsberg, un fait récurrent – Source : Getty Images

Est ce que les Predators auraient pu être à la place des Hurricanes et jouer la finale de division ? Oui, mais les séries sont impitoyables et la réussite a été du côté de l’équipe en confiance tout au long de la saison. Les Canes confirment leur statut de leader de la division et filent tout droit vers une bataille face à l’armada de Tampa avec, et ce n’est pas négligeable, l’avantage de la glace pour les deux premiers matchs. Finale attendue par beaucoup, nous sommes servi, maintenant place au combat des chefs !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :