Grand Chelem Omnisport Tennis

3 juin 2006 : Paul-Henri Mathieu fait trembler Nadal

Nous sommes le 3 juin 2006, Rafael Nadal ne le sait pas encore, mais il va vivre l’un des matchs les plus compliqués de toute sa carrière à Roland-Garros. D’un côté l’Espagnol, fête ses 20 ans le jour même, deuxième joueur mondial et tenant du titre en terre parisienne. De l’autre Paul-Henri Mathieu, alors 32ème joueur mondial.

Nadal, un rouleau compresseur

Rafael Nadal lors de sa première victoire à Roland-Garros en 2005 (Crédit : Roland-Garros)

Le Majorquin est certes très jeune, mais il est déjà une référence du tennis mondial et encore plus sur terre battue. Pour sa première participation aux Internationaux de France en 2005, Rafael Nadal en sort victorieux avec notamment des victoires sur Ferrer, Federer ou Puerta. L’année suivante, sa préparation sur terre est parfaite. L’Espagnol commence par une victoire au Masters de Monte Carlo face à Roger Federer. Il s’impose ensuite pour la deuxième année consécutive à l’Open de Barcelone. Quelques semaines plus tard, il retrouve de nouveau Roger Federer, mais cette fois en finale du Masters de Rome. Alors mené 4/1 et après avoir sauvé 2 balles de match dans la cinquième et dernière manche, Nadal s’impose 7/6. Au moment d’affronter PHM, le Majorquin en est à 55 victoires consécutives sur terre battue.

De son côté Paul-Henri Mathieu, ne réalise pas de gros résultats sur les tournois de préparation. Il effectue cependant de bons matchs en battant notamment Ferrero ou en accrochant des joueurs comme Stepanek ou Coria. Pour ses deux premiers tours, le Français se défait assez aisément de Phau et Serra, les deux en 3 sets. Même s’il sait que la tâche s’avère compliquée PHM veut y croire.

« Nadal gagne beaucoup de matchs avant même d’entrer sur le court. Il ne faut pas se laisser impressionner »

Paul-Henri Mathieu au sujet de son match à venir face à Rafael Nadal

Un sacré combat

D’un côté Rafael Nadal, tenant du titre et grandissime favori de ce match. De l’autre Paul-Henri Mathieu qui veut jouer pleinement ses chances. Pour le motiver encore plus, le Français possède un public totalement acquis à sa cause. Les deux joueurs ne se font pas de cadeaux d’entrée de jeu, un immense combat physique et mental s’installe. Aucun des deux joueurs ne veut lâcher, ils se rendent coup pour coup. Le combat est tellement intense que le premier set à lui seul dure 1h33, et pour le plus grand bonheur du court Philippe Chatrier, c’est bien le tricolore qui le remporte 7/5. Nadal est touché, mais loin d’être coulé. « Paulo » fait tout pour ne pas craquer, mais face à un champion comme Nadal, il est très dur de résister, d’autant plus sur terre battue. En sauvant 21 balles de breaks sur 29, Paul-Henri Mathieu a retardé l’échéance au maximum. Mais c’est finalement après 4h53 d’un combat titanesque, qu’il s’incline 5/7 6/4 6/4 6/4. PHM sort alors du court en larmes, avec une ovation du public.

Le dernier jeu de chaque manche en vidéo

La suite tout le monde la connaît. Suite à cette victoire face à Paul-Henri Mathieu, Nadal ira décrocher son deuxième Roland-Garros et décrocher par la même occasion sa 60ème victoire consécutive sur terre battue, ce record il l’amènera même jusqu’à 81 où il chutera face à Roger Federer en finale de Hambourg.

Peu l’ont fait vaciller

15 ans plus tard, peu de choses ont changé à Roland-Garros. Rafael Nadal a remporté 13 tournois en terre parisienne, remporté 100 matchs pour seulement 2 petites défaites et peu de joueurs ont fait trembler Nadal comme l’a fait PHM. Les deux joueurs à l’avoir fait chuté sont Robin Soderling en 2009, victoire 6/2 6/7 6/4 7/6. Cette année-là Federer remportera son seul et unique, à l’heure actuelle, titre à Roland-Garros. Sa deuxième défaite sera en 2015 contre Novak Djokovic, sa seule défaite en 3 sets 0 (7/5 6/3 6/1) sur terre battue. C’est finalement Wawrinka qui remportera cette édition en s’imposant face à « Djoko » en finale. Le Serbe soulèvera le titre la saison suivante, alors que Nadal s’était retiré pour blessure avant son match contre Granollers.

Robin Soderling après avoir infligé à Rafael Nadal sa première défaite à Roland Garros (Crédit : Eurosport)

Les autres joueurs à avoir fait vaciller Nadal sans tout de fois le battre sont peu nombreux également. Deux d’entre eux l’ont fait lors de l’édition 2011. Le premier, il s’agit de John Isner lors du premier tour. L’Américain mène 2 sets à 1 avant que le Majorquin remette la marche en avant et s’impose 6/4 6/7 6/7 6/2 6/4. Le second, il s’agit de Roger Federer, mais cette fois en finale. L’Espagnol est bousculé, malgré cela il arrive toute de même à remporter les deux premiers sets 7/5 7/6. Le Suisse lui répondra dans la suivante, la remportant 7/5. La quatrième manche est sans appel 6/1 pour Nadal qui remporte un nouveau titre. Le dernier joueur à avoir fait trembler Nadal, c’est Djokovic en 2013. Le Serbe a poussé Nadal dans ses retranchements, après un combat de 4h37, l’Espagnol s’impose 9 jeux à 7 dans la cinquième manche.

Ce jour-là Paul-Henri Mathieu était passé tout proche d’un exploit retentissant. Il ne le savait pas encore, mais l’homme en face de lui aller devenir une icône de ce sport et le maître incontesté de la terre battue. Peu de joueurs ont réussi 15 ans plus tard à donner autant de mal à Rafael Nadal. Malheureusement passé si proche ce jour là, PHM ne réussira jamais à battre Rafael Nadal dans sa carrière.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :