NHL Sport US

Mondiaux hockey 2021 : En route pour les demies ! Qui se rendra en finale ?

Les quarts de finale des Championnats du monde de hockey 2021 se sont achevés par la victoire surprise du Canada face à la Russie en prolongation. Nous connaissons désormais les quatre nations qui se disputeront une place pour la finale, ce dimanche 06 juin à l’Arena Riga.

Surprise, surprise : les quatre équipes qualifiées du Groupe B sont celles qui ont réussi à atteindre les demi-finales du tournoi ! Le Canada défiera les États-Unis alors que l’Allemagne tentera de faire vaciller les champions du monde en titre, la Finlande. Des rencontres prometteuses entre des nations puissantes du hockey international même si deux favoris se dégagent tant ils ont impressionné depuis le début de la compétition : Team USA et Suomi Leijonat. Présentation & analyses.

🇺🇸 États-Unis vs. Canada 🇨🇦

Les USA ont terrassé le Canada en phase de poules, 5-1 // Source : Hockey Canada

Un duel historique déséquilibré ?

Le Canada surprend la Russie [2-1 (P)]
Ces championnats du monde 2021 ne sont pas de tout repos pour les Canadiens. Annoncé logiquement perdant contre la Russie, le Canada a du, comme lors des phases de poules, faire preuve de résilience.

Mené 0-1 à l’entame du troisième acte, les hommes de Gerard Gallant ont profité d’une pénalité russe pour faire parler leur jeu de puissance. Le capitaine Adam Henrique conclu une belle action assistée par Connor Brown et Max Comtois pour créer l’égalisation. En prolongation, les deux équipes se neutralisent jusqu’à ce que l’attaquant des Flames, Andrew Mangiapane et le défenseur des Wings, Troy Stecher se combinent dans une magnifique action technique, alliant mouvements avec et sans rondelle. Le Canada surprend ainsi la Russie, pourtant favorite pour l’or.

Une victoire rassurante pour le Canada qui a affiché un tout autre visage lors de ce quart de finale. Incisifs, déterminés, les Canadiens ont tout fait pour étouffer la relance russe avec une grosse pression dans la zone avant durant une grande partie de la rencontre.

Les États-Unis écrasent la Slovaquie [6-1]
Team USA est sortie de la phase des groupes avec la meilleure défense, 17 points accumulés en 7 parties, la 1ère place du Groupe B et surtout, en dégageant une impression de puissance. Cette domination s’est prolongée en quart de finale contre une séduisante équipe de Slovaquie, 4ème du Groupe A.

Les États-Unis ont commencé la partie de la meilleure manière possible en inscrivant 3 buts sans réponse face à des Slovaques dépassés. Brian Boyle, puis Colin Blackwell et enfin Connor Garland donnent une avance déjà décisive aux USA. Garland inscrit ainsi son 5ème but et son 10ème point de la compétition. Le rythme redescend en seconde période, moment où le meilleur pointeur de la compétition, Peter Cehlarik en profite pour réduire le score. Blackwell, élu joueur du match, inscrit son deuxième but en conclusion d’une belle action du duo Robertson/Labanc. Les États-Unis concluent en beauté leur quart de finale avec 2 buts dans le dernier tiers pour une victoire sans partage, 6 buts à 1.

Les hommes de Jack Capuano font figure de grand favoris de la compétition aux côtés de la Finlande, seule équipe à les avoir vaincu cette année. Pourquoi ? Tout simplement parce que chaque ligne est dominante, du gardien aux premiers trios.

🗝️ Les Clés du match

Cette fois, ce sera compliqué de refaire le coup de la surprise pour le Canada. Les USA sont prévenus, le Canada est capable de faire plier une grande nation cette année et ont bien changé de visage depuis leur rencontre en poule. Les États-Unis avaient giflé les Canadiens 5 buts à 1. Les deux équipes possèdent des listes similaires en terme de construction : alliance entre jeunesse et expérience. Mais sur le tournoi, les USA sont largement en tête en terme de statistiques : 4ème meilleure attaque (27 buts marqués en 8 match) et meilleur défense avec seulement 9 buts encaissés. Surtout, et ce sera l’un des secteurs déterminants, les USA affichent un pourcentage de penalty kill de 95,45%. Le Canada va-t-il réussir à faire trembler les États-Unis ? Si les Canadiens ne brillent pas statistiquement, c’est en grande partie à cause d’une phase de poule très compliquée, mais la rencontre contre la Russie a rebattu les cartes.

L’autre secteur important de cette rencontre sera le duel des gardiens. Darcy Kuemper a été l’un des grands artisans de la victoire canadienne contre la Russie avec 24 arrêts sur 25 tirs et notamment une parade décisive en prolongation face à Tarasenko. Si le gardien des Coyotes de l’Arizona continue son élévation, il peut avec son expérience décider du sort du match. En face, le gardien Cal Petersen est pour le moment le meilleur gardien de la compétition. Il affiche 96,06% de sauvetage et seulement 1,01 but alloué par match. Le portier des Kings de Los Angeles devra conserver son efficacité face à une adversité bien différente de la Slovaquie.

Samedi 05 juin : 14h15

Bien évidemment les USA sont favoris de cette rencontre. Dominants des deux côtés de la glace avec un gardien en état de grâce, les Américains devraient logiquement s’imposer sur des Canadiens dont on ignore encore le réel visage : le Canada sera-t-il celui des poules ou celui du quart contre la Russie ? Si les hommes de Gerard Garland reviennent avec les mêmes intentions que contre les Russes, attention à la nouvelle surprise.

🇫🇮 Finlande vs. Allemagne 🇩🇪

La Finlande a lutté pour arracher une victoire 2-1 face à l’Allemagne en poules // Source : IIHF

Comment arrêter la Finlande ?

L’Allemagne achève la Suisse aux tirs de barrage [3-2 (TAB)]
La sélection allemande continue de s’imposer comme une nation sur laquelle compter dans les compétitions internationales de hockey. Après un départ canon dans le Groupe B, l’Allemagne a perdu 0-3 face au Kazakhstan avant de perdre logiquement deux rencontres contre la Finlande et les USA. Dans l’ultime rencontre, les Allemands s’imposent non sans mal face à Lettonie pour s’offrir une place en phase finale. En face, la Suisse et ses joueurs de LNH, deuxième du Groupe A.

Déterminés, les Allemands vont livrer une leçon d’intensité à la Suisse. Pourtant, ce sont bien les Suisses qui prennent deux buts d’avance au milieu du deuxième tiers grâce à un grand Leonardo Genoni qui arrête 38 tirs allemands. Ramon Untersander ouvre le score avant que Fabrice Herzog double la mise. 4 minutes plus tard, Tom Kuhnhackl marque et redonne de l’espoir à l’Allemagne. Dans un troisième tier totalement dominé par les Allemands (13 tirs à 4), il faut attendre la dernière minute pour assister à l’égalisation de Leon Gawanke sur une passe du joueur d’Edmonton, Dominik Kahun. Après une prolongation sans vainqueur, c’est l’ex joueur repêché par les Flyers en 2011, Marcel Noebels qui inscrit le seul tir de barrage pour donner la victoire aux Allemands.

Les Allemands ne partaient pas favoris mais ils sont parvenus à retrouver la fluidité qui a fait leurs succès en début de compétition. Beaucoup de rythme, beaucoup d’opportunités et il a fallu un grand gardien suisse pour empêcher l’Allemagne de triompher dans le temps réglementaire. Mais en demi-finale, la marche sera encore plus haute…

La Finlande sort du piège Tchèque [1-0]
Grand favoris de la compétition, champion en titre, la Finlande a dominé le Groupe B en compagnie des Etats-Unis. Mais voilà, face à eux se dresse une équipe de la République Tchèque toujours difficile à manœuvrer.

Le début de rencontre est physique et à ce jeu, ce sont les Tchèques qui font trembler la Finlande. La première période est dominée par les coéquipiers de Filipp Zadina même si les Finlandais ont bien cru ouvrir le score sur avantage numérique après un bon travail d’Anton Lundell mais l’arbitre a décidé de refusé le but. En seconde période, les Finlandais perdent leur sang froid et héritent de 12 minutes de pénalité cumulées. Mais la Finlande reste solide avec un très bon Juusi Olkinuora et parvient même à inscrire le premier et unique but de la rencontre par l’intermédiaire de Jere Innala qui a bien suivi le rebond. Les assauts tchèques en dernière période d’y changeront rien, pas même l’ultime tentative de Zadina dans les dernières secondes… La Finlande l’emporte, non sans peine.

Encore une fois, c’est la puissance défensive de la Finlande qui a triomphé dans cette rencontre. Les revenants des derniers championnats du monde sont toujours aussi déterminants alors que le top 6 des attaquants finlandais peut se montrer décisif sur n’importe quelle phase de jeu. Alors la Finlande peut-elle être inquiéter par l’Allemagne ?

🗝️ Les Clés du match

Sur le papier, cette demie semble totalement à l’avantage des Finlandais qui n’en finissent pas d’impressionner. Mais attention, l’Allemagne a réussi à pousser la Finlande dans leurs retranchements lors de leur rencontre en poules. Les Finlandais s’étaient imposés 2-1 dans une partie disputée où le gardien allemand, Mathias Niederberger avait arrêté 24 tirs. Le duel des gardiens sera l’une des clés de cette rencontre. Le portier finlandais, Juusi Olkinuora réalise des mondiaux impeccables avec 1,18 buts alloués en moyenne par match et un pourcentage d’arrêts de 95%. Le gardien allemand n’est pas en reste avec 1,64 buts alloués en moyenne et 93,42% au sauvetage. Surtout, Niederberger a du faire face à 32 tirs de plus que le gardien finlandais. Le portier de 28 ans devra poursuivre son excellent tournoi pour donner de l’espoir à la sélection allemande.

L’autre secteur important de cette rencontre sera la discipline allemande. Si l’Allemagne veut tenir la distance, il faudra faire preuve de rigueur. Les Allemands ont concédé 99 minutes de pénalités sur l’ensemble du tournoi, soit le troisième total le plus haut de la compétition pour une moyenne de 12 minutes en infériorité numérique. Le problème est que les Allemands tuent seulement 80,95% des pénalités. De l’autre côté, la Finlande converti 27,27% de ses jeux de puissance, soit le 4ème taux de réussite du tournoi et le 1er chez les quatre nations restantes. A ce jeu, c’est bien l’excellent Anton Lundell, 19 ans, 12ème choix du repêchage de la LNH en 2020, qui s’illustre à merveille. Décisif, il apporte un dynamisme et une présence devant l’enclave qui sera difficile à contenir pour les Allemands.

Samedi 05 juin : 18h15

Encore une fois, un favoris se distingue dans cette deuxième demi-finale. La Finlande arrive à proposer une belle alliance d’efficacité offensive et de solidité défensive qui fait de cette nation la grande favorite pour l’or. Mais attention, l’Allemagne peut créer la surprise grâce à leur volonté et leur puissance collective. Si les Allemands imposent leur rythme, alors tout sera possible.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :