Site icon Café Crème Sport

Profil NBA Draft 2021 : Scottie Barnes, l’ailier passeur/défenseur à un tir du podium ?

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Après une March Madness qui a, comme à son habitude, réservé son lot de surprise, la draft NBA 2021 est la nouvelle date importante pour les prospects NCAA et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

Scottie Barnes

LOUISVILLE, KENTUCKY – JANUARY 18: Scottie Barnes #4 of the Florida State Seminoles and Samuell Williamson #10 the Louisville Cardinals battle for a loose ball at KFC YUM! Center on January 18, 2021 in Louisville, Kentucky. (Photo by Andy Lyons/Getty Images)

Date de naissance : 01 août 2001 – Classe : Freshman

Université : Florida State Seminoles (ACC) – Bilan 2020/2021 : 18v/7d

Poste : Ailier/Ailier-fort (#4)

Mensurations
Taille : 206 cm – Poids : 102 kg – Envergure : 218 cm

Statistiques saison
24 matchs joués (7 starts) // 10,3 pts // 4,0 reb // 4,1 ast // 1,5 stl // 0,5 blk
24,8 minutes jouées/match // 50,3% FG // 27,5% 3pts // 62,1% FT // 2,5 Tov // 2,2 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF
Comme de nombreux prospects de cette classe, Scottie Barnes a connu un parcours de vedette au lycée. Né en Floride, à West Palm Beach, Barnes effectue des débuts remarqués à la Cardinal Newman High School où il mène son équipe à un bilan de 19-8 et aux demi-finales de leur championnat. Pour sa seconde année, il est transféré à l’école universitaire de NSU où il rejoint un certain Vernon Carey Jr. Barnes conduit son école à un record de 36-2 et un premier titre régionale tout en remportant les honneurs du MVP du tournoi final. Toujours à NSU en tant que junior, l’ailier floridien récolte des moyennes de 13,1 pts, 7 rebonds et 4,8 passes pour emmener son école vers un second titre consécutif. A l’été 2019, Scottie Barnes indique qu’il rejoint la prestigieuse académie de Montverde pour son ultime saison. Barnes joue ainsi avec des talents exceptionnels comme Cade Cunningham, Moses Moody et Day’Ron Sharpe. L’une des meilleures équipes de basketball en high-school selon certains observateurs. Sur le terrain, l’équipe de stars rend un bilan de 26-0 avec un différentiel moyen de +39 ! Comme les meilleurs prospects du pays, il est appelé au McDonald’s All-American Game, au Jordan Brand Classic et au Nike Hoop Summit. Recrue 5 étoiles par consensus, Scottie Barnes s’engage avec Florida State aux dépends des programmes de Kentucky, Miami et Oregon.

Dans la récente tradition des ailiers défensifs chez les Seminoles, Scottie Barnes succède à Patrick Williams et Devin Vassell. Positionné en sortie de banc par le légendaire coach Leonard Hamilton, Barnes contribue fortement à une nouvelle saison réussie pour les ‘Noles. Ils affichent un bilan final de 18-7 et surtout un magnifique 11-4 dans les matchs de conférence. Après avoir battu UNC en demi-finales du tournoi de l’ACC, Florida State s’incline en finale contre Georgia Tech 75-80. Tête de série n°4 du tournoi NCAA, les Seminoles passent les deux premiers tours avant de s’incliner lourdement au Sweet Sixteen face aux Wolverines de Michigan sur un score de 58-76. Avec ses performances, Scottie Barnes a remporté plusieurs distinctions personnelles : Freshman de l’année en ACC et 6ème homme de l’année en ACC ! Alors qu’est-ce qui rend Scottie Barnes si spécial ?

DESCRIPTION DU JOUEUR
Scottie Barnes possède trois grandes qualités qui peuvent facilement être transposées au niveau suivant. D’abord, une qualité naturelle : un physique parfaitement taillé pour la NBA. Les mensurations de Barnes peuvent faire pâlir beaucoup d’ailiers de la grande ligue puisqu’en plus d’afficher 2 mètres 06 pour 103 kilos, il possède une envergure dingue dépassant les 2 mètres 10 ! Un albatros messieurs, dames. Cette particularité physique se retrouve dans LA qualité principale de Scottie Barnes : la défense. Légitimement, il est dans la discussion du défenseur le plus polyvalent de sa classe de draft. Barnes défend avec une intensité folle, frappant régulièrement dans ses mains au nez de son adversaire direct. Avec un détermination sans faille et endurance élite, l’ailier des ‘Noles a été utilisé en grande partie pour défendre des guards. Sa mobilité, ses mains actives, toujours positionnées vers le bas, et ses longs bras font de lui un excellent défenseur sur l’homme. Il peut largement défendre sur les positions de 1 à 4 puisqu’il a montré par de rares séquences qu’il savait comment et où aider sous le cercle. Et cette force peut totalement être transposable en NBA. Toujours actif, Barnes est très difficile à « traverser » ou à contourner. Il possède également d’excellents instincts défensifs qui lui permettent d’être un grand perturbateur sur les transmissions adverses. Avec 21 interceptions, Barnes se classe 7ème de l’ACC en steals per game et affiche aussi un magnifique defensive rating de 98,3, le 12ème meilleur en ACC. L’impression visuelle laissée par Barnes en défense va bien au-delà de ces stats.

L’autre grande qualité de Barnes, et c’est ici ce qui fait la rareté de ce prospect, c’est son jeu de passes. Imaginez un joueur de 2 mètres 06 capable de porter le ballon et de le distribuer dans n’importe quelles situations. Scottie Barnes possède des compétences à la passe impressionnantes, si bien qu’il peut être en discussion pour le meilleur passeur de cette cuvée. Il joue toujours la tête levée, et est capable d’effectuer des lectures que seuls les meneurs traditionnels sont capables de réaliser en temps normal. Avec 4 passes décisives par match avec les Seminoles, Barnes a évolué en premier porteur de ballon dans la seconde unité en début de saison avant de gagner des minutes aux côtés des titulaires. Et quelle réussite ! Scottie Barnes affiche un pourcentage de paniers assistés de 31,4%, le deuxième plus haut total de l’ACC ! C’est un véritable facilitateur qui déstabilise les défenses adverses en une passe. Nous n’avons pas les stats « hockey assists » (l’avant dernière passe) en NCAA, mais il est certains que Barnes serait près des sommets. C’est un énorme générateur de trois points puisqu’il a cette rare capacité à trouver le shooteur extérieur ouvert même lorsqu’il est pris dans la raquette. Toujours aussi impressionnant, Barnes est tout aussi capable de jouer intelligemment les situations de pick and rolls : il peut trouver l’intérieur ou ressortir au meilleur endroit. Evidemment, avec son physique, vous comprendrez que son jeu de passes est parfaitement mis en valeur en transition : pousser la balle avec de longues foulées, finir seul quand il met son épaule droite en opposition, servir de longues passes, lancer des alley-oops… Seul bémol, Barnes doit évidemment prendre davantage soin du ballon pour le niveau suivant mais il semble que ce soit surtout une affaire de concentration.

Mais Scottie Barnes n’est pas parfait et ses red flags sont parfaitement identifiés. Sa capacité à scorer sur demi-terrain semblent inquiéter plusieurs observateurs. Des inquiétudes légitimes. Et c’est bien là que tout le potentiel de Scottie Barnes est discuté. Aujourd’hui, Barnes n’est pas une menace avec son tir, que ce soit à mi-distance ou à 3pts. Seulement 40 tirs extérieurs tentés pour 11 rentrés, une adresse de 25,7% et une réussite aux lancers de 62,1% qui confirme cette tendance. Tant que Barnes n’aura pas un tir fiable, ce sera difficile pour lui de devenir un attaquant efficace. Son handle est bon pour quelqu’un de sa taille mais pas suffisamment étoffé pour lui permettre d’accéder facilement au panier. Très souvent, Barnes est attendu dans la raquette et doit se contenter de prendre des push shot et des floaters qui ne sont pas très rentables. Surtout qu’il manque de touché dans ses situations. La mécanique de Barnes est plutôt bonne malgré une fâcheuse tendance à baisser le ballon pour armer, mais il semble que son inconstance viennent de la rigidité du bas du corps qui rend l’ensemble incohérent. Si Barnes peut atteindre régulièrement les 33 ou 36% à 3pts, tout son jeu offensif sera facilité. Celui lui permettra de faire parler son avantage physique sur ses adversaires et faire parler sa finition près du cercle. Dès qu’il a un peu d’espace, comme nous l’avons vu sur les phases de transitions, Barnes est redoutable. Alors oui, le développement de son tir va conditionner son plafond mais son plancher est déjà exceptionnel et c’est pour cela qu’il grimpe régulièrement dans sur le podium de la prochaine mock draft.

FORCES

FAIBLESSES

PRÉDICTION DRAFT 2021

Top 10 (3-10)

Equipes potentiellement intéressées : Orlando Magic, Golden State Warriors, Oklahoma City Thunder

Tout le monde a besoin d’un Scottie Barnes. Excellent défenseur et créateur pour les autres dès sa première année, c’est une certitude. Sa place à la draft 2021 dépendra de l’évaluation de son potentiel offensif et de comment les organisations évaluent la capacité de développement de son tir. A ce jeu, Scottie Barnes peut très bien être appelé en 3ème position par le Magic qui aurait entre ses mains un ailier défensif pouvant palier les lacunes de création de son équipe. De même, une franchise comme OKC devrait sélectionner un ailier et ce sera probablement soit Barnes soit Kuminga. Enfin, si ces deux franchises le laissent glisser, il se peut que les similitudes entre Scottie Barnes et Draymond Green fassent saliver les Warriors.

NOTE DU CCS : Tier « All-Star »

Scottie Barnes affiche une rare combinaison d’atouts physiques et playmaking qui font saliver les franchises NBA. Comprenez que nous sommes face à joueur présentant des similitudes avec de grandes stars de la Ligue. Certains prétendent que Barnes peut se placer entre un Draymond Green, un Ben Simmons et même un Giannis… Il offre déjà des certitudes hallucinantes, et le développement de son tir conditionnera son avenir. Mais certains des noms cités précédemment n’ont pas eu besoin de ça pour devenir All-Star.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « Superstar » ou l’équivalent d’un talent générationnel capable de changer le destin d’une franchise, voir de la ligue.
Groupe 2 : Tier « All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un franchise player.
Groupe 3 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 4 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 5 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle définit.
Groupe 6 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 7 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2021 ici !

Tier « Superstar »

Tier « All-Star »

Evan Mobley

Tier « Starter ++ »

Jalen JohnsonIsaiah JacksonKeon JohnsonAlperen SengunZiaire Williams

Tier « Starter/6ème homme »

Kai JonesMoses MoodySharife CooperCorey Kispert Franz Wagner

Tier « Rotation importante »

Miles McBride Yves PonsJeremiah Robinson-EarlGreg BrownJulian ChampagnieCharles Bassey

Tier « Fin de rotation »

Daishen NixHerbert JonesOshai AgbajiAyo DosunmuIsaiah ToddJoe WieskampMarcus Garrett

Tier « G-League/2Way »

Luka Garza

Quitter la version mobile