MMA

Prélims UFC 263 : de l’intensité et tiens, un frenchie dans l’octogone

Après quasiment deux semaines qu’on peut qualifier « d’inintéressantes » à l’UFC, dont seule la participation de Jairzinho Rozenstruik fut une vraie attraction, la promotion de Dana White reprend du service et nous propose un événement numéroté avec le retour de Nate Diaz mais aussi une nouvelle défense de titre d’Israel Adesanya, quelques mois après sa montée malheureusement vaine en light heavyweight. La Café Crème Sport vous propose, comme à son habitude, de vous plonger dans les combats de l’ombre, qui révèlent parfois les grands noms de demain. L’undercard de cet UFC 263 nous permettra également de voir un français, Fares Ziam, qui combattra pour la troisième fois dans la plus prestigieuse des organisations de MMA.

  • Fares Ziam vs. Luigi Vendramini (poids légers)

Ce combat fait partie des « early prelims », que nous n’analyserons pas… hormis cet affrontement car on soutient nos compatriotes! Duel franco-brésilien, avec d’un côté notre jeune représentant de Givors, de seulement 24 ans mais qui a déjà remporté un combat à l’UFC sur décision. Ancien champion du monde de K1 à seulement 18 ans, Fares Ziam a un excellent striking, comme on a pu le voir lors de sa victoire face à Jamie Mullarkey. S’appuyant sur des low kicks puissants pour déséquilibrer ses adversaires, il manque encore un peu de précision et a encore du progrès à faire au sol, mais son potentiel est très intéressant.

Face à lui se dresse donc Luigi Vendramini, qui a débuté à l’UFC il y a 3 ans, face au brésilien Elizeu dos Santos. Malgré la défaite par KO, « l’étalon italien » a montré un visage séduisant, résistant à de belles soumissions bien placées, et en osant quelques unes qui auraient pu faire mouche. Il a pu prendre sa revanche deux ans plus tard face à Jessin Ayari, en le mettant KO dès le premier round après une avalanche de coups : poings, pieds, tout y passe.

Compliqué de faire un pronostic pour ce combat, qu’on imagine difficilement aller à la décision tant les deux hommes sont dangereux en striking… mais le grappling pourrait être un vrai désavantage pour le français. On espère avoir tort… rendez vous samedi soir.

  • Movsar Evloev vs. Hakeem Dawodu (poids plume)

Premier combat officiel des prelims, et combat super important dans le classement des poids plumes car le futur vainqueur de ce combat fera un bon significatif dans le classement et pourra même peut-être intégrer le top 10. D’un côté, nous avons l’ancien champion du M-1 Global, avec un palmarès parfait de 14 victoires et aucune défaite, Movsar Evloev. Le combattant ingouche est un véritable artiste de la lutte gréco-romaine et a remporté ses quatre combats sur décision à l’UFC. Plutôt endurant et complet, Evloev est un vrai guerrier et a peu de failles.

Le parcours d’Hakeem Dawodu, canadien d’origine jamaïcano-nigériane, n’est on-ne-peut-plus opposé. Le jeune homme s’est mis à faire du muay thaï à 16 ans, pour éviter de sombrer dans la violence et dans le crime. Et le gamin avait un vrai talent. Avec un palmarès amateur de 42-5 en amateur, et de 9-0 en pro, il s’est tourné vers le MMA et a participé aux World Series of Fighting, où il a remporté ses 6 premiers combats par KO. Son arrivée à l’UFC s’est soldée par une défaite mais depuis, il a remporté ses quatre derniers combats, dont un qui lui a valu la performance de la soirée.

On imagine que Evloev va tenter de brider « Mean », et de ne pas le laisser installer la distance et de pouvoir frapper à pleine puissance, et le combattant russe a de l’expérience, a combattu de nombreux styles. Même si Hakeem est un vrai danger, le russe saura exploiter les failles du canadien et l’emportera sans nul doute à la décision.

  • Lauren Murphy vs. Joanne Calderwood (poids mouches féminins)

On passe au second combat de ces prelims qui, contrairement au précédent, n’a pas vraiment d’importance au sein du classement. Dans une division nettement dominée par Valentina Shevchenko, les deux vétéranes font partie des forces majeures de la division, mais ne jouent pas vraiment le championnat.

Lauren Murphy, l’américaine de 37 ans, est une vraie maîtresse du JJB, et s’est baladée dans trois catégories de poids différentes. L’ancienne championne bantam de l’Invicta FC a eu besoin de deux tentatives à l’UFC pour enfin pouvoir s’imposer. Après un premier run décevant de 4 combats (1-3), elle a retenté sa chance à TUF et depuis, elle est sur quatre victoires de rang. On l’imagine honnêtement mal se hisser jusqu’à un combat pour le titre mais nous pouvons toujours être surpris et elle peut y croire.

Néanmoins, son adversaire, l’écossaise Joanne Calderwood est sans nul doute l’adversaire la plus coriace qu’elle ait affronté depuis son arrivée. Nommée « meilleure débutante de l’année » en 2012 et « combattante préférée des fans » en 2014, « JoJo » a fait l’unanimité depuis son arrivée. Jeune, explosive, durable, la multiple championne de Muay Thaï connaît un parcours globalement en dents de scie, mais si on y réfléchit mieux, elle a prouvé un tas de choses. Remportant un tiers de ses combats par KO, elle pourrait se retrouver dans la discussion des prétendants au titre mais on le voit pas le remporter non plus…

Mais le combat, lui, semble être totalement à sa portée. La victoire par KO est largement envisageable du côté de Joanne Calderwood.

  • Eryk Anders vs. Darren Stewart (poids mi-lourds)

On repasse aux hommes et on monte de catégorie, avec une revanche entre deux combattants qui s’étaient affronté il y a trois mois. Le combat s’était terminé sur un no-contest, avec un coup de genou illégal d’Anders sur Stewart.

Eryk Anders, ancien grand prospect de NFL qui avait signé chez les Cleveland Browns mais qui n’a jamais disputé le moindre match en championnat officiel et qui a finalement choisi de se concentrer sur les arts martiaux. Après avoir combattu pour le Bellator et pour le LFA (disponible sur le fight pass) et avoir remporté le trophée de « combattant le plus sous-côté » en 2017, il en est à 5-5 à l’UFC et a remporté deux fois la distinction de « performance de la soirée », mais aussi une fois la distinction de « combat de la soirée » face à Thiago Santos.

Son adversaire, l’anglais Darren Stewart, n’a pas combattu dans les mêmes fédérations mais a connu une ascension tout aussi belle, en passant par le Cage Warriors et en y faisant ses preuves, avant de se faire repérer par l’UFC et d’y faire un parcours long d’au moins 5 ans.

Le combat initial était largement dominé par l’américain, qui semble avoir toutes les armes nécessaires pour s’imposer avant la limite. Quoiqu’il arrive, on assistera à un gros combat de puncheurs, mais on met une pièce sur l’ancien linebacker qui aura à coeur de finir ce qu’il avait commencé il y a trois mois.

  • Drew Dober vs. Brad Riddell (poids légers)

Dernier combat avant la carte principale et quelle affiche! Les deux hommes veulent apporter un vent de fraîcheur à une division en totale transition. L’américain, de 32 ans, oscille entre les légers et les welters même s’il est un « vrai » léger. Expérimenté, il est très régulier depuis son arrivée dans la grande promotion, et son dernier combat (défaite contre Islam Makhachev) ne doit pas décrédibiliser son parcours et son palmarès.

Brad Riddell, le néo-zélandais, est bien moins expérimenté mais tout aussi talentueux et efficace. Avec 9 victoires en 10 combats, il fera enfin face à un gros poisson et prouvera probablement son statut en cas de victoire.

Même si le combat sera sans nul doute très serré, on donne un avantage au néo-zélandais qui est en meilleure forme actuellement et qui n’a pas le droit à la défaite.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :