NHL Sport US

Alignement des étoiles – Division Ouest : Colorado et Vegas au sommet

Dans cette saison 2020-2021 si particulière, les Divisions de la LNH ont pris le pas sur les conférences traditionnelles. L’importance de ce réalignement inédit a mobilisé la rédaction hockey du CCS, bien décidée à nommer les meilleurs joueurs, par poste, de chaque division. Notez bien : nous prenons en compte les performances des hockeyeurs en saison régulière ET en séries éliminatoires. Après la Division Nord, la Division Centrale et la Division Est, c’est l’heure d’aller voir la terrible Division Ouest !

L’ouest était annoncé comme une bataille entre les deux cadors de l’Avalanche du Colorado et les Golden Knights de Vegas arbitré par les Blues de St. Louis. C’est effectivement ce qu’il s’est passé dans les grandes lignes. Avs et Knights se sont disputés la première place jusqu’aux derniers jours de la régulière mais c’est bien le Wild du Minnesota qui a surpris son monde en venant s’insérer à la troisième place du classement juste devant les Blues de St. Louis en manque d’allant sur la première partie de saison et contestés à un moment par les Coyotes de l’Arizona. Les trois derniers de cette division n’ont pas fait long feu entre des Kings de Los Angeles et leurs voisins les Ducks d’Anaheim en pleine reconstruction et des Sharks de San José en pleine perdition depuis le départ de leur ancien capitaine Joe Pavelski. De nombreux joueurs de classe internationale présents dans cette division ont ébloui de leur talent, voici nos coups de coeur !

💫 Les Pépites de l’Ouest 💫

GARDIEN
Marc-André Fleury (Vegas Golden Knights)

Statistiques saison régulière : 36 matchs – 26 victoires / 1.98 GAA – 92.8% / 6 blanchissages
Statistiques séries éliminatoires : 12 matchs – 8 victoires / 1.91 GAA – 92.3% / 1 blanchissage

Candidat au Trophée Vézina, Marc-André Fleury réalise une de ses, si ce n’est, sa plus saison en carrière. En ballottage défavorable en début de saison et appelé à être numéro 2 derrière Robin Lehner, le gardien québécois a su (re)saisir sa chance lors de la blessure de son coéquipier pour ne plus quitter le filet de Vegas. A 36 ans Fleury s’est trouvé une deuxième jeunesse pour sa quatrième année dans le Nevada et permet aux Golden Knights d’être toujours en course pour soulever la Coupe Stanley. Confrontés au Wild du Minnesota au premier tour des séries, Fleury a eu comme adversaire Cam Talbot, auteur d’une saison très satisfaisante. Il a fallu arriver au match 7 pour que les deux équipes se départagent et voir le québécois prendre enfin le dessus. Il fini la série avec une réussite de 93.1% d’arrêts et 1.71 buts encaissés ! Hormis les victoires de Minnesota aux matchs 5 et 6 où il encaisse 4 et 3 buts, Fleury, spectaculaire comme à son habitude, a dégoûté un à un les attaquants du Wild. Lors de la récente finale de division face à l’Avalanche du Colorado, c’est un autre grand adversaire qui l’attendait en la personne de Philipp Grubauer, candidat également au Trophée Vézina. Coup de poker manqué par son entraîneur Peter DeBoer qui titularise Robin Lehner au match 1, les Golden Knights se font rouster 7-1. De retour au match 2 c’est une défaite 3-2 en prolongation, la dernière de cette série. Fleury sera royal devant le filet, n’encaissant que 8 buts en 4 matchs face à l’armada offensive de l’Avalanche. C’est dorénavant le Canadien de Montréal qui se dresse devant lui et jouer un mauvais tour au club de sa région est sûrement dans son programme. Toujours absent de la liste des vainqueurs du Trophée Vézina, cela pourrait bien être son année.

DÉFENSEUR
Cale Makar (Colorado Avalanche)

Statistiques saison régulière : 44 matchs / 44 points : 8 buts et 36 passes / 36 tirs bloqués et 49 mises en échec
Statistiques séries éliminatoires : 10 matchs / 10 points : 2 buts et 8 passes / 13 tirs bloqués et 17 mises en échec

Le défenseur du futur. Une technique d’attaquant dans le corps d’un défenseur, une glisse et un contrôle du palet supérieur à la moyenne, voici ce qu’est Cale Makar. Vainqueur du Trophée Calder l’année dernière, Makar a subi une blessure en haut du corps qui l’a éloigné de la glace pendant 12 matchs. De retour aux affaires, il retrouve son compère de la première ligne Devon Toews et l’Avalanche réussi à finir premier de la Division Ouest devant les Golden Knights. Cale Makar, durant la saison régulière, nous a proposé quelques highlights de toute beauté, il est vrai face à une division coupée en deux en terme de niveau, les Coyotes, Kings, Sharks et Ducks n’étant pas au rendez-vous. Qu’importe pour Cale Makar qui réalise une saison sophomore de qualité et le place comme l’un des futurs défenseurs élite dans l’avenir. Le premier tour des séries est une formalité face aux Blues de St. Louis et c’est sur un affrontement face aux Golden Knights de Vegas que les joueurs de l’Avalanche vont être jugés. Malheureusement pour Makar et la défense des Avs, l’expérience et l’impact physique a eu raison des encore inexpérimentés défenseurs. Comme beaucoup de nouveaux joueurs dans la ligue, ce sont les qualités techniques qui sont privilégiées et l’apport offensif observé mais un défenseur se doit d’être rude voir vicieux pour se faire respecter lors des rencontres de séries. C’est à ce jeu là que Makar a encore à travailler car les Stone, Karlsson ou bien Pacioretty ont su imposer leurs qualités physiques sur cette jeune défense mais à seulement 22 ans, l’avenir de Cale Makar semble radieux… et un gros contrat risque d’être signé cet été. Affaire à suivre.

DÉFENSEUR
Shea Theodore (Vegas Golden Knights)

Statistiques saison régulière : 53 matchs / 42 points : 8 buts et 34 assistances / 43 tirs bloqués et 22 mises en échec
Statistiques séries éliminatoires : 13 matchs / 6 points : 6 assistances / 22 tirs bloqués et 5 mises en échec

On attendait Alex Pietrangelo pour guider la défense des Golden Knights cette saison. Mais le défenseur canadien a eu besoin d’un certain temps d’adaptation et a été marqué par quelques blessures. C’est donc son compatriote Shea Theodore qui a pris le relais. Déjà un défenseur confirmé depuis son arrivée dans le Nevada, il s’est révélé d’un très bon renfort offensivement, terminant meilleur pointeur des défenseurs des Golden Knights. Il termine à seulement 4 points de son record en carrière mais avec 18 matchs de moins. Il a énormément progressé dans son jeu de passe pour apporter le danger dans la zone adverse. Il a été la clé de la réussite de la franchise du Nevada dans la qualification pour les finales. Auteur de deux assistances lors du match sept contre le Wild, il a réitéré cette performance lors du match 6 contre l’Avalanche. Un défenseur présent dans les moments importants pour qualifier sa franchise. Il a été présent défensivement pour bloquer la redoutable attaque du Colorado avec 12 tirs bloqués. Avec de telles performances, les Golden Knights peuvent entrevoir leurs rêves de victoire finale. 

AILIER
Kirill Kaprisov (Minnesota Wild)

Statistiques saison régulière : 55 matchs / 51 points : 27 buts et 24 assistances
Statistiques séries éliminatoires : 7 matchs / 3 points : 2 buts et 1 assistance

L’attaquant russe est la révélation de cette saison. Déjà connu hors des frontières américaines avec un but vainqueur lors de la finale des JO en 2018, il s’est fait remarquer par ses qualités offensives terminant meilleur pointeur et buteur de sa franchise. Des performances impressionnantes qui en font le favori pour le trophée Calder. Avec ses performances, il bat les records du Wild en devenant la recrue avec le plus de points et de buts. Il devance désormais Marian Gaborik qui avait inscrit 36 points dont 18 buts en 71 rencontres en 2000/2001. Une statistique qui permet de mesurer l’exploit réalisé par le jeune ailier russe. Au-delà des chiffres, il possède un tir puissant et il ne faut pas le laisser se positionner pour tirer vers les filets. Il est particulièrement efficace avec 17,2% de frappes marquées. L’attaquant russe est l’homme de la qualification pour le Wild. Dans une série où les gardiens ont été mis à l’honneur, il a été inconstant avec seulement 3 points inscrits. Mais cette première expérience a été enrichissante, lui permettant de mesurer ce qui lui manque pour passer un autre pallier. Âgé seulement de 23 ans, il a encore une marge de progression et semble promis à un grand avenir.

AILIER
Mark Stone (Vegas Golden Knights)

Statistiques saison régulière : 55 matchs / 61 points : 21 buts et 40 passes
Statistiques séries éliminatoires : 13 matchs / 8 points : 5 buts et 3 passes

Elu à l’unanimité de notre rédaction meilleur ailier de la Division Ouest, ce n’est que mérité pour Mark Stone. Auteur d’une saison de qualité, il confirme son statut de leader des lignes d’attaque des Golden Knights. L’ancien joueur des Sénateurs d’Ottawa vient d’avoir 29 ans et est dans son prime, il apporte cette rage et cette intensité qui permet de transcender ses coéquipiers quand la situation devient tendue sur la glace. Véritable armoire à glace, Stone s’impose en premier lieu grâce à son physique sur les défenses adverses mais possède également un sens du jeu supérieur à la moyenne. Associé à Max Pacioretty et Chandler Stephenson, Mark Stone s’est créé une relation privilégiée avec l’ancien capitaine du Canadien de Montréal et a dû s’adapter pendant l’absence de ce dernier lors du premier tour des séries face au Wild du Minnesota. Embarqués dans une série à rallonge, Stone a été le détonateur des Knights en inscrivant 4 buts dans les sept matchs qui ont été nécessaires pour se qualifier. Face à l’Avalanche du Colorado, l’ailier canadien, ciblé par la défense adverse, a été moins en réussite mais a tout de même pesé sur cette dernière par son activité sur la glace. « Ne rien lâcher » doit être sûrement son credo et les Golden Knights profitent allègrement de ce mental hors norme. Cela pourrait bien être l’année de Vegas, favoris face à Montréal en demi-finale et le combat de titans attendu face aux physiques imposants de Shea Weber ou bien Joel Edmundson pourrait faire des étincelles !

CENTRE
Nathan McKinnon (Colorado Avalanche)

Statistiques saison régulière : 48 matchs / 65 points : 20 buts et 40 assistances
Statistiques séries éliminatoires : 10 matchs / 15 points : 8 buts et 7 assistances

Chaque année il continue à performer dans l’ombre des autres stars de la ligue. Comme l’ensemble de l’effectif de l’Avalanche, il domine la saison régulière sans forcément faire parler de lui. Il est très important pour sa franchise et ses quelques matchs ratés se sont sentis cette saison. Son duo avec Mikko Rantanen est l’un des plus forts de la ligue tant les joueurs se trouvent parfaitement sur les glaces de la ligue. Il termine deuxième meilleur marqueur de sa franchise permettant à celle-ci de terminer premier de la division devant les Golden Knights. Mais comme l’Avalanche, il est focalisé sur ses performances lors des séries. Au premier tour, il a été le moteur de l’armada offensive contre les Blues. Il a retrouvé son efficacité devant les filets en inscrivant 6 buts en 4 rencontres. Il a été impressionnant pour qualifier une nouvelle fois en demi la franchise du Colorado où il retrouve leurs rivaux de la saison, les Golden Knights. Une série bien commencée avec 4 points inscrits sur les deux premières victoires. On a alors pensé que l’Avalanche se qualifierait face à une franchise du Nevada touchée physiquement après sa série contre le Wild. Mais il a connu une baisse de régime lors des trois matchs suivants, n’inscrivant pas de points. Le résultat est sans appel avec trois défaites. Il tente d’éviter l’élimination de sa franchise lors du match 6 en vain. Il inscrit tout de même deux points. Ses performances ont été décevantes lors de cette demi-finale avec seulement 6 points inscrits. Son manque d’efficacité dans cette série s’est ressentie dans les résultats. L’Avalanche est devenue dépendante des performances de son attaquant canadien.  Pour la troisième année consécutive, il s’arrête au second tour des séries et n’arrive pas à franchir ce palier. Une stagnation inquiétante tant l’équipe semblait armée pour l’emporter cette saison. Mais le joueur est un gros travailleur. Il va continuer à s’entrainer cet été pour revenir encore plus fort la saison prochaine. 

🙋‍♂️ Mentions honorables

GARDIEN
Philipp Grubauer (Colorado Avalanche)

Dans une franchise connue pour son efficacité offensive, le gardien allemand a semblé passer un palier cette saison. Déjà performant dans le passé, il réalise probablement sa meilleure saison en carrière sur une saison complète avec 40 matchs joués. Il est parvenu à passer sous la barre des 2 buts encaissés en moyenne par match. Il a blanchi à sept repris les franchises adverses, un record dans sa carrière. Il a poursuivi ses bonnes performances contre les Blues et lors des trois premiers matchs contre les Golden Knights dont des matchs à 41 et 43 sauvetages. Par la suite, il a semblé baissé de régime comme l’ensemble de sa franchise. Il encaisse 13 buts en trois matchs pour terminer avec une moyenne de 83,7% de sauvetages. L’élimination de l’Avalanche se trouve peut-être dans ce secteur et montre l’importance prise par le gardien allemand. Cette série ne doit pas faire oublier sa saison majestueuse qui pourrait être récompensée par le trophée Vézina.

DÉFENSEUR
Samuel Girard (Colorado Avalanche)

Samuel Girard vit dans l’ombre de son coéquipier Cale Makar dont les performances impressionnent les observateurs. Pourtant, il fait du très bon travail que ce soit offensivement ou défensivement. Il s’est imposé comme un défenseur de premier rang dans la ligue malgré son jeune âge. Avec lui sur la patinoire, la franchise du Colorado est solide pour arrêter les offensives adverses. Il possède aussi une très bonne qualité de passe lui permettant de créer des décalages ou trouver ses attaquants laissés libres par la défense adverse. Lors des séries, il s’est montré fort défensivement avec 14 tirs bloqués et 17 mises en échec. Néanmoins, il n’a pas pu empêcher les lourdes défaites contre les Golden Knights. Une défaite collective qui va servir d’apprentissage pour ce jeune défenseur promis à un grand avenir.

ATTAQUANT
Mikko Rantanen (Colorado Avalanche)

L’attaquant finlandais avait à coeur de performer cette saison après une dernière saison marquée par les blessures. Pour fêter son retour en pleine forme, il termine meilleur marqueur et buteur de la franchise. Toujours aussi efficace devant les filets, il est le cinquième meilleur buteur de la ligue cette saison et à seulement 3 buts du deuxième, Connor McDavid. Tout comme son binôme Nathan MacKinnon, il réalise de belles performances dans l’ombre sans faire de bruit. Lors des séries, il a essayé de faire aussi bien que la saison dernière et ses 21 points. Comme l’ensemble de l’attaque de l’Avalanche, il a dominé la défense des Blues se muant en passeur. Contre les Golden Knights, il a retrouvé son efficacité devant les filets avec 4 buts inscrits, insuffisant pour qualifier sa franchise. Une nouvelle déception après cette élimination. Néanmoins, il confirme que Joe Sakic a raison de faire de Nathan MacKinnon et Mikko Rantanen, les joueurs centraux du projet. 

✉️ Le détail des votes

Quatre rédacteurs du CCS, et avant tout passionnés de hockey sur glace, ont contribué à réaliser cet alignement d’étoiles. Chacun devait fournir une liste hiérarchisée par poste : trois gardiens, six défenseurs, trois centres et six ailiers. Le barème est d’attribuer 5 points au(x) premier(s) joueur(s) nommé(s), 3 points au(x) deuxième(s) et 1 point au(x) troisième(s). En cas d’égalité, un vote a été réalisé au sein de la rédaction. Voici les résultats complets :

GARDIENS
Marc-André Fleury (18), Philipp Grubauer (14), Cam Talbot (4)

DÉFENSEURS
Shea Theodore (18), Cale Makar (15), Samuel Girard (9), Alec Martinez (8), Alex Pietrangelo (5), Devon Toews (4), Jonas Brodin (4)

AILIERS
Mark Stone (20), Kirill Kaprizov (16), Mikko Rantanen (16), Gabriel Landeskog (9), David Perron (5), Max Pacioretty (3)

CENTRES
Nathan MacKinnon (20), Ryan O’Reilly (9), Jonathan Marchessault (3)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :