A l'affiche Foot

Mino Raiola et son empire construit progressivement

Il est l’un des agents les plus influents au monde, la valeur marchande des joueurs dont il s’occupe atteint presque les 750 millions d’euros, et facilite la communication avec chacun grâce aux sept langues qu’il maîtrise. C’est par lui qu’il faut passer pour se procurer les talents de nos jours, et ce n’est pas toujours tâche simple vu le caractère dont il fait preuve. Comment Mino Raiola a-t-il pu devenir aussi puissant ?

Les prémices d’une autorité internationale

Mino Raiola, de son vrai prénom Carmine, n’a pas commencé sa vie professionnelle directement en temps qu’agent de joueur de football, l’italo-néerlandais s’est tenté dans d’autres business avant d’exercer son activité principale. Après avoir travaillé quelques années avant dans la pizzeria de son père, il commence par acquérir un restaurant McDonald’s, qu’il ne possédera pas très longtemps, et lance sa société de courtage à l’âge de 20 ans. Dans le même temps, il s’occupe du centre de formation du club d’Harlem, ville où il a grandi.

source : calciomio.fr

Tissage des premiers liens en tant qu’agent

En 1992, il parvient à s’ouvrir les portes de la Serie A en s’occupant de transférer Bryan Roy (joueur néerlandais) à Foggia. L’année suivante, on lui fait alors confiance pour effectuer la même tâche mais cette fois-ci avec Dennis Bergkamp, 2e au classement ballon d’or cette année-là, partant de l’Ajax en direction de l’Inter Milan.

Étant devenu agent de joueurs officiel à la FIFA, il peut se consacrer entièrement à son métier, en commençant par fonder sa société Maguire Tax & Legal,

Mino Raiola et Pavel Nedved – Source : footyfair.com

Le transfert de Bryan Roy a permis autre chose à Mino Raiola, se lier d’amitié avec l’entraîneur tchèque de Foggia à ce moment-là, Zdeněk Zeman. Avec cette rencontre, il va pouvoir faire connaissance avec Pavel Nedved, joueur tchèque du Sparta Prague à cette époque.

Le talent tchèque est alors épaulé par Raiola en 1996 lors de son transfert à la Lazio Rome, puis 5 ans plus tard à la Juventus. L’international tchèque obtiendra même le ballon d’or lors de l’année 2003, et sera considéré comme le remplaçant de Zidane.

Raiola et Nedved célébrant le Ballon d’or 2003 – Source : dagospia.copm

Mino Raiola reste malgré son expansion toujours influent aux Pays-Bas, il s’occupe de trois joueurs de l’Ajax : Mido, Maxwell, et sûrement son plus gros client, Zlatan Ibrahimović.

Rencontre avec Zlatan Ibrahimović

Il rencontre le Suédois en 2003, et s’est occupé de tous ses transferts depuis cette date, pour un montant total de prix de transferts qui avoisine les 150 millions d’euros. Une première rencontre assez spéciale, où l’agent ne s’était pas laissé impressionner : « Vous pensez pouvoir impressionner qui, avec toute ces choses ? C’est de la merde. Vous allez me vendre vos voitures et vos montres et commencer à bosser trois fois plus dur. » Il avait aussi imprimé les statistiques des meilleurs buteurs d’Italie pour les comparer avec celles de son nouveau joueur : « Zlatan, 25 matches, 5 buts. Regarde les autres : Inzaghi, 25 matches, 20 buts. Trezeguet, 24 matches, 20 buts. Tu veux que je te vende à qui ? »

Mino Raiola au côté de Zlatan Ibrahimović – Source : gazzetta.it

Touchant généralement 10 % du transfert de ses joueurs Raiola accumule donc près de 15 millions d’euros de commissions, rien qu’avec son fidèle client. De plus, le contrat de l’international suédois se terminant en 2014, il avait signé un contrat lui permettant de toucher des parts jusqu’à cette date (1,2 millions par an).

La construction de l’empire de Raiola s’est faite par réputation certes, mais aussi par réseau, ses relations en amènent d’autres par exemple avec Ibrahimovic toujours. Ce dernier, lorsqu’il était à l’Inter, a pu parler à son agent d’un joueur très talentueux de son équipe, Mario Balotelli. Il a réussi à convaincre l’Italien en lui promettant notamment qu’il recevrait trois ballons d’or, ce qui n’a pas eu lieu…

Mino Raiola et Mario Balotelli – Source : eurosport.fr

Un agent au caractère bien trempé

L’agent surpuissant fait par ailleurs parler de lui avec ses déclarations, plus ou moins osées, et qui peuvent surprendre : « Je lui ai dit (à Ibra) après ce match (contre Nantes) : « S’il te plaît, arrête de marquer des buts comme ça. Parce que sinon les gens vont penser que c’est vraiment facile, que le football français, c’est facile, que tu joues avec des enfants », « Pogba est comme un Van Gogh : qui sait ce qu’il vaut ? Son prix est celui que l’on est prêt à mettre pour l’obtenir » ou encore « J’ai dit à Mario Balotelli : ‘‘Tu as un contrat de quatre ans et je ne te ferai pas partir. Ou tu quittes Liverpool pour 60-70 millions d’euros, et j’ai gagné mon pari, ou tu meurs ici’’. C’est la première fois que je fais un discours comme ça à un joueur. »

Le record du transfert de Pogba et une commission faramineuse

En 2016, Raiola entre dans l’histoire avec le transfert d’un jeune joueur de 23 ans, Paul Labile Pogba. L’international français devient le joueur le plus cher de l’histoire, en s’envolant chez les Red Devils en provenance de Turin pour un montant de 105 millions d’euros sans les bonus. De plus, étant l’agent du joueur, de la Juventus, et de Manchester United, il aurait touché 49 millions d’euros de commissions. Selon Mediapart, à la suite de cette commission, la FIFA a ouvert une enquête sur ce transfert. Des commissions qui réévaluent le prix qu’a déboursé Manchester United pour se procurer le prodige français à 127 millions d’euros.

Raiola et Paul Pogba – Source : lepoint.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :