EURO 2020 Foot Sélections nationales

La naissance du championnat d’Europe de football

Il y a 61 ans, le premier Euro eut lieu en France. Depuis trois semaines maintenant, pour fêter son anniversaire, le championnat d’Europe des nations 2020 a lieu aux quatre coins de l’Europe. Alors que les quarts de finale vont débuter, c’est l’heure, pour nous, de vous raconter quand, et comment ce championnat européen a été créé. Embarquons dans la machine à remonter le temps, pour se retrouver au début du XXe siècle.

Le 10 juillet 1960, au Parc des Princes, l’Union Soviétique remporte la première coupe d’Europe des nations de football en battant la Yougloslavie sur le score de 2-1 en prolongations. (estadiodeportes.mx)

La FIFA (Fédération internationale de football association), naît en 1904 à Paris, par l’intermédiaire de Robert Guérin. Il est Français, journaliste, entraîneur de football – notamment de l’équipe de France entre 1904 et 1906 -, et devient donc dirigeant en 1904 lorsqu’il devient le premier président de l’organisation suprême du football mondial, que nous connaissons toutes et tous aujourd’hui. Les membres (pays) fondateurs sont tous européens. Il s’agit des Pays-Bas, de la Belgique, de la Suède, du Danemark, de la Suisse, de l’Espagne et donc de la France. Ils seront rejoints quelques mois plus tard par l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie et la Hongrie, puis par l’Angleterre.

Il faut savoir que Robert Guérin est secrétaire de l’USFSA (Union des sociétés françaises de sports athlétiques) et cette entité est en partie décideuse en matière de football – les premiers locaux de la FIFA se trouvent dans les bureaux de l’USFSA. C’est notamment à ce moment-là qu’est discutée l’idée du professionnalisme dans le football, déjà adopté par la FA depuis 1885. Aujourd’hui, le siège de la FIFA se trouve à Zurich, depuis 1932.

La FIFA, seule entrave à l’UEFA

En 1916, la première fédération continentale voit le jour : la CONMEBOL. Les quatre membres fondateurs sont l’Argentine, l’Uruguay, le Brésil et le Chili. C’est donc logiquement que la première Copa America est jouée la même année. Cela donne des idées aux Européens, puisque dans les années 20, plusieurs projets vont être à l’étude, notamment grâce à deux hommes : Jules Rimet et Henri Delaunay.

Le premier est président de la FIFA de 1921 à 1954, tandis que le second rentre au board trois ans plus tard, en 1924. Deux ans auparavant, Rimet devient le premier président de la FFF (Fédération française de football), à l’époque sous le nom de FFFA (Fédération française de football association), et Delaunay en devient le secrétaire général – il l’était déjà, depuis 1908, au sein du CFI (comité français interfédéral), l’ancêtre direct de la FFFA. Les deux dirigeants se connaissent bien et ont investi le monde du sport ainsi que celui du football depuis longtemps. Jules Rimet, a par exemple, fondé le Red Star FC en 1897.

Jules Rimet dans son bureau de la FIFA. (atletanews.sport)

Au début des années 20, la FIFA sort affaiblit par la guerre, notamment, car plusieurs fédérations ont décidé de se désaffilier, comme les Britanniques et les Brésiliens. Jules Rimet souhaite ressembler et faire de la FIFA, une grande famille du football. C’est pour cela qu’il est contre la création des confédérations, notamment celle européenne. Il faudra attendre la fin de son mandat pour voir sortir de terre toutes les fédérations continentales, dont l’UEFA. En 1924, Rimet est admiratif de la tenue du tournoi olympique de football qui a lieu cette fois-là à Paris. Il réalise à quel point un tournoi mondial est indispensable à l’évolution du football. Ce n’est pas pour rien, qu’avant la création de la Coupe du monde, le tournoi olympique constituait l’apothéose en matière de compétition internationale. C’est donc naturellement qu’en mai 1928, à la suite d’un congrès de la FIFA à Amsterdam, est décidée la création d’une Coupe du monde dès 1930. La première se tiendra en Uruguay, car double tenante du titre olympique.

Les pays européens sont réticents à faire le voyage et seuls quatre d’entre eux feront le voyage : la France, la Belgique, la Yougoslavie et la Roumanie. L’entente entre les deux continents est difficile et ce n’est pas un hasard si depuis quelques années déjà, l’Europe pousse afin d’obtenir gain de cause dans la fondation d’une compétition majeure entre nations européennes. C’est Henri Delaunay qui est à la tête du projet et dès 1927, le propose à Jules Rimet et à la FIFA. Mais celle-ci est déjà occupée à organiser la Coupe du monde et ne souhaite toujours pas donner son accord pour la création d’une organisation continentale européenne. L’idée ne peut alors pas aboutir.

1954, l’année fondatrice

En juin 1954, juste avant le début de la Coupe du monde qui doit se dérouler en Suisse, Jules Rimet décide de démissionner de son poste de président de la FIFA. Cela faisait quelques mois que l’idée était sur le point d’aboutir, mais le départ de Rimet accélère la création de l’UEFA le 15 juin 1954. Le « Groupe des associations européennes » voit alors le jour à Bâle, en Suisse. Sept jours plus tard, Ebbe Schwartz, un Danois, devient le premier président, et Henri Delaunay devient le secrétaire général. En octobre, le GEA devient l’UEFA (L’Union des associations européennes de football). Néanmoins, les premières discussions et décisions ne portent pas sur une éventuelle création d’une coupe d’Europe des nations.

C’est une autre compétition qui est au centre des débats, dès 1955 : la coupe d’Europe des clubs champions. Là encore, Henri Delaunay l’avait déjà imaginé dans les années 20. C’est Gabriel Hanot, un journaliste de L’Équipe, qui pousse dans ce sens pour la création de la C1. C’est ainsi qu’en avril 1955, la première coupe d’Europe de clubs majeure naît grâce à une réunion organisée par le quotidien sportif français. La première édition est prévue pour septembre 1955 et doit durer jusqu’en fin de saison, c’est-à-dire jusqu’en juin. Depuis, elle a changé de nom et de format, mais est toujours présente (pour notre plus grand bonheur).

Gabriel Hanot (à gauche), fut l’instigateur de la C1 et du Ballon d’Or. (sports.vice.com)

En novembre 1955, Henri Delaunay meurt des suites d’une maladie et il n’existe plus aucun défenseur déclaré de la coupe d’Europe des nations. C’est son fils, Pierre, qui reprend son poste de secrétaire général de l’UEFA quelques mois plus tard. Deux ans plus tard, le succès de la C1 est tel, que l’UEFA annonce la création de la coupe d’Europe des nations dont la première édition se tiendra en 1960. En ce mois de juin 1958, plusieurs membres de l’UEFA expriment leur désaccord, mais la compétition aura bien lieu.

Initialement baptisée coupe Henri-Delaunay, la coupe d’Europe des nations, dont le modèle est emprunté à celui de la C1, démarre par des qualifications à élimination directe dès septembre 1958. L’idée est que la phase finale se déroule en juin 1960, entre la Coupe du monde 1958 et la Coupe du monde 1962. Périodicité inchangée depuis. De ces faits, les éliminatoires se déroulent sur une saison et demie, afin d’aboutir sur des demi-finales qui font office de tournoi final constitué donc de quatre nations. Pour 1960, la phase finale se déroule en France avec deux matchs au Vélodrome et deux autres au Parc des Princes, dont la finale. Aujourd’hui, l’Euro a bien changé, mais ce modèle initial ressemble fortement à la Ligue des Nations introduite durant la saison 2018-2019, dont la deuxième édition livrera son verdict à l’automne prochain en Italie.

Henri Delaunay, lorsqu’il était jeune. (zeta.vision)

Dix-sept sélections sont inscrites pour la coupe d’Europe des nations 1960 et vingt-neuf se lancent pour l’édition suivante. Pour le troisième tournoi, la compétition est renommée, en 1968, championnat d’Europe des nations. En 1977, le Artemio Franchi, alors président de l’UEFA, décide d’élargir le nombre de sélections présentes lors de la phase finale. Pour 1980, 8 pays participent au championnat d’Europe et sont répartis au sein de deux poules, dont les matchs se déroulent en Italie. Quatre ans plus tard, en France, après la phase de poule, a lieu des demi-finales, contrairement à l’édition précédente. C’est ainsi que le match pour la troisième place disparaît. Enfin, en 1996, la phase finale accueille 16 pays et cette année-là, apparaît pour la première fois l’appellation « Euro ». Depuis, nous l’utilisons couramment et l’Euro comporte même 24 nations depuis 2016.

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :