Grand Chelem Omnisport Tennis

8 juillet 2006 : Amélie Mauresmo sacrée à Wimbledon

Il y a 15 ans maintenant, Amélie Mauresmo, alors numéro un mondial depuis le mois de mars, affronte Justine Henin en finale de Wimbledon. Après la perte du premier set, la Française arrive à prendre l’ascendant sur la Belge pour s’offrir l’une des plus belles victoires de sa carrière, la deuxième de l’année en Grand Chelem.

Deux joueuses au sommet de leur art

Pour la tricolore, qui a terminé la saison 2005 en apothéose à Los Angeles avec le titre acquis au Masters, ce début de saison est très prometteur. Après avoir remporté l’Open d’Australie en début d’année contre Justine Henin, qui a dû abandonner après avoir été menée (6/1, 2/0). Cette victoire en terre australienne marque une grande première en Grand Chelem pour la Française de 26 ans. Mauresmo enchaîne quelques jours plus tard à domicile, en remportant l’Open Gaz de France au dépens d’une autre tricolore, Mary Pierce, lauréate de l’Open d’Australie en 1995 et de Roland-Garros en 2000.

En pleine confiance, elle récidive au tournoi d’Anvers au dépens de Kim Clijsters. Amélie Mauresmo en est déjà à 3 tournois remportés dès février. Par la suite, elle redevient numéro un mondial, deux mois après l’obtention de son titre du Grand Chelem. Malheureusement, elle ne connaît pas la même réussite à la Porte d’Auteuil, où elle se fait éliminer dès les ⅛ de finales par la Tchèque Nicole Vaidišová. Lors du dernier tournoi de préparation avant Wimbledon, Amélie dispute le tournoi d’Eastbourne. Bien qu’elle fut éliminée dès le second tour par une compatriote en la personne de Nathalie Dechy, elle remporte le double en compagnie de Svetlana Kuznetsova. La championne française arrive lancée à Londres forte de ce succès acquis sur gazon.

De son côté, Justine Henin arrive aussi en pleine confiance. Elle qui vient de disputer les deux dernières finales de Grand Chelem pour une défaite en Australie et une victoire à Roland-Garros, se sent sûre de ses forces. La Belge a notamment remporté trois tournois en ce début de saison en plus de Roland-Garros. Parmi eux figure Sydney, Dubaï et Eastbourne. C’est au sortir de cette dernière victoire, qu’elle pense avoir une chance pour le tournoi londonien. Le titre à Eastbourne est son 27e succès. Justine aborde Wimbledon en tant que tête de série numéro 3.

Une finale de guerrière

Lors de cette finale, la Française a subi les fulgurances de sa rivale lors du premier set qui l’a breaké d’entrée pour lui mener la vie dure tout au long de la première manche. Elle termine ce set par un ace 2/6.

Bien décidée à ajouter, une deuxième ligne à son palmarès en Grand Chelem, Amélie, qui a un jeu parfait pour le gazon, élève son niveau. Relâchée et prête à tout tenter, elle ne compte plus ses montées au filet pour mettre la pression sur le retour de service de la Belge. La donne a changé et Mauresmo prend le large après la confirmation de son break 3/0. Passing revers, quelques attaques en coup droit et un récital au filet, Mauresmo tient la barre. Après un jeu service compliqué pour la Française, Henin se relance. Sans s’alarmer, la lauréate de l’Open d’Australie 2006 reprend le service adverse après un beau passing coup droit. En servant pour égaliser à une manche partout, il ne lui reste qu’à confirmer un set drôlement bien mené pour aborder sereinement une troisième manche qui s’annonce palpitante. Malgré ce jeu de service accroché, Mauresmo prend ses responsabilités et sauve une balle de débreak grâce à une présence au filet extraordinaire. Pleine d’envie, elle conclut ce deuxième set avec un ace sur le T. C’est le poing serré, qu’Amélie regagne son banc convaincu que Wimbledon 2006 sera son tournoi.

Excellente au service, Mauresmo se lance très bien dans ce début de set décisif. Elle est habitée par cette envie de se sublimer pour aller chercher ce trophée qui représente tant pour elle. Au troisième jeu, elle accélère, bien sur ses appuis, ses retours rendent la vie difficile à Justine Henin. La tricolore sens le jeu et n’hésite pas à multiplier ses montées au filet pour ne laisser aucun moment de répit à la Belge. Break en poche, elle devient injouable. Appliqué et en pleine possession de ses atouts, Mauresmo contrôle le sublime revers de son adversaire. Tout est parfaitement exécuté et sa panoplie de coups régale le public du Court Central, subjugué par sa capacité à se jouer d’Henin. Mauresmo sait tout faire et garde à distance une Henin qui est accrochée à sa ligne de fond. C’est sur sa première balle de match qu’elle sera couronnée reine à Londres, pour la seule et unique fois (2/6 6/3 6/4). Amélie Mauresmo tient sa consécration All England Club et court embrasser son clan présent dans les tribunes. Acclamé comme il se doit, le bonheur est immense pour la numéro un mondiale.

“C’était éprouvant nerveusement, une bataille tactique permanente.”

Les mots de Justine Henin pour qualifier ses affrontements contre Amélie Mauresmo.
La balle de match qui consacre Amélie Mauresmo à Wimbledon le 8 juillet 2006.

L’année 2006 à jamais dans les mémoires

La Parisienne réalise une année exceptionnelle en remportant deux Grands Chelems, l’un à Melbourne et l’autre à Londres. Elle passa 34 semaines en tant que numéro une mondial et confirma toute cette saison son statut de joueuse complète, si difficile à manœuvrer sur le court. Avec 5 trophées remportés(4 en simple et un en double) et 3 finales jouées sur cette saison-là, la tricolore a su écrire sa légende. Après la finale de Wimbledon, les deux joueuses se retrouveront pour le bal final de cette saison 2006. Malheureusement pour Amélie, Henin remporte la finale du Masters et pique sa place de numéro un mondial. C’est la fin d’une ère sur le trône pour la tricolore.

Une chose restera dans la mémoire, c’est qu’Amélie Mauresmo a su maximiser son talent pour inscrire son nom au Panthéon de l’histoire du tennis mondial. De plus, elle est devenue la deuxième joueuse, 81 années après Suzanne Lenglen à remporter Wimbledon. Depuis sa victoire, une autre Française a eu le privilège d’être consacrée, Reine à Wimbledon, une certaine Marion Bartoli en 2013 qui avait battu Sabine Lisicki en deux sets(6/1, 6/4).

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: