Site icon Café Crème Sport

Recrues 2021 : Paolo Garbisi, néo-fuoriclasse de Montpellier

Il est des acquisitions importantes dans l’élaboration d’une équipe, d’autres qui construisent un futur, certaines qui lancent des carrières. Celle de Paolo Garbisi pourrait cocher toutes les cases. Montpellier a jeté son dévolu sur l’ouvreur international italien en vue de la prochaine saison. Paolo Garbisi vient achever un recrutement déjà pléthorique pour le MHR définitivement inscrit dans un nouveau cycle. Le numéro 10 vient parfaire son apprentissage, apprendre à maîtriser tous les arts du demi d’ouverture, contrôler son talent pour espérer devenir le guide de la Squaddra Azzurra qui en a tant besoin. Et le talent ce n’est pas ce qui manque chez le jeune homme.

Laisse les gondoles à Venise

Vendredi 9 juillet à 14h, le Montpellier Hérault Rugby officialise la venue d’un nouveau joueur dans un communiqué. Un contrat signé sans grand bruit, que les suiveurs du MHR n’osaient plus espérer, mais une signature qui pourrait apporter plus qu’un jeune joueur de 21 ans à développer. En effet, puisque cet homme n’est autre que Paolo Garbisi, 10 sélections en équipe nationale et un diamant brut du rugby déjà bien poli sans pour autant avoir une expérience professionnelle retentissante, logique pour un si jeune joueur.

Paolo Garbisi est un enfant de Vénétie. Il construit sa carrière rugbystique dans sa région natale depuis son plus jeune âge. Né à Venise un 26 Avril 2000, il fait dans un premier temps ses classes dans le club historique de Mogliano Veneto, cité dans les terres, voisine de Venise. Le club offre un cadre parfait pour le développement du jeune Paolo, avec une équipe fanion au plus haut niveau du rugby italien, et ce, malgré son statut de petit bastion dans son stade de 786 places, ainsi qu’avec une école de rugby reconnue et des entraîneurs de qualité qui ne tardent pas à remarquer le talent évident du garçon. Un talent mis à profit à tous les postes de la ligne arrière dans ses jeunes années formatrices avec tout de même déjà un penchant et des qualités naturelles pour l’ouverture.

C’est à 18 ans, au moment de goûter aux catégories Senior, que la carrière de Paolo Garbisi va accélérer sans freiner une seule fois sur son parcours. Il rejoint à cet âge-là le club voisin, l’ennemi juré du derby d’Italie, l’ogre du Petrarca Padoue. Il explose dans son pays, trop fort, trop vite, il ne jouera que 9 matchs pour sa nouvelle équipe avant qu’un autre club voisin se penche sur son cas. Le Benetton Trévise, franchise italienne de Pro 14, veut le joueur, et épaulé par l’académie de la fédération italienne de rugby, Garbisi se voit ouvrir ses portes. Il est donc prêté par Padoue pendant un an et demi dans l’un des deux meilleurs clubs du pays. Un an et demi avec pour consécration la Rainbow Cup remportée contre toutes attentes face aux armadas, irlandaises, galloises, écossaises et sud-africaines. Comme pour laisser déjà une trace de son passage, long de 12 matchs, dans l’histoire du club avant de rejoindre Montpellier, donc, à 21 ans.

Bon pied, bon œil

Il est facile de repérer un numéro 10 sur un terrain, généralement premier manipulateur, gestionnaire et cerveau de l’attaque. Paolo Garbisi est encore plus facile à repérer. S’il s’acquitte de toutes les taches classiques qu’il incombe à un demi d’ouverture, l’Italien ne manque jamais de le faire avec une classe, une élégance propre à lui-même. Ses courses sont franches, la tête haute et le regard au loin. Même s’il est encore jeune, Garbisi a aussi compris toutes les ficelles tactiques et techniques dans la gestion du jeu dans toutes les zones du terrain. Il dicte le rythme efficacement et a les qualités physiques (1m83, 90kg) de vitesse, d’accélération tout comme techniques qui font de lui un attaquant hors-pair. Mais le point essentiel qu’il ne faut pas omettre dans le jeu de Garbisi c’est inévitablement son pied gauche. Son touché de satin couplé à sa vista lui permettent de créer du danger pendant 80 minutes d’un match dans tous les secteurs du terrain. Alors bien évidemment, il reste des axes de progression pour Paolo, logique encore une fois à 21 ans. On pourra parler de sa défense même si cette dernière reste acceptable ou encore de son efficacité face aux perches. Il reste que beaucoup d’aspects du rugby sont maîtrisés par l’ouvreur italien et que malgré quelques ratés, sa maturité et sa confiance restent à un niveau exceptionnel pendant l’entièreté de la partie.

Le portrait de Paolo Garbisi semble élogieux, trop pour un joueur de 21 ans ? Non. Car Garbisi est déjà un titulaire indiscutable avec sa sélection nationale et cela n’est pas lié au hasard. Avant cela, il est passé par toutes les catégories nationales jeunes et a remporté des victoires significatives contres des nations supposément plus fortes que la faible Italie. Ses prestations remarquables avec les Azzurrini sont remarquées par Franco Smith, alors sélectionneur de l’Italie. Et en octobre 2020, il endossa pour la première fois le maillot de la Squadra Azzurra, face à l’Irlande, dans le cadre du Tournoi des 6 Nations 2020 reporté à l’automne suite à la crise sanitaire. Dans ce match, au milieu du marasme bleu, Paolo réussit un éclair de génie, un éclair qui lui tatoua immédiatement le numéro 10 dans le dos en sélection nationale pour un bon nombre d’années à venir.

10/10

Paolo Garbisi a joué tous les matchs possibles avec la sélection italienne depuis sa première contre l’Irlande, 10 matchs, tous en tant que titulaire.

10 en Hérault

Montpellier s’inscrit comme une nouvelle étape dans la carrière de Paolo, une grosse étape même, dans le championnat européen le plus long et probablement le plus usant. Mais ce choix s’insère dans une logique pour le joueur. S’il veut continuer de progresser et de développer son rugby, il devra s’opposer à ce qui se fait de mieux en Europe à un moment. Et le plus tôt sera le mieux pour ce surdoué du rugby. Le MHR présente l’avantage de jouer la Champions Cup après sa victoire en Challenge Cup l’an dernier (après avoir sorti le Benetton de Paolo en ¼ de finale) une aubaine pour le joueur qui pourra se frotter au gratin européen pour la première fois de sa carrière. De plus, Montpellier (re)bâtit son équipe dans un nouveau cycle, mais, compte encore dans son effectif Handré Pollard. La présence de l’ouvreur champion du monde pourrait aussi avoir précipité la décision de Paolo Garbisi. La plus-value est évidente, le jeune italien a tout à apprendre d’un joueur comme Pollard, notamment dans l’approche mental des matchs mais aussi la gestion et le jeu au pied.

Pour l’équipe, l’ajout d’un joueur de la trempe de Garbisi est facilement explicable. L’Italien est un international, très jeune qui s’inscrit dans un projet moyen et long terme, sous un contrat espoir. L’équipe réussi là un gros coup financièrement et sportivement parlant. Dans l’effectif, cette addition vient palier les départs de Lozowski et Goosen. La rotation des 10 avec Pollard, Garbisi et Foursans-Bourdette se présente dans le Top 14 comme l’une des plus prometteuses cette saison.

Paolo a été le meilleur joueur italien du dernier tournoi des 6 Nations. C’est un peu la pépite du rugby italien. Il a vraiment voulu relever le challenge de progresser et de jouer dans un grand club. Nous, avec le départ d’Alex Lozowski et de Johan Goosen, nous avions vraiment besoin d’un joueur comme lui, capable de jouer 10, 12, 15, buteur. Nous sommes très contents d’avoir Paolo pendant 2 ans ici. Il a vraiment envie de venir avec nous, de grandir, de s’entraîner dans une structure professionnelle même s’il reste dans le double projet parce qu’il va continuer ses études et qui vient en contrat espoir.

Philippe SAINT-ANDRÉ

Depuis ses premiers pas dans le rugby à Venise, Paolo Garbisi marche sur l’eau. S’il a déjà franchi un cap important à l’échelle internationale, le joueur a brûlé les étapes en club. Sa signature à Montpellier s’inscrit dans cette logique de précocité mais de progression constante. Pour le demi d’ouverture comme pour le club l’association a tout pour devenir très prolifique.

Quitter la version mobile