A l'affiche JO 2021 Omnisport

JO de Tokyo – BMX : Sérignan, « capitale » française de la discipline

À moins d’une semaine de l’ouverture des Jeux Olympiques, le CCS continue sa couverture de cet évènement sportif tant attendu. Parmi les nouvelles disciplines présentées cette année, on y retrouve le BMX Freestyle/Park. Discipline spectaculaire et prisée des jeunes, la France possède une réelle chance de médaille grâce à Anthony Jeanjean. Membre du club de Sérignan, il est l’une des pépites de ce village devenu un lieu incontournable dans le paysage du BMX français. Pour l’occasion, Le CSS vous raconte comment cette commune du sud de la France s’est forgée sa réputation de capitale du BMX.

Sérignan est une commune héraultaise de 7000 habitants située entre la ville de Béziers et la mer Méditerranée. Bien que le sport y aie toujours eu une place importante, celle du BMX s’est bâtie sur près de deux décennies avant de devenir une des attractions sportives majeures du village. Lorsque l’on regarde la chronologie d’un peu plus proche, on peut y trouver trois périodes marquantes allant de la « naissance » du BMX sérignanais jusqu’à la propulsion d’un jeune du village aux Jeux Olympiques. Retour sur ces dates marquantes qui ont forgé cette réputation de « capitale » du BMX.

2000 : Vincent Massardier, le bâtisseur

Au tournant des années 2000, le BMX est encore loin d’avoir la place qu’il a aujourd’hui au sein de la commune héraultaise. Sportivement, l’intérêt se situe encore sur des pratiques plus « traditionnelles » comme le rugby ou encore le tennis dont le club vient de connaitre son heure de gloire à la fin des années 90 grâce aux prouesses du jeune Richard Gasquet, promis alors à un avenir au sommet du tennis mondial.

Malgré le souhait de certains jeunes de développer de nouveaux sports, comme le skate ou le BMX, il n’y a encore aucun projet d’infrastructure adéquate. En effet, les projets de la commune sont à ce moment là plutôt tournés vers les arts et la culture avec notamment la construction de la salle de spectacle La Cigalière en 2002.

Pourtant, un jeune homme, du nom de Vincent Massardier, décide de vivre sa passion du BMX coûte que coûte avec ses amis. Âgé d’une quinzaines d’année, il commence alors a aménagé un terrain situé non loin de l’entrée du village le long des rives de l’Orb. Armés de pelles, Vincent et ses amis construisent une à une des successions de bosses en terre leur permettant de réaliser des figures aériennes avec leur vélo. Au bout de quelques années, le simple spot devient un réel park de BMX Dirt qui commence a être connu à une échelle régionale, voir plus. Surnommé le « Vitikul Trail », ce lieu deviendra vite un symbole de découverte de cette discipline spectaculaire.

Crédit: Google Street View

Ne se contentant pas de façonner ses bosses, Vincent Massardier ride avec acharnement pour devenir rapidement une figure emblématique du BMX Dirt en France et même au delà. Surnommé « La Machine », il enchaine les bonnes performances au niveau national et européen, en plus de s’inscrire dans l’histoire de son sport en réalisant plusieurs premières dont le double front flip (double saut périlleux avant). Fort de ses performances et de sa réputation, il devient vite un fier représentant de Sérignan et sera au cœur du développement du BMX dans la commune.

Crédit: Hérault direct

2012 : Le Parc Multi-sports Urbains

Un peu plus de dix ans après la création du « Vitikul Trail », la pratique du BMX à Sérignan prend un virage considérable grâce à la création, par la commune, d’un véritable site dédié aux sports urbains. Bénéficiant d’une nouvelle vision des élus, dirigée par le maire actuel Frédéric Lacas, c’est une fois de plus Vincent Massardier qui est au cœur de ce projet qui voit le jour en 2012. Par la même occasion, Vincent crée sa propre école de BMX dirt/freestyle, Passion BMX, permettant une pratique encadrée auprès des jeunes et de démocratiser un peu plus ce sport dans le village.

Ouvert à tous, ce parc comprend notamment un champ de bosses pour le BMX dirt, des pistes pour les débutants comme pour les professionnels, un airbag et surtout un park classé au niveau national.

Crédit: Facebook Parc Multi-sports Urbains

Le succès du parc est instantané auprès de la population puisque des centaines de jeunes s’y retrouvent pour pratiquer le BMX mais aussi du skateboard, roller ou trottinette. Bien que l’initiation à de tels sports peut refroidir certains parents, l’école de BMX offre un encadrement sécuritaire aux plus jeunes et leur permet de se découvrir une passion.

Crédit: Facebook Parc Multi-sports Urbains

Au delà de l’engouement local, c’est la reconnaissance du Park au niveau national et international qui permet à Sérignan de commencer à devenir une place forte du BMX en France. Grâce à des installations et des modules dignes des meilleurs spots de la planète, les meilleurs riders mondiaux commencent à s’y retrouver pour s’entrainer puis pour participer à des compétitions, notamment celle du prestigieux Lords of Dirt Tour dès 2013. Symbole de la reconnaissance du site sérignanais, cette même compétition devient, à partir de 2018, le BMX Occitanie Show (BOS). Organisée annuellement, entre autre par le club Passion BMX, cette compétition est devenu un évènement international incontournable de la discipline Freestyle tout en étant une étape de la Coupe de France. Étalée sur deux jours, les amateurs ont également la chance de s’y illustrer. Le tout au grand plaisir de la population qui ont un accès direct à ce qui se fait de mieux dans ce sport.

2019-2021: Des athlètes à leur apogée

Bénéficiant d’installations et d’un encadrement, via le club, de haut niveau, c’est sans surprise que certains jeunes commencent à tirer leur épingle du jeu et réussissent à devenir de vrais compétiteurs dans les rangs juniors et professionnels. Parmi eux, Anthony Jeanjean et Laury Perez font désormais partis de l’élite mondiale du BMX Freestyle.

Âgé seulement de 23 ans, Anthony Jeanjean est tout simplement le numéro un français dans sa discipline et représentera la France lors des J.O. Alors qu’il ne commence le BMX qu’à l’âge de 10 ans, il évolue très rapidement au point de participer au mythique FISE à 13 ans. Fort de ses performances, il devient professionnel l’année suivante (à 14 ans!) en plus de se faire remarquer dans plusieurs compétitions internationales. Il connait ensuite la consécration en 2019 alors qu’il devient champion de France de la discipline Freestyle en plus de devenir champion d’Europe peu de temps après. Grâce à cette année d’anthologie, il décroche au passage son billet pour Tokyo. Il devient finalement double champion de France 2020 installant ainsi sa suprématie dans la discipline.

Crédit:  Samuel Golay/EPA/Newscom/MaxPPP

Quant à Laury Perez, elle est, à même pas 20 ans, l’espoir féminine numéro un de la discipline en France. Elle aussi s’est fait remarquer dès son plus jeune âge lors des compétitions du FISE. En 2019, elle tutoie déjà presque les sommets en finissant vice championne de France et en terminant 7ème des championnats du monde en Chine. Elle se hisse finalement au plus haut niveau du pays en 2020 en décrochant le titre de championne de France. Malheureusement, Laury n’a pu se qualifier pour les Jeux Olympiques mais nulle ne doute qu’elle pourrait être une des représentantes françaises lors des J.O 2024 à Paris.

Crédit: Passion BMX

Actuellement centre névralgique du BMX français, Sérignan aura vécu toute une évolution de la pratique de ce sport avant d’obtenir un tel statu. Bien que cela est dû à des icones du village comme Vincent Massardier, c’est maintenant les nouvelles générations qui font rayonner la commune méditerranéenne à travers le monde entier.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :