Bundesliga Foot JO 2021 Sélections nationales

JO 2020 I Foot : Matheus Cunha pour défendre le titre

Il a marqué 18 buts en 19 sélections avec le Brésil U23. Matheus Cunha va encore enfiler cette tunique cet été aux Jeux olympiques mais il fait peu de doutes qu’il fera sans tarder ses premiers pas avec les grands. Quatrième volet d’une série en 5 épisodes concentrés sur autant de talents qui peuvent briller durant ces JO. Et dans la décennie à venir, accessoirement. (image : CBF)

Épisodes précédents :
Amad Diallo, à la conquête du monde
Thiago Almada, l’homme du troisième sacre ?
Bryan Gil, maigre, anachronique et statistiquement faible, soit le footballeur parfait

À Tokyo, la Seleção trouvera sur son chemin l’Allemagne, l’Arabie saoudite et la Côte d’Ivoire d’Amad Diallo. Les derniers JO, disputés à Rio de Janeiro, avaient vu les Auriverde s’emparer de la médaille d’or au détriment de l’Allemagne. Il y aura de la revanche dans l’air, mais les générations se sont renouvelées et le Brésil s’avancera avec une équipe aussi jeune que séduisante, dont Matheus Cunha devrait être un fer de lance.

Une valeur sûre de Bundesliga

Matheus Santos Carneiro Da Cunha naît en 1999 à João Pessoa, capitale de l’État de Paraíba, connue comme « la ville où le soleil se lève en premier » car elle abrite la Pointe du Seixas, le point le plus oriental des Amériques. À peine âgé de 18 ans, il quitte le pays et son club du Coritiba FC pour tenter sa chance en Europe. Une saison en Suisse, au FC Sion, le révèle aux yeux des recruteurs et lui ouvre les portes de la galaxie Red Bull. En juin 2018, Matheus Cunha signe en faveur du RB Leipzig pour 15 millions d’euros et un contrat de cinq ans. Bien qu’il se soit intégré à la rotation, le club allemand choisit de s’en séparer après 18 mois, préférant miser sur Dani Olmo.

Le 6 avril 2019, Matheus Cunha inscrit ce but sensationnel qui lui offre une nomination au Prix Puskas du plus beau but de l’année. Pressing sur Sven Bender, roulette sur Wendell et ballon piqué devant Hrádecký. Magique.

Cunha rejoint l’ambitieux Hertha Berlin, où un rôle important lui est promis. Arrivé pour la bagatelle de 18 millions, le Brésilien ne tarde pas à se mettre en évidence dans la capitale, au point de susciter l’intérêt du Paris Saint-Germain à l’été 2020. Parallèlement, l’attaquant brille sous les couleurs de son équipe nationale. Sélectionné en U20 depuis octobre 2018, il remporte le Festival international espoirs de Toulon en 2019 et termine meilleur buteur de la compétition avec quatre buts. Appelé en A par Tite dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2022 pour pallier la blessure de Gabriel Jesus en octobre dernier, Matheus Cunha assiste finalement aux matchs contre le Pérou et la Bolivie depuis le banc de touche.

L’amour du dribble

Au cas où vous aviez encore des doutes, Matheus Cunha est bel et bien brésilien. Il suffit de le voir jouer pour s’en convaincre. Dans le moule des grands attaquants formés au pays, le joueur du Hertha se démarque par sa technique parfaite. Sur chaque contrôle, chaque prise de balle, on sent qu’il se passe quelque chose. Si cet objet sphérique paraît brûler les pieds de certains joueurs, Matheus Cunha n’est pas vraiment embêté par le ballon. De par son style de jeu basé sur l’élimination, il provoque beaucoup de fautes mais prend aussi beaucoup de coups. Jeune (22 ans), l’avant-centre manque encore de sang-froid et de patience. Face à son propre manque de réussite et à certaines décisions arbitrales, il est souvent frustré et il lui arrive de perdre ses nerfs.

Avec 8,2 dribbles tentés par match et un pourcentage de réussite de 62,6%, Matheus Cunha était le dribbleur le plus précis parmi les U23 dans les cinq grands championnats européens en 2019/20. (source : @Fleck_Scout)

En revanche, à son âge, Cunha peut s’enorgueillir d’une certaine régularité dans ses performances. Le Brésilien s’est très vite adapté au football pratiqué sur le Vieux Continent et franchit les étapes avec une aisance déconcertante. Le plus souvent aligné à la pointe de l’attaque, il aime à partir du côté gauche pour se mettre sur son pied droit et fixer la défense. Polyvalent offensivement, Matheus Cunha sait éliminer par le dribble, par la passe ou par un simple appel de balle. Plus à l’aise avec son pied droit, il n’est toutefois pas un droitier exclusif et on le voit parfois tenter sa chance du pied gauche. Instinctif, capable de coups de génie, on peut lui reprocher de manquer d’intelligence sur jeu placé mais il dispose d’une marge de progression certaine.

Le radar général de Matheus Cunha souligne son excellente qualité de dribble, sa propension à battre son adversaire direct et sa capacité à se créer des occasions de but. Sa heatmap nous indique qu’il se projette systématiquement dans le camp adverse et qu’il aime dézoner sur l’aile gauche. Enfin, ses notes de passes et de créativité appuient l’idée que Cunha est un joueur attiré par le jeu vers l’avant. Néanmoins, il n’est pas un passeur précis ni un meneur de jeu, il crée surtout pour lui-même. (source : Mezzala Ftbl)
Même s’il aime jouer vers l’avant et prendre des risques, le jeu de passes de Matheus Cunha est largement perfectible. Ses statistiques dans ce domaine ne sont pas bonnes. Il est excellent dans le jeu en percussion, comme l’attestent ses notes de dribble et de duels offensifs, et dans le jeu sans ballon, à en juger à ses xG (expected goals). Son taux de conversion est moyen et il peut donc progresser dans la finition. Il s’implique dans les duels défensifs mais commet beaucoup trop de fautes, souvent par excès d’engagement. (source : Mezzala Ftbl)

Le site fbref.com corrobore certaines statistiques présentées plus haut, dont la faible précision de ses passes, sa capacité à se mettre en position de frappe et sa qualité de dribble. Sur le plan défensif, on souligne volontiers son goût pour le pressing. Avec 20,6 pressions par 90 minutes, il est dans le 89e percentile à son poste, c’est à dire que seuls 11% des attaquants d’Europe font mieux que lui. Cela se ressent dans son nombre d’interceptions (1,47) qui le place dans le 96e percentile.

Longiligne (1,84 m et 75 kg), Matheus Cunha devrait pouvoir se montrer plus dangereux dans le jeu aérien à l’avenir s’il s’en donne les moyens. Il sait profiter de sa qualité de pied pour prendre sa chance de loin, prendre en charge les coups de pied arrêtés et centrer en première intention. Il est une menace redoutable sur contre-attaque mais doit améliorer sa protection de balle. Compte tenu de son gabarit et de sa qualité technique, il devrait pouvoir mieux conserver le ballon en attendant le soutien de ses partenaires. Depuis le début de sa jeune carrière, Cunha a évolué à tous les postes sur le front de l’attaque. Souvent ailier droit à Sion, souvent en pointe à Leipzig, souvent ailier gauche au Hertha, le Brésilien a aussi joué second attaquant.

La preuve de sa polyvalence offensive, de son habileté des deux pieds et de la flexibilité tactique qu’il peut offrir à un entraîneur. Matheus Cunha sera un atout de choix pour le sélectionneur André Jardine aux JO de Tokyo. S’il est tout sauf un ailier à l’ancienne qui joue le long de la ligne de touche, il est à l’aise dans tous les dispositifs et apporte un danger de chaque instant. À vous de vous faire un avis, et voilà une bonne raison de suivre le tournoi olympique de football. On revient très vite vous donner le dernier !

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :