Site icon Café Crème Sport

Draft NBA 2021 : Sleepers, rôles définis/potentiels limités

Alors que les nouveaux champions NBA ont encore la tête dans les nuages, les aficionados de la balle orange se tournent déjà vers la saison prochaine et son lot de bouleversements : valse des entraîneurs, le marché des agents libres et… la Draft 2021. La date du 29 juillet arrive à grands pas mais il est reste suffisamment de temps pour vous mettre à jour sur ceux qui feront la NBA de demain. Après avoir vu ensemble les différents « gros prospects » de cette cuvée, attachons nous désormais à l’étude de ceux qui passent inaperçus. Ceux sur qui nous dirons dans 5 ans : « et dire qu’il a été sélectionné en 35ème position…». Ceux que les spécialistes appellent les « sleepers » ou « dormeurs » de la Draft 2021.

Nah’Shon Hyland

Source : KSL Sports

Date de naissance : 14 septembre 2000 – Classe : Sophomore

Université : VCU Rams (A-10)– Bilan 2020/2021 : 19v/7d
Poste : Guard (#5)

Mensurations
Taille : 190 cm – Poids : 74 kg – Envergure : 206 cm

Statistiques saison
24 matchs joués // 19,5 pts // 4,7 reb // 2,1 ast // 1,9 stl // 0,2 blk
31,9 minutes joués/match // 44,7 % FG // 37,1 % 3Pts // 86,2% FT // 3,1 Tov // 2,2 PF

Celui qui a ébloui le Combine

Nah’Shon « Bones » Hyland a été surnommé ainsi en raison de son morphotype très fin. Il a commencé à jouer au basket en regardant son frère aîné dans les parcs du Delaware. C’est d’ailleurs une enfance tourmentée qu’a du vivre le jeune garçon. A lors dans une maison familiale en compagnie de son cousin et de sa grand-mère, un incendie s’est déclaré. Nah’Shon est parvenu à s’échapper mais il fut le seul. Sa grand-mère et son cousin ont péri dans cet accident. Bones a, quant à lui, subi une déchirure du tendon rotulien et a du arrêter de jouer durant 6 mois. Il jouait à cet instant pour le lycée technique St Georges à Middleton. Lors de son année Senior, Hyland a été nommé joueur de l’année du Delaware avec près de 27 points de moyenne. Considéré comme une recrue 4 étoiles, il s’engage donc pour VCU malgré des offres de Uconn et Temple notamment.

Au cours de ses deux saisons passées du côté de VCU, Hyland a montré l’étendu de son talent offensif. Il a réalisé de grosses performances au scoring établissant même un record personnel de 31 points face à Western Carolina. Très naturellement, il s’est donc déclaré candidat à la Draft 2021.

Physiquement, Hyland est un joueur assez petit (1m90) mais surtout très fin. Il possède cependant une envergure de 2m06. Considéré comme un pur scoreur, il excelle dans l’art de mettre des paniers. Capable de jouer meneur, il a davantage été utilisé en tant qu’arrière cette saison. Il a ainsi pu se concentrer sur sa qualité première : le scoring. Son shoot part relativement vite et son envergure lui permet de compenser ce relatif manque de taille. Il adore prendre des pull up en transition notamment. Il a des facilités à se créer son shoot et apprécie particulièrement le un contre un. Son volume de tir est important. En effet, il tente près de 8 tirs par match. Enfin, le guard sait être clutch quand il faut et rentrer parfois des paniers difficiles.

Nah’ShonHyland, c’est également un joueur capable de finir au panier. Il a cette faculté à être efficace en drivant. Pour preuve, sur la saison, il termine à 55.4% de réussite au cercle sur attaque demi-terrain. Finissant naturellement main droite, il affectionne particulièrement le fait de mettre son corps en opposition pour finir main droite sur le côté gauche du panier. Il se retrouve donc dos au cercle mais est assez à l’aise pour se resituer parfaitement dans l’espace. Sa main gauche est, quant à elle, très correcte et il peut tout aussi bien finir avec cette dernière.

Néanmoins, il doit progresser sur le playmaking pour les autres. Il a cette tendance à se créer ses situations mais il éprouve des difficultés à faire briller ses partenaires. Il peut parfois avoir de gros oublis et ne lâche pas le ballon à un joueur ouvert pour tenter un tir compliqué. Cette vision tunnel lui a d’ailleurs coûté de nombreuses pertes de balle. Il rend le ballon plus de trois fois par match et doit apprendre à faire les bons choix.

Enfin, dernier axe d’amélioration, la défense. Hyland n’est pas très rapide latéralement et est trop souvent dépassé en un contre un. Son physique fluet ne lui permet pas non plus de répondre lorsqu’il est enfoncé et il a tendance à reculer sur chaque contact. Il doit donc prendre de la masse muscluaire dès son arrivée dans la ligue pour être mieux armé défensivement.

Lors du Draft Combine, Hyland a ébloui les observateurs grâce à cette faculté à scorer sur n’importe quel adversaire. Il se serait alors fait sa place au premier tour à ce moment.

PRÉDICTION DRAFT 2021

Fin de premier tour / Début de second tour (places 25-35)

Équipes potentiellement intéressées : Brooklyn Nets (#27), Philadelphie Sixers (#28) – Phoenix Suns (#29)

TIER DU CCS : Tier « Starter/6ème homme »

Nah’Shon Hyland est un joueur qui pourra scorer de bien des manières dans la grande ligue. Son côté torche humaine pourra lui permettre d’apporter qu’importe la franchise dans laquelle il se retrouvera. Il a cependant besoin d’avoir le ballon en main et de créer pour lui-même afin d’être efficace. Ses lacunes défensives en particulier sur l’homme devront être améliorées au risque de n’être « qu’un joueur de banc » menant un second unit NBA.

Kessler Edwards

Source : Pepperdine Athletics

Date de naissance : 9 août 2000 – Classe : Junior

Université : Pepperdine Waves (WCC)– Bilan 2020/2021 : 15v/12d
Poste : Ailier (#15)

Mensurations
Taille : 203 cm – Poids : 90 kg – Envergure : 210 cm

Statistiques saison
27 matchs joués // 17,2 pts // 6,8 reb // 1,2 ast // 1 stl // 1,2 blk
33,9 minutes joués/match // 49,1 % FG // 37,8 % 3Pts // 87,6% FT // 1,8 Tov // 2,1 PF

Celui qui sort d’une Mid Major…

Kessler Edwards est natif de Californie. Ayant un frère aîné qui joue au basket, il en a naturellement fait de même. Sa carrière lycéenne s’est passée du côté d’Etiwanda à Rancho Cucamonga. La-bàs, Edwards a été nommé MVP de la Baseline League et il a joué pour Prodigy Elite sur le circuit AAU. Considéré comme une recrue 3 étoiles par tous les médias spécialisés, il a décidé de rejoindre son frère du côté de Pepperdine.

A Pepperdine, Edwards n’a cessé de progresser et a amélioré ses stats personnelles lors de chaque saison. Ses pourcentages ont été bons et il a montré de sérieuses qualités.

Tout d’abord le tir. Edwards a pris 8 tirs par match au cours de la saison dont plus de 4 à trois points. Sur demi-terrain, il a une efficacité de 49.8% sur catch & shoot. Si la jambe droite finit très en avant lors de la réception après tir, l’efficacité est bel et bien au rendez-vous. L’ailier aime recevoir le ballon en transition et poser ses appuis pour envoyer de belles bombinettes longue distance. Il peut très bien jouer le pick & pop et déclenche son tir plutôt rapidement. De la même manière, il aime à naviguer dans les écrans pour trouver un spot ouvert lui permettant d’envoyer un tir du parking. Son rôle est déjà tout trouvé et il y a peu de chances de le voir changer à son entrée dans la grande ligue. Il fera partie de la caste des 3&D.

Car, oui, Edwards a des facultés défensives qui lui permettent d’avoir un vrai impact. Ses longs bras lui permettent d’être très actif en un contre un lorsqu’il défend. Cela lui permet également de dissuader l’adversaire. Doté d’un physique athlétique et plutôt long, il n’est pas simple de le passer en puissance et quand bien même, il peut revenir vous contrer avec ses longs segments. Les jambes bougent bien et il ne mord pas facilement aux feintes.

Enfin, Edwards est un bon finisseur près du cercle. Il tourne à 67.1% de réussite au panier. Il peut finir au dunk, effectuer des cut backdoor ou même finir après contact. Il possède une panoplie de jeu proche du cercle qui est très intéressante.

Néanmoins, l’ailier est incapable de créer du jeu. Il éprouve, par exemple, les pires difficultés à être efficace après un dribble. Il ne rentre que 29% de ses tirs en sortie de dribble. Sa mécanique étrange fait qu’il a parfois du mal à se resituer dans ce genre de situation off dribble. Il a donc des appuis mal positionnés ou un équilibre du corps douteux.

Son premier pas n’est pas très rapide et il ne parvient pas à faire la différence avec celui-ci malgré son physique plutôt avantageux. Il a du mal à créer de l’espace et de la séparation avec son vis-à-vis dans le jeu en isolation.

Enfin, Kessler Edwards peut encore progresser dans la défense au périmètre. Il a parfois du mal lorsqu’il est en retard sur des close out. Il semble éprouver des difficultés à bouger ses hanches pour changer de direction mais cet aspect du jeu ne semble pas plus inquiétant que ça. Il devrait progresser et comprendre ce qui est attendu car sa défense sur des postes 4 est déjà plus que correcte.

PRÉDICTION DRAFT 2021

Début de second tour (places 30-40)

Équipes potentiellement intéressées : Milwaukee Bucks (#31) – New Orleans Pelicans (#35) – Chicago Bulls (#38)

TIER DU CCS : Tier « Rotation importante »

S’il y a fort à parier qu’Edwards ne sera jamais une première ou une deuxième option offensive d’une équipe NBA, il n’en demeure pas moins certain qu’il sera un rôle player très utile. Capable de jouer des deux côtés du terrain et d’y être impactant, il trouvera sa place dans un roster sans souci et, bien utilisé, il pourra même apporter sa pierre à l’édifice. Probablement pas le plus talentueux ni le plus flashy, il rendra de fiers services et sera certainement un bon joueur NBA à l’avenir.

Neemias Queta

Source : Moutain West Wire

Date de naissance : 13 juillet 1999 – Classe : Junior

Université : Utah State Aggies (WCC)– Bilan 2020/2021 : 20v/9d
Poste : Pivot (#23)

Mensurations
Taille : 213 cm – Poids : 111 kg – Envergure : 223 cm

Statistiques saison
29 matchs joués // 14,9 pts // 10,1 reb // 2,7 ast // 1,1 stl // 3,3 blk
30 minutes joués/match // 55,9 % FG // X 3Pts // 70,7% FT // 2,4 Tov // 2,4 PF

Celui qui construit des murs…

Neemias Queta est en passe de devenir le premier portugais à jouer en NBA. Né à Lisbonne au Portugal de parents guinéens, l’imposant pivot s’est envolé rapidement pour Etats-Unis après seulement deux rencontres disputées sous le maillot du Benfica. Durant l’été 2018, Neemias Queta s’engage avec l’université d’Utah State malgré les solicitations de Texas Tech et Creighton. Après trois saisons complètes sous le maillot des Aggies, Queta décide de se présenter à la draft NBA et renonce à sa dernière année universitaire. Arrivé au même moment que le nouveau coach, Craig Smith, les responsabilités de Queta ont augmenté au fil des saisons et ses performances ont aidé Utah State à se qualifier deux années sur trois au Tournoi NCAA. Nommé dans l’équipe All-Freshmen de la MWC à sa première année, Queta remporte 2 fois le titre de meilleur défenseur de sa conférence tout en étant nommé 3 fois consécutivement la meilleure équipe de MWC et meilleure équipe défensive. Âgé de 23 ans depuis le 13 juillet, Neemias Queta a de grandes chances d’être sélectionné au second tour de la draft 2021. Voici pourquoi.

Pour celles et ceux qui ont eu l’occasion de voir le Portugais sur un parquet, l’impression visuelle est catégorique : Neemias Queta est un phénomène physique. Affichant 111 kilos sur la balance pour une taille de 2 mètres 13, Queta est un pivot qui être sorti d’un autre temps. Avec une envergure dépassant les 2 mètres 20, il est assez simple de devinez les qualités du garçon. Des dimensions naturellement hors-norme ne font pas de vous un bon joueur de basket, ni même un bon défenseur. Neemias Queta possède ce sens du timing, cette lecture défensive qui lui permettent d’être un formidable protecteur de cercle, l’un, si ce n’est LE meilleur de cette cuvée. Avec 3,3 contres en moyenne cette saison, Queta s’est imposé comme le dernier rempart de la défense d’Utah State. Il enregistre 97 contres cette saison, le plus haut total de la NCAA. Cette propension à être un rim protector est largement envisageable au niveau NBA puisque Queta ne se base pas uniquement sur son avantage de taille mais possède aussi une excellente mobilité.

Il ne faut pas réduire Neemias Queta à son seul rôle défensif. Offensivement, le Portugais a montré de très belles choses laissant entrevoir différentes utilisations. Queta est un excellent finisseur, affichant un taux de réussite de 64,4% près du cercle cette saison. Finisseur vertical, puissant, le pivot des Aggies est un formidable dunker. Mais pas seulement, Queta a montré une réel potentiel en attaque au poste bas avec 50,3% de ses tentatives converties en situation de post-up. Bien sûr, ce domaine n’est pas favorisé par le jeu NBA, mais cela reste une option. Queta peut tout à fait jouer sur pick and roll grâce à des écrans monumentaux et un joli toucher pour finir près du cercle. L’autre aspect intéressant de son jeu est son potentiel de playmaking. Avec 2,7 passes par match cette saison, Queta a montré de réelles compétences dans les passes au post, notamment les espaces réduits sous le cercle.

Neemias Queta a évidemment les défauts de son poste, les défauts d’un pivot des années 90′ dirons nous. Son tir hors de la zone de l’arceau est inexistant. Peut-être qu’un jour Queta aura un petit shoot en C&S à mi-distance, mais pour le moment ce n’est qu’un mirage. Pour cela l’un des motifs d’espoir demeure sa progression sur la ligne des lancers, passant de 56,5% en première année à 70,7% lors de sa dernière saison. Il n’a pris que 16 tirs cette saison en dehors de la zone du cercle, pour seulement 4 convertis. Défensivement, Queta ne pourra pas effectuer de rotations sur des guards. Si sa mobilité est suffisante pour perturber les intérieurs adverses, le Portugais manque de fluidité pour défendre à l’extérieur. Enfin, Queta devra faire attention à prendre soin du ballon, lui qui affiche un triste 19%TO au poste, souvent victime des prises à deux. Son rôle sera limité en NBA, mais ce qu’il a faire, Queta sait très bien le faire.

PRÉDICTION DRAFT 2021

Milieu de second tour : Places 35-45

Équipes potentiellement intéressées : Sacramento Kings (#39) – San Antonio Spurs (#41) – Charlotte Hornets (#56)

TIER DU CCS : Tier « Fin de rotation »

Neemias Queta possède des qualités qui ne sont pas très adaptées au basket moderne prôné par la NBA, mais force est de constater que les protecteurs de cercle sont fortement recherchés ces derniers temps. Lorsque l’on voit les difficultés pour trouver un pivot intimidateur comme chez les Nets ou l’ascension de Robert Williams chez les Celtics, il est probable de voir Queta avoir un petit rôle en NBA. Un rôle cadré, bien défini, mais terriblement précieux. On espère que Neemias Queta deviendra le premier portugais à intégrer la NBA.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».

Groupe 1 : Tier « Superstar » ou l’équivalent d’un talent générationnel capable de changer le destin d’une franchise, voir de la ligue.Groupe 2 : Tier « All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un franchise player.Groupe 3 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.Groupe 4 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.Groupe 5 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle définit.Groupe 6 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.Groupe 7 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez ici nos profils détaillés de la Draft NBA 2021 :

Tier « Superstar »
Cade Cunningham

Tier « All-Star »
Evan Mobley – Scottie Barnes – Jalen Suggs – Jonathan Kuminga –Jalen Green

Tier « Starter ++ »
Jalen Johnson – Isaiah Jackson – Keon Johnson – Alperen Sengun – Ziaire Williams – Brandon Boston Jr

Tier « Starter/6ème homme »
Kai Jones – Moses Moody – Sharife Cooper – Corey Kispert – Franz Wagner – Cameron Thomas – Jaden Springer– Usman Garuba – Tre Mann – Chris Duarte – Josh Christopher

Tier « Rotation importante »
Miles McBride – Yves Pons – Jeremiah Robinson-Earl – Greg Brown – Julian Champagnie – Charles Bassey – Jared Butler

Tier « Fin de rotation »
Daishen Nix – Herbert Jones – Oshai Agbaji – Ayo Dosunmu – Isaiah Todd – Joe Wieskamp – Marcus Garrett – Aaron Henry – Jason Preston – Joël Ayayi

Tier « G-League/2Way »
Luka Garza

Quitter la version mobile