Foot JO 2021 Sélections nationales

L’American Dream des Bleus aux JO de Los Angeles en 1984

Il y a désormais 37 ans, l’équipe de France de Football remportait sa seule et unique médaille olympique. Emmenée par un Daniel Xuereb co-meilleur buteur, les Bleus dominent l’équipe du Brésil en finale, 2 buts à 0. En seulement deux mois, et après le sacre des coéquipiers de Platini lors de l’Euro en France, le football français triomphe une nouvelle fois sur la scène continentale et internationale. Retour sur le parcours des Bleus lors de cette XXIIIe olympiade de l’ère moderne, à Los Angeles, aux Etats-Unis.

Une qualification olympique houleuse

Cette année-là, la France remporte au total 28 médailles olympiques, dont 5 en or et se classe 12ème au tableau des médailles. Une d’entre elle se gagnera au stade de la ville de Pasadena, dans la banlieue de Los Angeles, le Rose Bowl. En effet, aux alentours de 21 heures, le 11 août 1984, les Bleus peuvent exulter après avoir battu les Brésiliens en finale devant près de 100 000 spectateurs. Pourtant, le parcours fut compliqué pour nos bleus.

Les Bleus, médaille d’or au cou, chante pour la seule et unique fois La Marseillaise suite à leur victoire en finale face au Brésil (Crédits : L’Equipe)

Après une première place obtenue face à la Belgique et l’Espagne en groupe de qualification, elle doit affronter en barrage son désormais pire adversaire, la RFA. Une victoire face au rival est obligatoire pour se qualifier pour les JO. Et après un match aller vierge obtenu en France, la validation du ticket olympique passe par une victoire en Allemagne, dans la ville de Bochum. A la 76e minute de cette rencontre, Guy Lacombe délivre et qualifie les siens en marquant le seul et unique but de cette double confrontation. Au premier tour, la France affronte le Qatar, la Norvège et le Chili. Après un match nul décevant face au Qatar, les Bleus se rassurent face à la Norvège après un doublé de François Brisson. Elle obtient sa qualification en quart de finale après son match nul face au Chili. Minimum syndical assuré par nos Bleus, mais la France se qualifie pour le prochain tour.

Une motivation professionnelle

Les choses sérieuses vont alors véritablement commencer pour les Bleus. Après une victoire face à l’Egypte en quart (2 à 0), l’équipe de la Yougoslavie espère bien se mettre en travers de son passage en demi-finale. Après les 90 minutes de jeu réglementaire, les deux équipes terminent dos à dos. Il faut attendre la prolongation et les buts de Guy Lacombe et Daniel Xuereb pour voir la France prendre l’avantage (4-2 après prolongation). Sélectionné en équipe de France pour la première fois en février 1981, Daniel Xuereb sera l’une des têtes d’affiche de ce tournoi. Pour son premier tournoi olympique, l’ancien joueur du RC Lens termine co-meilleurs buteurs avec deux joueurs croates. Et pour cause, c’est la première année que le CIO autorise les joueurs professionnels à participer aux JO. Auparavant, uniquement les joueurs amateurs étaient autorisés à être sélectionnés. La seule condition pour être sélectionné devient désormais de ne pas avoir participé à la dernière Coupe du monde ou à ses éliminatoires.

« Quand on nous parle de professionnel ou d’amateur, c’est une vaste rigolade. Je crois que les vertus d’un sportif sont les mêmes » – Henri Michel, sélectionneur de l’équipe de France olympique

Le niveau de la compétition s’est donc élevé, sans déplaire à l’entraîneur des Bleus, Henri Michel. Il déclarait au micro d’Antenne 2, « Les Jeux olympiques, c’est un mot magique. On avait tous envie de venir ici. Jusqu’à maintenant, les portes étaient fermées. Je pense que cette ouverture est une bonne chose ». Il enchérit en insistant que l’on soit amateur ou professionnel, « les valeurs d’un sportif sont les mêmes ».

Ambiance américaine

Face au Brésil, en finale, les valeurs et l’envie ne fléchiront, en effet pas, chez les Bleus. Avant d’affronter le Brésil, le milieu défensif Dominique Bijotat n’estimait pas l’équipe de France comme la meilleure équipe, mais bien comme la plus solidaire. Avec cette solidarité hors et sur le terrain, la France remporte sa première finale des Jeux olympiques en disposant du Brésil, 2 buts à 0. Un match et plus globalement un tournoi maîtrisé où les Bleus ont réussit à monter en puissance au fil des matchs.

Les Bleus, à l’instar du côté sportif, se souviendront de l’ambiance générale de ce tournoi. Étrangement, au début, il ne s’agissait pas de l’euphorie olympique, mais plutôt de celle de la côte ouest des Etats-Unis. Le camp d’entrainement étant placé à environ 5 000 km de Los Angeles, les tricolores ont pu profiter des activités de la ville d’Annapolis. Une fois la phase à élimination directe atteinte, les Bleus ont pu se rapprocher du village olympique de Los Angeles. Ils goûteront aux soirées californiennes et croiseront, par la même occasion, de nombreuses célébrités, dont le chanteur Lionel Richie. Un mélange cinq étoiles payant qui aura fait de ce mois d’août 1984, un mois complètement à part. 

Cette année, aux Jeux olympiques, Carl Lewis était la tête d’affiche en remportant quatre médailles d’or. Peut-être moins spectaculaire que les performances du sprinteur américain, cette année est également l’année du seul triomphe français en football. Souvent appelés le « gang des moustachus », les joueurs de Henri Michel remportent un deuxième titre international dans la foulée de la victoire à l’Euro des Bleus de Michel Hidalgo. Depuis, la France n’est jamais remontée sur un podium. Qui succédera donc à cette équipe de France championne olympique ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :