Basket Draft NBA

Draft NBA 2021 : Sleepers, haut plancher/bas de plafond ?

Alors que les nouveaux champions NBA ont encore la tête dans les nuages, les aficionados de la balle orange se tournent déjà vers la saison prochaine et son lot de bouleversements : valse des entraîneurs, le marché des agents libres et… la Draft 2021. La date du 29 juillet arrive à grands pas mais il reste suffisamment de temps pour vous mettre à jour sur ceux qui feront la NBA de demain. Après avoir vu ensemble les différents « gros prospects » de cette cuvée, attachons nous désormais à l’étude de ceux qui passent inaperçus. Ceux sur qui nous dirons dans 5 ans : « et dire qu’il a été sélectionné en 35ème position…». Ceux que les spécialistes appellent les « sleepers » ou « dormeurs » de la Draft 2021.

Isaiah Livers

Source : The Athletic

Date de naissance : 28 juillet 1998 – Classe : Senior

Université : Michigan Wolverines (Big Ten)– Bilan 2020/2021 : 23v/5d
Poste : Ailier/Ailier-fort (#2)

Mensurations
Taille : 201 cm – Poids : 103 kg – Envergure : 206 cm

Statistiques saison
23 matchs joués // 13,1 pts // 6 reb // 2 ast // 0,6 stl // 0,7 blk
31,6 minutes joués/match // 45,7 % FG // 43,1 % 3Pts // 87% FT // 1,1 Tov // 1,6 PF

Celui qui doit se remettre d’une grosse blessure

Capitaine respecté et formidable leader, Isaiah Livers semble est le profil type du soldat avec qui vou svoulez partir à la guerre. Physiquement, Isaiah Livers c’est 2m01 pour 106kg. Pas un monstre physique ni un géant, mais y’a quand même de la barbac à bouger! Il est très athlétique et n’a pas de difficulté à monter au cercle, en attaque comme en défense. Malheureusement, son physique lui fait parfois défaut. Il avait manqués 10 matchs la saison dernière suite à une blessure à la hanche et une entorse à la cheville mais surtout, Livers n’a pas pu disputer la March Madness et les 5 derniers matchs de son équipe cette saison à cause d’une fracture de fatigue du pied.

Offensivement, Livers a tout pour être ce sniper offball tant recherché. Il tourne à 41% de loin sur ses 4 saisons, soit sur quasiment 400 tirs à 3pts tentés! La mécanique et la trajectoire sont bonnes, ça part vite et les 87% aux LFs viennent confirmer la qualité de shoot du joueur. Le joueur se déplace très bien à travers les écrans. En transition ou sur demi-terrain, le joueur sait quand bouger et où se placer pour se rendre dispo. Une fois ballon en main, c’est très souvent du catch&shoot (notamment à 3pts) et c’est ficelle ! Toutefois, le joueur n’est pas unidimensionnel pour autant. Livers est aussi capable de finir près du cercle, grâce à un bon touché. Il a montré quelques flashs en drive et en pull up mais le handle est trop moyen pour faire la différence là-dessus en NBA. Sans être catastrophique et malgré un bon QI basket et une bonne lecture sur P&R, son playmaking et son passing sont pour l’instant trop limités pour avoir un rôle de ball handler principal en NBA.

En défense, c’est mitigé. Sans être un défenseur élite, Livers peut défendre correctement les postes 3-4. Cependant, sa mobilité latérale est trop faible pour contenir les joueurs plus vifs. Ce qui pourra lui poser des problèmes en cas de switch face à des postes 1-2 en NBA. Mais il se sert bien de son physique pour compenser le retard pris sur des drives et venir contrer des tirs, par derrière et parfois en deuxième lame. C’est un bon défenseur collectif et également un bon rebondeur.

🔮 PRÉDICTION DRAFT 2021

Début-milieu de second tour ? (places 40-50)

Équipes potentiellement intéressées : Brooklyn Nets (#44) – Boston Celtics (#45) – Philadelphie Sixers (#50)

TIER DU CCS : Tier « Fin de rotation »

Attendu en fin de 1er tour au début de la saison, Livers a chuté dans les différentes mock à cause d’un physique légèrement injury prone. Sa fracture de fatigue du pied lui vaudra d’ailleurs une indisponibilité jusqu’en octobre 2021. Une donnée à prendre en compte pour l’équipe qui le récupèrera. De plus, son plafond semble limité. Mais c’est un très bon shooteur, intelligent et athlétique. Bien que décent, il est un peu limité en défense, pour le définir comme un réel 3&D. Mais ce sera un glue-guy idéal, qui comprend bien son rôle et le jeu et qui s’intègrera dans n’importe quelle équipe. Un profil très intéressant en NBA.

Quentin Grimes

Source : 247 Sports

Date de naissance : 8 mai 2000 – Classe : Junior

Université : Houston Cougars (ACC)– Bilan 2020/2021 : 28v/4d
Poste : Arrière (#24)

Mensurations
Taille : 196 cm – Poids : 92 kg – Envergure : 203 cm

Statistiques saison
30 matchs joués // 17,8 pts // 5,7 reb // 2 ast // 1,4 stl // 0,3 blk
32,8 minutes joués/match // 40,6 % FG // 40,3 % 3Pts // 78,8% FT // 1,8 Tov // 2,2 PF

Celui qui a raté sa saison freshman

Quentin Grimes été très attendu en NCAA, trop ? Peut-être. Superstar de son école, Woodlands College Park, Grimes affiche des statistiques impressionnantes lors de sa dernière année : 29,5 points, 8,6 rebonds et 4,9 passes. Largement suffisant pour être invité McDonald’s All American et obtenir le statut de recrue 5 étoiles. Projeté comme potentiel top 5 de la draft 2019, Grimes rentre en NCAA avec le programme des Jayhawks de Kansas et là, tout chavire. Sous les ordres de Bill Self, Quentin Grimes est en difficulté, notamment en attaque où son potentiel de scoreur est largement remis en question. Il termine la saison avec 8,4 points en moyenne, une adresse délicate et une hype descendu à zéro. Conscient de ses difficultés, Grimes retire son nom de la draft 2019 et annonce son transfert chez les Cougars de Houston.

Dans un programme moins médiatisé, Grimes semble prendre davantage ses marques dans une équipe bien organisée par Kelvin Sampson. Lors de la saison 2019-20, les Cougars terminent 2ème de l’AAC avant de voir le tournoi de conférence annulé en raison de la pandémie. De retour aux affaires en 2020-21, Quentin Grimes prend le statut de leader dans cette équipe. L’arrière tourne à plus de 17 points de moyenne avec une adresse extérieure retrouvée, dépassant les 40% de réussite à 3pts. Grâce à ses 21 points en finale du tournoi de conférence, Grimes et Houston remporte la première place. Grimes récolte le titre de co-joueur de l’année en AAC. Le parcours au tournoi NCAA est tout aussi beau pour les Cougars qui accèdent au Final Four pour une première fois depuis 1984. Malheureusement, Grimes &co butent sur les futurs champions de Baylor. Une magnifique saison pour le natif de Texas qui lui redonne espoir pour un futur en NBA.

Quentin Grimes est un arrière aux mensurations décentes, avec un athlétisme au-dessus de la moyenne, mais surtout un cadre solide et puissant. Sa longueur de bras dépassant les 2 mètres l’aide beaucoup pour capter les rebonds défensifs et être un bon défenseur sur l’homme. Mais évidemment, vous l’aurez compris en regardant ses statistiques, la principale qualité de Quentin Grimes demeure son tir extérieur. Lors de ses deux premières saisons en NCAA, cette qualité était loin d’être évidente. Avec Kansas, en saison freshman, il n’a rentré que 34% de ses 3pts sur 4,4 tentatives. En sophomore, sous ses nouvelles couleurs de Houston, Grimes a même régressé affichant un une réussite de 32,6% à longue distance. Mais cette saison, Quentin Grimes semble avoir trouvé son rythme dans des systèmes peut-être plus adapté à son jeu. L’arrière des Cougars a rentré 40,3% de ses 3pts sur, tenez-vous bien, 8,3 tentatives par match ! Un magnifique 100/248 qui le place logiquement à la première place des tireur longue distance en pourcentage, paniers rentrés et paniers tentés en AAC. Mécaniquement, Grimes a progressé avec une libération plus rapide, plus compact et plus facilement reproductible que lors de ses premières années. Il n’aura aucun mal à s’adapter à la distance NBA. On peut penser que cette saison incroyable en réussite de loin est une anomalie, mais Grimes a aussi progressé aux lancers, passant de 60,3% à Kansas, à 66% lors de sa saison sophomore pour arriver à 78,8% cette année.
L’autre aspect que les scouts apprécient chez Quentin Grimes est sa défense. Il s’est imposé comme un élément clé d’une des meilleures défenses universitaires de la saison, 88,1 de defensive rating, le 6ème de NCAA. Grimes possède un jeu de jambes rapides et actifs qui lui permet de couper les trajectoires et bloquer les porteurs de balle adverses. Ses lectures sont excellentes et il sait très bien anticiper les pas arrières ou autres dribbles de son adversaire. Grimes devrait pouvoir garder cette mobilité en NBA et peut-être défendre des postes 1 à 3.

Si Quentin Grimes est un très bon tireur extérieur, il a montré quelques limites dans la création de son propre tir et pour les autres. Un avenir de catch and shooter semble mieux adapté pour lui. Son premier pas n’est pas très explosif et son handle est tout juste moyen. Avec les Cougars, Quentin Grimes a beaucoup porté le ballon mais il est difficile de l’imaginer dans ce rôle en NBA ou sur le long terme. Au vu de son utilisation à Houston, on pouvait s’attendre à plus grand nombre de passes décisives, mais Grimes a tendance à forcer le jeu individuel par séquences et manque de vision du jeu ou de gestion des pick and roll pour être envisager comme le premier porteur de ballon d’une équipe. En revanche, il peut aider à la création collective, notamment dans la remontée de balle.
L’autre secteur où Grimes éprouve des difficultés semble être la finition près du cercle. S’il reste un athlète décent, notamment latéralement, il manque cruellement de détente verticale. Avec seulement 41% de ses 2 points convertis, on a vu à plusieurs reprises Grimes être obligé de tenter des floaters en déséquilibre car il ne parvenait pas à atteindre le cercle. Ces deux défauts découlent donc d’un seul, un handle très perfectible qui bloque un peu son développement et bride son plafond.

🔮 PRÉDICTION DRAFT 2021

Début de second tour – Places 30-40

Équipes potentiellement intéressées : Orlando Magic (#33) – Detroit Pistons (#37) – New-Orleans Pelicans (#38)

TIER DU CCS : Tier « Rotation importante »

Superstar déchu, Quentin Grimes est parvenu à remonter la pente après une saison freshman terriblement décevante. S’il n’est plus annoncé comme un futur crack, il peut largement devenir un très bon role player en NBA. Son tir extérieur semble être revenu et sa défense demeure une certitude. Si Grimes développe son handle il pourra réellement trouvé une belle place en NBA.

Marcus Zegarowski

Source : The Salem News

Date de naissance : 3 août 1998 – Classe : Junior

Université : Creighton Bluejays (Big East)– Bilan 2020/2021 : 22v/9d
Poste : Meneur (#11)

Mensurations
Taille : 188 cm – Poids : 81 kg – Envergure : 190,5 cm

Statistiques saison
29 matchs joués // 15,8 pts // 3,6 reb // 4,3 ast // 1,3 stl // 0,1 blk
33,6 minutes joués/match // 46,4 % FG // 42,1% 3Pts // 78,6% FT // 2,1 Tov // 1,9 PF

Celui qui envoie du parking

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a, chez Marcus Zegarowski un pedigree basket certains. Papa Zach jouait du coté de Umass, maman Mandy, elle, coach en High School. Zach et Amanda (Mandy pour les intimes) se sont connus alors qu’elle avait déjà un enfant. Ce dernier joue actuellement au Magic d’Orlando et est un ancien ROY : Michael Carter-Williams. Marcus a fait ses classes en High School dans le New Hampshire. Considéré comme une recrue 4 étoiles il recevra des propositions d’Ohio State, UMass, Minnesota mais choisira les bluejays de Creighton dans le Nebraska.

Marcus est un meneur de taille et de physique tout a fait anodin. Il n’impressionne pas via ses qualités physiques et athlétiques. Ce n’est pas non plus un meneur au playmaking très spectaculaire, il est plus dans la catégorie scoreur. Offensivement il brille par son tir extérieur, 42,3% à 3 points sur plus de 500 tirs pour le junior dans sa carrière NCAA. Il excelle dans la zone intermédiaire et sur les tirs après dribbles en témoigne son très propre 47,9% dans cet exercice. Pourtant dépourvu d’outils physique et athlétique il arrive à se faufiler et se créer de l’espace en changeant de rythme et de direction grâce un bon QI basket. Il possède aussi des moves du meneur moderne, floaters, runners et autre stepback qu’il utilise a bon escient. Offensivement Marcus est un joueur abouti et assez propre dans ses choix.

Défensivement on est en droit d’avoir peur vu la description physique, en réalité le junior de Creighton s’en sort pas si mal. Sans être capable de museler un adversaire ce qu’il propose est cohérent. Une mobilité des pieds assez correct, il a la bonne idée de pas rester trop empalé dans les écrans et il est même presque bon dans la défense collective, comme quoi le QI basket peut servir.

🔮 PRÉDICTION DRAFT 2021

Fin de second tour – (places 50-60)

Équipes potentiellement intéressées : Philadelphie (#50) – Memphis Grizzlies (#51) – Indiana Pacers (#60)

TIER DU CCS : Tier « fin de rotation »

Plafond limité pour le joueur de Creighton mais profil qui colle assez bien à la NBA moderne. Pourrait très vite être capable d’être une troisième option sur le poste de meneur de jeu voir prétendre à une carrière de back up en NBA. Point positif pour lui, il a un demi frère qui connait le chemin.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».

Groupe 1 : Tier « Superstar » ou l’équivalent d’un talent générationnel capable de changer le destin d’une franchise, voir de la ligue.Groupe 2 : Tier « All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un franchise player.Groupe 3 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.Groupe 4 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.Groupe 5 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle définit.Groupe 6 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.Groupe 7 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez ici nos profils détaillés de la Draft NBA 2021 :

Tier « Superstar »
Cade Cunningham

Tier « All-Star »
Evan Mobley – Scottie Barnes – Jalen Suggs – Jonathan Kuminga –Jalen Green

Tier « Starter ++ »
Jalen Johnson – Isaiah Jackson – Keon Johnson – Alperen Sengun – Ziaire Williams – Brandon Boston Jr

Tier « Starter/6ème homme »
Kai Jones – Moses Moody – Sharife Cooper – Corey Kispert – Franz Wagner – Cameron Thomas – Jaden Springer– Usman Garuba – Tre Mann – Chris Duarte – Josh Christopher

Tier « Rotation importante »
Miles McBride – Yves Pons – Jeremiah Robinson-Earl – Greg Brown – Julian Champagnie – Charles Bassey – Jared Butler

Tier « Fin de rotation »
Daishen Nix – Herbert Jones – Oshai Agbaji – Ayo Dosunmu – Isaiah Todd – Joe Wieskamp – Marcus Garrett – Aaron Henry – Jason Preston – Joël Ayayi

Tier « G-League/2Way »
Luka Garza

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :