Mercato Omnisport Rugby

Recrues 2021 : Jonathan Danty, la recrue phare des Maritimes

Après plus de dix ans de bons et loyaux services rendus au Stade français, le trois-quarts centre Jonathan Danty a décidé de quitter Paris pour rejoindre La Rochelle. A 28 ans, la recrue phare du Stade rochelais se lance un nouveau défi et pourrait voir sa carrière prendre un tout autre tournant.

Un véritable titi parisien

Né à Paris, Jonathan Danty ne quittera jamais la région. Passé par l’ASPTT Paris Île-de-France et le PUC, il est rapidement remarqué par le Stade français. Il rejoint le club de la capitale en 2008 à 16 ans, et devient professionnel trois ans plus tard, tandis qu’un certain Mathieu Bastareaud quitte le club dans le même temps. Très rapidement Danty est comparé à « Basta » de par leurs similitudes sur le terrain, leurs origines guadeloupéennes et leurs débuts sous les couleurs du Stade français. Lors de son début de carrière le jeune centre impressionne mais peine à enchaîner les matchs et les bonnes performances. Dominateur depuis son plus jeune âge grâce à ses qualités physiques et athlétiques, il a pour habitude de se reposer sur ses acquis.

Mais il va prendre en maturité et comprendre qu’il doit beaucoup travailler pour pouvoir faire face à l’intensité du plus haut niveau et élargir sa palette. Le centre ne peut plus se contenter d’être un simple perforateur qui doit souffler tous les trois matchs. C’est sous la houlette de Gonzalo Quesada arrivé en 2013, qu’il va vraiment évoluer, au point d’être appelé en bleu en 2014 par Philippe Saint-André pour participer à un stage. A l’issue de la saison 2014/2015, il soulèvera le Bouclier de Brennus avec le Stade français après avoir joué deux fois 80 minutes en demie puis en finale. Ses bonnes perfs lui permettent de porter le maillot des Barbarians durant la tournée d’été. Quelques mois plus tard, en février 2016, Danty connait enfin sa première cape avec le XV de France face à l’Italie dans le Tournoi des 6 Nations. Il ne parvient pas à s’installer avec le XV de France sous Guy Novès, mais s’adjuge un second titre avec le Stade français en 2017. Les joueurs de la Pink Army remportent la finale de Challenge Cup face à Gloucester 25-17 notamment grâce à un essai de Danty à la 57e minute.

Danty est convoqué par Guy Novès pour la tournée qui suit en Afrique du Sud mais il ne disputera qu’un match avec les Barbarians et ne sera pas utilisé par le XV de France. Son club va ensuite connaître quelques saisons plus compliquées. A l’issue de l’exercice 2017/2018, le Stade français pointe à la 12e place avec seulement 3 points d’avance sur le relégué Oyonnax. La saison suivante est plus encourageante, mais frustrante sur la fin pour le centre parisien suspendu pour les quatre dernières rencontres de Top 14 après une percussion coude en avant face au SU Agen. Les Parisiens terminent 8e à quelques longueurs des places de barragiste. Après cette saison plus enthousiasmante, la saison 2019/2020 est catastrophique, le Stade français dernier du championnat est sauvé malgré son classement à l’issue de la 17e journée lorsque le championnat est interrompu pour cause de pandémie mondiale.

Un joueur arrivé à maturité

Le retour de Gonzalo Quesada a fait beaucoup de bien la saison passée au club parisien. A l’image de son équipe, Jonathan Danty a retrouvé des couleurs et a pu engranger deux capes supplémentaires durant l’Autumn Nations Cup, puis deux autres séléctions au mois de juin dernier lors de la tournée en Australie. Après une fin de saison canon, la Pink Army s’est finalement écroulée en barrages face au Racing. Un dernier match décevant sous les couleurs roses du Stade français pour Danty qui avait dû jouer blessé face à la paire de centres Fickou-Vakatawa.

Que ce soit avec le XV de France face aux Wallabies, ou durant la fin de saison avec le club de la capitale, le trois-quarts centre a eu un comportement de leader sur le terrain. Il est désormais considéré comme un joueur expérimenté à 28 ans. Capable de remporter ses duels offensivement et défensivement, il montre la voie à ses coéquipiers. Il sait aussi se montrer décisif dans les rucks. Il est sur le podium des meilleurs gratteurs de la saison passée en Top 14, juste derrière Babillot et Latu et à égalité avec Saïd Hirèche, il est donc meilleur trois-quarts dans cet exercice.

En ce qui concerne le style de jeu de Jonathan Danty, c’est un joueur souvent utilisé comme premier attaquant, pour aller affronter frontalement la défense adverse. C’est pour cela qu’il est désormais fixé au poste de premier centre depuis plusieurs années. Il est malgré tout capable de servir ses coéquipiers avant ou après contact, s’il considère que c’est la meilleure option. En dépit d’un physique très dense (1m81 et 106 kg), il a une pointe de vitesse intéressante sur une quarantaine de mètres et le punch suffisant pour pousser les actions le plus loin possible lorsqu’il parvient à breaker les défenses adverses. Danty a aussi su s’adapter au rugby moderne et continue de travailler son jeu au pied. Il est capable parfois de jouer des jeux au pied rasants intéressants dans le dos des défenses agressives, ou de dégager les ballons loin devant pour se défaire de la pression.

Danty a démontré toute l’étendue de sa palette face à l’Australie lors du premier test.

Le trois-quarts centre peut encore s’améliorer sur certains points, notamment la discipline. Assez logiquement, son activité débordante dans les rucks fait de lui un joueur fréquemment réprimandé par les arbitres. Sa recherche permanente du contact tant offensivement que défensivement peut parfois lui jouer des tours également, les arbitres sont désormais intraitables quand il y a un choc au niveau de la tête. Finalement, Jonathan Danty est très bon voire excellent dans certains domaines notamment les phases de rucks, mais il est moins complet que certains centres de haut niveau. On retrouve assez peu de variation dans son jeu, mais il reste malgré tout diablement efficace.

L’association Botia-Danty impossible ?

Malgré le départ de Geoffrey Doumayrou à l’intersaison, le Stade rochelais sera équipé au poste de trois-quarts centre, il est donc nécessaire de faire une petite revue d’effectif. Botia, Sinzelle, Favre, Rhule, Lafon et Pierre Boudehent sont toujours là. A cela vient s’ajouter les arrivées de Danty et du Briviste Riko Buliruarua. Hormis Botia, Lafon et Danty qui semblent fixés au poste de premier centre, les autres joueurs cités sont polyvalents et peuvent glisser à l’aile. Les jeunes Lafon et Boudehent ont encore du mal à grapiller du temps de jeu, tandis que Favre a marqué des points lors des dernières phases finales. Jérémy Sinzelle blessé depuis le mois de mars, devrait faire son retour pour le début de saison à venir. Botia quant à lui, a fini de purger sa suspension qui l’avait privé de demie et finale de Top 14. Raymond Rhule ne cesse de prendre de l’épaisseur dans l’effectif de Ronan O’Gara, qu’il soit aligné au centre ou à l’aile le Sud-Africaine se montre à son avantage. Buliruarua fait son arrivée en Charente-Maritime après une saison aboutie, avec son compère fidjien Bituniyata, il a souvent transpercé les défenses adverses sous les couleurs du CA Brive.

Quelle place pour Jonathan Danty au milieu de tout ce beau monde ? Dans les colonnes de Midi Olympique il prévoit : « la plus grosse concurrence proposée dans ma carrière ». Il s’est également confié à propos d’une éventuelle association avec Lepani Botia : « En prenant ma décision, je savais très bien que Botia serait là la saison prochaine. C’est vrai que, dans notre profil, on joue, tous les deux, premier centre. Après, potentiellement, est-ce qu’on ne peut pas trouver d’autres solutions ? Que lui joue deuxième centre. Ou moi. Je ne sais pas trop, on n’en n’a pas encore vraiment parlé ». Il faut remonter à 2016 pour voir Danty avec le numéro 13 dans le dos tandis que Botia n’a jamais joué second centre sous les couleurs rochelaises, lui qui a pourtant déjà évolué à l’aile et au poste de flanker. Il serait donc étonnant de les voir associés régulièrement ensemble. Malgré tout, peut-être que la curiosité de Ronan O’Gara le poussera à expérimenter l’association au moins une fois dans la saison. Affaire à suivre…

Dans un profil similaire à celui de Botia, avec un peu moins d’âge et un peu plus de mobilité, Jonathan Danty a tout pour s’imposer comme le numéro 12 titulaire. Qui pour l’accompagner alors au centre du terrain ? Raymond Rhule le titulaire au poste durant les phases finales part sans doute favori, à moins qu’il soit replacé à l’aile… afin d’aligner Riko Buliruarua. Le Fidjien a un profil similaire à celui de son compatriote Waisea, avec qui Danty a évolué durant plusieurs années avec le Stade français. En comptant sur de nombreux joueurs polyvalents, les associations possibles sont multiples pour le staff rochelais dans la ligne de trois-quarts. L’option Danty premier centre, Buliruarua en 13 et Rhule à l’aile est peut-être la plus alléchante sur le papier, mais il sera aussi question d’automatismes, d’équilibre et de complémentarité.

Pas besoin de second centre finalement pour Danty, il se crée les actions tout seul. (Crédit vidéo : Top 14 rugby)

En ce qui concerne les ambitions personnelles de Jonathan Danty, elles sont revues à la hausse avec ce transfert. Il rejoint l’une des meilleures équipes d’Europe, puisque les Maritimes ont disputé la finale de Champions Cup la saison passée. Il augmente ses chances de remporter un titre la saison prochaine, et confiait à nos confrères du Midol que c’était important pour lui de disputer la Champions Cup, car le niveau se situe tout juste en dessous du niveau international selon lui. L’équipe de France d’ailleurs, parlons-en. Son association avec Arthur Vincent a impressionné durant la dernière tournée. Mais la concurrence est rude au poste. Gaël Fickou, capitaine de défense est devenu un cadre de l’équipe, il est difficile de l’imaginer sorti du groupe ou fixé à l’aile. Et d’autant plus maintenant qu’il va être associé à Virimi Vakatawa en club avec le Racing 92. Accrocher une place sur le banc ce sera certainement tout aussi compliqué car les Vincent, Moefana, Barassi, ou encore Penaud sont polyvalents contrairement à Jonathan Danty. A l’heure actuelle, le néo-rochelais est certainement troisième dans la hiérarchie des 12, derrière Fickou et Arthur Vincent. Mais on sait que les blessures et les suspensions rythment les saisons, donc l’ancien parisien doit se tenir prêt. Une chose est sûre, c’est que le trois-quarts centre a de l’ambition avant d’entamer cette saison, et le XV de France dans un coin de sa tête, avec 2023 en ligne de mire.

Ce transfert est intéressant en tout point. Permettra-t-il au Stade rochelais de franchir ce dernier cap et de remporter des titres ? Danty va-t-il continuer sa progression et s’installer en bleu ? Laumape aura-t-il les épaules pour le remplacer dans l’effectif du Stade français ? Autant de questions auxquelles nous avons essayé d’apporter des éléments de réponse. Rendez-vous dans quelques mois pour dresser le bilan.

Épisodes précédents :
Tevita Kuridrani, pièce centrale du BO
Lima Sopoaga pour ramener le LOU en playoffs
Julien Blanc veut apporter du sang neuf sur la Rade
Paolo Garbisi, néo-fuoriclasse de Montpellier

(4 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :