NHL

Hockey féminin: L’imbroglio des mondiaux 2021

L’ouverture des championnats du monde féminin 2021 est dans deux jours. Il est temps de plonger dans l’histoire, déjà mouvementée, de cette 20ème édition. En quelques mois, les mondiaux sont reportés, puis annulés. pour finalement être relocalisés. Décidément rien n’est simple pour le hockey féminin.

Les Mondiaux féminins entre report et annulation

Après l’annulation de l’édition 2020 des championnats du monde de hockey féminin pour cause de pandémie de COVID-19, tous les espoirs se projetaient au 7 Avril 2021 pour le retour du hockey féminin international. Les villes canadiennes de Halifax et Truro en Nouvelle Ecosse se préparaient à recevoir cet évènement planétaire. Or le 4 Mars, alors que les équipes commencent a arriver à Halifax et à Truro, l’IIHF décide de reporter le tournoi du 6 au 16 Mai. La cause est simple: la recrudescence de la pandémie de COVID au Canada.
Le 21 Avril, le couperet tombe, le premier ministre de Nouvelle Ecosse Iain Rankin signifie à Hockey Canada et à l’IIHF qu’il a décidé d’annuler le tournoi « En raison de préoccupations concernant les risques pour la sécurité associés à la COVID-19« . Cette annulation vient quelques jours après que le médecin-chef Dr. Robert Strang ait donné son accord au protocole sanitaire prévu pour la compétition. Celle-ci prévoyait pourtant une quarantaine préventive de 8 jours et la mise en place d’une bulle sanitaire.

Suite à l’annulation, des voix s’élèvent

Suite à l’annulation, les réactions ne se font pas attendre. Tout d’abord le président de l’IIHF René Fasel à la chaîne de télévision canadienne TSN.

« C'est une nouvelle très décevante à quelques semaines du début du tournoi. Nous croyons fermement que nous avions mis en place les mesures de sécurité adéquates pour protéger les joueurs, les officiels, les spectateurs et tous les résidents d'Halifax et de Truro, d'après les expériences de l'IIHF et de Hockey Canada lors de l'organisation du Championnat mondial junior de l'IIHF à Edmonton.»

La journaliste d’ESPN Emily Kaplan soulève un constat assez frappant.

Traduction du tweet d’Emily Kaplan:
« Les Championnats du monde féminins 2021 en Nouvelle-Écosse sont annulés, a confirmé une source.
Il n’y a pas eu de compétitions internationales de hockey féminin de haut niveau au cours de la dernière année.
Pendant ce temps, l’IIHF a organisé des U20 masculins, des championnats du monde masculins et devrait organiser un U18 masculin au Texas plus tard ce mois-ci. »
Source images: Twitter (gauche) et AP (droite) – Shannon Szabados et Hilary Knight

De nombreuses joueuses s’insurgent surtout sur le manque de plan B de la part de Hockey Canada ou de l’IIHF. Parmi les têtes de proue de la révolte, on trouve, entre autres, la star Américaine Hilary Knight, ou la gardienne canadienne Shannon Szabados. Leurs arguments sont qu’évidemment la situation sanitaire est plus qu’importante, mais la décision de l’IIHF d’annuler toutes les compétitions féminines est une discrimination. Elles mettent en avant que si c’était les mondiaux masculins, ils n’auraient jamais été annulés. Pour les instances dirigeantes, la révolte gronde.

Une solution rapide

Source image: IIHF.com – La WinSport Arena de Calgary accueillera les mondiaux féminin

Devant le lever de boucliers des joueuses et des dirigeants, l’IIHF se doit de répondre. Le 21 Avril, l’IIHF et Hockey Canada annoncent « En fin de compte, nous devons accepter la décision du gouvernement (de Nouvelle-Ecosse). Cela ne veut pas dire que nous n’aurons pas de championnat du monde féminin en 2021. Nous le devons à toutes les joueuses qui attendaient avec impatience de revenir sur la glace après une année si difficile; Nous faisons tout notre possible pour que ce tournoi puisse être déplacé, à de nouvelles dates, et joué cette année ».
Le 30 Avril, l’IIHF et Hockey Canada annoncent que les mondiaux féminins auront finalement lieu du 20 au 31 Août à Calgary. Le 2 Juin, l’IIHF annonce que tous les matchs auront lieu à la WinSport Arena au cœur du parc olympique.

Une fois de plus, les hockeyeuses ont dû se battre pour obtenir l’organisation des mondiaux. Mais désormais leur voix, si souvent ignorée, a une portée qu’aucun décideur ne peut ignorer. Désormais, place au jeu.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :