Mercato Omnisport Rugby

Recrues 2021 : Baptiste Pesenti au Racing pour grandir encore

Néo-international, le deuxième ligne Baptiste Pesenti a néanmoins souhaité donner une nouvelle orientation à sa carrière. Cette saison, il ne revêtira plus la tunique de la Section paloise mais celle du Racing 92. Un club à la culture et aux ambitions différentes, avec lequel il voudra poursuivre son irrésistible ascension.

Du Jura aux Pyrénées

Baptiste Pesenti voit le jour à Saint-Claude, sous-préfecture du Jura. À huit ans, il souhaite imiter ses frères et prend sa première licence de rugby. Un beau jour, alors qu’il a quinze ans, son père l’emmène à une semaine de détection organisée à Montpellier. L’expérience est convaincante et le jeune Baptiste intègre la section sport-étude du Lycée Mermoz. Membre du Pôle France de Marcoussis, il participe au Tournoi des Six Nations 2016 avec l’Équipe de France des moins de 20 ans. Mais tandis que certains de ses coéquipiers en sélection commencent à pointer le bout de leur nez en équipe première, l’horizon est bouché pour Pesenti au MHR. Le club est alors entraîné par Jake White et l’effectif richement pourvu en internationaux. Pouvant occuper tous les postes du numéro 4 au numéro 8, le Jurassien est barré à chaque position.

Plus tard, le club héraultais opèrera un virage dans sa politique, ce qui permettra à Mohamed Haouas, Arthur Vincent ou Yvan Reilhac de se révéler sous ses couleurs et de découvrir le XV de France. C’était trop tard pour retenir Baptiste Pesenti, parti en 2016 en direction de Pau sans avoir disputé la moindre minute au niveau professionnel. Il signe un contrat espoir de trois ans dans le Béarn. Âgé de 19 ans, après quatre saisons à Montpellier, le jeune joueur veut lancer sa carrière. Son premier exercice du côté du Hameau n’est en ce sens pas très concluant. Utilisé exclusivement en Challenge Cup (quatre matchs dont trois comme remplaçant), Pesenti peut heureusement compter sur la sélection pour avoir du temps de jeu. Il est de nouveau sélectionné pour le Tournoi 2017 et s’invite même à la Coupe du monde des moins de 20 ans en Géorgie.

Baptiste Pesenti et son coéquipier au centre de formation de la Section, Romain Buros. En mai 2017, les Bleuets étaient en stage à Font-Romeu pour préparer le Mondial U20.

Sa deuxième année à Pau est celle de la révélation. Blessé à l’épaule, il intègre la rotation en cours de saison et participe à la belle fin de saison de la Section, huitième du Top 14 et demi-finaliste de la Challenge Cup. Utilisé en troisième ligne (6, 7 ou 8), Baptiste Pesenti marque quatre essais et les esprits. En mai 2018, son contrat espoir est prolongé jusqu’en 2021. Repositionné en deuxième ligne, le solide gaillard prend ses marques dans la cage. Associé à Fabrice Metz, il est une des rares satisfactions de la Section, qui lutte pour son maintien. Les temps sont durs et le manager Simon Mannix abandonne sa mission au printemps 2019. Son successeur, Nicolas Godignon, parvient à maintenir Pau hors de l’eau jusqu’à la pandémie et l’arrêt des compétitions.

De cette saison écourtée, on retiendra les promesses de la jeune garde paloise et notamment de Pesenti, dont la polyvalence aura beaucoup servi. Et si la crise sanitaire a partout arrêté le temps, le rugby professionnel subsisite et Baptiste Pesenti persiste. Aux côtés de l’impérial Matt Philip, l’ancien montpelliérain réalise un bon début de saison et s’affirme comme une pierre angulaire du pack de la Section. Sauteur régulier en touche, il impose sa taille dans l’alignement et apporte sa pierre à l’édifice de la mêlée béarnaise, l’une des plus puissantes du championnat.

Englués dans le bas de tableau, les Verts et Blanc ne peuvent guère compter que sur leurs avants et sur les inspirations du talentueux Antoine Hastoy. Friables défensivement et en panne d’inspiration offensive, ils voient cependant des individualités émerger. Pour preuve, Baptiste Pesenti, le demi d’ouverture Hastoy et son compère de la charnière Clovis Le Bail étaient de la tournée du XV de France en Australie au mois de juin. Et si c’était une découverte pour les deux derniers, le deuxième ligne avait déjà goûté au niveau international lors de l’Autumn Nations Cup. La Section paloise finalement maintenue, Pesenti a fait part à ses dirigeants de ses envies d’ailleurs.

92 izi comme Pesenti

En octobre 2020, quelques jours après avoir reçu sa convocation en équipe nationale, Baptiste Pesenti avait prolongé son bail dans le Béarn jusqu’en 2023. Avec deux années de contrat et sans relégation en Pro D2, sa libération n’a rien d’une formalité. Mais la Section paloise, qui entame un nouveau cycle avec Sébastien Piqueronies, désire s’appuyer sur des hommes convaincus par le projet. Deux conditions sont posées : le club doit être indemnisé et un remplaçant doit être trouvé. Si ces conditions sont réunies, Pesenti s’en ira. La Section jette son dévolu sur Guillaume Ducat, un autre jeune international tricolore (25 ans, une sélection), tout juste relégué avec l’Aviron bayonnais. Malgré la cour assidue du Stade français, il donne son accord au club palois. Le Racing 92, en passe de perdre les très fiables Donnacha Ryan et Dominic Bird en deuxième ligne, s’intéresse vivement à la situation de Baptiste Pesenti.

Moyennant une somme estimée par certaines sources à 500 000 euros, le club des Hauts-de-Seine obtient le rachat de son contrat. Le joueur de 24 ans s’engage pour une durée de quatre ans, soit jusqu’en juin 2025. Retenu avec les Bleus, le solide gaillard (1,95 m, 122 kg) signe son contrat depuis Sydney. Dans le même temps, le Racing 92 annonce l’arrivée en tant qu’entraîneur des avants de Didier Casadei. Ces deux signatures doivent ajouter agressivité, authenticité et rusticité d’après les dires de Jacky Lorenzetti. De l’agressivité, Baptiste Pesenti n’en manque pas. Il doit même apprendre à la doser. Au très haut niveau – celui auquel il postule – la discipline est primordiale. Pesenti en manque encore. S’il parvient à corriger ce défaut, le Jurassien peut franchir un palier dans son nouveau club. Avec les départs de Ryan et Bird, il y a une place à prendre.

Le staff devrait mettre en place une rotation entre Bernard Le Roux, Boris Palu, Baptiste Pesenti et Luke Jones, sachant que les trois premiers sont susceptibles d’être appelés avec le XV de France. L’ancien palois devrait le plus souvent porter le numéro 5, ses concurrents au poste ayant un profil athlétique plus léger. Toutefois, il est bon de rappeler que Pesenti peut évoluer à tous les postes du 4 au 8, et qu’il n’est pas exclu de le voir dépanner à l’occasion un cran plus bas à l’occasion. Dans un effectif expérimenté, accompagné par un staff pléthorique au sein d’infrastructures ultramodernes, il aura les moyens de poursuivre sa progression et de travailler sur ses points faibles : la discipline et la régularité. Trop souvent cette saison, les supporters palois ont reproché à Baptiste Pesenti d’avoir quelque peu abandonné leur équipe.

Des fautes évitables et un investissement inégal qui agacent à juste titre. Car des qualités, Baptiste Pesenti n’en manque pas, lui qui fait partie des bonnes surprises de l’Autumn Nations Cup. On se souvient de son match à Twickenham où, associé à Killian Géraci, il avait fait très mal à ses adversaires avec de gros plaquages et une activité débordante. Peu connu du grand public – la Section paloise ne faisant pas partie des clubs les plus médiatisés – le deuxième ligne avait épaté. Son avènement au niveau international n’était pourtant pas programmé. Du haut de ses dix sélections avec les moins de 20 ans, Pesenti avait été convoqué suite aux accords FFR-LNR, pour pallier la mise au repos des titulaires habituels. À ce jour, il compte quatre sélections. Deux comme titulaire à l’automne 2020 contre l’Italie et l’Angleterre, et deux comme remplaçant en juin dernier.

À la fois grand et costaud, mobile et volontaire, Baptiste Pesenti est un avant moderne. Révélé à Pau, il devra gagner en discipline et en régularité dans ses efforts pour s’imposer au Racing 92, où les places sont chères. Le deuxième ligne découvrira par ailleurs la Champions Cup, où il se mesurera régulièrement aux pointures européennes. S’il brille en ciel et blanc, il a toutes les chances de porter à nouveau le maillot bleu frappé du coq. Parfois dominé devant en fin de saison dernière, le club francilien compte sur un Pesenti en pleine bourre pour remettre l’église sur la place du village.

Épisodes précédents :
Anthony Jelonch à Toulouse, une évidence
Jack Maddocks à la Section pour faire Pau neuve
JJ Hanrahan, de la Red à la Yellow Army
Jonathan Danty, la recrue phare des Maritimes
Tevita Kuridrani, pièce centrale du BO
Lima Sopoaga pour ramener le LOU en playoffs
Julien Blanc veut apporter du sang neuf sur la Rade
Paolo Garbisi, néo-fuoriclasse de Montpellier

(4 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :