Mercato Rugby

Recrues 2021 : Paul Abadie, un 9 solide à La-Gaillarde

A Brive, c’est un nouveau chapitre qui s’ouvre. Avec le départ de Julien Blanc au Rugby Club Toulonnais, il a fallu trouver un remplaçant à la hauteur. Les recruteurs brivistes ont jeté leur dévolu sur un joueur habitué du Top 14, Paul Abadie. Ce demi de mêlée formé à Agen arrive en Corrèze avec la ferme intention de s’imposer comme le titulaire du poste et de réussir le nouveau défi qu’il vient de se lancer.

Du bleu et blanc dans les veines

Né en 1994, Paul Abadie n’a jamais quitté le Lot-et-Garonne. Bercé avec un ballon de rugby en guise de doudou, cet agenais pure souche est le descendant d’une famille qui a fait la légende du SUA. Petit-fils de Serge Méricq (ailier international, trois Bouclier de Brennus en 1962, 1965 et 1966, vainqueur du Challenge Yves du Manoir, triple vainqueur du Tournoi des V Nations avec le XV de France) et fils d’André Abadie, il arrive à l’âge de 7 ans dans l’école de rugby du SUA. Paul franchit les catégories jeunes les unes après les autres et est convoqué dans les Equipes de France U17, U18 et U19.

C’est en 2013, à 19 ans, que le demi de mêlée dispute ses premières minutes en professionnel avec l’équipe fanion, en Pro D2. Lors de cette saison, il joue 4 rencontres en étant, à côté, un cadre de l’effectif espoir. Jusqu’en 2016, Paul Abadie oscillera entre numéro deux et numéro trois du poste. Il connait une montée et une descente en tant que remplaçant. En 2016, Alexi Balès quitte le club agenais pour prendre la direction du Stade Rochelais. C’est à ce moment-là qu’Abadie est lancé dans le grand bain en tant que titulaire numéro un. Le club agenais alors en Pro D2, remonte dans la foulée et le demi de mêlée prend part à 22 rencontres et inscrit 2 essais. Les saisons qui suivent, le SUA se maintient en Top 14 et Abadie devient petit à petit un homme essentiel de l’effectif agenais, jusqu’à en devenir la saison dernière co-capitaine. Malheureusement pour lui, le dernier exercice de Top 14 a été fatal pour les Lot-et-Garonnais, un long calvaire avec aucune victoire au compteur et une redescente quatre saisons après.

A l’aube du championnat 2021/2022, alors que le SUA a débuté sa saison en seconde division, Paul Abadie change pour la première fois de club à 27 ans et continue d’écrire sa carrière dans l’élite. Il quitte le club qui lui a tout appris et débarque en Corrèze avec un gros bagage d’expérience (107 matches professionnels au compteur, 7 essais marqués). Au-delà des chiffres, Abadie a toujours été contraint de disputer le maintien avec Agen en Top 14. Avec Brive, même si la dernière saison a été plus qu’encourageante, que le club a toujours eu son destin en main sur ce plan et que les Corréziens vont vouloir jouer autre chose que la survie cette saison, il est fort possible que l’objectif premier soit d’assurer son maintien le plus tôt possible. Le nouveau numéro 9 briviste est un homme qui connaît ce type de challenge et est formé pour.

L’envie d’être numéro un

Tout juste arrivé à Brive, Paul Abadie sait où il met les pieds. Dans un club où acharnement, détermination, travail et rigueur sont les maîtres-mots. Ce n’est de secret pour personne, le CAB est un club où l’on ferraille dur, où l’on se donne les moyens de réussir. A Agen l’an passé, ce n’était pas trop ça… Tout le monde n’était pas sur la même longueur d’onde niveau engagement et volonté. Ce qui a fait sombrer le SUA. Abadie était pourtant un de ceux qui malgré les défaites sortait du lot. Il continuait de pousser derrière ses hommes, il était le capitaine d’un navire en perdition et devait se montrer en leader. Il l’a très bien réussi. Cette année pour Paul, il faut écrire une nouvelle page, oublier la saison qui vient de s’écouler et repartir du bon pied avec pour objectif personnel s’imposer chez les Coujoux comme un titulaire indiscutable et sur le plan collectif, d’obtenir le maintien.

Dès les premiers tests de Juillet, Abadie s’est montré impliqué en signant le meilleur temps des Bronco Tests du CAB (tests de course faisant travailler le cardio qui consistent à parcourir 20m aller-retour, 40m aller retour et 60m aller-retour et cela 5 fois). Une implication et une détermination qui ne surprend pas le manager briviste Jérémy Davidson qui qualifie le joueur de « numéro 9 moderne, possédant un grand bagage technique ». Ce qui n’est pas faux quand on sait toute la palette de jeu que peut offrir Paul Abadie. Bon défenseur mais aussi bon attaquant comme il faut savoir l’être pour un demi de mêlée, il utilise également bien son jeu au pied pour l’occupation, les sorties de camp et les coups de pied de pression. D’autant plus que le jeu au pied risque d’être un élément majeur cette saison avec la mise en place de la règle du 50/22. Abadie sait également buter comme il l’a montré avec Agen (32 points au pied l’an dernier). Il sait être dans les bons coups, jouer rapidement quand il le faut, montrer toute sa ruse aux bords des rucks et se placer dans les espaces libres pour faire parler ses cannes et terminer les actions, comme cet essai en 2019 face à……. Brive justement.

Dans l’effectif corrézien, la première mission à accomplir, avant le sportif, sera celle de s’intégrer du mieux possible au sein du groupe. Ensuite, il faudra se montrer au meilleur de sa forme afin de se démarquer de ses concurrents directs au poste : Vasil Lobzhanidze et Enzo Sanga. Le premier est un habitué de la maison briviste, international avec la Géorgie, qui a pour l’instant les faveurs du staff. Le Géorgien a démarré titulaire les deux matchs de préparation face au Stade Français et au Racing 92. Le second, est également nouveau dans l’effectif car il débarque de Valence-Romans mais a déjà joué en Top 14 lors de ses passages à Montpellier et à Clermont et connaît donc très bien les exigences de ce championnat. C’est donc un défi de taille qui attend Paul Abadie pour s’imposer comme le numéro un à la mêlée, avec deux coéquipiers et concurrents de haut niveau.

Avant que les cartes ne soient rebattues au poste de numéro 9, un homme était indiscutable au poste : Julien Blanc. Celui-ci a malheureusement quitté la Corrèze à l’intersaison afin de s’engager au RC Toulon. Une lourde perte pour le CAB. Quand on analyse de plus près le jeu du nouveau Toulonnais, on remarque plusieurs similitudes avec le jeu de l’ancien Agenais. Les deux joueurs sont gauchers, ont des mensurations similaires (1m75 et 82kg pour Blanc contre 1m76 et 88kg pour Abadie). Ils ont un jeu au pied plus qu’intéressant, sont rapides et savent être durs au contact en défense. C’est pourquoi plusieurs supporters du CAB voient en lui le remplaçant idéal à celui qui a fait lever les foules du Stadium de Brive à plusieurs reprises. Le joueur a l’ambition, lui aussi, de devenir le numéro 1 et ne s’en est pas caché.

« Si je viens, ce n’est pas pour faire de la figuration, je viens pour ça, pour essayer de faire ma place. »

Paul Abadie, le 6 Avril 2021 lors d’une interview accordée à France Bleu Limousin

Le CA Brive s’est offert les services de Paul Abadie jusqu’en 2023 minimum, en voyant en lui le remplaçant de Julien Blanc. Attention, le poste de titulaire à la mêlée ne lui sera pas donné avec une grosse concurrence à ses côtés. Vasil Lobzhanidze connaît la maison et a déjà prouvé ses capacités et Enzo Sanga est arrivé lui aussi en provenance de Valence-Romans. Abadie devra donc prouver au staff qu’il a le profil pour assumer un rôle essentiel dans la charnière corrézienne, comme il a su le faire à Agen. Ce qui est sur, c’est qu’il en a les moyens.

Episodes précédents :
Ngani Laumape pour dynamiser l’attaque parisienne
Federico Mori, perche Bordeaux ti amo
Baptiste Pesenti au Racing pour grandir encore
Anthony Jelonch à Toulouse, une évidence
Jack Maddocks à la Section pour faire Pau neuve
JJ Hanrahan, de la Red à la Yellow Army
Jonathan Danty, la recrue phare des Maritimes
Tevita Kuridrani, pièce centrale du BO
Lima Sopoaga pour ramener le LOU en playoffs
Julien Blanc veut apporter du sang neuf sur la Rade
Paolo Garbisi, néo-fuoriclasse de Montpellier

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :