Site icon Café Crème Sport

Jeux Paralympiques: L’histoire de l’ouverture du sport aux handicapés

La première édition des Jeux Paralympiques se tient en 1960, une semaine après les JO d’été de Rome. Pour l’édition d’hiver, elle se tiendra en 1976 à Ornskoldvisk, en Suède. Depuis, chaque édition a apporté sa touche de modernité pour arriver à toucher un grand public et essayant d’intégrer le plus grand nombre d’handicap possible.

Avant de se faire appeler « les Jeux Paralympiques », ces derniers s’intitulaient les jeux de Stoke Mandeville. La raison étant qu’en 1948, Sir Ludwig Guttmann, médecin neurologue de l’hôpital, décide de créer les premiers « Jeux mondiaux des chaises roulantes et des amputés ». Son unité spécialisée réunit des pilotes de la Royal Air Force, blessés médullaires, tous en fauteuil roulant. Il imagine des épreuves sportives au moment même où les Jeux Olympiques se déroulent à Londres.

« Jusqu’alors, le problème était sans espoir, car il fallait non seulement sauver la vie de ces hommes, femmes et enfants paraplégiques et tétraplégiques, mais encore il fallait leur redonner leur dignité et en faire des citoyens heureux et respectés »

The signifiance of Sport in the Rehabilitation of the Disabled, ISRD Proc., 1956.

Un retour à une vie stable pour les infirmes de guerre

A l’origine, la création des jeux de Stoke Mandeville devait servir à réhabiliter des soldats anglais blessés pendant la Seconde Guerre mondiale. Ludwig Guttmann a fondé son établissement en 1944 afin d’aider les blessés atteints à la moelle épinière. Au sein du National Spinal Injuries Center, établit dans la ville de Stoke Mandeville dans le Buckinghamshire, le neurologue allemand imagine des thérapies visant à accompagner psychologiquement les blessés en stimulant leur potentiel moteur. Il décide alors de se tourner vers le sport pour trouver une solution et de pousser les patients à pratiquer plusieurs disciplines qui leur demeurent accessibles, tels le tir à l’arc, le billard, le basketball ou le tennis de table.

Les résultats dépassent les espérances de Ludwig Guttmann : les patients reprennent confiance en eux et développent leurs capacités motrices. Il comprend que la concurrence entre les patients – une écrasante majorité sont de jeunes aviateurs – peut être un élément favorisant leur investissement dans cette thérapie par le sport. Le 28 juillet 1948, le jour de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Londres, il organise les Jeux de Stoke Mandeville, la première compétition nationale pour participants handicapés (World Wheelchair and Amputee Games).

Ludwig Guttmann, créateur des Jeux de Stoke Mandeville, et donc par extension des Jeux Paralympiques

Au tout début, cette compétition se tient chaque année et Guttmann ne compte pas la faire reconnaitre par le CIO. Celle-ci commence à se populariser au début des annnées 50, le développement de nombreuses associations, particulièrement en France, en Grande-Bretagne ou en Suisse, favorisent la création d’un véritable mouvement international paralympique, que Ludwig Guttmann a initié et auquel il continue de participer activement. 

1956: le début de la renommée

En 1956, le Comité International Olympique décide de récompenser Ludwig Guttmann pour sa contribution majeure à l’idéal olympique. En 1960 ont lieu les premiers Jeux paralympiques à Rome,  au cours desquels s’affrontent dans 8 disciplines, environ 400 athlètes paraplégiques venus de 23 pays. Le pape Jean XXIII a alors surnommé Ludwig Guttmann  « le Pierre De Coubertin des paralysés « . Cependant, le terme de « Jeux Paralympiques » ne sera utilisé qu’à partir de 1984.

Cette intégration par le CIO a permis de rendre la compétition plus formelle et exceptionnelle. A partir de 1960, les Jeux Paralympiques se déroulent tous les quatre ans, et ce qui était au départ une méthode de rééducation, devient une réelle compétition sportive. Au fil des éditions, ce ne sont plus que des athlètes en fauteuil roulant qui y participent, mais un panel bien plus large avec différents handicaps représentés. Uniquement deux éditions ont dû se dérouler dans des conditions exceptionnels par rapport aux JO : en 1968, à cause de l’altitude trop élevé à Mexico, les jeux sont délocalisés à Tel Aviv, puis en 1980 les jeux se tiennent au Pays-Bas au lieu de Moscou.

Désormais, différentes catégories d’handicaps sont mis en place pour les épreuves: tétraplégie et paraplégie, séquelles neurologiques assimilables, amputation et assimilé, infirmes moteurs cérébraux, grands handicaps (myopathie), non-voyants et malvoyants. Le nombre d’athlètes et de pays ne cessent de grandir tous les quatre ans avec aussi son autonomie ce qui amène à la création du Comité Paralympique International (IPC), fondé le 22 septembre 1989.

Des jeux qui deviennent à part entière

Le 19 juin 2001, un accord est signé entre le CIO et l’IPC afin de garantir et protéger l’organisation des Jeux Paralympiques. Il confirme qu’à partir des Jeux de Pékin 2008, les Jeux Paralympiques se dérouleront toujours peu de temps après les Jeux Olympiques et utiliseront les mêmes installations et sites sportifs, le même village des athlètes, la même prise en charge des frais d’inscription et des frais de déplacement. Chaque future ville hôte choisie sera donc tenue d’organiser les Jeux Olympiques et les Jeux Paralympiques.

La médiatisation de ces jeux ne cessent également de progresser, jusqu’à parfois venir titiller ses détracteurs. Juste avant les Jeux de Londres, Channel 4, qui diffuse au Royaume-Uni, avait fait une campagne publicitaire « Thanks for the warm up » (merci d’avoir chauffé la piste en français) pour annoncer les débuts des Jeux Paralympiques quelques jours plus tard.

Campagne de pub de la chaîne « Channel 4 » pour les Jeux Paralympiques en 2012

Les Jeux Paralympiques étaient, pour le président de l’IPC à l’époque,  Sir Philip Craven, « Les plus grands Jeux réalisés à ce jour.  A Londres, les Jeux Paralympiques sont revenus à la maison et ont trouvé le sentier les menant vers leur avenir. » La chaine britannique « Channel 4 », a diffusé plus de 150h de direct, obtenant une audience record de 39,9 millions de personnes, soit 69% de la population de Grande Bretagne. Chaque édition bat des records et celle des jeux de Rio en 2016 furent les plus diffusés de l’histoire avec une couverture télé, radio et web dans 154 pays. L’évolution des Jeux Paralympiques n’est pas prête de s’arrêter avec l’intégration de nouveaux handisports pour accueillir plus de participants tous les quatre ans.

Ludwig Guttman a été un précurseur en initiant des infirmes au sport et n’aurait jamais pensé qu’il allait créé une compétition parallèle aux Jeux Olympiques. Désormais, les deux compétitions seront étroitement associées, jusque dans le titre de la compétition « JOP 2024 » pour la prochaine édition à Paris. Le monde commence à estimer le handisport, pour le plus grand bonheur de ses pratiquants.

Crédit photo de couverture (Photos Adrian Dennis / Karim Jaafar / Bob Leverone/Getty Images / AFP)

Quitter la version mobile