Foot Ligue 1

Les pépites de Ligue 1, club par club (1/4)

La Ligue des Talents a repris ses droits depuis 3 journées, et les jeunes joueurs l’ont déjà pris d’assaut. La période Covid pousse les clubs a lancer très tôt leurs jeunes, dans l’espoir de pouvoir les valoriser. Du Nord au Sud et d’Est en Ouest, la France est peuplée de talents. Dans cette optique, choisissons, club par club, un joueur né en 2002 ou après (U20), qui peut exploser cette saison. Premier épisode, d’Angers à Lens.

Avant-propos : cette série fait sa troisième apparition sur le site. Sur les 20 joueurs présentés l’an dernier, 8 peuvent être considérés comme ayant réussi leur saison, trois ayant joué avec les espoirs (Mara, Chotard, Kalimuendo). Ne perdons pas aussi de vue que ces joueurs restent encore très jeunes et ont encore le temps, des années après la parution de ces articles, de faire une belle carrière.

Angers : Mohamed Ali Cho, révélation du début de saison

Le numéro 21 Angevin peut représenter 4 pays : France, Angleterre, Maroc, Côte d’Ivoire. (Crédits : expectedscore.com)

Bon là, c’est vrai, on prend pas beaucoup de risques. 2004 mais avec déjà un but en Ligue 1 au compteur, un match XXL contre l’OL, et sélectionné avec les espoirs, Cho a déjà fait ses preuves. Si son histoire peu commune ne vous est pas encore venue aux oreilles, ça ne saurait tarder. Sélectionné avec deux nations différentes, le SCO étant son 3e club pro, le podcast Formation FC avec Antoine Raguin (journaliste à Ouest France) vous racontera tous les détails de son histoire. Pour ce qui est du terrain, le gaucher est, pour le moment, aligné en pointe par Gérald Baticle. Il fait parler, dans cette position, ses qualités physiques. Très explosif, véloce, endurant et rapide, il a tout du bon attaquant de profondeur. Formé sur l’aile, il est aussi très bon dans le 1 contre 1 et dans l’élimination. S’il risque d’être de plus en plus ciblé et muselé par les défenseurs adverses, cela lui permettra de gommer ses quelques défauts encore existants (prise de décision, jeu sous pression notamment). Quoi qu’il en soit, si vous ne savez pas quoi regarder durant la trêve internationale, jetez un oeil aux matchs des Espoirs. Entre lui, Gouiri, Mbuku, Camavinga and co, vous ne serez pas déçus.

Pour en savoir plus : le podcast du Formation FC axé sur Cho, avec Antoine Raguin.

Girondins de Bordeaux : Tom Lacoux, continuer à progresser

Contrat jusqu’en 2024, Lacoux a le temps de faire son trou dans son club de coeur. (Crédits : Girondins4Ever)

Malgré beaucoup de mouvements cet été, que ce soit sur le terrain ou sur le banc, les Girondins de Bordeaux gardent confiance en Tom Lacoux. Né en 2002 comme Sékou Mara, que l’on vous avait présenté l’an dernier, Lacoux a gravi tous les échelons de jeunes aux Girondins. Capitaine chez les U17, puis chez les U19, il a su faire son trou et profiter des blessures d’Otavio l’an dernier pour jouer ses premiers matchs en Ligue 1. Des dires de l’un de ses formateurs au centre de formation, Tom n’est « pas le plus talentueux, mais il est fiable. Et pour un entraîneur, c’est bien d’avoir quelqu’un de fiable. » Sa régularité est l’une de ses forces. Rarement un match sans, très peu de grosses erreurs, un sens du leadership bien affirmé, le milieu défensif n’a pourtant pas encore joué cette saison. La faute a une blessure au coude qui le tient, pour le moment éloigné des terrain. L’émergence de son coéquipier Issouf Cissokho prouve bien que Vladimir Petkovic n’as pourtant pas peur de faire jouer les jeunes. Pour se faire, Lacoux devra peut-être devenir un peu plus vertical, progresser sous pression, afin de se fondre parfaitement dans le style de jeu du coach Girondin.

Pour en savoir plus : le portrait réalisé par le club sur sa chaîne YouTube : Tom Lacoux, l’enfant du cru.

Stade Brestois : Samuel Genty, maintenant ou … jamais?

L’attaquant est sous contrat avec la Stade Brestois jusqu’à la fin de l’année. (Crédits : Le Télégramme)

En jouant dès ses 16 ans avec l’équipe réserve, on pouvait s’attendre à le voir évoluer très tôt avec les pros. Mais finalement, Genty n’as toujours pas évolué en match officiel avec l’équipe première du SB29. Formé au pôle espoirs de Chateauroux, l’attaquant a joué (et marqué) avec toutes les catégories du club (U17, U19, équipe réserve). A bientôt 20 ans, le moment semble opportun de le lancer chez les pros. S’il doit faire face à la concurrence de Mounié ou Cardona, Genty peut quand même apporter aux pirates. Très bon physiquement, notamment dos au but, il possède aussi une certaine explosivité qu’il exploite après avoir effectué sa remise afin d’arriver lancé dans la surface. Top finisseur capable de marquer de la tête et des pieds, il doit encore progresser dans certains déplacements et peaufiner son jeu dans les petits espaces. Après avoir repris assez tard avec la réserve, nul doute qu’il se frayera un chemin jusqu’à l’équipe première d’ici la fin de saison. Car à un an de la fin de son contrat …

Pour en savoir plus : l’article d’Ultimo Diez sur Samuel Genty (paru en 2019).

Clermont Foot : Frédéric Loki, déjà le bon moment ?

Tout nouveau club de Ligue 1, Clermont a régalé les observateurs depuis le début de saison. Le début de saison de son attaquant Mohamed Bayo montre bien que certains jeunes prennent du temps à éclore. Pourtant, Frédéric Loki, né en 2004, a tout pour tout casser très rapidement. Le franco-congolais, aux deux sélections U16 avec les Bleus, a déjà signé un premier contrat pro. S’il joue pour le moment encore avec les jeunes, son profil et ses aptitudes sont une belle promesse. Milieu de terrain qu’on pourrait qualifier de relayeur, Loki est un joueur très complet, avec une bonne palette offensive. A l’aise sous pression, dans le 1v1, capable de donner la dernière passe comme de finir, le Clermontois est très endurant, capable de répéter les courses à haute intensité et donc, de presser fort. Des qualités qui peuvent lui ouvrir les portes de l’équipe première. Il pourrait être, par exemple, un bon complément à Johann Gastien. Pour autant, entre son très jeune âge et la potentielle lutte pour le maintien de son club, Loki pourra aussi prendre son temps en réserve, effectuer quelques entraînements avec les pros, et ce sera déjà très bien.

Pour en savoir plus : malheureusement pas grand chose, très peu de contenu disponible sur Loki.

RC Lens : Ibrahima Baldé, tout pour le but

Baldé lors de la signature de son premier contrat pro. (Crédits : RC Lens)

Jeune attaquant de pointe à l’aise devant le but, né à Paris et aimé des fans. Non, ce n’est pas Arnaud Kalimuendo (que l’on vous a présenté l’an dernier), mais Ibrahima Baldé. Né en 2003, l’attaquant polyvalent risque de disputer ses premiers matchs en Ligue 1 cette saison. Après avoir cumulé les buts en jeunes et en équipe réserve (en étant, déjà, dirigé par Franck Haise), il a vu sa progression ralentie par quelques blessures. Malgré ces pépins, son coach a avoué a demi-mot vouloir l’intégrer à l’équipe première. Ce qu’a d’ailleurs confirmé la direction des sang et or sur leur site Internet : « C’est un profil vraiment intéressant qui a les aptitudes pour réussir dans le monde professionnel. Puissant, adroit, rapide, techniquement habile, c’est l’attaquant axial complet par excellence. » Capable de terminer dans toutes les positions, l’attaquant rapide et agile est une arme blanche qui perfore les défenses et plante les buts. Sa polyvalence et la confiance accordée par le club devrait lui permettre de se confronter au niveau de la Ligue 1. Et s’il fait aussi bien qu’Arnaud Kalimuendo, ce sera déjà énorme.

Pour en savoir plus : l’article de l’Avenir de l’Artois réalisé sur l’attaquant Lensois.

Prochain épisode mardi, ou l’on parlera de Lille, Lorient, Lyon, Marseille, Metz.

(3 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :