Les Douceurs du CCS NHL Portraits du CCS Sport US

Peter Forsberg : Foppa, le guerrier aux gants d’or

La Triple Couronne, ou Club Triple Or, est un accomplissement de carrière remarquable pour tout hockeyeur. Remporter la Coupe Stanley, les Jeux Olympiques et les Championnats du monde vous classe un joueur. De nos jours, seuls 29 joueurs ont réalisé cet exploit dont, entre autres, Jaromir Jagr, Sidney Crosby, Joe Sakic, Nicklas Lidström ou bien Jonathan Toews. Néanmoins trois de ces 29 légendes ont remporté par deux fois chaque compétition : Igor Larionov, Viatcheslav Fetisov et… Peter Forsberg. Retour sur la carrière du surnommé et surdoué « Foppa » !

« J’ai eu la chance d’éviter Forsberg au début de ma carrière, car je jouais à Buffalo et lui au Colorado. On ne se voyait pas souvent. Il s’est repris quand je suis passé à Détroit. Je disais toujours à mes défenseurs d’avoir Forsberg à l’œil parce qu’il était un joueur imprévisible. Je leur demandais de ne pas lui donner d’espace sur la glace. De le frapper pour le contenir ou le ralentir. Ils me répondaient toujours que c’était très difficile, voire impossible de le frapper. Et lorsqu’ils arrivaient à le frapper, c’était rarement Forsberg qui écopait, mais ceux qui tentaient de le frapper qui se retrouvaient sur le dos » Dominik Hasek

1973 – Örnsköldsvik 🇸🇪

Né un 20 juillet 1973 au bord de la mer Baltique à Örnsköldsvik, une ville situé environ à 530 kilomètres au nord de la capitale Stockholm, Peter Forsberg développe tout au long de sa jeunesse un goût prononcé pour plusieurs sports : football, athlétisme, ski de fond, javelot mais aussi bien entendu le hockey. A fond dans le foot auparavant c’est à l’adolescence que Forsberg délaisse le ballon rond pour la crosse et le palet mais aussi pour rejoindre son grand frère Roger et son père Kent, entraîneur au club de hockey local. La ville d’« Övik » découvre un ado plus fluet et plus teigneux que la normale mais qui forme un duo détonnant avec un certain Markus Näslund.

1990 – MODO Hockey 🇸🇪

C’est lors de la saison 1990/1991 à 17 ans que Forsberg commence sa carrière chez les professionnels au MODO Hockey, club de sa ville natale qui joue en Elitserien, la première division suédoise. Et c’est face à Karlstad et l’un de ses idoles Håkan Loob, qui prédira de belles promesses envers son jeune compatriote, que le jeune centre « Foppa » débute. Ce n’est autre que son père Kent Forsberg qui est en charge de l’équipe première.

Source : AFP

1991 – Repêchage LNH et affaire Lindros

C’est à la fin de sa première saison professionnelle au MODO que « Foppa » est supervisé par Inge Hammarström, l’un des membres de la cellule de recrutement des Flyers de Philadelphie. Forsberg est repêché au 6ème choix du premier tour aux côtés de son ami du MODO Markus Näslund (16ème choix) mais aussi Scott Niedermayer (3ème), Pat Falloon (2ème), Chris Osgood (54ème), Ray Whitney (23ème) et enfin Eric Lindros, premier choix de ce repêchage de juin 1991.

Source : Sports Illustrated

Le clan Lindros créé la polémique à la suite du repêchage du fait que les parents et agent du joueur refusaient que le jeune Eric porte le maillot des Nordiques de Québec du président Marcel Aubut. En juin 1992, un an après et après maints échanges des deux côtés, une offre des Flyers est accepté par les Nordiques : Lindros part en direction de Philadelphie tandis qu’un package de joueurs dont Ron Hextall et Peter Forsberg ainsi que 15 millions de $ s’en vont vers la Belle-Province. Une transaction plus que bénéfique pour la franchise québécoise.

1992 – Championnats du monde à Prague et Bratislava 🇨🇿

C’est quelques semaines avant de savoir son transfuge des Flyers aux Nordiques que Forsberg dispute sa première compétition internationale avec la « Tre Kronor », c’est à dire les Trois Couronnes en suédois. C’est un derby face à la Finlande en finale qu’est proposé aux Suédois de Mats Sundin. Ces derniers remportent le match 5-2 et remportent donc la médaille d’or, « Foppa » engrange 6 points en 8 rencontres dont le premier but en finale à seulement 18 ans !

Un tout jeune Forsberg sur la gauche – Source : SVT Play

Tandis que « Foppa » domine le championnat suédois, l’Elitserien, en remportant deux ans de suite le Guldhjälmen (MVP du championnat) et le Guldpucken (meilleur hockeyeur du pays), il ne remporte pas le titre. Une finale en 1994 sera perdue face à Malmö. Il en est de même avec l’équipe junior suédoise ou par deux fois il n’obtient « que » la médaille d’argent. Derrière la CEI (ex-URSS et future Russie) d’Alexeï Kovalev en 1992 et derrière le Canada de Paul Kariya en 1993. Il réalise tout de même un record qui sera quasi impossible à battre en 1993 en compilant 31 points dont 7 buts en seulement 7 matchs !

1994 – Jeux Olympiques de Lillehammer 🇧🇻

C’est chez les voisins norvégiens que Forsberg participe à ses premiers Jeux Olympiques d’Hiver. Discret pendant la phase de poules et en quarts de finale face à l’Allemagne, c’est lors du dernier carré que le natif d’« Övik » éclate aux yeux du monde entier et prouve toute sa valeur. Trois assistances dans une victoire en demi-finale 4-3 face aux Russes et deux autres lors de la finale contre le Canada de… Paul Kariya. La Suède remporte la médaille d’or aux tirs au but après une égalité 2-2 à la fin de la prolongation. Sur les trois tirs au but réussis côté Tre Kronor, Forsberg en convertit deux dont un qui reste gravé dans les mémoires et est toujours appelé une « Forsberg ». Le suédois se déjoue du gardien canadien Corey Hirsch en l’emmenant sur sa gauche avec le corps mais en laissant la crosse et le palet sur la droite, tout en finesse. Le suédois rentre déjà dans la légende de son sport à 20 ans !

« J’étais terriblement mauvais en tirs de barrage. J’avais deux plans. C’est tout. Comme j’avais déjà utilisé le premier plus tôt lors du tournoi, j’ai tenté le deuxième. Mes chances de marquer étaient faibles, mais comme on en parle encore aujourd’hui, je dois reconnaître que c’est certainement le moment le plus marquant de ma carrière. » Peter Forsberg

1995 – Les Nordiques de Québec et le Trophée Calder 🇨🇦

Du fait du gel de la première partie de la saison 1994/1995 à cause d’un lock-out, Peter Forsberg ne commence sa carrière en LNH qu’en janvier 1995 sous les couleurs fleur-de-lysées des Nordiques de Québec aux côtés de joueurs tels que Joe Sakic, Owen Nolan ou bien Adam Foote. Le suédois remporte le Trophée Calder récompensant la meilleure recrue en compilant 50 points dont 15 buts en 47 matchs devant Paul Kariya de un an son cadet.

Source : NHL.com

Les Nordiques finissent meilleure équipe de la Conférence Est mais se font attraper dès le premier tour des Séries 4 victoires à 2 par les champions en titre, les New York Rangers de Mark Messier. La déception est grande du côté de Québec mais pas autant qu’une dizaine de jours plus tard où le déménagement vers le Colorado est acté. Les Nordiques de Québec deviennent l’Avalanche du Colorado dès la saison prochaine et le dernier but de l’histoire des Nordiques reste (pour l’instant?) l’oeuvre de « Foppa ».

1996 – Colorado Avalanche et première Coupe Stanley 🇺🇸

Renforcé par les arrivées entre autres de Patrick Roy et Claude Lemieux, l’Avalanche du Colorado fini deuxième de la Conférence Ouest avec 104 points (47-25-10) derrière les Red Wings de Détroit et leur bilan faramineux de 131 points (62-13-7) ! De son côté Forsberg réalise une deuxième saison de grande qualité avec pas moins de 116 points dont 30 buts en 82 matchs. Lors des Séries il se montre tout aussi dominant que ce soit en attaque ou en défense comme à son habitude. La finale est remportée haut la main et Colorado balaye les Florida Panthers de John Vanbiesbrouck et Scott Mellanby après avoir éliminé les Red Wings de Steve Yzerman, Sergeï Fedorov, Nicklas Lidström, Igor Larionov, Chris Osgood, Brendan Shanahan et consors 4 victoires à 2. L’Avalanche du Colorado remporte la première Coupe Stanley de son histoire lors d’une saison quasi parfaite. « Foppa » devient alors le plus jeune membre de la Triple Couronne à seulement 22 ans !

Tout gagner à 22 ans, un exploit qui ne fût battu que par Jonathan Toews – Source : Twitter

1998 – Championnats du monde à Zürich et Bâle 🇨🇭

Lors de la Coupe du Monde 1996 et malgré un beau tournoi les Suédois perdent en demi-finale face au Canada de Wayne Gretzky après une double prolongation, puis, lors des Jeux Olympiques de Nagano au Japon c’est la Finlande de Teemu Selänne qui leur barre la route en quarts de finale. Qu’à cela ne tienne, c’est en Suisse que la Tre Kronor et Forsberg prenne leur revanche. Suite à un tournoi rondement mené, Forsberg est sacré meilleur pointeur (11 points en 7 matchs) et élu dans l’équipe-type en compagnie de ses compatriotes Mats Sundin et Tommy Salo. Double sentiment de revanche pour les Suédois lorsque ce sont les Finlandais qui sont battu lors de la finale jouée en deux matchs (1-0 et 0-0). Après 1992 c’est un deuxième championnat du monde et une deuxième médaille d’or mondiale qui s’offre au natif d’Örnsköldsvik. Cerise sur le gâteau pour la famille Forsberg, son père Kent est le sélectionneur en place et père et fils remportent enfin un titre ensemble, performance qu’ils n’avaient pas réussie à réaliser avec le MODO Hockey.

«  Ce sont de grands exploits qui ne se comparent pas. La coupe Stanley couronne neuf mois de travail ardu. On se vide en équipe et le fait de soulever le trophée est vraiment sensationnel. Gagner une médaille d’or ou un titre mondial pour son pays est tout aussi gratifiant. Surtout que tu le fais avec des amis d’enfance. En prime, j’ai remporté l’un de ces titres (championnat du monde en 1998) alors que me mon père (Kent) était entraîneur-chef. Au lieu de vous dire lequel de ces titres a le plus de valeur, je vais me contenter de vous dire que je me considère très chanceux d’en avoir remporté autant » Peter Forsberg

Couverture du jeu NHL 98 sur PlayStation, une des preuves du succès que rencontre Forsberg

2001 – Colorado Avalanche – Deuxième Coupe Stanley 🇺🇸

Depuis le titre de 1996, Forsberg s’impose comme l’une des superstars de la Ligue Nationale de Hockey. Statistiquement il n’y a rien à dire : 580 points dont 169 buts et 411 assistances en 466 matchs en saison régulière et 108 points dont 42 buts et 66 assistances en 95 matchs en séries éliminatoires ! Depuis leur titre de 1996 jusqu’à 2001 la rivalité face aux Red Wings de Détroit fait rage et les contemporains de l’époque s’en souviennent sûrement encore. En 1997 ce sont les joueurs du Michigan qui éliminent ceux du Colorado en finale de Conférence 4-2 puis en 1999 et 2000 c’est l’Avalanche qui par deux fois s’impose 4-2 et 4-1 mais qui, par deux fois également, échoue face aux Stars de Dallas de Mike Modano, Brett Hull et Ed Belfour en finale de Conférence.

« Peter Forsberg pouvait te battre sur la patinoire dans toutes les facettes du hockey. Il était assez rapide pour contourner n’importe quel joueur. Il était capable d’endormir n’importe qui avec son maniement de la rondelle, avec ses passes de qualité et avec son tir précis et vif. Mais Peter n’était pas seulement talentueux. Il était aussi dur, fougueux et même belliqueux sur la patinoire. Je le sais, car je me suis trop souvent trouvé sur son chemin alors que les Stars de Dallas et l’Avalanche se croisaient souvent en séries » Mike Modano

Les Séries 2001 mènent Peter Forsberg et ses coéquipiers en finale face aux New Jersey Devils de Martin Brodeur, Scott Niedermayer, Patrik Elias et Scott Stevens. Malheureusement « Foppa » n’est pas en tenue sur la glace face aux Blues de St. Louis en finale de Conférence puis lors de la finale de Coupe Stanley à cause d’une blessure au corps après la demi-finale de Conférence face aux Kings de Los Angeles de Luc Robitaille. Son corps justement lui joue de mauvais tours depuis quelques saisons déjà et le Suédois accumule de sérieux soucis au pied droit et additionne les commotions cérébrales, le prix à payer pour son engagement total sur la glace. Malgré l’absence de leur génie scandinave, l’Avalanche en possède un deuxième en la personne du capitaine Joe Sakic, bien accompagné par Milan Hejduk et les vieillissants Patrick Roy, Rob Blake et Ray Bourque. C’est au septième et dernier match que Colorado remporte sa deuxième Coupe Stanley, une seconde pour Forsberg qui rentre malgré tout un peu plus dans la légende.

Une deuxième Coupe Stanley au palmarès – Source : Mile High Hockey

« Avant d’être un coéquipier de Peter au Colorado, j’ai été son adversaire. Lors d’une visite à Denver avec les Kings, je le regardais jouer et je m’étais donné comme mandat de le freiner. De lui asséner une solide mise en échec. Quelques présences plus tard, l’occasion s’est présentée. Il était dans le coin et j’ai saisi ma chance. L’ennui, c’est que c’est lui qui m’a frappé. Il m’a logé son épaule dans le creux de l’estomac. Le choc a été tel qu’il m’a complètement coupé le souffle. L’oxygène est déjà rare à Denver. Imaginez ce que ça devient avec le souffle coupé. Je n’avais jamais eu autant de difficulté à rentrer au banc de ma carrière. Pendant mes années avec Peter à Denver, je l’ai plusieurs fois vu jouer le même tour à plusieurs adversaires. […] J’ai rarement vu un gars aussi solide sur ses patins. Il était ancré dans la glace. Mais c’était d‘abord et avant tout un grand joueur de hockey. Quand la situation était corsée, c’est lui que tu voulais sur la patinoire. » Rob Blake

2003 – Colorado Avalanche – Trophée Hart et Trophée Art Ross 🇺🇸

« J’ai pris une décision difficile. Je sens que, actuellement, dans l’état d’esprit dans lequel je me trouve, je ne peux pas rejoindre la glace et pratiquer mon niveau de jeu habituel. J’ai subi de nombreuses blessures, j’ai été l’objet de quelques opérations ces dernières années. Et cela m’a incité à prendre cette décision. » Peter Forsberg expliquant sa saison blanche en 2001/2002

Cette déclaration résume l’état d’esprit du Suédois lors de l’été 2001. Physiquement et mentalement à bout, à tout juste 28 ans, Forsberg se doit d’écouter son corps et le mettre au repos. Cette décision radicale lui fait louper la saison régulière 2001/2002 et les Jeux Olympiques de Salt Lake City, son pied le fait encore souffrir. Mais n’est pas guerrier qui veut et « Foppa » retourne sur la glace lors des Séries 2002 où il inscrit 27 points dont 9 buts et 18 assistances en 20 matchs. L’Avalanche du Colorado voit son chemin vers le doublé être stoppé au septième match en finale de Conférence par les Red Wings de Détroit de Steve Yzerman et consors renforcés par l’arrivée de Dominik Hasek devant les filets. Ces derniers remporteront le titre quelques jours plus tard.

Forsberg et ses trophées de la saison 2002/2003 – Source : Sports Illustrated

Sur la lancée de ses Séries 2002, Peter Forsberg réalise une saison 2002/2003 exceptionnelle qui lui permet de remporter à la fois le Trophée Art Ross avec 106 points dont 29 buts et 77 assistances mais aussi le Trophée Hart, le « Graal » pour tout joueur de LNH. A noter que c’est son pote d’enfance Markus Näslund qui le talonne au Art Ross avec seulement deux petits points de retard. La ville d’« Övik » est fier de ses joueurs ! Malheureusement pour Forsberg, lui et son équipe se font surprendre dès le premier tour des séries par le Wild du Minnesota.

Forsberg sous le maillot de la Tre Kronor en 2004 – Source : Dave Sandford/Getty Images

L’été 2003 laisse place aux Championnats du monde en Finlande où la Tre Kronor élimine les Finlandais de Teemu Selänne lors d’un quart de finale épique 6 buts à 5. Les Suédois s’inclinent en finale face au Canada après avoir éliminé la Slovaquie de Miroslav Satan en demi-finale. L’argent est encore une fois obtenu en 2004 lors des Championnats du monde en République Tchèque, encore une fois avec une finale perdue face aux Canadiens.

2005 – Philadelphia Flyers et Nashville Predators 🇺🇸

La saison 2003/2004 voit Pierre Lacroix, le Directeur Général de l’Avalanche de l’époque, accumuler les superstars de la ligue en ajoutant à son duo Sakic-Forsberg les arrivées de Teemu Selänne et Paul Kariya, l’ancien one-two punch des Mighty Ducks d’Anaheim des années 90. Cela ne suffit pas et ce sont les Sharks de San José qui mettent fin à leur saison en demi-finale de Conférence. L’année qui suit ne permet pas au collectif de Denver de continuer car un lock-out est en cours et l’annulation de la saison 2004/2005 est annoncée début 2005. Forsberg profite ainsi pour retourner jouer une saison au MODO, son club de coeur et rejouer une dernière sous les ordres de son père.

Foppa sous le maillot des Flyers – Source : Courier Post

Joueur autonome à l’été 2005, l’Avalanche du Colorado n’est pas en mesure de supporter son salaire et c’est ainsi que Peter Forsberg part jouer sous les couleurs de la franchise qui l’a drafté un soir de juin 1991, les Flyers de Philadelphie. Un véritable coup de tonnerre pour les « Avs » et ses partisans. Pour le Suédois son association avec Simon Gagné est un véritable succès, « Foppa » joue 60 matchs et inscrit 75 points dont 19 buts et 56 assistances. Les Flyers tombent dès le premier tour des séries face aux Sabres de Buffalo de Ryan Miller et Daniel Brière. La saison qui suit est une déroute pour la franchise de Pennsylvanie et une reconstruction est décidée en interne en plein milieu de saison, ce qui amène les Flyers a réalisé une transaction qui envoit Peter Forsberg aux Predators de Nashville aux côtés de Paul Kariya et de deux jeunes joueurs du nom de Shea Weber et Ryan Suter.

2006 – Jeux Olympiques de Turin 🇮🇹

Lors de sa première saison sous le chandail des Flyers se tiennent les Jeux Olympiques de Turin. Après avoir loupé les J.O. de 2002 à Salt Lake City, Forsberg est de retour dans la sélection olympique de la Tre Kronor, huit ans après les Jeux de Nagano. Aux côtés de Mats Sundin, Nicklas Lidström, des frères Henrik et Daniel Sedin, Henrik Zetterberg et d’un jeune gardien du nom d’Henrik Lundsqvist, les Suédois se hissent en finale après avoir surclassé les Suisses et les Tchèques en quarts et demi-finale. Face à eux encore une fois, non pas le Canada, mais le voisin finlandais, vainqueurs des Russes d’Alexander Ovechkin, Viktor Kozlov et Ilya Kovalchuk. La Tre Kronor remporte le match 3 buts à 2 et remporte la deuxième médaille d’or olympique de son histoire. Peter Forsberg réalise 6 assistances en autant de matchs et réalise l’exploit monumental de réaliser une double Triple Couronne en remportant ses deuxièmes Jeux Olympiques après avoir fait de même pour les Championnats du monde et pour la Coupe Stanley. Légendaire !

Source : Filippo Montforte/AFP/Getty Images

2011 – MODO 🇸🇪 et Colorado Avalanche 🇺🇸 – Fin de carrière

La saison 2007/2008 le voit revenir à Denver chez l’Avalanche en fin de saison mais son corps ne suit plus et il ne joue que 9 matchs de régulière puis les 7 matchs des séries où il inscrit encore 5 points dont un but. Il voit sa deuxième franchise de coeur être éliminé par les Red Wings de Détroit qui iront chercher le titre. L’histoire se répète. Deux saisons au MODO pour les saisons 2008/2009 et 2009/2010 et un dernier contrat symbolique avec l’Avalanche du Colorado lors de la saison 2010/2011 où il ne jouera que deux petits matchs clôturent une carrière remplie de succès malgré des hauts et des bas dû à des blessures récurrentes.

Forsberg au Hall of Fame de l’IIHF – Source : RDS

Peter Forsberg reste dans les mémoires comme l’un des attaquants les plus complets de l’histoire, capable de passes hallucinantes, de buts exceptionnels, de mises en échec d’une rare intensité et d’un leadership combiné à un caractère bien trempé. Peter Forsberg c’est un porte-drapeau aux Jeux Olympiques de Vancouver en 2010. Peter Forsberg c’est un numéro 21 légendaire retiré par la franchise de l’Avalanche du Colorado en 2011, c’est une intronisation au Hall of Fame de l’IIHF en 2013 et une intronisation dans le Temple de la Renommée en 2015. Peter Forsberg c’est un jeune adolescent d’« Övik » surnommé « Foppa » devenu un homme et un joueur qui a fait rêver un nombre incalculable de fans de hockey dans le monde entier. Tack för allt Foppa !

Palmarès de Peter Forsberg

  • 👑👑 Triple Couronne
  • International
  • 🥇🥇 Jeux Olympiques (1994, 2006)
  • 🥇🥇 🥈🥈🥈 Championnats du monde (Or : 1992, 1998 / Argent : 1993, 2003, 2004)
  • 🥈🥈 Championnats du monde junior (1992, 1993)
  • Ligue Nationale de Hockey
  • 🏆🏆 Coupes Stanley (1996, 2001)
  • 🏆 Trophée Hart (2003)
  • 🏆 Trophée Art Ross (2003)
  • 🏆 Trophée Calder (1995)
  • 🌟🌟🌟 NHL First All Star Team (1998, 1999, 2003)
  • ⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐ All Star Game (1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, 2003)
  • Elitserien
  • 🏆🏆 Guldhjälmen (1993, 1994)
  • 🏆🏆 Guldpucken (1993, 1994)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :