Foot Ligue 1 Mercato

Mercato Ligue 1 : Le conseil de classe du CCS (1/5)

Le mercato d’été a fermé ses portes le mardi 31 août. L’heure est au bilan à la rédaction du CCS. Un nouveau cycle pour Angers, Bordeaux, Brest et Clermont. Épisode 1/5.

Angers

Arrivées :Départs :
MendyAït Nouri
OunahiCoulibaly
TaïbiButelle
Diony
Alioui
Pavlovic
Touré
Fortuné
Amadou

Avec une situation financière compliquée il y a quelques mois, le SCO d’Angers ne pouvait pas se permettre de trop dépenser. Pour rappel, en juillet dernier, le club était relégué administrativement par la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion) à cause de ses dettes. Saïd Chabane avait donc pour obligation de faire des ventes avant de (possiblement) recruter. Le mercato allait également être chamboulé par l’arrivée du nouvel entraîneur: Gérald Baticle. 

Il était prévisible que le club de Maine-et-Loire allait être plus actif sur le rang des départs que celui des arrivées. Des liquidités étaient attendues après le passage avec la DNCG et la vente de Rayan Aît-Nouri pour 11 millions d’euros à Wolverhampton a débloqué la situation. Le latéral gauche a signé définitivement dans le club anglais après avoir déjà passé une année en prêt. Pour alléger sa masse salariale, le club angevin n’a pas prolongé plusieurs joueurs qui sont partis libres comme Lassana Coulibaly, Ludovic Butelle ou encore Matéo Pavlovic. Les attaquants, Rachid Alioui et Loïs Diony, ont tous les deux été envoyés en prêt à Courtrai et à l’Etoile Rouge de Belgrade. 

Pour ses achats, le SCO ne pouvait pas se permettre d’être trop dépensier et a donc privilégier des pistes peu onéreuses comme Batista Mendy, arrivé libre de Nantes et Azzedine Ounahi, 21 ans, recruté à Avranches. Le club peut se satisfaire d’avoir gardé ses cadres: Angelo Fulgini, malgré des tentatives de clubs étrangers, a décidé de rester en terre angevine à l’issue du mercato d’été, tout comme Paul Bernardoni ou encore Sofiane Boufal. Cette saison, le grand changement n’est pas dans l’effectif angevin, mais sur le banc. 

Le nouvel entraîneur du SCO d’Angers a signé un bail jusqu’en 2025. (Crédit: Eddy Lemaistre)

Après dix années de bons et loyaux services, Stéphane Moulin a quitté le club d’Angers en fin de saison dernière. Celui qui est à présent l’entraîneur de Caen a été remplacé par l’ancien coach adjoint de Lyon, Gérald Baticle. C’est la première fois depuis 2009 que l’ancien attaquant amiénois tient les rênes d’une équipe première, après avoir passé dix ans en tant qu’adjoint à l’Olympique Lyonnais. Pour le moment, ça fonctionne bien avec trois victoires et un match nul sur les quatre premières journées de Ligue 1. Cette nouvelle ère après un cycle de 10 ans sous Moulin pourrait être plus que bénéfique pour les Angevins, le jeu basé sur l’attaque du nouveau coach porte ses fruits et permet à Angers d’occuper actuellement la deuxième place du classement.

Je recherche l’équilibre défensif. Pour moi, être défensif, ce n’est pas forcément reculer. C’est avoir un bon bloc, une bonne couverture des uns par rapport aux autres, être fort dans le duel. Et j’ai des principes offensifs : des prises de risques dans les trente derniers mètres, du jeu vers l’avant quand c’est possible avec une utilisation de la largeur pour étirer le bloc adverse et créer des possibilités de passes dans les intervalles. Pour moi, le foot moderne, c’est retrouver des joueurs lancés dans le dos de la défense adverse. Voici les bases qu’on peut adapter à différents systèmes.

La vision du jeu pour Gérard Baticle (Eurosport)

Le nouvel entraîneur est la grosse recrue du mercato côté angevin et on peut dire pour le moment que c’est une réussite. Gérald Baticle va pouvoir s’appuyer sur une équipe déjà établie depuis la saison dernière, avec des cadres qui vont permettre à des jeunes talents comme Ounahi et Mohammed-Ali Cho de s’épanouir. La saison est encore longue donc il ne faut pas faire de conclusions trop hâtives, mais pour le moment, le mercato du club de Saïd Chabane peut être considéré comme efficace.

Balance du mercato: +11,10 M€

Note : 10/20

Bordeaux

Arrivées :Départs :
FransergioAdli
OnanaBasic
GregersenCarrique
MensahBessile
MangasLauray
Pembéléde Préville
SissokhoPardo
ElisBenito
AdliMandanda
DilrosunSabaly
Jovanovic
Bellanova
Poundjé 
Ben Arfa
Séri

Sur les rives de la Gironde, ce mercato s’annonçait de taille. En effet, le nouveau président Gérard Lopez avait de nombreux objectifs à remplir lors de ce mercato. Tout d’abord, se libérer de gros contrats donnés par l’ancienne direction américaine. Ainsi, les contrats expirants n’ont pas été prolongés pour libérer de la masse salariale, et Pardo et Bellanova ont été respectivement vendu et prêté dans ce but là. De plus, un accord financier a été trouvé avec Benito pour le libérer de son contrat. Point négatif, Lopez n’a pas réussi à vendre tous ces gros contrats. Il reste un des plus gros contrats en la personne de Mexer qui restera sur les rives de la Gironde cette saison. Plus généralement au niveau des départs, Basic a rejoint la Lazio pour 7M€ (+1 en bonus) , un bon départ pour un joueur qui n’avait plus vraiment la tête aux Girondins. Lors de la dernière journée du mercato, Adli s’est envolé pour l’AC Milan pour signer son contrat puis a été prêté dans la foulée à Bordeaux, encore une bonné idée de Gérard Lopez qui pourra profiter d’un joueur au profil intéressant une année de plus.

Au niveau des arrivées, la DNCG a imposé aux Girondins sur ce mercato de ne pas pouvoir dépenser plus que ce qu’ils ont vendu. La réponse de Gérard Lopez sur ce point a été de principalement utiliser des prêts avec option d’achat. En effet, plus de la moitié des nouvelles recrues sont effectués sur ce modèle la. Ensuite, la néo-direction bordelaise a directement ciblé le poste de latéral gauche, une des faiblesses principales des Girondins depuis presque une décennie, en recrutant avec option d’achat coup sur coup Mangas et Mensah deux latéraux offensifs, le premier étant issu de Boavista, un des clubs de Gérard Lopez. A l’instar de Mangas, d’autres joueurs ont été recrutés à Boavista et plus largement dans le championnat portugais. Ainsi, Elis et Fransergio ont rejoint les rangs du club aquitain, le premier étant un ailier explosif et le second un milieu relayeur au profil plutôt offensif. Il reste Pembele, Dilrosun, Gregersen, Onana.

Malgré ces différentes réussites, plusieurs échecs viennent ternir le ciel bordelais. Ces mauvaises nouvelles sont principalement liées aux restrictions de la DNCG, mais elles n’en restent pas moins négligeables. Tout d’abord, l’envie de Lopez de ne pas recourir a des prêts sans option d’achat ont barré plusieurs pistes qui auraient pu faire du bien aux Girondins, Lucien Agoumé par exemple. Ensuite, les cas Vitinho et Porozo vont faire beaucoup de mal aux Girondins. Le profil de créateur que représente Vitinho ne sera toujours pas comblé, et l’absence de Porozo manquera à la rotation défensive bordelaise qui reste faible. Mais surtout, Bordeaux continuera à évoluer sans numéro 9 de talent comme le souhaitait Gérard Lopez. On pourra cependant rappeler que contrairement à l’ère américaine, Mostafa aurait refusé de nombreuses offres plus intéressantes financièrement que les Girondins de Bordeaux, signe évident d’un projet sportif qui séduit des joueurs ambitieux.

Finalement, même si certaines pistes chaudes n’ont pas été finalisées, le mercato Girondins reste globalement réussi, des gros contrats délestés, aucune prolongation de contrats pour des joueurs de rotation. De plus, on a pu voir de nombreuses pistes intéressantes, même si certaines semblaient particulièrement complexe. L’ère Lopez commence ainsi sur de bonnes bases avec un projet sportif cohérent et une équipe remaniée.

Balance du mercato : +6 M€

Note : 12/20

Brest

Arrivées : Départs :
BizotPerraud
BrassierTavares
UronenDioh
Del CastilloN’Goma
AgouméCharbonnier
CoudertHasse
SowBuon
BadjiBaal
Fadiga
Lucas

Cette saison encore, le SB29 repart en mission maintien. Avec 9 arrivées, dont un retour de prêt, et 10 départs, dont deux fins de prêt et trois fins de contrats, l’été a été mouvementé dans le Finistère (les joueurs de retour puis prêtés directement ne rentre pas dans le calcul). Mais malgré ses nombreux mouvements, le club ne perd que deux joueurs faisant partie de l’ossature principale l’année passée : Romain Perraud et Gaëtan Charbonnier. Deux pertes importantes dans des secteurs distincts.

Avec 66 buts encaissés et seulement sept clean-sheet en 2020/2021, la consolidation défensive était le principal objectif du club. Et force est de constater que le travail a été effectué intelligemment. Sans perdre Larsonneur, le SB29 est allé chercher le gardien titulaire de l’AZ Alkmaar, Marco Bizot. Avec 70 % d’arrêt aux Pays-Bas, le portier de 30 ans avait réussi à garder sa cage inviolée un match sur trois. Moins à l’aise dans ses sorties que son homologue français, le Néerlandais a tout pour être une bonne pioche pour les Bretons. À Der Zakarian maintenant de gérer les temps de jeu.

Devant lui, le côté gauche a été totalement transformé. Exit Duverne et Perraud, ce dernier parti pour Southampton. Place à Brassier et Uronen. Indésirable à Rennes, le premier a été définitivement acheté après avoir passé une saison en prêt à Brest. Son jeu parfois trop vertical (9 passes verticales de plus de 9m sur les 137 passes tentées cette saison) est l’un de ses principaux points faibles. Le second sera complémentaire de Chardonnet, aussi bien dans leur jeu balle au pied que dans leur vision de jeu. « C’est avant tout un bon défenseur avec un jeu de position intelligent et une bonne couverture des espaces pour bloquer les différentes passes, tirs ou centres et renforcer l’assisse défensive notamment grâce à ses bons appuis extérieurs qui lui permettent de détecter et de bien exécuter la passe intérieure, analyse Nordisk FootballMais il est aussi capable de se montrer décisif grâce à son activité sur son couloir avec un bon rythme et une bonne aisance balle au pied. Il aime prendre son couloir et dédoubler en attaquant et n’hésite pas à prendre sa chance ou tente de trouver un partenaire avec son excellent pied gauche avec des centres à ras de terre, tendus ou flottants. »

Jere Uronen sous le maillot brestois (Crédit : V. Michel/L’Équipe)

Chardonnet, Belkebla, Faivre, Mounier. Brest a réussi à garder sa colonne vertébrale, chacun ayant été au moins 30 fois titulaire en 2020/2021, ce qui est souvent une bonne chose. Ce n’était pourtant pas gagné. Annoncé sur le départ, le meneur de jeu restera finalement à Francis Le Blé. Mais sera-t-il à 100 % ? Grégory Lorenzi, directeur sportif, a annoncé que des sanctions seront prises à l’encontre de Romain Faivre après avoir séché le déplacement à Strasbourg. Avec six buts et cinq passes décisive l’année dernière et déjà deux passes cette saison, il est la pièce maîtresse du jeu brestois. Alors est-ce une frustration passagère ou une rancune plus profonde ? Der Zakarian a intérêt à vite trouver la réponse.

Ce dernier arrivé cet été avec ses deux assistants, Franck Rizzetto et David Bechkoura, il pourra également s’appuyer sur Romain Del Castillo. Malgré une finition qui laisse parfois désirer, RDC sera un vrai poison sur son côté. Ses capacités de dribbles et sa vision du jeu lui permettront sûrement de s’installer durablement dans son couloir.

Balance du mercato : -3,7 M€.

Note : 13/20.

Clermont

Arrivées : Départs :
KhaouiAnoff
RashaniGomis
TürkmenAljic
BusquetsCissokho
MendyDiallo
SamedRajot
BillongTrichard
HamelChader
Saracevic
Türkmen

Ce sera, quoi qu’il arrive, une saison historique. Pour la première fois de son histoire, le Clermont Foot 63 évolue en première division. Longtemps géré en bon père de famille par Claude Michy, le club auvergnat a passé un cap depuis 2019 et le rachat par Amet Schaefer. Le jeune homme d’affaires (39 ans), originaire de Suisse, s’est d’abord entouré de collaborateurs compétents. Jérôme Champagne, ancien dirigeant de la FIFA, est son conseiller en communication et relations internationales. La cellule de recrutement est dirigée par l’Allemand Ingo Winter et les finances gérées par Yannick Flavien. Mais la meilleure décision d’Amet Schaefer depuis son arrivée, c’est la confiance donnée à Pascal Gastien, nommé par l’ancienne équipe dirigeante. Le coach clermontois n’a pas été fragilisé par l’épisode du rachat. Au contraire, il en est sorti renforcé.

Élu meilleur entraîneur de Ligue 2 en 2019, l’ancien milieu de terrain a récidivé en 2021. Et s’il avait échoué en milieu de tableau la première fois, le Clermont Foot s’est cette fois hissé en Ligue 1. Pour les suiveurs du championnat, c’était tout sauf une surprise. L’effectif n’était pourtant pas le plus reluisant sur la ligne de départ. Adrian Grbić, meilleur buteur de L2 en 2020, a été vendu à Lorient. Maxime Dupé, décisif sur sa ligne de but, a vu son prêt en Auvergne se terminer. Pas de quoi perturber Gastien et ses hommes. Le gardien Arthur Desmas, arrivé de Rodez, et l’attaquant Mohamed Bayo, revenu de son prêt à Dunkerque, ont pris la relève. Deux hommes conquérants dans les deux surfaces.

image : clermontfoot.com

Pour exister dans l’élite, Pascal Gastien avait demandé « six à sept joueurs » comme il l’a confié à La Montagne. Il en a eu six. Arial Mendy, Elbasan Rashani, Saîf-Eddine Khaoui, Jean-Claude Billong, Oriol Busquets et Pierre-Yves Hamel sont venus renforcer le groupe professionnel. Salis Abdul Samed a été transféré définitivement tandis que Cem Türkmen a été recruté puis prêté en Autriche. Ces recrues sont rigoureusement ciblées. Mendy vient apporter une alternative à Vital N’Simba au poste de latéral gauche. Rashani, auteur d’un bon début de saison, est déjà plus qu’une doublure et sera important l’hiver prochain quand Jim Allevinah et Bayo participeront à la CAN. La facilité technique du gaucher Khaoui devrait séduire son entraîneur et en faire un bon élément de la rotation.

Billong (1,92 m, 88 kg) aura du mal à s’imposer devant la charnière Houtondji-Ogier mais apporte une solution de remplacement bienvenue. Busquets, qui n’a aucun lien de parenté avec le capitaine du Barça, possède néanmoins un profil similaire. Sa qualité de premier relanceur ajoute une touche technique à un entrejeu trop souvent dépendant de Johan Gastien. Le Catalan va pouvoir se montrer en attendant le retour de blessure de Yohann Magnin, victime d’une rupture du ligament croisé en avril dernier. Hamel, prêté par Lorient dans la dernière heure du mercato, vient répondre à un besoin dans le secteur offensif. Rashani et Jordan Tell étant considérés comme des ailiers, le Breton jouera le rôle de numéro 9 en l’absence de Bayo.

Au rayon des départs, Muamer Ajic et David Gomis ont quitté le club en fin de contrat quand Driss Trichard et Lorenzo Rajot ont été transférés en Ligue 2. Aucun n’étaient un titulaire. Fidèle à sa gestion économique rigoureuse, le Clermont Foot 63 a priorisé la signature de joueurs libres cet été et sa cellule de recrutement est habituée à réaliser de jolis coups. Avec huit points en quatre matchs à la trêve internationale, le club des volcans s’est déjà attiré la sympathie du public régional et national. L’affluence est au beau fixe, le jeu proposé est alléchant et les résultats sont au rendez-vous. Pour le moment, l’histoire est parfaite.

Balance du mercato : 0 M€.

Note : 14/20.

(4 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :