Foot Ligue 1

Les pépites de Ligue 1, club par club (2/4)

La Ligue des Talents a repris ses droits depuis 3 journées, et les jeunes joueurs l’ont déjà pris d’assaut. La période Covid pousse les clubs a lancer très tôt leurs jeunes, dans l’espoir de pouvoir les valoriser. Du Nord au Sud et d’Est en Ouest, la France est peuplée de talents. Dans cette optique, choisissons, club par club, un joueur né en 2002 ou après (U20), qui peut exploser cette saison. Deuxième épisode, de Lille à Metz.

Avant-propos : cette série fait sa troisième apparition sur le site. Sur les 20 joueurs présentés l’an dernier, 8 peuvent être considérés comme ayant réussi leur saison, trois ayant joué avec les espoirs (Mara, Chotard, Kalimuendo). Ne perdons pas aussi de vue que ces joueurs restent encore très jeunes et ont encore le temps, des années après la parution de ces articles, de faire une belle carrière.

Retrouvez l’épisode 1 ici.

LOSC : Rocco Ascone, dogue par excellence

Rocco Ascone, ici avec le numéro 33 arboré lors de ses deux bancs en pro (1ère et 4e journée de Ligue 1). Crédits : Top Mercato.

Un premier contrat pro signé durant l’été et quelques premières apparitions dans le groupe pro – sans disputer de matchs pour le moment. La saison démarre bien pour Rocco Ascone, au LOSC depuis ses 8 ans. Passé par le futsal plus jeune (et ça se voit), le milieu du LOSC a toutes les qualités requises pour évoluer dans un milieu de terrain professionnel. Avec pour idole Andrea Pirlo, le dogue a du goût. Sa fine technique, son sens de la passe et ses déplacements incessants dans l’interligne en font tout de même un joueur plus offensif que l’Italien. Le natif de 2003 évolue déjà avec l’équipe réserve des Dogues, lui qui cumule déjà des sélections avec l’Equipe de France U16, U17 et U18. Il y fait parler sa maîtrise technique, notamment dans les petits espaces, mais aussi sa vision du jeu, qui lui permet souvent de trouver soit des partenaires lancés, soit des appuis-remises. S’il dit lui-même vouloir  » prendre un peu de masse musculaire, […] car si je veux aller en pro un jour, je dois être plus costaud« , ce sur quoi on peut ne pas être d’accord, il doit cependant apprendre à mieux lire les situations défensives, ce qui lui permettra d’être encore meilleur à la récupération, notamment sur ses 1 contre 1. Fan du LOSC, le gaucher n’attends qu’une chose : ses premières minutes officielles avec les pros. Et on sera là pour l’observer.

Pour en savoir plus : l’interview du joueur réalisé par le service communication du LOSC.

Lorient : Redwan Bourlès, à toute vitesse

Bourlès, ici avec la réserve, a signé son premier contrat pro en Novembre 2020. (Crédits : Foot Amateur)

Après une première saison d’adaptation en Ligue 1, les merlus peuvent désormais asseoir une certaine stabilité. Pour cela, quoi de mieux que de faire confiance à ses jeunes joueurs, avec un centre de formation de très haute qualité. Cette saison, Redwan Bourlès a déjà pu faire 4 bancs avec les pros et une rentrée en jeu. Né en 2003 comme Ascone, Bourlès a lui aussi connu quelques sélections chez les jeunes en équipe de France. L’ailier percutant avale les espaces avec et sans ballon, et en continu, sans relâche. Véritable danger en un contre un, son niveau technique impressionne et ses dribbles sont très efficaces. En revanche, malgré des qualités bien supérieures à la moyenne dans l’élimination, il doit encore progresser dans certains choix qui restent incertains. Buteur avec la réserve durant la trêve internationale, il semble avoir la confiance de Régis Le Bris, directeur du centre de formation et entraîneur de la N2, et de Cristophe Pélissier, entraîneur de l’équipe première.

Pour en savoir plus : peu d’articles sur Redwan, mais l’interview de Régis Le Bris (directeur du centre de formation) par Nosotros est FAS-CI-NANTE.

Olympique Lyonnais : Castello Lukeba, s’imposer comme défenseur à l’OL

Lukeba a su saisir la chance offerte par Peter Bosz en pré-saison afin de s’installer dans le groupe pro. (Crédits : Foot01)

Alors oui, on aurait pu vous parler de la génération 2003. Mais on vous a déjà présenté Cherki et Gusto, et si Da Silva et Keita (2002) risquent aussi de jouer avec les gones, voir un défenseur central formé à l’OL s’imposer reste rare. Récemment, même Kalulu et Bard n’ont que très peu eu leurs chances. Mais Lukeba peut être le contre-exemple. Dans un contexte favorable, il a su impressionner durant la pré-saison. Ses qualités balle au pied ont beaucoup plu à Peter Bosz. Avec Denayer, Da Silva et Boateng, Lukeba pourra beaucoup apprendre, mais reste le seul gaucher. Sélectionné à différentes reprises avec l’équipe de France, le lyonnais est obnubilé par « sa volonté de casser des lignes, balle au pied ou par la passe. » comme le précise son ancien formateur Amaury Barlet. Des qualités acquises « Dès l’école de football, il a connu le cursus foot et futsal mis en place à l’Académie. Il a développé toutes ces années cette vitesse dans la prise d’informations et dans les prises de décision. » L’OL montre encore sa capacité à former des joueurs modernes, capables de s’adapter aux besoins du foot actuel dans la résistance à la pression et à la recherche de verticalité. Lukeba symbolise tout ça, mais reste aussi un solide défenseur, présent dans les duels et capable de couvrir de grands espaces.

Pour en savoir plus : la vidéo de Gone Académie sur le match de Lukeba face à Bourg en Bresse, en amical.

OM : Salim Ben Seghir, la belle surprise du mercato Olympien?

Grâce à ces belles prestations en réserve, Ben Seghir est apparu sur le banc lors du dernier match de l’OM. (Crédits : Canal + Sport)

Le mercato de l’OM a fait réagir les réseaux sociaux à base d’émojis flammes et de « Pablo Longoria le GOAT ». A juste raison au vu des noms qu’à réussi à attirer le club olympien. Pourtant, le nom de Salim Ben Seghir n’est pas revenu. Recruté pour finir sa formation, le joueur né en 2003 est un véritable potentiel à développer. A Nice, où il a été formé jusqu’à cet été, il était considéré comme l’un des plus grands talents, lui valant plusieurs convocations en équipe de France de jeunes. Ailier percutant, il pourrait être très intéressant dans le schéma de Sampaoli dans les deux rôles de meneurs avancés, mais aussi comme piston porté vers l’avant. Sa capacité à donner du liant à l’équipe, mais aussi à provoquer balle au pied font de lui un profil adaptable à plusieurs postes. Son toucher de balle et sa conduite avec le cuir très proche du pied en font un excellent dribbleur. Ajoutons à ça une vraie qualité sur coup de pieds arrêtés, et on a déjà un beau cocktail. Titulaire avec la réserve depuis le début de saison, il a déjà inscrit 2 buts et provoqué un pénalty en 3 matchs, tout en pesant dans le jeu. Des performances remarquées qui lui ont permis d’être dans le groupe et sur le banc contre l’ASSE lors de la dernière journée de championnat. Une première étape avant de connaître ses débuts en pro avec l’OM?

Pour en savoir plus : quelques extraits vidéos de Ben Seghir.

FC Metz : Lenny Lacroix, 4e défenseur central … pour le moment

Le défenseur né en 2003 a déjà été capitaine de l’équipe de France U17, symbole de sa maturité et de son leadership. (Crédits : ExpectedScore)

Déjà présenté l’an dernier dans cette même série, Lenny Lacroix attire encore notre oeil cette saison. Si l’on aurait pu parler de Pape Matar Sarr, récemment vendu à Tottenham et prêté dans la foulée aux Grenats, le Sénégalais est déjà international A. Lacroix donc, 4e défenseur central de l’effectif, devra faire ses preuves. Derrière Bronn (capitaine), Kiki Kouyaté et Sikou Niakhaté, la concurrence sera rude. Mais les qualités du jeune joueur né en 2003 sont indéniables. L’an dernier, on écrivait notamment  »  Au FC Metz, malgré des défenseurs de qualité, aucun ne possède le bagage technique de Lenny Lacroix. A son âge, la domination physique et technique qu’il démontre sur des adversaires plus âgés doit lui ouvrir les portes de l’équipe première. » Rien n’a changé depuis 1 an. Très bon sous pression, excellent dans la relance tout en démontrant une grande sérénité, sa qualité avec ballon est rare. De plus, il reste aussi un très bon défenseur, capable de défendre sa surface, d’être dominant dans les airs, présent dans les duels. Avec un an de plus, moins de concurrence et son immense potentiel, Lacroix pourrait prendre la Ligue 1 d’assaut comme ont su le faire Saliba, Badiashile ou Fofana avant lui.

Pour en savoir plus : Lacroix était l’un des joueurs ciblés par la série de Téléfoot la chaîne sur les jeunes joueurs de Ligue 1. Retrouvez l’épisode 1 ici.

Prochain épisode vendredi, ou l’on parlera de Monaco, Montpellier, Nantes, Nice et Paris.

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :