Foot Ligue 1 Mercato

Mercato Ligue 1 : Le conseil de classe du CCS (2/5)

Le mercato d’été a fermé ses portes le mardi 31 août. L’heure est au bilan à la rédaction du CCS. Un Lens ambitieux. Un mercato inachevé à Lille. Pour Lorient, tout pour la défense. Lyon sur le gong. Épisode 2/5.

Épisode précédent : Angers, Bordeaux, Brest et Clermont

Lens

Arrivées : Départs :
DansoBadé
KakutaMichelin
FrankowskiFortes
MachadoBanza
FarinezVincensini
WoohDiallo
KalimuendoTraoré
SaïdOudjani
LesieurCamara
Sylla

Quelle belle saison ce fut, pour le RC Lens. Le club artésien, promu en Ligue 1, a réalisé un exercice qui a largement surpassé les attentes. Longtemps dans la course au top 5, les hommes de Franck Haise ont finalement terminé en septième position. Mais de par leur jeu attrayant et l’enthousiasme affiché, ils ont – même amputé du bouillant public de Bollaert – conquis une grande partie des amateurs de football. Pour la saison à venir, l’enjeu était surtout de conserver les forces vives de ce groupe. Le maître à jouer Gaël Kakuta (5 M€) et le gardien Wuilker Faríñez (1,5 M€) ont ainsi été transféré définitivement à Lens après un prêt concluant. En revanche, l’excellent Loïc Badé n’a pas pu être retenu et a filé du côté de Rennes. Du reste, on a laissé filer les Clément Michelin (0,9 M€), Tony Mauricio, Cheick Traoré et Issiaga Sylla.

Plus surprenant, Steven Fortes et Simon Banza, régulièrement utilisés par Franck Haise, ont eux aussi pris le chemin de la sortie. Révélation de la saison précédente, Arnaud Kalimuendo a été prêté en toute fin de mercato à Lens. Après avoir été un temps considéré par PSG pour intégrer sa rotation, l’international Espoirs revient apporter son dynamisme sur le front de l’attaque. Il sera notamment épaulé par Florian Sotoca, Ignatius Ganago, Corentin Jean et… Wesley Saïd, venu libre en provenance du TFC. Badé a été remplacé par Christopher Wooh, très prometteur en Ligue 2 sous les couleurs de Nancy. Enfin, les ailes du 3-4-1-2, occupées par Massadio Haïdara et l’hyperactif Jonathan Clauss, ont été renforcées par le recrutement du gaucher Deiver Machado – qui sort d’un exercice réussi à Toulouse – et de Przemysław Frankowski, décrit comme « très polyvalent » par Franck Haise.

Les Sang & Or ne perdent donc qu’un seul cadre en la personne de Badé, vendu 17 millions d’euros. Ce transfert a permis au coordinateur sportif Florent Ghisolfi de densifier quelque peu l’effectif. Très motivé à l’idée de rejoindre La Gaillette, le puissant Kevin Danso (1,90 m) a été attiré pour apporter de la puissance au secteur défensif. Arrivé en provenance d’Augsburg, il réalise un début de saison très costaud et crée une émulation positive. Ce qui a peut-être manqué à cette équipe l’année dernière, c’était de la profondeur de banc. Si le RCL veut se fixer des objectifs ambitieux, il faudra tenir la distance et donc pouvoir se reposer sur un groupe homogène d’une vingtaine de joueurs. Sur le papier, cet effort a été fait. Reste à confirmer.

Balance du mercato : +1,9 M€

Note : 13/20.

Lille

Arrivées : Départs :
A. OnanaSoumaré
GrbicMaignan
GudmundssonKouamé
Araujo
Soumaoro
J. Onana
Koffi
Chevalier
Liguori
Manzi
Palmieri
Diedhiou
Nlandu

Après son titre de champion de France, Lille s’attendait à perdre certains éléments majeurs qui ont fait partie du projet pendant plusieurs années. L’objectif derrière cela était de pouvoir dégager de la masse salariale, alors que le club connaît des difficultés financières depuis plusieurs mois déjà. Le LOSC doit aussi faire sans son entraîneur qui l’a amené au titre, Christophe Galtier, parti diriger l’OGC Nice.

Jocelyn Gourvennec, nouveau coach lillois (Crédit: LOSC)

L’arrivée la plus importante du mercato lillois est celle du nouvel entraîneur, Jocelyn Gourvennec. L’ancien coach de Guingamp et Bordeaux, arrive à Lille deux ans après sa dernière expérience sur un banc et dans un contexte un peu particulier. Certes, les Nordistes sont champions en titre, mais le club a dû beaucoup dégraisser son effectif (17 départs : 13 transferts, 3 résiliations et 1 fin de contrat), et se présente avec une balance transfert positive pour la quatrième année consécutive. Le problème étant, cette saison les dirigeants lillois n’ont pas essayés de dénicher une pépite à petit prix qu’ils auraient pu revendre une saison plus tard (ex : Nicolas Pépé vers Arsenal, Victor Oshimen à Naples…).

« C’était une période difficile sur le plan économique. On a tenté des choses. Pour différentes raisons, on n’a pas pu concrétiser. J’aurais aimé un élément offensif d’expérience en plus. Mais je suis solidaire des décisions du club. Je comprends ses impératifs. Et je n’ai pas d’états d’âme. »

Jocelyn Gourvennec sur le mercato lillois dans l’Equipe

Les départs de Boubakary Soumaré et Mike Maignan, deux joueurs importants sous Galtier, devaient être supplées par des arrivées. Le board lillois a donc jeter son dévolu sur le second gardien de l’Atlético Madrid, Ivo Grbic, arrivé pour un prêt d’un an et aussi sur le jeune milieu belge, Amadou Onana, qui a signé pour 7 millions d’euros. Enfin, le latéral suédois Gabriel Gudmunsson a signé pour 6 millions d’euros, ce qui porte le mercato lillois à seulement trois achats, trop peu pour un club qui va jouer la Ligue des Champions cette saison. D’autres joueurs clés de la saison passée ont pu être conservés comme Jonathan Ikoné, Jonathan Bamba ou Xeka, les trois possédaient un bon de sortie, mais n’ont pas eu les sollicitations souhaitées.

L’échec du mercato lillois se cristallise non seulement par le peu de recrues, mais aussi par des indésirables qui n’ont pas pu être vendus. Domagoj Bradaric, qui ne fait pas partie de la liste des joueurs pour la phase de poules de la LDC est resté au club tout comme Jérémy Pied, Mustapha Kapi et Orestis Karnezis, quatrième dans la hiérarchie des gardiens. Beaucoup de spécialistes ne trouvent pas de plus-value dans l’équipe lilloise comparer à la saison précédente, idée que ne partage pas Jocelyn Gourvennec  » Notre effectif est très compétitif. Les joueurs ont plus d’expérience et de vécu. Nous sommes parvenus à conserver la majorité du groupe qui disputait la Ligue des champions il y a deux ans pour la première fois, hormis Renato Sanches (qui l’avait déjà disputée avec Benfica et le Bayern). Dans le même temps, nos jeunes joueurs (Timothy Weah, Isaac Lihadji, Angel Gomes) ont une ou deux saisons supplémentaires d’expérience et sont plus compétitifs. Tous les postes sont doublés. Le verdict du mercato ne sera connu qu’en mai.  »

Après avoir gagné le Trophée des Champions face au PSG en août dernier, Lille est actuellement à la dixième place du championnat après les quatre premières journées. Au vu du mercato, il va être compliqué d’accéder à un podium cette saison, par rapport à certains concurrents qui se sont bien plus renforcés pendant ce mercato. Jocelyn Gourvennec va avoir du pain sur la planche pour emmener le LOSC en Europe à la fin de la saison.

Balance mercato : +38,41 M€

Note : 8/20

Lorient

Arrivées : Départs :
SilvaWissa
JenzLecoeuche
Wadja
Pattier
Marveaux
Ponceau
Hamel
Bozok
Delaplace
Saunier
Ilori
Gravillon
Chabolah

« On avait un cap précis : renforcer la défense et libérer un peu de densité d’effectif, pour faciliter l’émergence des très bons joueurs qui ont eu peu de temps de jeu. Je pense que l’effectif est plus équilibré que l’année dernière, et au moins aussi qualitatif », expliquait Loïc Féry, président du FC Lorient, à Ouest-France après la clôture du mercato.

Deux postes principaux avaient été ciblés. Avec les retours de prêts de Trevoh Chalobah (à Chelsea) et d’Andreaw Gravillon (à l’Inter), le secteur défensif était en chantier. Si la défense à 5 reste d’actualité cette saison, c’est tout le côté droit qu’il a fallu reconstruire, Jérôme Hergault ne faisant plus partie des plans. Moritz Jenz arrive de Lausanne, Igor Silva d’Osijek, en Croatie. « On peut se féliciter, car les deux recrues étaient nos choix n°1. […] On n’a pas recruté des joueurs par défaut », poursuit-il. Le premier devrait rapidement trouver sa place en défense centrale. Pour sortir Morel, 37 ans, peut-être. L’allemand d’un mètre 90 sera précieux dans le jeu aérien. « Il détient une qualité de passes et de relance très intéressantes, il va nous apporter un plus sur le plan défensif », analyse Christophe Pélissier, le coach.

Le second, Brésilien, a déjà montré toute l’étendue de son talent : une talonnade pour éliminer deux Stéphanois et lancer Enzo Le Fée avant d’adresser un centre à Vincent Le Goff ; puis un sombrero sur Jakobs, le Monégasque . À 25 ans, l’arrière droit do brasil, sera un vrai atout défensif. Lui qui privilégie la défense debout a d’ores et déjà pressé 59 fois le porteur de balle, dont 10 fois dans les 30 mètres adverse. Car Igor Silva aime monter et dédoubler son ailier. Il devra cependant progresser encore dans ses centres, qui laissent parfois un goût amer. Houbloulang Mendes devrait lui aussi intégrer cette défense centrale et viendra suppléer Laporte ainsi que Le Goff, bien installé à gauche.

Igor SILVA DE ALMEIDA of Lorient durnig the Ligue 1 Uber Eats match between Lorient and Monaco at Stade du Moustoir on August 13, 2021 in Lorient, France. (Photo by Matthieu Mirville/Icon Sport via Getty Images)

Avec 68 buts encaissés en 2020/2021, le mercato défensif semble plutôt réussi. Mais c’est devant que la question se pose. Yoane Wissa partit pour Brentford, c’est Laurienté qui devrait venir épauler Moffi, meilleur buteur du club la saison précédente. L’ailier droit de formation se reconvertit donc en attaquant de soutien. Mais en 16 titularisations et 29 rencontres, il n’a scoré que 3 fois et a fait 5 passes décisives. Car sur le banc, peu de solutions. Pierre-Yves Hamel a été prêté à Clermont. Adrian Grbić, seul autre avant-centre de formation, n’a trouvé le chemin des filets que 4 fois (il a joué à peine 1 000 minutes). Et Stéphane Diarra n’a que très peu joué en 2020/2021 (197 minutes répartis sur 13 matchs), sans jamais être à l’origine d’un but.

Pélissier va devoir bricoler. Avec Laurienté, donc. Avec Abergel, également. Le milieu central a été utilisé 4 fois cette saison en tant que milieu gauche/ailier. Mais avec une participation dans un seul but cette saison, face à Lens, Abergel risque d’être trop limite pour une saison entière. Seule autre solution sur ce côté droit : Stéphane Diarra, l’Ivorien de 22 ans. Mais c’est peut-être de lui dont parlait, entre autres, Loïc Féry. 

Balance du mercato : – 4 M€.

Note : 9/20.

Lyon

Arrivées : Départs :
Shaqiri Andersen
EmersonCornet
HenriqueLucas
Da SilvaBard
BoatengBenlamri
Depay
Soumaré
Koné 
Özkacar 
De Sciglio

Le mercato s’annonçait mouvementé à Lyon. En effet, l’ère Garcia prend fin, et Bosz arrive avec un jeu et des idées totalement différents du football prôné par Rudi Garcia. De plus, le contrat de Depay arrive à sa fin, et le joueur a décidé de partir libre pour Barcelone. C’est une dynamique totalement nouvelle qui a du être crée dans le Rhône. L’été a donc été logiquement agité avec beaucoup de départs et quelques grosses arrivées.

La première arrivée a été celle de Peter Bosz, l’entraîneur néerlandais a passé les trois dernières saisons au Bayer Leverkusen avec un bilan positif de 59 victoires pour 16 nuls et 33 défaites. Il a notamment permis au club allemand de jouer l’Europe chaque année. La patte Bosz est reconnaissable par un jeu de passes courtes avec des circuits prédéfinis et un football porté principalement vers l’avant. Ainsi, le coach néerlandais réclame des joueurs techniques et intelligents sur le terrain, et cela se ressent dans les pistes suivies par la cellule de recrutement lyonnaise.

Le board lyonnais a décidé de se séparer de nombreux joueurs de rotations, parfois peu utilisés et qui ont pu partir pour un (très) bon prix. On peut notamment penser à la vente de Maxwel Cornet à Burnley pour 15M€ ainsi que celle de Joachim Andersen pour Crystal Palace pour 17,5M€. Ce sont les bons coups réalisés côté départs par Lyon. Cependant, quelques ventes sont douteuses, en effet vendre Jean Lucas a rendu quelques fans dubitatifs. Mais surtout le choix de vendre Bard, un jeune du club, à Nice pour seulement quelques millions d’euros et ensuite acheter un latéral gauche brésilien au profil pas forcément flatteur est… étrange.

L’une des premières cibles a été Onana, le gardien de l’Ajax a rapidement été visé par Aulas et Juninho. Effectivement, le gardien camerounais colle avec les principes de jeu de Bosz. Ce fut malheureusement un échec cuisant pour l’OL, le club ayant selon plusieurs sources trouvé un accord avec le joueur, mais celui-ci aurait refusé l’offre au final. Lyon s’est ensuite retourné vers des joueurs expérimentés à petits prix. Tout d’abord avec Emerson, le latéral gauche de Chelsea fraîchement vainqueur de la Ligue des Champions avec Chelsea sera le titulaire à son poste. Ensuite, est venu le transfert de Shaqiri depuis Liverpool pour 6M€, l’ailier suisse aura lui aussi l’objectif de ramener l’OL sur les premières marches de Ligue 1 avec, à l’instar d’Emerson, une carrière aux nombreux matchs à enjeux. La dernière journée du mercato aura permis à Lyon de finir l’été en beauté avec l’arrivée de Boateng, le défenseur central allemand arrive libre dans le Rhône et sera évidemment un des futurs piliers de la formation de Peter Bosz.

Boateng est la recrue star de ce mercato lyonnais / Crédits : Damien LG

Finalement, le mercato lyonnais est globalement réussi mais est entaché par plusieurs échecs, en particulier vis-à-vis de Onana, ce qui va aussi probablement entaché la relation entre Bosz et Anthony Lopes. Les derniers jours et le recrutement de joueurs réputés vient sauver ce mercato placé sous le signe de l’économie et de la rentabilité. Il restera cependant de nouveaux joueurs a recruté pour avoir réellement un effectif Bosz-compatible.

Balance du mercato : +40 M€

Note : 12/20

(3 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :