Site icon Café Crème Sport

Mercato Ligue 1 : Le conseil de classe du CCS (3/5)

Le mercato d’été a fermé ses portes le mardi 31 août. L’heure est au bilan à la rédaction du CCS. Les douze travaux de Longoria à Marseille. L’intelligent mix entre jeunesse et expérience du FC Metz. Le lancement d’un nouveau cycle à Montpellier. Les jeunes renforts de Monaco. Épisode 3/5.

Épisodes précédents :
Lens, Lille, Lorient et Lyon
Angers, Bordeaux, Brest et Clermont

Marseille

Arrivées :Départs :
GersonLopez
BalerdiSakai
LirolaThauvin
Luan PeresStrootman
de la Fuente Benedetto
LopezGermain
ÜnderPerrin
SalibaRadonjic
GuendouziKhaoui
Ben SeghirRuiz
NadirNtcham 
HaritNagatomo 
RuizCuisance
Dia 
Pelé 

Cet été, l’Olympique de Marseille était un des clubs les plus attendus sur le marché des transferts. Son président, Pablo Longoria, allait devoir s’attaquer à la reconstruction de la moitié de l’effectif, avec les départs en fin de contrat de six joueurs dont Florian Thauvin et Valère Germain. Le dirigeant espagnol devait également tenir sa promesse auprès de Jorge Sampaoli, arrivé en janvier dernier, d’établir un effectif compétitif pour la saison suivante.

Habitué ces dernières saisons à des achats à la dernière minute, le club olympien a démarré son mercato au quart de tour avec en une semaine, cinq officialisations de joueurs. Le technicien argentin voulait une bonne partie de ses recrues avant la reprise de l’entraînement et parmi les arrivées, la plus attendue était celle de Gerson. Le milieu brésilien de 24 ans en provenance de Flamengo a signé pour 25 millions d’euros. Il était la grande priorité de Sampaoli pour cet été qui l’a connu quand l’ancien sélectionneur de l’Argentine a entraîné Santos et l’Atlético Mineiro au Brésil. Luan Peres, qui a évolué sous les ordres de l’argentin, a également signé cet été pour faire partie de la défense à trois. Jorge Sampaoli avait prévenu qu’il voulait un groupe de 23 joueurs pour la saison capable de jouer pour le championnat et l’Europa League avec tous les postes doublés, ce qui n’allait pas arranger la tâche de son président.

Pablo Longoria a été nommé président de l’Olympique de Marseille en janvier dernier par Franck MCcourt (AFP)

La réputation de Pablo Longoria n’est plus à faire, l’ancien directeur sportif de Valence est une véritable encyclopédie du football et fait partie des dirigeants avec une très bonne réputation en Europe. Son arrivée à Marseille a enthousiasmé beaucoup de supporters, convaincus qu’il pourrait faire de grandes choses dans la cité phocéenne. L’espagnol a fait honneur à sa réputation et a senti les bons coups pendant ce mercato en recrutant des joueurs intéressants et à bas prix comme pour les deux joueurs d’Arsenal, Mattéo Guendouzi (prêt avec OA à 10 M€) ou encore William Saliba. Sur les côtés, Konrad de la Fuente, pur produit de la Masia, a signé pour 3.5 M€. Pol Lirola et Leonardo Balerdi ont tous les deux re-signés avec le club après leurs prêts de la saison passée. On n’oubliera pas les signatures des deux joueurs de la Roma, Pau Lopez et Cengiz Under, venu pour concurrencer Steve Mandanda pour le premier et remplacer Florian Thauvin pour le second. Au total, 11 recrues ont signés à Marseille pour 14 départs. Malgré la qualité des recrues, certains points négatifs restent à souligner.

Il était prévu que le nombre de départs allait être conséquent, mais l’objectif était aussi de faire de grosses ventes. Duje Caleta-Car et Boubacar Kamara, les deux joueurs avec les plus grosses valeurs marchandes du club, étaient annoncés partant pour l’Angleterre cet été, mais les deux joueurs ont refusé de quitter Marseille. Wolverhampton et Newcastle, ayant été les deux seuls clubs réellement intéressés par les deux joueurs, ne proposaient pas des projets d’avenir assez satisfaisants (deux clubs qui ne jouent pas l’Europe cette saison). La balance des transferts est bien dans le rouge, ce qui n’est pas idéal pour un club qui compte sur des ventes pour essayer d’équilibrer ses comptes. Les départs de Strootman, Radonjic et Benedetto en prêt ne rapportent pas d’argent, et ceux de Lopez et Sakai ne rapportent que 3,5 M€ en combinant les deux ventes.

Autre bémol : pas de doublure pour Milik. Avec le départ de Benedetto et Germain, et la blessure du buteur polonais, Dimitri Payet joue le rôle de n*9 depuis le début de la saison. Bamba Dieng est considéré comme encore trop tendre pour Sampaoli et les ventes auraient dû servir à récupérer un remplaçant au poste de buteur. Dans la dernière semaine du mercato, le technicien olympien s’attendait à “4 ou 5 arrivées”, il n’aura que celle d’Amine Harit, qui sera validée après un passage auprès de la DNCG. 

En conclusion, le mercato olympien fait bien rêver sur le papier et pourrait permettre au club de revenir en Ligue des Champions en 2022. Cependant, les conséquences du manque de vente pourraient se voir durant les prochains mercatos. Pablo Longoria a bien mérité ses vacances, les travaux sont en grande partie accomplis.

Balance du mercato : -55,72 M€

Note : 15/20

Metz

Arrivées : Départs :
De PrévilleSarr
Bassi Leya Iseka
Alakouch Maziz 
Sarr Ndiaye 
Niakata Cachbach 
Mikautadze 
Vagner 
Boye 
Angban 

C’est un mercato décevant. Tel est le constat que dressent les lecteurs du Républicain Lorrain. Sur plus de 420 votants, près de la moitié trouve que « le FC Metz ne s’est pas forcément renforcé ». 29 % préfèrent « attendre quelques matchs pour juger ». Enfin, un petit tiers le trouve « plutôt satisfaisant, au regard de la conjoncture économique et de la politique sportive du club ». 

Mais les dirigeants avaient prévenu : il ne faut attendre aucune folie. Preuve à l’appui, le FC Metz a dépensé 0 € sur le marché des transferts cet été. Pour autant, les Grenats ne sont pas restés inactifs. Avec le regard tourné vers le futur, les Lorrains ont signé les arrivées d’Amine Bassi, milieu offensif de 23 ans, depuis Nancy, suivi de quelques jours par le prometteur attaquant Lenny Joseph. « Il a un parcours dans lequel il a toujours été un buteur, un attaquant percutant. Vitesse, puissance et déplacement, il a des qualités fortes et on pense tous qu’elles sont faites pour le haut niveau », explique Philippe Gaillot, directeur général adjoint du club. Le joueur passe donc de la N2 à la L1. Un temps d’adaptation sera peut-être nécessaire. Il n’en avait pas eu besoin lorsque Le Puy avait rencontré Lorient en Coupe de France. Il avait alors marqué le seul but de la rencontre et avait envoyé son club en 1/8e de finale.

Lenny Joseph lors du match amical contre l’AS Nancy Lorraine (Crédit : @Matth_Ieuh)

Et si le FC Metz n’a pas ressenti le besoin de recruter, c’est également, car Frédéric Antonetti compte réintégrer les joueurs blessés l’année passée. Kévin N’doram avait manqué 21 matchs pour des problèmes au pied et à la cuisse ; Ibrahima Niane, 29, après s’être fait les ligaments croisés ; Opa Nguette, 28, pour une blessure à la cuisse. Autant de joueurs sur lesquels le coach n’a pas pu compter en 2020/2021, mais qui vont pouvoir mettre leur expérience (234 matchs de Ligue 1 au total) au service de l’effectif. À condition que les blessures les laissent tranquilles. C’est un pari que les dirigeants ont pris. Espérons pour eux qu’il s’avère gagnant.

Autre point de satisfaction : Pape Matar Sarr. Après la crise sanitaire et la crise Médiapro, le FC Metz devait de faire rentrer de l’argent dans les caisses. Le jeune joueur formé à Génération Foot a donc été ciblé. Mais la volonté de sa famille était d’évoluer un an de plus en France. Son recrutement pour plus de 20 millions d’euros (bonus inclus) à Tottenham et son prêt dans la foulée satisfait donc les trois parties. Important dans la rotation l’année passée, le dossier du Sénégalais aurait pu compliquer le mercato messin. Il n’en est rien, heureusement pour eux.

Avec à peine plus d’un but par match la saison passée, le coach va également pouvoir s’appuyer sur Nicolas De Préville, arrivé libre de Bordeaux. L’attaquant a un profil qui peut fonctionner aux côtés d’un Ibrahima Niane qui avait scoré six fois en quelque 663 minutes de jeu. Derrière, ça n’a pas beaucoup bougé et on devrait retrouver peu ou prou les mêmes joueurs : Centonze, Bronn, Kouyaté, Udol voire Delaine. Ces garçons avaient fait du bon travail (48 buts encaissés, 7e meilleure défense du championnat).

Le seul point noir peut être Farid Boulaya. Le milieu offensif avait émis le souhait de quitter la Lorraine cet été, le club l’avait même mis sur la liste des joueurs à vendre. Le transfert ne s’est pas fait et celui qui a été le plus décisif en 2020/2021 (six buts, huit passes décisives) restera donc Grenat. De quelle manière le joueur a-t-il été touché mentalement par ce faux-départ ? Car il peut également être de nouveau le facteur X du FCM. Affaire à suivre.

Balance du mercato : +21 M€.

Note : 12/20

Monaco

Arrivées :Départs :
BoaduHenrichs
LucasBallo-Touré
JakobsOnyekuru
NübelBiancone
Millot
Dias
Pellegri
Baldé
 Jovetić
Jorge
Geubbels
Zagre
Aholou
Lecomte
Barreca
Musaba

Un peu plus d’un an que le secteur sportif de l’AS Monaco est à la charge du directeur sportif Paul Mitchell et de son entraîneur Niko Kovač. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux hommes n’ont pas chômé. L’effectif, riche de plus de 60 contrats professionnels, a largement été dégraissé et a gagné en lisibilité. Surtout, on a l’impression qu’une certaine stabilité commence à se dégager. Les deux saisons précédentes avaient été marquées par des résultats irréguliers et par de nombreux changements d’entraîneur (Jardim, Thierry Henry, à nouveau Jardim puis Robert Moreno se sont succédé). Kovač, fort d’une troisième place en Ligue 1, entame son deuxième exercice sur le Rocher et peut s’appuyer sur un noyau dur inchangé.

Aucun titulaire n’a quitté la Principauté. Si ce n’est Benjamin Lecomte, sur lequel le staff ne comptait plus. Les Badiashile, Caio Henrique, Tchouaméni, Sofiane Diop et consorts ont été conservés. Signe des ambitions du club. L’opération dégraissage a été poursuivie comme l’attestent les nombreux départs de joueurs peu utilisés ou revenant de prêt. Enfin, l’effectif a été renforcé qualitativement. Pour remplacer Lecomte, Kovač avait ciblé un gardien dans le moule de la Bundesliga. Le nom de Roman Bürki a longtemps circulé mais c’est finalement Alexander Nübel, la priorité au poste, qui a débarqué. Dans l’ombre de Manuel Neuer au Bayern, le jeune portier doit retrouver la confiance à Monaco. Ismail Jakobs arrive en provenance de Cologne et on compte sur ses qualités de vitesse pour occuper le couloir gauche et apporter une alternative à Caio Henrique.

Myron Boadu, annoncé à Nice, a lui aussi rallié la Turbie et devra justifier son statut de grand espoir du football. Il est là pour jouer le rôle d’attaquant de profondeur, ce que ne sont pas (ou plus) Ben Yedder et Volland. Désiré par Peter Bosz à Lyon, Jean Lucas a été sacrifié par le club rhodanien pour renflouer les caisses. Son profil était très apprécié par le staff monégasque et il densifie un entrejeu déjà bien garni (Tchouaméni, Fofana, Matazo, Fàbregas), auquel il apporte technicité et créativité. De retour de prêt, Strahinja Pavlović et Wilson Isidor ont une carte à jouer respectivement en défense centrale et dans la rotation offensive. L’ASM va disputer l’Europa League et aura bien besoin d’une grande profondeur de banc pour jouer sur les deux tableaux.

Balance du mercato : -3,25 M€

Note : 13/20.

Montpellier

Arrivées :Départs :
GermainLaborde
SakhoDelort 
ThulerLe Tallec
LeroyCongré 
Yun 
Badu 
Ammour 
Benchamma 
Dolly 
Kaïboué 
Vidal 

Le Montpellier de Der Zakarian fut une des belles surprises de la saison denière de notre chère Ligue 1. En effet, l’équipe héraultaise a su se hisser dans le premier tableau de la Ligue des Talents, notamment en s’appuyant sur la paire Labord-Delort accumulant à eux deux 31 buts sur la saison dernière. On aurait ainsi pu imaginer que la prochaine étape est d’accrocher une place européenne. Cependant, le Covid-19 et l’affaire Mediapro ont fait beaucoup de mal aux finances montpellieraines de telle manière que le président Nicollin avait annoncé ne pas pouvoir dépenser un seul euro lors de ce mercato estival. De plus, le coach Der Zakarian quitte Montpellier après quatre années de bons et loyaux services, et c’est Olivier Dall’Oglio qui vient prendre la suite. Or, Dall’Oglio a des principes de jeu différents de ceux de Michel Der Zakarian, et l’effectif devra s’adapter à ce niveau type de jeu, ce qui risquera de prendre du temps.

Comme dit précédemment, la situation financière du MHSC a obligé la direction a faire de nombreux choix. Ainsi plusieurs joueurs importants de la rotation montpellieraine n’ont pas été reconduits. Ainsi Congré, Dolly ou encore Le Tallec ne porteront pas le maillot orange et bleu la saison prochaine. Cependant, le mercato du club de Laurent Nicollin fut animé par les feuilletons Laborde et Delort. Plusieurs clubs se sont montrés intéressés par la doublette, et le MHSC avait besoin de liquidité. Ainsi, malgré une importance croissante dans le vestiaire et le brassard de capitaine, Andy Delort a décidé de rejoindre l’OGC Nice, pour la somme de 10M€. Et lors des dernieres heures du mercato, Gaëtan Laborde s’est lui aussi envolé, cette fois-ci en direction du Rennes de Bruno Génesio. Le MHSC a donc malheureusement perdu coup sur coup deux piliers de leur effectif, sans même pouvoir redistribuer une partie de ces ventes dans le budget transfert.

La solution aux différents départs a été de recruter des joueurs sans contrat, tout d’abord après plusieurs blessures et très peu de temps de jeu à Crystal Palace, Mamadou Sakho revient en France. Sa réussite en terres héraultaises sera donc liée à son retour en forme physique. En effet acquérir à nouveau un corps capable de jouer en Ligue 1 n’est pas à la portée de tous les sportifs, surtout à 31 ans. Ensuite, pour pallier le départ de sa doublette offensive, la cellule de recrutement montpellieraine a décidé de se tourner vers Valère Germain qui devrait assurer à lui seul le rôle de pointe seule. Si sur le papier l’ancien attaquant marseillais semble être une bonne idée, dans les faits, il n’a jamais été performant au haut niveau que lorsque il fut associé à un autre attaquant qui avait un rôle de pivot.

Sakho est la recrue phare du mercato du MHSC / Crédits : L’Equipe

Ainsi, l’effectif montpellierain a clairement souffert et perdu en qualité lors de ce mercato. Il reste évidemment plusieurs joueurs intéressants et pouvant porter l’équipe à l’instar de Florent Mollet et de Téji Savanier, mais cela sera-t-il suffisant pour garder la dynamique de ces dernières années ? Rien n’est moins sûr, mais l’histoire nous a montré que tout peut arriver sous la houlette d’un membre de la famille Nicollin.

Balance du mercato : +25 M€

Note : 8/20

Quitter la version mobile