Site icon Café Crème Sport

7 tours, 7 rookies à suivre, édition 2021

La draft a encore une fois (comme d’habitude) taillé la part belle de l’intersaison. Et contrairement à l’année passée, les joueurs, les staffs et les fans ont eu le droit de participer en physique à l’événement ! Tous les sélectionnés n’ont pas eu la chance d’aller serrer la main de Roger Goodell, il faut dire qu’encore une fois c’est 259 noms qui ont été appelés, de Trevor Lawrence à Grant Stuard. Tous ne deviendrons pas des légendes de ce sport, néanmoins certains auront assurément une belle carrière. Voici 7 rookies, un par tour, qu’il faudra suivre en 2021 et plus.

Retour sur 2020

L’an dernier, nous nous prêtions déjà au même exercice. L’occasion de revenir sur cette liste et détailler la saison de chacun. Joe Burrow était une évidence. Le premier choix de la draft 2020 a réalisé une saison solide avant de se blesser gravement au genou. Si ses passes courtes et moyennes ont toujours été précises, il a peiné pour lancer le ballon dans le champ profond du terrain. Une belle première, trop courte, mais qui laisse entrevoir de belles choses pour le futur. Le rookie du 2nd tour Kyle Dugger est monté en puissance au fur et à mesure de l’avancée de la saison. Le Safety de métier a joué 14 matchs dont 7 en tant que titulaire, montrant un impact physique qu’on attendait. La courbe de progression suit son cours, les voyants sont au vert. Le WR Bryan Edwards drafté au 3ème tour a eu du mal à émerger malgré son talent. Cette deuxième saison pourrait cependant être la bonne pour lui qui impressionne au camp d’entraînement et qui ressemble de plus en plus à un WR1. Rashard Lawrence a été une petite déception, il ne s’est pas imposé dans un groupe DL pourtant faible en Arizona. Le problème sera différent cette année, avec un JJ Watt à ses côtés qui pourrait lui donner des espaces à exploiter, et une place de titulaire sur la depth chart. Bradlee Anae a vu le terrain seulement pour les ST l’an dernier. Son rôle pourrait largement grossir cette année avec l’absence possible pour blessure de Demarcus Lawrence, de quoi voir ce que vaut vraiment le DE. Netane Muti a eu besoin d’un gros travail technique l’an dernier. Le golgoth a quand même pu jouer une poignée de matchs pour se faire la main. Il sera toujours la doublure de Dalton Risner cette année. Enfin Malcolm Perry a comme attendu fait un peu de tout pour les Dolphins mais sur un petit échantillon. Il a réussi néanmoins a marqué un touchdown. Cependant avec l’escouade de WR cette année et la présence de Lynn Bowden, qui semble être devant lui dans la hiérarchie, l’année 2021 de Perry s’annonce compliquée.

1er tour : Kyle Pitts (TE, Atlanta Falcons)

Kyle Pitts lors du camp d’entraînement des Falcons (crédit photo : theathletic.com)

C’est pour ainsi dire jamais, qu’un TE a été aussi dominant dans le College Football. Kyle Pitts sait tout faire plutôt bien, mais surtout, il rattrape les ballons comme personne. L’homme est un mismatch permanent pour n’importe quel défenseur. Il est capable de gagner en vitesse, en puissance, en longueur… Bref n’importe comment. Ce n’est pas pour rien que les Falcons avec leur choix n°4 du premier tour en ont fait le TE sélectionné le plus haut de tous les temps. Mais est-il seulement cela ? Pour en savoir plus sur l’homme n’hésitez pas à aller (re)découvrir sa fiche draft sur le site : ici

Sa saison rookie a tout pour être exceptionnelle. Kyle arrive dans une équipe en reconstruction avec un GM et un HC en année 1. Aucune pression du résultat ne sera appliquée sur cette escouade (même si secrètement, la Géorgie tout entière souhaite un dernier run de Matt Ryan). Kyle Pitts aura donc tout le loisir d’être nourri, testé continuellement pendant l’exercice. Il faut aussi rappeler que la franchise d’Atlanta a échangé son WR de légende Julio Jones. Les cibles prioritaires des passes de Ryan seront donc Calvin Ridley et notre cher Kyle que demander de mieux ? Et bien on peut rajouter à tout cela Arthur Smith le nouveau HC des Falcons qui a la légère (euphémisme) habitude de faire briller ses TE dans des concepts en 12 personnel (1 RB, 2 TE) et de play actions. Si vous n’êtes pas convaincus, observez les matchs de Jonnu Smith et d’Anthony Firkser l’an dernier.

2ème tour : Creed Humphrey (C, Kansas City Chiefs)

Creed Humphrey devant son nouveau quarterback Patrick Mahomes à l’entraînement. (crédit photo : news.fr-24.com)

Drafté en fin de second tour, Creed Humphrey fut le premier joueur sélectionné par les Chiefs. Un tel joueur, a une telle position, dans une telle équipe… C’est à croire que les autres franchises de la ligue, veulent subir la dynastie Chiefs qui se met en place. Creed est un Centre hors pair lors de la dernière draft, fort d’une expérience longue de 4 ans à Oklahoma, leader de vestiaire et techniquement irréprochable. Même en NFL, le jeune homme sera dur à passer. Pour en savoir plus sur lui vous pouvez (re)lire sa fiche de draft sur le site : ici

Il semblerait que Creed Humphrey ait écarté de la course Austin Blythe, ancien centre titulaire chez les Rams fraîchement arrivé à l’intersaison lui aussi, un marqueur du niveau de Creed. Autour de lui pour l’entourer : Orlando Brown (trade), Joe Thuney (FA), Trey Smith (Rookie), Lucas Niang, tous des nouveaux titulaires pour la franchise du Missouri, la OL fait dorénavant peur. Le caillou dans la chaussure des champions 2019 qui ne leur a pas permis de rivaliser au dernier SuperBowl semble un lointain souvenir, de quoi être encore le plus gros prétendant au titre cette année.

3ème tour : Dyami Brown (WR, Washington Football Team)

Au 3ème tour de la draft 2021 de la NFL, la Football Team de Washington a décidé de mettre la main sur un WR qui manquait temps à l’équipe en 2020. En effet, Terry McLaurin était bien seul à rattraper les passes de Alex Smith et de Taylor Heinicke. Mais le chantier de l’intersaison était bien ciblé : Curtis Samuel, Adam Humphries et Dyami Brown donc. Ce qui nous amènerait presque à un problème de riche maintenant. Il n’en est rien, la WR Room des feu-Redskins est très complémentaire. Humphries pourra s’occuper du slot et des tracés courts, Samuel sera probablement utilisé comme aux Panthers avec des courses et des screens, McLaurin sera la soupape de sécurité dans les interlignes avec la qualité de ses tracés et Dyami sera la menace profonde.

Car Brown excelle dans ce registre. Chez les Tar Heels de la Caroline du Nord il était LA cible de Sam Howell dans le champ profond du terrain, avec beaucoup de réussite. Les statistiques des deux dernières saisons du binôme parlent pour Brown, avec 1000+ yards consécutifs, 20 touchdowns et surtout 20 yards de moyenne par réception. Pour réaliser tout cela, il est évident que Dyami va vite mais ce n’est pas tout il a aussi une taille convenable (6’1) pour un WR dans son style et a montré de la progression sur des petits problèmes de drop ou de concentration entrevue à l’échelon universitaire. Pour le moment, Brown est n°4 sur la depth chart de la WFT mais pour combien de temps ?

4ème tour : Marco Wilson (CB, Arizona Cardinals)

Un joueur défensif, au 4ème tour, chez les Cardinals… Cela ressemble à du déjà-vu. A la fin du 4ème tour de la draft 2021, voyant Marco Wilson encore disponible, les Cardinals n’ont pas hésité une seconde à trade up pour récupérer le Cornerback de Floride. Il faut dire que Marco avait montré de sérieux flashs de talent à l’université avant qu’une blessure ne vienne freiner sa progression. Revenu à un niveau convenable il participa grandement aux bonnes performances du backfield défensif des gators en étant la majorité du temps aligné en Nickelback dans le slot. Si une chaussure volante n’était pas passée par là, Marco Wilson aurait pu partir un peu plus haut.

Sa vitesse et son agilité naturelle le rendent très efficace en couverture homme à homme, exactement ce que recherche les Cardinals pour la défense agressive de Vance Joseph. Marco Wilson a de vraies chances de jouer à une position en manque de talent dans l’Arizona. Les vétérans Malcolm Butler (qui a pris sa retraite entre temps…) et Robert Alford vont se battre avec lui pour avoir un poste de titulaire… sur les extérieurs ! Le slot restant promis à Murphy. En attendant, Wilson impressionne aux camps d’entraînement et en match de présaison. La franchise met outrageusement en avant son joueur sur les réseaux sociaux, plus que n’importe quel autre rookie, pour prôner son niveau et son envie. Info ou Intox ? à suivre en 2021.

5ème tour : Shemar Jean-Charles (CB, Green Bay Packers)

Au 5ème tour de la draft, les Packers ont cru bons de doubler leur poste de Cornerback et de sélectionner Shemar Jean-Charles. Un pick avec une value évidente pour un joueur qui sait intervenir sur le ballon mieux que quiconque. L’an dernier Jean-Charles a détourné 16 passes des mains des receveurs adverses, premier de la catégorie. C’est seulement son profil rébarbatif pour les extérieurs par sa petite taille et son poids plume qui ont fait chuter sa stock.

Chez les Packers, Shemar pourra se développer tranquillement dans le slot. Il gagnera probablement du temps de jeu selon l’avancée de la saison sans trop subir de la comparaison avec Chandon Sullivan. Le joueur peut vraiment viser une place de titulaire dans une secondary désormais très bien fournie pour défendre en dime package.

6ème tour : Hamsah Nasirildeen (S/LB, New York Jets)

Sans les blessures, certains spécialistes voyaient Hamsah Nasirildeen partir au 2nd voire même au premier tour. C’était aussi ce que nous avons écrit dans sa fiche de draft en février dernier : ici. Mais les franchises beaucoup trop peureuses ont préféré laisser glisser le défenseur de Florida State jusqu’au 6ème tour, où les New York Jets à la recherche de talents ont eu l’excellente idée de le repêcher. Véritable machine à plaquer avec son gros gabarit et former à la couverture depuis sa jeunesse, Hamsah fait partie de cette caste des nouveaux LB/S hybride aussi à l’aise à la passe qu’à la course.

Dans la défense 4-3 du nouveau HC Robert Saleh, Nasirildeen c’est tout de suite imposé au poste de WILL, à comprendre Linebacker côté faible. Imposé dans le sens où il a pris la place de titulaire sur la depth chart des Jets. Une anomalie pour un joueur du 6ème tour qui doit « habituellement » , dans un premier temps prendre ses marques en special team. Les blessures semblent résorbées et Hamsah a tout pour faire son trou en tant que spécialiste de la couverture dans cette ligne de LB qui finalement a fier allure et est complémentaire. 2021 devrait déjà rendre son verdict : Est-ce que Nasirildeen est Le steal de cette draft ?

7ème tour : Pressley Harvin III (P, Pittsburgh Steelers)

Servons nous de ce dernier tour pour mettre à l’honneur une position trop oubliée à la draft, celle de Punter. C’est exactement à la 254ème position que les Steelers ont sélectionné le punter de Georgia Tech, punter un peu spécial de par son profil atypique. En effet le joueur est un gros gabarit. Imposant physiquement, il n’était pas rare de le voir mettre des plaquages sur les retours de coups de pied des équipes adverses. Cette corpulence lui offre aussi une puissance dans la jambe qu’il maîtrise à la perfection pour délivrer les meilleurs dégagements possibles. Ce n’est pas pour rien que le joueur a obtenu le titre de meilleur punter du pays à l’échelon universitaire en 2020.

Les Steelers ont décidé de s’attacher les services de Harvin pour une simple raison, insuffler du talent, de la fiabilité et de la longévité à la position. Jusqu’à présent, le punter maison se nomme Jordan Berry. Présent dans l’effectif depuis 2015, c’est peu dire que l’Australien n’a pas fait preuve de constance à son poste. La franchise ne lui montre pas non plus des signes de confiance en le resignant depuis 2018 sur des contrats de un an. L’an dernier elle a même essayé de s’en débarrasser en signant le vétéran Colquitt, expérience qui ne dura que 2 mois fautes de résultats, et donc faisant revenir Berry dans l’effectif. Harvin peut donc être la solution au problème des Steelers, surtout que son premier match de présaison a été des plus convaincants, probablement assez pour déjà devenir le starter de la franchise (chose faite depuis, Berry n’a pas fait le roster des 53 contrairement à Harvin).

Quitter la version mobile