Foot Ligue 1 Mercato

Mercato Ligue 1 : Le conseil de classe du CCS (4/5)

Le mercato d’été a fermé ses portes le mardi 31 août. L’heure est au bilan à la rédaction du CCS. Dans la continuité de la saison passée à Nantes. Les pépites fraichement arrivées à Nice. Un mercato historique pour Paris. À Reims, un mercato vraiment si satisfaisant ? Épisode 4/5.

Épisodes précédents :
Marseille, Metz, Montpellier et Monaco
Lens, Lille, Lorient et Lyon
Angers, Bordeaux, Brest et Clermont

Nantes

Arrivées :Départs :
LafontLouza
DescampsTouré
GeubbelsEvangelista
BukariYouan
CyprienMendy
Olliero
Basila
Ndilu
Bamba
Walongwa

Le FC Nantes a sauvé sa place en L1 la saison dernière, après avoir vaincu Toulouse en match de barrage (0-1; 2-1). Le club risquait cet été de perdre ses meilleurs joueurs, après être passé proche de se faire reléguer en deuxième division. Les finances du club n’étant pas aux beaux fixes, Antoine Kombouaré devait espérer pouvoir conserver ses meilleurs éléments au 1er septembre. 

Il était donc prévisible que le club dirigé par Waldemar Kita n’allait pas faire de folie en dépensant des millions, mais essayer de chercher des bons coups si c’était possible. Tout d’abord, après deux ans de prêt, Alban Lafont a signé définitivement pour la somme de 7,5 M€. Le gardien de l’équipe de France Espoirs reste encore cette saison chez les Canaris avant de possiblement s’envoler vers un plus gros club à l’étranger.  Pour le doubler, Rémy Descamps, formé au PSG, a été recruté en prêt de Charleroi. L’autre point fort de ce mercato est d’avoir conservé le trio Blas-Kolo Muani-Simon. Ces trois joueurs ont été importants dans le maintien du club nantais en Ligue 1 et Antoine Kombouaré compte sur leurs formes actuelles afin que Nantes puisse avoir une saison un peu moins mouvementée. De plus, ils seront suppléés par deux jeunes talents : Osman Bukari et William Geubbels, qui ont signé en prêt également, en provenance de La Gantoise et l’AS Monaco. L’attaque est donc très bien fournie cette saison, mais on ne peut pas en dire autant pour le milieu de terrain. Sur les derniers mercatos, Waldemar Kita a tendance à vouloir relancer des joueurs qui ont flop dans leur club (Augustin, Corchia, Geubbels) ou qui reviennent de blessures longue durée comme Wylan Cyprien qui est arrivé en prêt de Parme.

Si la défense est restée intacte pendant ce mercato (excepté le retour de prêt de Molla Wagué), le milieu de terrain a perdu deux de ses titulaires. Imran Louza est parti en Premier League à Watford pour 10M€ et Abdoulaye Touré au Genoa pour 3.5M€. Le problème étant que, seulement Wylan Cyprien a été recruté pour pallier le départ des deux joueurs. Andrei Girotto, qui avait été installé en défense centrale, devrait revenir au milieu pour accompagner Chirivella. L’ex-paire nantaise avait également joué un rôle crucial en fin de saison dernière, avec Batista Mendy qui servait de remplaçant, mais qui lui aussi a quitté le club. Ce n’est pas la première fois que ce cas de figure arrive, beaucoup de jeunes joueurs en fin de contrat ne resignent pas, en raison des tensions avec la direction.

Les départs au milieu de terrain n’ont pas été compensés, et il est également à noter que le secteur des latéraux défensifs est encore faible. Dernier point noir concernant ce mercato, le secteur offensif trop fourni, avec des indésirables qui n’ont pas quitter le club comme Libombe, Edmond et Coulibaly. Cependant, la majeure partie des supporters sont d’accord pour dire que la qualité de l’effectif est restée intacte, par rapport à l’an passé. 

Le FC Nantes n’a donc pas subi de grands changements cet été, en conservant un effectif qui était à 90% déjà présent la saison passée. La non-compensation des départs du milieu pourrait faire défaut à Antoine Kombouaré dans une saison qui risque, une nouvelle fois, de ne pas être de tout repos. 

Balance du mercato : +8,10 M€

Note : 10/20

Nice

Arrivées :Départs :
StengsCyprien
DelortNsoki
TodiboLees Melou
RosarioMaolida
LeminaColy
BardTrouillet
KluivertCissé
BulkaPelmard
Ndoye
N’Guessan
Lopes
Reine-Adelaïde
Saliba

Après une jolie neuvième place la saison dernière, INEOS a décidé de continuer à investir dans le club. Les dirigeants ont donc décidé de recruter un nouvel entraîneur, et pas des moindres. En effet, l’actuel champion de France, Christophe Galtier sera le coach des Aiglons cette saison. Le board niçois ont ensuite décidé de donner à Galtier des joueurs aux énormes potentiels, ainsi que des très bons joueurs de compléments. Retour sur un mercato réussi aux parures dorées.

Le début de ce mercato a pourtant commencé difficilement, en effet trois joueurs en prêt sont retournés dans leur club. On parle ici de Jeff Reine-Adelaïde, de Rony Lopes, mais surtout de William Saliba, le néo-marseillais était un pilier de la défense niçoise la saison dernière est intrinsèquement un très bon joueur de football. Suite à cela, le board niçois a réussi à se séparer des joueurs devenus obsolètes. Tout d’abord Pierre Lees-Melou, un joueur vaillant mais dépassé par la concurrence a été vendu pour un peu plus de 4 M€ à Norwich. Ensuite, Myziane Maolida s’est lui aussi envolé, non pas en direction de l’Angleterre, mais de l’Allemagne pour rejoindre le Herta Berlin. Mais là où l’OGC Nice a clairement fait un gros travail, c’est dans sa capacité à garder ses pépites stars. Que ce soit Amine Gouiri ou encore Khephren Thuram, les jeunes joueurs à fort potentiel ont accepté de rester une saison de plus dans les Alpes-Maritimes malgré les yeux doux de nombreux clubs en Europe. C’est aussi le cas de Kasper Dolberg qui aurait pu partir pour une somme conséquente après un Euro magnifique. Ces non-départs permettent à l’OGC Nice d’avoir gardé une compétitive avant même d’avoir recruté.

La principale recrue niçoise de cet été est évidemment Christophe Galtier. Après des expériences plus que concluantes à Saint-Etienne et Lille, l’entraîneur né à Marseille a décidé de prendre en main l’OGC Nice. Pour arriver à atteindre l’Europe, Galtier utilisera probablement une tactique ressemblant à celle mise en place au LOSC. Un 4-4-2 solide, avec des joueurs besogneux au milieu, une défense de fer, des ailiers créatifs et explosifs et évidemment des véritables finisseurs devant pour pouvoir mener les contre-attaques avec brio, à l’image du match contre Bordeaux fin août. Le recrutement des Aiglons a donc été fait dans ce sens, afin de satisfaire les besoins du coach.

Galtier est la recrue majeur du mercato niçois / Crédits : L’Equipe

Ainsi, le premier objectif était de pallier le départ de Saliba. La solution choisie était déjà au club depuis plusieurs mois. En effet, Todibo a été acheté à Barcelone pour 8,5 M€ et sera aligné en défense centrale au côté de Dante, revenu en état de grâce en ce début de saison. Ensuite, pour remplacer le départ de Stanley Nsoki, parti pour Bruges pour 6,5 M€, la cellule de recrutement a profité de la situation défavorable de Melvin Bard à l’OL afin de l’attraper dans leur filet pour seulement 3M€. En attaque, la direction niçoise a décidé de s’orienter vers des joueurs promis à la réussite. Tout d’abord, Nice a récupéré Justin Kluivert par un prêt avec une option d’achat, il sera ainsi probablement placé sur un côté dans un rôle de percuteur. En continuant dans les ailiers, Calvin Stengs rejoindra le sud de la France pour la somme de 13,5 M€. Le néerlandais représente une pépite annoncée comme une star à en devenir, et nul doute que Galtier sera à même de profiter des capacités impressionnantes de ce jeune ailier de 23 ans. Finalement, lors de la dernière journée du mercato, les Aiglons ont créé la surprise en recrutant Andy Delort pour 10 M€. L’attaquant héraultais viendra parfaire une rotation offensive s’annonçant déjà comme une des meilleures de Ligue 1.

En somme, l’OGC Nice réalise un mercato remarquable en tout point, le club a trouvé de nombreux joueurs talentueux à petits prix tout en gardant leur base solide de la saison précédente. Tout cet effectif sera entraîné par Christophe Galtier qui est dans une superbe dynamique suite à son titre. La preuve en est, en ce début de saison Nice est déjà à 2 victoires et 1 nul en 3 matchs. Ainsi, malgré certains supporters qu’il faudrait définitivement radier du football français, on peut rêver d’Europe sur les plages de la Méditerranée.

Balance du mercato : – 30,9 M€

Note : 14/20

Paris

Arrivées :Départs :
HakimiBakker
Danilo PereiraAreola
Nuno MendesRuiz-Atil
WijnaldumPembélé
MessiKalimuendo
RamosSarabia
DonnarummaKean
Florenzi
Baldé
Bulka
Negar
Innocent

À plus d’un an de la Coupe du monde au Qatar, il était annoncé que le Paris Saint-Germain serait actif cet été. L’objectif étant ni plus ni moins que de remporter la Ligue des champions. De quoi susciter l’enthousiasme des supporters parisiens. Un enthousiasme que l’on imagine retombé après que Le Parisien a érigé Serge Aurier comme priorité du club au poste de latéral droit. À vrai dire, les supporters parisiens n’étaient pas prêt pour ce qui allait se passer. Annoncé au Barça, dont les finances exsangues annihilaient toute latitude, Georginio Wijnaldum était le premier à rejoindre la capitale. En provenance de Liverpool, l’expérimenté néerlandais doit stabiliser un milieu de terrain où seul Marco Verratti est indiscutable. À droite de la défense, la principale carence de l’effectif, ce n’est pas Aurier qui arrive mais Achraf Hakimi, un joueur extrêmement dynamique qui fait partie des meilleurs du monde à son poste.

D’Italie arrive aussi Gigio Donnarumma, tout juste élu meilleur gardien d’un Euro qu’il a remporté avec la Nazionale. Ayant refusé une extension de son bail à Milan, le jeune portier débarque dans un costume de numéro 1 bis et aura la difficile tâche de déloger Keylor Navas des cages du Parc des Princes. Devant lui, il trouvera Sergio Ramos. Rien que ça. Arrivé blessé à Paris, la légende du Real travaille pour retrouver sa condition physique et s’imposer en défense centrale. Mais là où on l’attend le plus, c’est sans doute sur l’aspect mental et le leadership. Habitué à affronter Lionel Messi dans de bouillants Clásicos, le défenseur et l’attaquant vont cette fois faire équipe. Résolue à quitter Barcelone, qui ne pouvait pas l’enregistrer dans son effectif, la Pulga a choisi Paris. Un coup monumental tant sur l’aspect sportif que médiatique.

Enfin, dans les dernières heures du mercato, Nuno Mendes a signé au PSG. Jeune joueur du Sporting Portugal, il vient apporter une solution supplémentaire sur le couloir gauche de la défense. La santé de Bernat inquiète, Abdou Diallo est peut-être davantage un défenseur central et Layvin Kurzawa est aux oubliettes. Dans cette configuration, le renfort de Mendes, grand espoir du poste, est une bonne nouvelle pour le club parisien. Il rejoint à Paris son compatriote Danilo Pereira, dont l’option d’achat a été levée automatiquement au terme de la saison. Au rayon des arrivées, le mercato du Paris Saint-Germain fait rêver. Le gros point noir, ce sont les ventes. Seul Mitchel Bakker (7 M€ + 3 M€ de bonus) a été cédé à Leverkusen. Les autres départs ? Des fins et ruptures de contrat, des fins de prêts entrants et des prêt sortants. On est loin des 200 millions visés par Leonardo.

Balance du mercato : -74 M€

Note : 17/20

Reims

Arrivées :Départs :
MatusiwaDia
van BergenLemaître
PenneteauGuitane
GuitaneNkada
GravillonNdiaye
Chavalerin
Costa
Sierhuis
Kutesa
De Smet
Maresic

Le mercato estival a été mouvementé en Champagne. Dix-sept joueurs ont fait leur arrivée au Stade de Reims, douze autres ont fait le chemin inverse. « Sans faire de bruit, dans la discrétion, nous avons atteint les principaux objectifs que nous nous étions fixés », a fait savoir Jean-Pierre Caillot, président du club, à l’Union, dans un entretien publié le 2 septembre.

Le premier d’entre eux était de « conserver et renforcer un groupe compétitif, et en réalisant environ 15 millions de ventes », poursuit-il. Les hommes forts sont, pour la plupart, restés en Champagne. Rajković, Foket, Faes, Abdelhamid cumulaient tous plus de 30 titularisations. Konan, Mbuku, Cafaro, Cassamã, Munetsi (plus de 20 titularisations) sont, eux aussi, toujours-là.

Matusiwa, un joueur réputé pour bien voir le jeu, solide sur ses appuis et qui n’hésite pas à jouer long ou à tirer de loin vient gonfler les rangs du milieu de terrain. Avec lui, van Bergen, un ailier utile lorsqu’il s’agit de garder le ballon, mais moins à l’aise dans les duels aériens ou dans son repli défensif, et Gravillon, venu en prêt de l’Inter. Bien connu de la Ligue 1 pour avoir passé une saison à Lorient, ce défenseur central s’inscrit parfaitement dans la culture défensive que le Stade de Reims s’évertue à développer depuis quelques années.

« Sortir des joueurs qui n’étaient plus concernés par notre projet, c’était aussi un objectif », continue le président. C’est le cas de Logan Costa et Billal Brahimi, partis respectivement à Toulouse et à Angers. Et pour dégarnir un peu plus cet effectif pléthorique (près de 30 joueurs enregistrés cette saison), les prêts ont été plébiscités. Au total, sept Rémois, « sur lesquels nous comptons beaucoup et en qui nous avons confiance » sont allés trouver du temps de jeu ailleurs, afin de mieux revenir. « D’ailleurs, la plupart jouent déjà dans leur nouveau club, et on ne peut qu’être optimistes les concernant ».

Et si le président se veut positif, notamment après avoir repoussé « des offres sur des joueurs majeurs de l’effectif tels qu’El Bilal Touré, Nathanaël Mbuku et Predrag Rajković, ce qui équivaut à une enveloppe à hauteur de 35 millions d’euros », permettant au club de garder son ossature, tout blanc à Auguste-Delaune.

Bradley LOCKO of Reims during the Ligue 1 football match between Nice and Reims at Allianz Riviera on August 8, 2021 in Nice, France. (Photo by Johnny Fidelin/Icon Sport via Getty Images)

Le recrutement d’un arrière droit était également un objectif estival. « Le joueur que nous visions évolue en Italie. Il était d’accord pour nous rejoindre, mais son club ne l’a pas libéré », avance Jean-Pierre Caillot, qui ne désespère pas le voir arriver en hiver ou à l’été 2022. Et s’il ne se veut pas défaitiste, c’est qu’il croit en ses jeunes.

Grâce à sa bonne connaissance des jeunes et sa capacité à les mettre en confiance, Oscar Garcia a souhaité intégrer plusieurs joueurs de Pro 2. Dion Lopy, Alexis Flips, Hugo Ekitike, Moustapha Mbow, Fodé Doucouré et Bradley Locko. Et c’est ce dernier qui a reçu les louanges de son président : « Concernant le défenseur latéral, on a vu contre Montpellier et le PSG que Locko pouvait parfaitement tenir ce rôle ». Il sera en concurrence avec Konan, seul arrière gauche de formation.

El Bilal Touré lors du match face au PSG (Crédit : Stade de Reims).

L’effectif du SDR est dont large, la plupart des postes sont triplés, mais l’effectif comporte, par la force des choses, beaucoup de jeunes. Seront-ils capables de tenir le rythme une saison entière ? Sur les quatre premiers matchs, ils cumulent 306 minutes de jeu (Lopy, 70 face au PSG ; Flips, 16 dans le même match ; Ekitike 122 sur les quatre rencontres ; Locko 98).

L’autre interrogation réside sur le secteur offensif. Le meilleur buteur de l’exercice 2020/2021 avec 14 buts (et 5 passes décisives), Boulaye Dia est parti pour Villarreal. C’est vraisemblablement le trio Ekitike – Touré – Kebbal qui devrait occuper le front de l’attaque, malgré un changement constant observé depuis le début de la saison. Mais avec seulement 4 buts marqués (dont 3 dans le même match), ce secteur interroge. Et pour cause, les trois restent, pour l’instant, timides. Le premier cité cumule 122 minutes pour 6 ballons touchés dans la surface adverse et un seul tir, non cadré. Le second 206 minutes et 13 ballons dans ce même secteur, pour 8 tirs (2 cadrés). Enfin, Kebbal a joué 232 minutes et n’a touché le ballon que 9 fois dans les 18 mètres adverse, frappant 6 fois au but (2 cadrés). Pire encore, les trois joueurs cumulent un but et une passe décisive depuis le début de la saison, pour le faible total de 1,3 xG.

Arbër Zeneli, lui aussi maillon important du Stade de Reims s’est récemment rompu les ligaments croisés et sera donc éloignés des terrains jusqu’à, au moins, février 2022. Le jeune Mbuku devrait donc avoir le temps de montrer toute l’étendue de son talent.

Quatorzième l’an passé, le Stade de Reims est aujourd’hui aux portes de la zone rouge et n’a toujours pas gagné son premier match. Mais pas de quoi effrayer Jean-Pierre Caillot : « Si on met de côté le PSG, il n’y a rien eu d’extraordinaire. Au milieu de tout cela, nous avons bien travaillé avec notre trentaine de mouvements. Notre stratégie était posée et elle a été suivie à la lettre. » 

Balance du mercato : +6 M€.

Note : 9/20.

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :