Foot Ligue 1 Mercato

Mercato Ligue 1 : Le conseil de classe du CCS (5/5)

Le mercato d’été a fermé ses portes le mardi 31 août. L’heure est au bilan à la rédaction du CCS. La folie des grandeurs à Rennes. Une cure d’austérité à Saint-Étienne. Une nouvelle ère à Strasbourg. Le mercato fou de Troyes. Épisode 5/5.

Épisodes précédents :
Nantes, Nice, Paris et Reims
Marseille, Metz, Montpellier et Monaco
Lens, Lille, Lorient et Lyon
Angers, Bordeaux, Brest et Clermont

Rennes

Arrivées :Départs :
BadéCamavinga
LabordeMaouassa
SulemanaSiebatcheu
SantamariaSoppy
MajerBrassier
AlemdarNyamsi
MelingDel Castillo
Boey
Da Silva
Gboho
Guitane
Léa Siliki
Grenier
Nzonzi
Dalbert
Rivollier

Plus d’un an après son arrivée, la patte Florian Maurice s’est fait sentir cet été. La carte bleue a chauffé : 79,50 millions d’euros dépensés sur ce mercato estival. C’est bien derrière que les regards étaient principalement tournés. Si Gomis n’a pas donné totale satisfaction en fin de saison 2020/2021, il semble retrouver le niveau qui soit le sien dans le début de cet exercice (75% de tirs cadrés repoussé sur les quatre premiers matchs de Ligue 1), et ce malgré sa boulette contre Angers. Outre Romain Salin, qui joue un rôle plus qu’important en tant que papa du groupe, Pépé Bonet et Dogan Alemdar, arrivé de Kayserispor, assureraient l’intérim en cas de coup dur.

Arrivé fin juillet sur les bords de la Vilaine pour remplacer Maouassa, parti à Bruges un mois plus tard, Birgen Meling n’a pas mis longtemps à être apprécié des Rennais, vu comme un joueur respectueux et travailleur. Avec son petit gabarit, il impressionne pour son abattage sur le terrain. Celui qui a touché 71 ballons dans les 30 derniers mètres adverse sur les quatre premières rencontres devra cependant se méfier des ballons parfois envoyés dans son dos.

Mais, dans ce secteur, c’est bien l’épineux dossier de la défense centrale qui ne satisfait pas les Rouge et Noir. Après un premier mouvement, Loïc Badé pour Damien Da Silva, une seconde arrivée était attendue. Il n’en sera rien. Le board rennais a décidé de faire confiance à Warmed Omari, 21 ans, jeune du centre de formation. Un pari risqué, car avec l’absence d’un titulaire (comme avec celle de Loïc Badé, suspendu après son carton rouge), et la blessure de Jérémy Gélin, le rendant indisponible pour six mois minimum, les solutions sont limitées. C’est un autre jeune, Lesley Ugochukwu, 17 ans, qui pourrait être amené à dépanner.

Chimuanya Lesley UGOCHUKWU of Rennes during the French Ligue 1 soccer match between Rennes and Paris Saint-Germain at Roazhon Park on May 9, 2021 in Rennes, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport via Getty Images)

Le centre de formation rennais, réputé pour sortir nombres de joueurs de qualité, sera encore mis à l’honneur cette saison. Ugochukwu, milieu défensif de formation aura, lui aussi sa carte à jouer, dans un secteur abondant. Le milieu phare de l’année passé n’est plus : Nzonzi de retour à la Roma, Camavinga au Real Madrid et Grenier libre. Le jeune rennais sera donc amené à être aligné aux côtés de Flavien Tait, qui, lui aussi, retrouve peu à peu son niveau, et de Baptiste Santamaria. À l’aise dans les duels aériens, ce dernier a un coffre important. En 2018-2019, il avait parcouru plus de 442 km, soit la plus grande distance totale pour un joueur de Ligue 1. « J’ai une capacité de récupération assez rapide. Il suffit que je marche trente secondes voire une minute pour pouvoir bien récupérer et enchaîner les courses », déclarait-il à Ouest-France. Ce recrutement intelligent permettra d’installer, en sentinelle, un joueur capable de répéter les efforts, mais qui peut également se muer en relayeur ou en joueur box-to-box.

L’un des grands défauts du Stade Rennais ses dernières années est le recrutement d’un attaquant pouvant marquer 10-15 buts sur une saison. Mais, une fois n’est pas coutume, les solutions sont nombreuses : Serhou Guirassy semble retrouver la confiance, Martin Terrier, lui aussi, apparaît plus à l’aise. Et pour compléter le tout, Gaëtan Laborde. Avec deux latéraux qui aiment monter (Traoré et Meling), son jeu de tête et son placement seront un plus. 

Mais le mercato intelligent rennais ne s’arrête pas là : Sulemana est arrivé de Nordsjaelland et Majer du Dinamo Zagreb. Pour le premier, son jeu semblable à celui de Doku apportera de la folie sur son côté gauche, quitte à mettre « parfois des feintes aux attaquants » plaisante Guirassy. Avec un premier but dès sa première rencontre, reste à savoir comment le jeune ghanéen va s’intégrer dans le championnat et dans l’équipe bretonne. Le second est un milieu créatif, capable de délivrer la dernière passe. « C’est un 8 ou un 10, qui pourra amener, de par sa qualité de passes et son sens du jeu, des choses que l’on n’a peut-être pas forcément aujourd’hui », se réjouissait Florian Maurice. Il est également capable de défendre s’il est positionné plus en retrait. Puis il y a un autre jeune, encore un. Matthis Albine, 18 ans, issu du centre de formation, il a déjà pu montrer l’étendu de son talent face à Rosenborg, rencontre dans laquelle il a été l’auteur d’un but somptueux.

La seule petite ombre au tableau reste les lofteurs qui n’ont trouvé aucune porte de sortie. Parmi eux, Niang ou Güclü, qui ne devraient pas fouler souvent la pelouse du Roazhon Park. Mais les voyants sont au vert à Rennes. Les lumières vont maintenant s’éteindre pour lancer la course. Ils ne leur restent qu’à confirmer toutes les qualités que les observateurs prêtent à cette équipe depuis maintenant plusieurs semaines.  

Balance du mercato : -34 M€.

Note : 15/20

Saint-Étienne

Arrivées :Départs :
RamirezMonnet-Paquet
Abi
Moulin
Debuchy
Souici
Katranis
Retsos
Cissé
Modeste

Nommé manager général de l’ASSE en octobre 2019, l’expérimenté Claude Puel a hérité une équipe vieillissante et d’une masse salariale qui mettait en péril l’économie du club. Conséquences des mercatos court-termistes menés par son prédécesseur Jean-Louis Gasset. Si cette cure d’austérité a permis de donner un peu d’air aux finances, on ne peut pas dire que l’effectif ait été renforcé. Destinés à jouer, sauf surprise, le ventre mou du championnat, les Verts ont poursuivi cette politique cet été. Les jeunes sont amenés à prendre une place de plus en plus importante dans le groupe en attendant que la situation du club ne soit redressée et permette à nouveau d’investir sur le marché des transferts.

Pape Cissé, Panos Retsos et Anthony Modeste ont quitté Saint-Étienne au terme de leur prêt. Les dirigeants auraient souhaité conserver le premier, qui fut une belle satisfaction, mais ne pouvaient pas se permettre cet effort. Le jeune Rayan Souici a été libéré par son club formateur. Stéphanois depuis 1999, le gardien remplaçant Jessy Moulin est allé chercher un nouveau défi à Troyes. Son départ fut suivi par celui d’un autre joueur d’expérience en la personne de Mathieu Debuchy, qui retrouve son Nord natal et Valenciennes (L2). Après sept saisons dans le Forez, Kévin Monnet-Paquet s’est envolé pour Chypre et l’Aris Limassol. Arrivé en 2017 mais jamais utilisé en pro, le latéral gauche grec Alexandros Katranis s’est engagé à Gliwice, en Pologne. Enfin, Charles Abi a été prêté à Guingamp (L2). Prometteur, l’attaquant doit encore gagner en régularité et ira s’aguerrir à l’étage inférieur.

Prêté avec option d’achat, Ignacio Ramírez est le seul renfort extérieur de l’ASSE. Il portera le n°9.

Dans le sens des arrivées, c’est l’effervescence le calme plat. Le jeune gardien Nabil Ouennas intègre le groupe professionnel. De retour d’un prêt concluant à Quevilly-Rouen, le défenseur central Mickaël Nadé a prolongé son contrat avec Sainté. Faute de prétendant, Assane Dioussé est resté mais ne figure pas dans les plans de Claude Puel. Jean-Philippe Krasso, qui a passé la saison dernière au Mans (National), revient pour gagner sa place sur le front de l’attaque. Un secteur qui a été renforcé par le recrutement d’Ignacio Ramírez. Le dernier jour du mercato, l’attaquant de 24 ans a été prêté par son club de Liverpool (Uruguay). Il sera le finisseur attitré de l’ASSE cette saison, et pourra compter sur l’aide de Romain Hamouma, qui a rempilé à Geoffroy-Guichard malgré les convoitises.

Balance du mercato : -0,3 M€

Note : 7/20

Strasbourg

Arrivées :Départs :
NyamsiSimakan
GameiroMitrovic
FilaLebeau
Le MarchandAaneba
PerrinCarole
AholouSaadi
GuilbertZohi
Senaya
Zemzemi
Tchamba
Chahiri
Koné

Comme beaucoup de clubs pendant l’intersaison, le RC Strasbourg a également changé d’entraîneur. Exit Thierry Laurey, bonjour Julien Stéphan. L’ancien coach de Rennes a signé un bail allant jusqu’en 2024 avec le club alsacien. Depuis janvier dernier, le départ du jeune défenseur Mohamed Simakan pour Leipzig était prévu, et donc le club dirigé par Marc Keller allait devoir utiliser les liquidités du transfert afin d’améliorer son effectif.

Malgré les 15 millions d’euros reçus pour le défenseur originaire de Marseille, le club alsacien ne pouvait pas se permettre de folie, les conséquences économiques de la crise sanitaire et des problèmes des droits TV étant toujours présentes. Seulement deux transferts auront nécessités des indemnités, ça sera le cas pour le Polonais Karol Fila, arrivé en provenance de Gdansk pour 1,5 millions d’euros, et de l’ancien Rennais Gerzino Nymasi, recruté pour 1,2 millions d’euros. Il fallait obligatoirement combler les départs en défense car le capitaine, Stefan Mitrovic, a également quitté le club pour Getafe en Espagne. Le Racing a attendu la dernière semaine pour recruter en défense après avoir pris sept buts sur les trois premières journées de Ligue 1. Le club a donc recruté Nyamsu, mais aussi Maxime Le Marchand, libéré de sa dernière année de contrat par Fulham, et enfin Frédéric Guilbert, en prêt d’Aston Villa et déjà présent en deuxième partie de saison dernière. Avant ça, Lucas Perrin avait rejoint les rangs strasbourgeois en juillet en provenance de l’OM.

La grande signature du mercato à Strasbourg, c’est le retour de Kévin Gameiro, formé en Alsace et qui a fait ses débuts en pro avec le club. La carrière de l’ex-international français n’est plus à refaire, celle-ci est remplie de succès et de trophées avec des passages à Paris, à Séville, à l’Atlético de Madrid puis à Valence. Recordman français du nombre de victoires en Europa League (4), il va apporter son expérience en attaque accompagné par Ludovic Ajorque, auteur de 16 buts en championnat la saison dernière.

Le seul point négatif serait de souligner que les départs de Simakan et Mitrovic ont été remplacés de manière quantitative, mais pas qualitative. Évidemment, il était compliqué de pouvoir remplacer un jeune talent en plein développement par un autre sans mettre une grosse somme et combler le vide du départ du capitaine par une autre recrue.

Malgré cela, le mercato strasbourgeois peut être considéré comme cohérent et sans fioriture. Le maintien sera largement jouable cette saison et pourquoi pas, comme en 2019, aller chercher une coupe nationale.

Balance transfert : +13 M€

Note : 12/20 

Troyes

Arrivées :Départs :
MetinhoNguena
BaldéBarthelmé
RipartBaya
BianconeMambo
KouaméDembélé
KukharevychPires
RamiSaint-Louis
LarouciKukharevych
KonéKrastev
RobertsBozok
SandlerGory
MoulinPintor
Chadli
Chavalerin
Kaboré
Palmer-Brown
Rodrigues

Depuis que le City Football Group a racheté Troyes en septembre dernier, le soleil règne sur l’Aube. Avec le titre de Ligue 2 remporté la saison dernière, les bleus et blancs espèrent maintenant pouvoir se maintenir en Ligue 1 et renouer avec l’époque dorée du début des années 2000. Malheureusement, la saison a mal commencé avec déjà trois défaites en quatre matchs, mais cela peut s’expliquer par de nombreux changements dans l’effectif.

En effet, plusieurs joueurs importants de l’équipe championne de Ligue 2 ont quitté le navire troyen. Tout d’abord Rominigue Kouamé, un des hommes fort de Batlles la saison dernière était en prêt au club, et est donc logiquement retourné au LOSC. Il en est de même pour Umut Bozok et Alimami Gory qui sont respectivement repartis à Lorient et au Cercle Brugge. Ensuite, Maxime Barthelmé a lui pu rejoindre Guingamp et rester en Ligue 2 librement. Malgré ces quelques départs, l’ESTAC a gardé ses joueurs stars et surtout elle a gardé Laurent Batlles. Cet été, on a vu de nombreux changements de coachs et le nom de celui de Troyes aurait été sur de nombreuses tablettes de clubs de Ligue 1, et notamment chez les Girondins de Bordeaux.

Au niveau des arrivées, le club a pu profiter d’appartenir au City Group pour récupérer plusieurs joueurs de Manchester City en prêt. Il y aura donc quatre mancuniens sous le maillot de l’ESTAC la saison prochaine avec les présences de Palmer-Brown, Philippe Sandler et Issa Kaboré en défense, ainsi que Patrick Roberts en attaque. Le board troyen s’est ensuite tourné vers des joueurs libres ou à très bas prix habitués à la Ligue 1, tout d’abord avec Youssouf Koné, l’ancien latéral gauche de Lyon, puis avec Jessy Moulin de Saint-Etienne et Xavier Chavalerin. Ensuite, la cellule de recrutement est allée chercher des joueurs dans les clubs relégués en Ligue 2. Ainsi Mama Baldé et Renaud Ripart seront dans les rangs du club de l’Aube, le premier ayant couté 3,5 M€ et le second 3,2 M€. La dernière idée de l’ESTAC a été de recruter des jeunes joueurs à gros potentiel. Le jeune milieu de 18 ans Metinho est donc arrivé de Fluminense pour 5 M€, de même pour l’attaquant Mykola Kukharevych qui est arrivé du Dynamo Kiev pour 0,3 M€. Finalement, Troyes a signé le latéral droit Giulian Biancone depuis Monaco pour 2,5 M€. Petite cerise sur le gâteau, Adil Rami a été signé en fin de mercato, il pourra ainsi apporter son expérience au collectif bleu et blanc.

Finalement, Troyes a été le club le plus actif de Ligue 1 avec 17 arrivées, cela permet au club de recevoir de nombreux joueurs de talent et d’expérience. De plus, une partie importante de l’équipe a été gardé, mais avoir autant de changements est rarement rassurant pour un promu. Si la mayonnaise ne prend pas dans l’Aube, il sera probablement compliqué de rester en Ligue 1 avec un effectif aussi fraîchement formé.

Balance du mercato : – 18,10 M€

Note : 11/20

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :