Omnisport Rugby

Clermont – La Rochelle : retrouvailles sous haute tension

L’ASM reçoit le Stade Rochelais ce samedi soir dans le cadre de la troisième journée du championnat. Si les deux équipes ne se sont pas encore imposées, les plus grosses inquiétudes proviennent du Michelin. Une défaite face aux Maritimes pourrait déjà laisser planer de gros doutes quant aux objectifs réalisables pour les Clermontois cette saison.

Alors que le Top 14 a repris ses droits depuis deux journées, certains clubs n’ont toujours pas engrangé leur première victoire. Ils sont au nombre de 3 : le Stade Français, Clermont et La Rochelle. 3 écuries qui prétendent au Top 6 pour les deux premiers cités et au Brennus pour les Maritimes. Cette rencontre va donc permettre, en toute logique, à une des deux équipes d’empocher leur première victoire. Si pour La Rochelle l’heure n’est pas encore à tirer sur la sonnette d’alarme étant donné le calendrier assez défavorable (défaite face au Stade toulousain à domicile et au Racing 92) et un manque de réalisme criant, pour Clermont le mal semble être plus profond.

Une défaite qui passe mal 

Face à Castres, les Clermontois avaient fait le break. 10 minutes après la pause, Hanrahan aplatissait dans l’en-but après un petit coup de pied très astucieux de son ouvreur Camille Lopez. Le score affichait 27-18 en faveur des Auvergnats. On s’est alors dit que les partenaires de Morgane Parra, absent ce samedi, allaient se libérer pour aller chercher la première victoire de la saison. Pourtant, c’est presque l’inverse qui s’est produit. L’ASM a semblé paralysé et s’est arrêté de jouer. Le CO n’en demandait pas tant. Accrocheuse, cette équipe de Castres, menée par une première ligne internationale (Walcker – Barlot – Houkpatin) s’est accrochée et a senti le coup. Résultat ? Un essai inscrit à la 77e pour passer devant au tableau d’affichage. L’ultime action des Jaune et Bleu se conclut par un en-avant d’Amatosero à seulement deux mètres de l’en-but, symbole d’un Clermont qui a manqué de maîtrise aux moments clés. Après avoir mené tout au long de la rencontre, Clermont s’incline alors que le match lui tendait les bras. L’ASM est la seule équipe qui s’est inclinée à domicile ce week-end. Les retrouvailles avec le Michelin ont été gâchées. Après une défaite inaugurale sur la pelouse du LOU, Jono Gibbes débute donc son mandat en Auvergne avec deux revers en autant de rencontres. Pas le baptême du feu idéal.

Les Clermontois auront fort à faire face à La Rochelle /  Crédit photo : L’équipe

Une profondeur d’effectif assez faible

Ce mauvais début de saison de Clermont est néanmoins une demi-surprise. Premièrement, un temps d’adaptation est nécessaire lorsqu’un nouveau manager arrive, surtout après avoir passé de très nombreuses années avec Franck Azéma. De plus, il avait déjà été identifié, lors de l’intersaison, que l’effectif de l’ASM semblait juste. Seulement deux recrues sont arrivées cet été dont le trois-quart centre JJ Hanrahan. Cela fait peu et on l’a ressenti lors de ces deux premières confrontations face à Lyon et Castres. De nombreux jeunes étaient présents sur la feuille de match et malgré leurs prestations, assez bonnes soient-elles, cela n’est pas suffisant. Naqalevu, Barraque et Fofana étaient absents face à castres et Vili est sorti blessé. Quand ça ne veut pas… Devant, c’est Arthur Iturria qui portait le numéro 8 sur le dos face aux Castrais en raison de l’absence de Fritz Lee. La troisième-ligne s’est alors retrouvée fortement déséquilibré et l’international français, qui n’a pas l’habitude de se retrouver à ce poste, n’a pas réalisé le meilleur match de sa carrière. L’effectif de Clermont n’est peut-être pas à la hauteur des objectifs du club. Toujours est-il que Jono Gibbes et son staff pourrait enregistrer quelques (précieux) retours pour cette rencontre et pas des moindres. Fritz Lee et Peceli Yato, deux cadres du paquet d’avant, effectueront leur premier match de la saison. Deux retours qui vont densifier le 8 de devant. Derrière, Matsushima devrait pouvoir être aligner à l’arrière tandis que Vili sera associé à Moala au centre. Des retours que va apprécier le coach néo-zélandais même s’il devra se passer de Morgan Parra et Wesley Fofana, toujours touchés.

Sur le terrain, de nombreux maux identifiés

Une simple question peut symboliser les difficultés de Clermont. Qui est le leader de l’ASM ? Tout naturellement, n’importe quel connaisseur de ballon ovale répondrait : Morgan Parra. Certes. Mais lorsque le demi de mêlée est absent, cette équipe de l’ASM se retrouve sans véritables leaders capables de remobiliser cette équipe. L’absence de joueurs cadres se reflète lors des moments chauds du match. Cette équipe est incapable de tenir le score et ses adversaires le savent et jouent sur cette faiblesse. Alors à 9 points derrière les Jaune et Bleu à la 50e minute de jeu, les Castrais n’ont pas abdiqué, bien au contraire. Clermont, qui était dans une position de rapport de force, a semblé liquéfié à l’idée de devoir garder leur avantage. La fébrilité dont font preuve les hommes de Jono Gibbes est presque inquiétante pour la suite de la saison. Si les contre-performances venaient à s’enchaîner, ce problème-là ne ferait que croître et le manque de confiance également. Le staff auvergnat va devoir travailler cet aspect mental mais pas que. Face au LOU et particulièrement face au CO, le manque de soutien pour parvenir à enchaîner les temps de jeu a été préjudiciable aux coéquipiers de Camille Lopez. De trop nombreuses fois, le soutien des Jaune et Bleu s’est retrouvé en difficulté ou en retard, ce qui a eu pour conséquence de retarder la sortie de balle et tout les lancements de jeu. Face à des Castrais, excellents dans le jeu au sol, Iturria & co ont souffert le martyr. Alors quel est le problème ? Les Clermontois ne seraient-ils pas assez prêts physiquement ? Un manque d’envie ? Toujours est-il que l’ASM va vite devoir rectifier le tir puisque c’est le dernier finaliste du Top 14 qui débarque à Marcel-Michelin ce samedi.

Les retrouvailles de Jono Gibbes avec son ancien club 

Fraîchement débarqué en Auvergne, Jono Gibbes retrouve son club avec qui il a brillé, sans jamais réussir à décrocher le graal (défaite lors de la finale de Champions Cup et Top 14 face au Stade toulousain). Alors qu’il n’a toujours pas réussi à s’imposer à la tête de Clermont, le néo-zélandais espère jouer un mauvais tour à Ronan O’Gara et les siens pour enfin lancer la saison des Jaunards. En conférence de presse, le manager de l’ASM ne semblait pas particulièrement attendre ce match contre son ancienne équipe «Non je n’aurai pas d’émotion particulière pour les retrouvailles. On n’est pas dans cet état d’esprit, car on a du travail et le besoin de gagner cette rencontre. On verra ça après, car on aura évidemment le plaisir de se retrouver ». La pression du résultat prend le dessus sur les émotions. Et c’est bien normal puisqu’en cas de défaite, Jono Gibbes commence son mandat à Clermont avec trois défaites avant de défier Toulouse dans son antre d’Ernest-Wallon et de recevoir le Racing 92 pour une nouvelle grosse réception. Autant vous dire que cette rencontre face à La Rochelle s’annonce primordial, auquel cas le début de saison des Auvergnats ressemblerait à un cauchemar.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :