A l'affiche NHL Sport US

LNH – Division Pacifique [3/3] : Les Golden Knights au sommet, les Oilers en embuscade

Les patinoires de la LNH s’apprêtent à rouvrir pour la saison 2021-2022 ! Un exercice qui semble être synonyme de retour à la normale pour les équipes et l’organisation de la ligue après deux saisons perturbées par la pandémie. Le CCS vous propose un tour d’horizon des forces en présence, division par division. Nous avons choisi d’établir trois groupes par division : le groupe des franchises en reconstruction, celui des clubs qui luttent pour une qualification en séries et le dernier, pour les équipes candidates au titre de division. On termine notre tour d’horizon de la Division Pacifique en se penchant aujourd’hui sur les deux équipes qui devraient y trôner au sommet!

Alors que plusieurs équipes de la Division Pacifique se battront pour une place en série, les Golden Knights ne devraient pas avoir de problème à dominer leurs adversaires directs. Impériaux depuis leur entrée dans la LNH, il semble difficile de déloger les chevaliers de leur château, d’autant qu’ils espèrent enfin toucher au Saint-Graal. Du côté de l’Alberta, difficile de manquer d’ambition lorsque son équipe est menée par Connor McDavid. Un cran en dessous de Vegas, Edmonton a néanmoins assez de talents pour talonner les Knights et se hisser en séries pour une troisième fois en trois ans.

🛢 Edmonton Oilers 🏒

Source : Jason Franson / CP

📝 Bilan saison 2020-2021 : 2ème de la Division Nord, 35-19-2 [72 points]

🔄 Intersaison 2021 :

Une duo McDavid-Draisaitl étincelant en saison régulière, une qualification en série et puis c’est tout. Voilà ce qui pourrait résumer les deux dernières saisons des Oilers. Dans une ligue toujours plus compétitive, avoir le meilleur joueur de sa génération et un coéquipier tout aussi talentueux ne suffit plus pour connaitre du succès en séries éliminatoires. Le besoin d’avoir une profondeur de qualité, à tous les postes, est plus que nécessaire et c’est bien ça qui manque à Edmonton ces dernières années.

C’est donc tout logiquement que Ken Holland (GM) s’est employé à aller chercher des joueurs capables d’améliorer cette profondeur tout en apportant de l’expérience souvent nécessaire pour aller loin en séries. La tâche était d’autant plus ardue qu’il y avait un bon nombre de joueurs à resigner et que l’espace sous le plafond salarial n’était pas immense. Parmi ces joueurs, on notera notamment Ryan Nugent-Hopkins qui s’est attaché avec l’équipe pour 8 années et 41 M$, tout comme Daniel Nurse (8 ans et 74 M$). Certes, ces joueurs sont des piliers de l’effectif albertain, mais on est en droit de se demander si ces contrats servent réellement une équipe qui veut se bâtir un effectif compétitif à tous les niveaux.

Ceci étant dit, il restait assez de marge aux Oilers pour mettre la main sur Zach Hyman (7 ans/38.5M$) en provenance de Toronto. Après avoir servi efficacement le trio de Matthews et Marner, il devrait être le complément idéal au côté de McDavid et Draisaitl, apportant ainsi une autre dimension à cette attaque explosive. Il sera également un très bel apport en infériorité numérique. Autre ajout intéressant en attaque, celui de Warren Foegele via un échange avec les Hurricanes. Sans être un attaquant très talentueux, il est ce genre de joueur fiable dont Edmonton a besoin sur leur bottom 6. En contrepartie, les Oilers ont quand même dû laisser partir le défenseur Ethan Bear (24 ans), qui avait probablement encore sa place dans l’effectif. D’autant que son départ s’ajoute à ceux de Adam Larsson et Dmitry Kulikov. Pour palier à ces pertes, Cody Ceci (28 ans) a été signé pour 4 ans et une transaction avec Chicago a permis l’arrivée du très expérimenté, Duncan Keith (38 ans) en retour de Caleb Jones (24 ans). S’il parvient à rester en santé, il sera un précieux atout lors du tournoi printaniers.

Pour terminer, on notera le statut quo devant les cages puisque Mike Smith (39 ans) a resigné pour deux années supplémentaires. Malgré une grande valse des gardiens durant l’intersaison, les Oilers ont donc choisi la « continuité » plutôt que de tenter un nouveau pari.

😱 LA question pour la saison à venir :

Les Oilers sont-ils vraiment une équipe améliorée ?

Source : Puckprose

Lorsque l’on regarde les principales arrivées à Edmonton cet été (Hyman, Foegele, Keith, Ceci), on est porté à penser que les Oilers se sont améliorés puisqu’ils semblent avoir répondu à leurs besoins. Néanmoins, lorsque l’on regarde également les principaux départs et le prix payé pour les nouveaux arrivants, on est en droit de se demander si l’on fait réellement face à une meilleure équipe. En effet, excepté Hyman, les autres ajouts ressemblent plus à des paris qui pourraient, certes, s’avérer payant, mais qui pourraient aussi faire retomber à nouveau l’équipe dans ses travers habituels en séries.

Mais au delà de la saison à venir, c’est la stratégie sur le long terme qui est questionnable. Déjà contraint par le plafond salarial, l’organisation n’a pas trouvé mieux que d’offrir de longs et lucratifs contrats à Nugent-Hopkings, Nurse et Hyman. Ajouter à cela les contrats de McDavid et Draisaitl et vous obtenez environs 45% de la masse salariale verrouillés par ces 5 joueurs. Dans ce contexte, même si ces contrats sont probablement mérités, la marge de manœuvre pour améliorer significativement l’équipe est donc assez limitée dans les années à venir. Dans le même ordre d’idée, la venue de Ceci (28 ans) et Keith (38 ans) au détriment de jeunes comme Bear (24 ans) et Jones (24 ans) ne donnent pas l’image d’une organisation qui veut bâtir une équipe gagnante sur une longue période. Finalement, la position de gardien est probablement la plus symptomatique. L’équipe a fait le choix de continuer avec Smith (39 ans) et Koskinen (33 ans), tout en laissant passer le très prometteur Jesper Wallstedt lors de la séance de repêchage, le 23 juillet dernier. Un autre choix qui laisse songeur sur le projet que Ken Holland souhaite mettre en place.

🔮 Prédictions du CCS : 2ème de la Division Pacifique

En dépit de certains choix discutables au sein de l’organisation, les Oilers possèdent assez de talents individuels pour performer en saison régulière. Ils n’auront probablement pas la même constance que Vegas sur l’ensemble de l’exercice mais la 2ème place de la division est largement à leur portée, tout comme une participation en séries éliminatoires. Pour la suite, tout dépendra du réel apport des nouveaux venues mais il serait surprenant de voir Edmonton être les représentant de l’Ouest lors de la grande finale.

Las Vegas Golden Knights🏒

Source : Jason Franson / CP

📝 Bilan saison 2020-2021 : 2ème de la Division Ouest, 40-14-2 [82 points]

🔄 Intersaison 2021 :

Pour une quatrième année en quatre ans d’existence, les Golden Knights ont une fois de plus exceller en saison régulière, en plus de connaitre un très bon parcours en séries éliminatoires. Malheureusement, ils ont été victime des surprenants Canadiens de Montréal en demi-finales. Malgré cette nouvelle désillusion non loin du but ultime, l’effectif reste globalement sans faille apparente et Vegas a abordé l’intersaison avec une certaine sérénité. D’autant qu’ils étaient exemptés du repêchage d’expansion du Kraken, évitant ainsi bien des maux têtes au directeur général.

Kelly McCrimmon a ainsi pu se concentrer à resigner son principal agent libre, le défenseur Alec Martinez, pour 3 ans et 15,75M$. Cela ne semble pas très cher payé pour un joueur très expérimenté et qui est encore capable de contribuer offensivement. En revanche, les Knights ont surpris en choisissant d’envoyer Marc-André Fleury à Chicago. Une nouvelle qui a eu l’effet d’une bombe, notamment pour le principal intéressé puisque l’organisation n’avait pas jugé bon de le prévenir de ce choix. Après avoir porté Vegas sur ses épaules lors de leur première saison d’anthologie, le portier québécois ne semblait plus dans les petits papiers de Peter DeBoer. Si l’on peu débattre de cette décision, le GM a eu le mérite de clarifier une bonne fois pour toute la situation devant les cages en donnant officiellement le poste de numéro 1 à Robin Lehner. Un autre québécois, Laurent Brossoit, s’en vient dans le Nevada pour assumer le rôle de back-up.

Les autres principaux mouvements ont eu lieu en attaque. Au niveau des départs, on notera ceux de Cody Glass et Ryan Reaves. En échangeant ce dernier aux Rangers, Vegas perd un joueur robuste très utile sur un bottom 6. Dans le cas de Glass, il est envoyé à Nashville via un échange à trois avec les Flyers et qui permet aux Knights de récuperer Nolan Patrick. S’il n’a toujours pas justifié son statut de 2ème choix au repêchage (2017), Patrick obtient donc une nouvelle chance de prouver sa valeur. Pari qui pourrait être payant pour Vegas, surtout lorsque l’on regarde le nombre de joueurs qui a réellement éclos une fois arrivée dans cette équipe. Autre ajout intéressant, celui de Evgenii Dadonov en provenance d’Ottawa. Malgré un passage non concluant dans la capitale canadienne, le Russe pourrait être un ajout très payant s’il retrouve le niveau démontré en trois saisons avec les Panthers.

😱 LA question pour la saison à venir :

Pourront-ils enfin toucher à la Coupe Stanley?

Source : Jason Franson / CP

À l’aube de cette nouvelle saison, il ne fait aucun doute que les Golden Knights sont à nouveau parmi les prétendants aux grands honneurs. Pourtant, après 1 finale et 2 demi-finales en quatre ans, ils n’ont toujours pas réussi à mettre la main sur la coupe Stanley. On peut donc se demander si cette saison sera la bonne ou s’il manque ce petit quelque chose nécessaire pour franchir la dernière marche. À l’instar de Nashville et San Jose dans les années 2010, Vegas ne serait pas la première équipe à jouer les premiers rôles pendant plusieurs années sans jamais gagner la dernière partie de la saison.

Si l’on regarde l’attaque, il semble y avoir tous les ingrédients nécessaires à une équipe victorieuse. Il n’y pas de superstar, mais on y retrouve des joueurs de talents, expérimentés et besogneux. Le top 6 est probablement l’un des plus solides de la ligue avec notamment l’indéboulonnable trio composé de J.Marchessault, W.Karlsson et R.Smith. Le bottom 6 n’est pas en reste avec la présence des québécois N.Roy et W.Carrier qui ont su se montrer très précieux en saison tout comme en séries. Bien qu’ils doivent prouver leur valeur, N.Patrick et E.Dadonov devraient vraisemblablement y apporter un peu plus de profondeur et de talent. Côté défense, le constat est assez similaire avec une brigade parmi les meilleures de la ligue. Martinez et Pietrangelo possèdent, à eux deux, trois bagues de champions et savent donc ce que ça prend pour gagner. La petite faiblesse de ces unités se trouvent peut être du côté de l’avantage numérique puisque, la saison dernière, ils étaient 22ème à ce chapitre en saison régulière et bon dernier en séries. Vegas se doit donc d’avoir cet instinct de tueur dans ce genre de situation. Finalement, la position qui pourrait poser le plus de doute cette saison est celle du gardien. Non pas que Robin Lehner n’a pas l’étoffe d’un numéro 1 mais la perte de Fleury pourrait mettre l’équipe beaucoup plus à risque en cas de blessure du gardien suédois.

À l’image de son équipe, Peter DeBoer devra lui aussi trouver le moyen d’amener les siens jusqu’au titre. Avec deux finales (New Jersey et San Jose) et 3 demi-finales (San Jose et Vegas) perdues à son actif, il incarne actuellement cette incapacité à finir le travail.

🔮 Prédictions du CCS : 1er de la Division Pacifique

Avec une équipe aussi complète, il est difficile de placer les Golden Knights ailleurs qu’à la première place de cette division. Aucune autre équipe ne semble en mesure de pouvoir les talonner sur une saison complète, à moins d’une blessure de Lehner… Une fois de plus, leur objectif sera de remporter la coupe Stanley et il ne serait pas surprenant de les voir atteindre la finale pour une deuxième fois en cinq ans. Sur le papier, seul Colorado semble en mesure de les concurrencer dans l’Ouest et il sera très intéressant de suivre ce duel à distance tout au long de la saison.

Rappelons que les cinq rédacteurs spécialisés en hockey sur glace ont composé un classement personnel afin d’établir un consensus et répartir les équipes de chaque division en trois groupes de niveaux. Nous venons de traiter les deux équipes « favorites » de la Division Pacifique, rendez-vous mardi pour découvrir notre tour de la Division Métropolitaine !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :