Site icon Café Crème Sport

Matthew Semelsberger, le Jedi des temps modernes

L’UFC 266 nous aura permis de voir plus clair dans le roster de la plus grande fédération américaine. Entre les nouvelles stars qui ont ébloui le monde (vous savez sans doute de qui je parle, dans ce fabuleux main-event), les anciens champions qui ont déçu (là aussi, sans indice par contre)… les statuts ont changé, ou se sont confirmés grâce à cette bien jolie carte en somme. Et la carte préliminaire nous a aussi dévoilé de sacrés combattants en devenir, qu’on avait évoqué en préparant cet event, et qui nous ont encore plus séduit. Parmi eux, le grandiose Matthew Semelsberger qui a encore frappé fort (littéralement) en éteignant son adversaire en quinze petites secondes. Présentation.

Semi The Jedi

Matthew Semelsberger est né en 1992 dans le Maryland, à Frederick. Plutôt doué au football américain, il étudie le système juridique pénal grâce à une bourse obtenue grâce à son niveau sportif. Cependant, il n’ira pas au bout de son cursus. Son aventure avec le MMA avait déjà commencé dès l’âge de 14 ans mais c’est son échec dans ses études qui le pousseront à tout mettre en œuvre pour rejoindre l’UFC.

Alors il combat pour la première fois en 2017, et fait son petit bout de chemin pendant quelques années, s’illustrant notamment dans l’organisation « Shogun Fights » qui jouit d’une certaine popularité sur la côte est et qui attire certaines célébrités à ses shows, dont d’anciens combattants de l’UFC. Il faut dire que cette petite organisation régionale est tenue par John Rallo, ancien garde du corps de célébrités telles que Tommy Lee ou Sylvester Stallone ce qui en fait un vrai vivier de talents et l’exposition des combattants est plus efficace qu’ailleurs, et de nombreux anciens champions sont ensuite partis au PFL (Micah Terrill, par exemple) ou à l’UFC, comme Semelsberger.

Son huitième combat sera le bon et à l’issue d’une énième victoire par KO face à son compatriote Richard Patishnock, les portes de l’UFC s’ouvrent. Son surnom, « Semi the Jedi« , le résume assez bien : « Semi« , diminutif de son nom de famille et référence également à sa puissance de frappe, équivalente à un semi-remorque, « Jedi » pour son attachement à la pop-culture et notamment à Star Wars.

Un combattant explosif

Matthew débute à l’UFC le 22 août 2020. Ayant combattu en poids-moyens auparavant, il décide de combattre dans sa catégorie de prédilection, les welters. Il est opposé à Carlton Minus et s’impose timidement par décision unanime mais montre déjà de bien belles compétences : il est vif, frappe fort, est agressif, il a tout pour réussir dans la division. Reste à savoir s’il peut rester constant.

Les questions que l’on se pose trouveront rapidement des réponses, car dès son deuxième combat, on le sent conquérant, et il ne fera qu’une bouchée de Jason Witt avec un jab rapide comme l’éclair qui vient connecter Jason Witt et qui le fait pioncer bien comme il faut en 16 petites secondes. Cette victoire expéditive, la 7ème plus rapide de l’histoire des welterweights, lui offrira la récompense de « performance de la soirée ». La machine est lancée, et « Semi » est à cet instant précis sur 5 victoires de suite.

Son combat suivant, face à « Khaos » Williams était très attendu tant les deux combattants sont sur une belle dynamique, même si Williams était sur une défaite par décision face à Michel Pereira, ses deux combats précédents s’étaient soldés sur deux victoires expéditives par KO en moins de trente secondes. Matthew s’inclinera par décision unanime, mais livrera une prestation encourageante.

UFC 266 et avenir potentiel

Un peu plus de trois mois après cette défaite malheureuse qui mis fin à sa « win streak« , donc samedi passé, Matthew Semelsberger affronta Martin Sano Jr. dans un match-up plutôt étonnant : Sano est un élève de l’académie de Nick Diaz, mais restait sur plusieurs années d’inactivité et surtout sur quelques défaites. Face à un prospect aussi talentueux que notre compère, il était évident qu’il n’allait pas faire le poids. Mais qui sait, il aurait peut-être pu sauver l’honneur comme Kris Moutinho après tout…

Faut pas rêver. En tout cas, on a pas eu le temps de rêver. Une mandale de barbare déboîte le pauvre Martin qui dort direct, quinze secondes après le début du combat. Nouvelle victoire par KO, Semelsberger se rassure et prend la sixième place des KO les plus rapides des welterweights. Il n’y a plus aucun doute, certes l’adversaire n’était pas le meilleur pour mettre en valeur la polyvalence de notre Jedi mais on a la certitude que ses poings sont de la dynamite et qu’il peut changer l’issue d’un combat en quelques secondes.

Jamais très loin de l’octogone, toujours prêt à combattre, on peut imaginer qu’au vu de la durée du combat et du peu de dégâts subis, il reviendra vite dans la cage. Son contrat a fini après le combat mais vu les performances, Dana va le prolonger. Alors qui va rentrer dans la rotation? Qui va bien pouvoir stopper ce combattant?

En interview post-combat, Semelsberger a bien précisé qu’il n’était pas le genre de combattant à provoquer les autres de la catégorie mais qu’il était prêt à n’importe quelle offre de n’importe quel welterweight. Et nous, on rêverait d’un combat avec le prospect australien Jack Della Maddalena, qui sort d’une prestation XXL dans les Contender Series, et dont la confrontation nous donnerait de vraies réponses quant au niveau supposé des deux combattants. Mais cela dit, Matthew Semelsberger commence à provoquer un joli raz-de-marée dans la division.

Vous en savez donc déjà un peu plus sur l’un des combattants les plus explosifs de la division. Même si le parcours est encore long, il est encore jeune et montre des progrès constants et encourageants à chaque fois qu’il prend place dans l’octogone et attendez-vous à un grand spectacle dès qu’il entre en scène!

Quitter la version mobile