Hockey

Hockey sur glace : TQO Féminin – Les bleues pour un exploit historique ?

Dans quelques heures débute le dernier tour du tournoi de qualification olympique. 12 équipes lutteront pour obtenir un des trois derniers tickets pour Pékin. Parmi ces 12 équipes, les Françaises vont tenter de réaliser un exploit historique. Voici un tour d’horizon des nations en lice.

Source image : Facebook IIHF

Groupe C – La République Tchèque, prête a entrer dans l’Histoire ?

🇨🇿 République Tchèque – 🇭🇺 Hongrie – 🇳🇴 Norvège – 🇵🇱 Pologne

Source photo : ANDRE RINGUETTE / HHOF-IIHF IMAGES – Les Tchèques en route vers l’Histoire ?

La petite ville de Chomutov (environ 49000 habitants) pourrait devenir un lieu de pèlerinage pour les partisans de la République Tchèque. En effet, la Rocknet Arena pourrait voir la première qualification olympique de l’histoire du hockey féminin Tchèque.
Après un excellent championnat du monde, où elles ont dominé la Poule B (4 victoires en 4 matchs), les Tchèques ont fait douter les Finlandaises en quart (défaite 1-0). Leur jeu basé sur une attaque tranchante et une défense solide, font de la République Tchèque la grande favorite du groupe. Mais attention à ne pas tomber dans la facilité car les pièges sont nombreux.
La Hongrie découvrait l’élite mondiale, et a vite appris. Les joueuses de Lisa Haley ont terminé à la 4ème place de la Poule B. Comptant sur l’expérience de leur capitaine Fanni Gasparics, les Magyares devront batailler de toutes leurs forces pour espérer rejoindre Pékin.
La Norvège et la Pologne font clairement office de « Petits Poucets » dans cette poule. Privées de compétition internationale depuis 2019, ces deux nations seront toutefois pas forcément des adversaires a prendre à la légère et pourraient être les juges de paix dans ce groupe.

Groupe D – Retour aux Jeux pour l’Allemagne ?

🇩🇪 Allemagne – 🇩🇰 Danemark – 🇳🇴 Norvège – 🇮🇹 Italie

Source photo : ANDRE RINGUETTE / HHOF-IIHF IMAGES – Jennifer Harß aura fort à faire

Absentes à PyeongChang en 2018, l’Allemagne vise sa quatrième participation au tournoi Olympique. Pour réussir, les « Aigles » pourront compter sur l’avantage de la glace, car le groupe de qualification jouera dans la charmante petite ville des Alpes bavaroise de Füssen.
Lors des derniers mondiaux élite, les Allemandes ont terminées 3ème de la Poule B avant de se faire étriller, en quart, par les futures championnes du monde Canadiennes (7-0). Malgré ce résultat, les joueuses de Thomas Schädler ont su mener la vie dure à des adversaires plus expérimentées. L’équipe compte sur la solide gardienne Jennifer Harß pour refroidir les velléités offensives adverses.
A l’image de la Hongrie (voir plus haut), le Danemark découvrait également le haut niveau lors des mondiaux de Calgary. Avec 4 défaites en autant de matchs, les Danoises ont pu mesurer le chemin à parcourir pour devenir une équipe capable d’embêter les grandes nations.
L’Autriche et l’Italie ont eues un nombre très limité de compétitions depuis 2019, mais elles auront à cœur d’être les trouble-fêtes et de jouer crânement leurs chances.

Groupe E – Vers un duel Suède – France ?

🇸🇪 Suède – 🇫🇷 France 🇸🇰 Slovaquie 🇰🇷 Corée du Sud

Source photo : Twitter @Hockey_FRA – Les Bleues en match de préparation face à la Suède (defaite 8-0)

Lulea, ville du Nord de la Suède, et véritable terre de hockey où se tiendra le groupe le plus serré du TQO.
La Suède est évidemment ultra favorite, les « Damkronorna«  ont l’expérience des joutes de très haut niveau. Elles visent leur septième participation olympique de rang mais la Suède a perdu de sa superbe. Tombée de l’élite mondiale en 2019 (en même temps que la France), les Suédoises seront sous pression car les échecs successifs ont créé un sentiment de doute dans une équipe qui a pourtant de solides arguments pour aller à Pékin.
La France, est en mission : Se qualifier pour la première fois pour un tournoi olympique. Pour se donner les moyens de ses ambitions, les protégées de l’entraineur Gregory Tarlé ont mis toutes les chances de leur côté. Certes l’équipe de France n’a pas participé a des compétitions officielles depuis 2019, mais cette équipe est talentueuse. S’appuyant sur un savant mélange d’expérience et de jeunesse, les Bleues peuvent rêver en grand. Attention, la route de Pékin s’annonce difficile. Mais avec leur état d’esprit de « chiffonniers » (qui, jadis, avait fait les beaux jours de l’équipe masculine) ne lâchant rien sur la glace, les Bleues peuvent créer l’exploit en terre Suédoise.
La Slovaquie est un peu l’outsider dans ce groupe. A l’image de l’équipe masculine, les Slovaques cherchent un nouveau souffle, et une qualification au tournoi olympique pourrait être l’étincelle nécessaire pour faire relancer une machine bien grippée.
La Corée du Sud d’aujourd’hui est aux antipodes de celles d’il y a 4 ans. Après les spotlights des jeux de PyeongChang, qui avait vu la belle histoire d’une équipe Coréenne unifiée, joueuses du Nord et du Sud s’enlacer comme si la Corée n’était plus divisée. Depuis, les lumières se sont éteintes, la géopolitique est revenue et cette équipe est retombée dans l’anonymat. Pour autant son joli parcours en tour préliminaire peut redonner quelques espoirs, mais ce groupe semble bien trop ardu pour cette équipe.

Est-ce que les Bleues peuvent se qualifier pour les jeux de Pékin ? Oui c’est possible, mais il va falloir sortir 3 matchs parfaits pour espérer. Mais le talent présent et l’état d’esprit de ne pas lâcher un pouce, pourrait faire la différence.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :