MMA

Rob Font vs. José Aldo : un dernier run pour « Junior »?

Deux semaines après le dernier event proposé par l’UFC, opposant l’ancienne championne bantam du Strikeforce Miesha Tate et la brésilienne Ketlen Vieira, nous revoilà prêts à vous donner les clefs du combat du prochain main-event, qui voit s’affronter Rob Font et l’ancien champion des poids-plumes, Jose Aldo.

La montée en puissance de Rob Font

Quand on vous parle de l’UFC, vous pensez aux champions, aux prodiges, aux expérimentés… et Rob Font ne rentre généralement pas dans le débat. Et pourtant, l’athlète de 34 ans y est tout à fait légitime. Ceinture marron en JJB et « maître » du muay thaï, le combattant d’origine porto-ricaine est arrivé à l’UFC il y a 7 ans et y compile un record de 8 victoires pour 3 défaites. Quatrième du ranking des bantam, il n’a jamais eu l’occasion de combattre pour un titre. Arrivé en grandes pompes avec deux victoires d’entrée par KO, il parvient également à vaincre de sacrés bonhommes, comme l’actuel champion du Bellator Sergio Pettis (décision), Marlon Moraes (décision) ou plus récemment l’ancien champion Cody Garbrandt dans un superbe (et surprenant) combat en cinq rounds, histoire d’en mettre plein la vue aux spectateurs.

Fort des quatre victoires de rang, il peut expliquer son succès grâce à sa polyvalence. Plus doué pour les KO (8 en 19 victoires), il ne s’en tire pas trop mal non plus au sol (4 victoires par soumissions). Le natif de la Nouvelle Angleterre s’appuie notamment sur une grosse force de frappe, additionnée à son besoin constant de mettre la pression et son cardio quasi-infaillible. Toujours très efficace en rupture, il faut faire attention en sortie de clinch étant donné que son explosivité peut vite vous mettre au tapis.

Mais l’arme principale du numéro 4 est son jab, qui déstabilise et rompt le rythme de l’adversaire et qui lui permet donc d’attaquer plus librement, que ce soit en enchaînement ou en contre-attaque. Il a également un bonne détente et si vous l’attaquez aux jambes, il vous met un coup de genou pleines dents qui vous endort instantanément.

Le come-back de José Aldo(?)

Mais ce ne sera pas si simple pour Font qui est opposé à l’ancien double-champion des featherweight, José Aldo. Un an auparavant, personne n’aurait donné cher de la peau de Junior. Malgré son palmarès, il faut dire qu’il est sur le déclin et qu’à 35 ans, il a laissé derrière lui ses plus belles années. Cela dit, il reste sur deux très jolies victoires par décision dans lesquelles on ne l’attendait pas forcément (surtout contre Marlon Vera) et arrive donc en confiance avant d’affronter son adversaire de samedi.

Est-ce qu’Aldo aura les armes et les épaules pour aller chercher la ceinture intérimaire de Petr Yan? Honnêtement, c’est très peu probable. Ce qui paraît un peu plus sûr, c’est qu’Aldo ne fera pas office de « faire-valoir » pour les jeunes talents de l’UFC et compte bien garder ce qui lui appartient et ce au moins jusqu’à la fin de sa carrière. Aldo restera probablement dans la course au titre sans pour autant y parvenir systématiquement, mais son talent et sa longévité en font quelqu’un de craint et de respecté.

Revenons sur ce qui fait de lui un combattant singulier et auréolé de succès : sa récente descente de catégorie lui a permis de retrouver un peu ses marques. Il a commencé par ce combat par le titre, perdu par TKO dans un combat bien plus disputé que prévu, mais s’est imposé dans les deux derniers combats. Cogneur, rapide et solide en défense de takedown, il détient également l’un des plus gros taux de KO de l’UFC, 12 victoires par KO dans le premier round, 4 titres de champion du monde de JJB et son expérience fait qu’il a un sens très aiguisé du combat, des réflexes surnaturels, un bon jeu de jambe… Quoiqu’on en dise, même s’il a vieilli, José Aldo reste José Aldo.

Qui peut s’imposer?

Faisons un état des lieux : d’un côté nous avons Rob Font, outsider à temps plein qui nous gratifie de très jolies performances malgré son manque de visibilité et de mise en avant. A trente-quatre ans, on pourrait faire le même constat que pour le brésilien, à savoir que lui non plus ne risque pas de caresser la ceinture. En contrepartie, il a mis des bâtons dans les roues de pas mal de gros noms de la caté (comme dit précédemment) et son apparition en main-event n’est pas imméritée, quand on voit son « finish-rate » et son palmarès très correct.

De l’autre, celui qu’on ne présente plus et qui n’a plus grand chose à prouver au monde des arts martiaux mais qui semble vouloir se montrer à lui-même l’étendue de son talent et de ses capacités. Sa vie entière s’est résumée à partir de rien, et à tout rafler. C’est exactement dans ce type de configuration qu’il se présentera samedi soir, après avoir sorti la tête de l’eau là où tout le monde le voyait se noyer.

L’affrontement parfait entre deux trentagénaires talentueux qui n’ont rien à perdre et tout à gagner. Tout le monde voit Font s’imposer et augmenter sa série de victoires en cours à 5, mais nous prendrons le chemin le plus sinueux et nous allons mettre une petite pièce sur Aldo qui, avec ses 37 combats professionnels, a combattu tout type d’homme et sait donc sur quoi il risque de tomber. Même s’il n’a plus la fluidité d’antan, il garde ce fighting IQ assez singulier et pourrait s’offrir une belle récompense en venant à bout, même par décision, de Rob Font.

C’est donc un affrontement bien senti de la part de Dana White et ses compères qui permettra à l’un de ces deux hommes de monter dans la hiérarchie des bantamweights. TJ Dillashaw blessé et Sandhagen vaincu dernièrement pour le titre, c’est le moment où jamais de s’élever et d’aller remuer et inquiéter toute la catégorie, en quête de renouvellement.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :