Cyclisme Omnisport

Championnats du monde de Cyclo-cross 2022 : qui pour succéder à Mathieu Van der Poel ?

Il y a près d’un an déjà, le néerlandais Mathieu Van der Poel – MVDP pour les intimes – remportait son 4ème titre de champion du monde de Cyclo-cross sur les magnifiques plages belges d’Ostende en Belgique. Le 30 janvier prochain, changement d’ambiance et de continent puisque Fayetteville (USA) accueillera les meilleures spécialistes de la discipline à la conquête du maillot arc-en-ciel. Preview aux douces notes de boue, pluie, crevaisons et glissades tandis que les principaux favoris et outsiders ont d’ores et déjà annoncés leurs calendriers jusqu’à cette date fatidique qui approche à grands tours de roue.

Eli Iserbyt

Leader de la Coupe du monde et du Superprestige, le jeune belge de 24 ans réalise une campagne 2021-2022 tonitruante, sur la lancée de la précédente qui l’avait déjà vu remporter le classement général du Superprestige. Sur 14 courses cette saison (8 manches de Coupe du monde, 5 de Superprestige et les Championnats d’Europe), il compte 12 podiums dont 8 succès. Une ultra-domination qu’il faudra concrétiser le 30 janvier au pays de l’Oncle Sam. Seules ombres au tableau pour le pensionnaire de la Pauwels Sauzen – Bingoal, ses deux seules absences du podium. En effet, elles correspondent aux championnats d’Europe, où il n’a pu faire mieux que douzième en étant tenant du titre, et au retour à la compétition de Wout Van Aert lors du Superprestige de Boom (Belgique) le 4 décembre dernier. Sa quatrième place lors de cet événement a d’ailleurs permis à son plus proche rival au général, Toon Aerts, de revenir à 2 petits points alors qu’il ne reste que trois manches à disputer. A voir si cette dernière course est révélatrice d’une baisse de régime sur la suite de la saison ou un simple coup de mou pour le probable futur vainqueur de la Coupe du monde 2021-2022 sauf cataclysme.

Eli Iserbyt victorieux à Iowa City le 17 octobre dernier lors de la tournée américaine ( crédit image : Swisscycles )

Lars Van der Haar

Champion d’Europe surprise le 7 novembre dernier à Wijster dans son pays natal et vainqueur la semaine suivante de l’étape de coupe du monde de Tabor (République Tchèque), le néerlandais sera dans la bataille à Fayetteville. En effet, même si ses trois podiums aux championnats du monde remontent à 2013, 2015 et 2016, année où il fut vice-champion du monde derrière Wout Van Aert, le désormais trentenaire de la formation Baloise Trek Lions peut nourrir de sérieuses ambitions quant à une possible place sur le podium vue sa forme du moment. Il sera en tout cas la seconde meilleure arme de sa nation pour battre le voisin belge derrière l’ogre MVDP.

Lars Van der Haar n’en revient pas ; il est sacré champion d’Europe à domicile ( crédit image : Belga )

Toon Aerts

Habitué du circuit mondial et médaillé de bronze lors des trois derniers championnats du monde, le belge espère gravir les deux marches (souvent nommées MVDP et WVA) du podium qui le séparent du tant convoité maillot arc-en-ciel. Si y parvenir relèverait de l’exploit pour l’aîné de la fratrie Aerts et coéquipier de Van der Haar chez Baloise Trek Lions, ses prestations poussent à l’optimisme puisque hormis Iserbyt, personne n’est meilleur que lui cette saison (8 podiums dont 2 victoires en 14 courses).

Premier succès de la saison de Toon Aerts à Zonhoven le 24 octobre dernier ( crédit image : Belga )

Quinten Hermans

Une seule victoire en coupe du monde cette automne mais non des moindres ; le 13 octobre dernier le belge empochait la manche de Fayetteville, seule répétition sur les terres des prochains championnats du monde, dans le cadre d’une tournée de trois courses aux Etats-Unis en ouverture de saison 2021-2022. Si l’habituel coureur de l’Intermarché – Wanty – Gobert Matériaux sur route, qui courre pour l’équipe Tormans – Circus en CX, n’a pas réédité pareille performance par la suite et que sa 13ème place récente à Boom constitue une réelle contre-performance, il navigue souvent dans le haut du panier cette saison (8 podiums). Le voir s’imposer demeurerait tout de même une surprise même s’il aura ce petit plus mental de concourir sur des terres qui lui ont réussi.

Victoire de Quinten Hermans à Fayetteville, de bon augure pour les mondiaux ? ( crédit image : Eddie Clark)

Tom Pidcock

Pour son début de campagne 2021-2022, le champion olympique de VTT de Tokyo a choisi un calendrier similaire à celui de Wout Van Aert. Vice-chammpion du monde en 2019 et au pied du podium à Ostende l’an dernier, il a fini en 7ème position de sa course de rentrée à Boom le 4 décembre dernier. Rien d’inquiétant cependant pour la jeune star de l’équipe INEOS – Grenadiers qui devra monter en puissance s’il souhaite jouer la gagne dans l’Arkansas fin janvier.

Tom Pidcock songeur avant les mondiaux qui se profilent ( crédit image : Getty Images )

Wout Van Aert

Le protégé de la Team Jumbo-Visma, au palmarès déjà long comme le bras, a effectué sa rentrée de la plus belle des manières en écrasant la concurrence lors du Superprestige de Boom ; collant près de deux minutes à son dauphin Toon Aerts et ce malgré une chute à deux tours de la fin. Il était d’ailleurs le premier étonné de cette domination fracassante dès sa première course de la saison. Mais c’est bien à la fin janvier que le triple champion du monde entre 2017 et 2019 devra être au top de son potentiel. D’ici là, à lui de bien gérer les deux mois de course à venir s’il veut avoir une chance d’égaler MVDP au nombre de titres mondiaux.

WVA impressionnant à Boom ( crédit image : Photo News )

Mathieu Van der Poel

Contrairement à ses deux principaux rivaux belge et britannique, le triple tenant du titre a décidé de ne faire son retour à la compétition que le 18 décembre, lors de l’étape de coupe du monde de Rucphen (Pays-Bas). Une stratégie qui pourrait s’avérer payante, dans sa quête de quintuple couronne, mais qui reste une prise de risque certaine puisqu’il n’aura qu’un petit mois dans les jambes sur la ligne de départ dans l’Arkansas. S’il parvenait à conserver sa tunique arc-en-ciel, pour la quatrième fois d’affilée, il deviendrait le premier néerlandais à réaliser pareille performance et le quatrième cyclo-crossman de l’histoire après le suisse Albert Zweifel (4 titres de 1976 à 1979), le belge Eric De Vlaeminck (6 titres de 1968 à 1973) et le français André Dufraisse (5 titres de 1954 à 1958) qui nous a quitté en février dernier.

MVDP victorieux au terme d’une course incroyable l’an dernier aux mondiaux d’Ostende ( crédit image : Belga )

Autres coureurs qui seront sûrement dans le Top 10 des prochains mondiaux : Michael Vanthourenhout et Laurens Sweeck (coéquipiers d’Iserbyt à la Pauwels Sauzen – Bingoal).

Vous l’aurez compris, les championnats du monde de Cyclo-cross 2022 de Fayetteville promettent une rude bataille. Un conflit à l’accent très flamand entre néerlandais et belges qui pourrait bien être arbitré par un britannique en quête de sa première tunique arc-en-ciel. Rendez-vous le 30 janvier prochain, spectacle garanti.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :