Hockey Hockey International

La Coupe Spengler : Les fêtes sur la glace

Partons pour Davos, non pas pour y faire du ski, ni discuter d’économie mondiale voire pour y déguster la célèbre viande des Grisons, mais pour un autre genre de spécialité locale : La Coupe Spengler, considéré comme la plus ancienne compétition de clubs après la Coupe Stanley. Le tournoi à lieu tous les ans depuis 1923, entre Noël et le Nouvel An.

Des origines médicales et pacifiques

Davos, aujourd’hui, une ville de presque 11000 âmes, perchée dans les Alpes, à vu son développement quand à la fin du XIXème Siècle, alors que la révolution industrielle battait son plein en Europe, un certain Dr. Alexander Spengler, médecin de son état, à entrepris de développer un sanatorium dans la cité Grisonne. En effet, on a découvert, il y a peu des bienfaits de l’air pur de la montagne pour les bronches. Ainsi les citadins atteints de tuberculose, ou voulant fuir la pollution des villes, partent en cure pour y soigner leurs troubles respiratoires.

Dr Carl Spengler, fondateur du célèbre tournoi

Dr. Carl Spengler, fils du Dr Spengler, est un grand partisan de la toute jeune équipe locale de hockey sur glace : le Hockey Club Davos (fondé en 1921). Afin d’aider à développer le club de son cœur. Spengler a l’idée de créer un tournoi de hockey sur glace. Le but annoncé du tournoi est de créer des liens pacifiques entre les anciens belligérants de la 1ère Guerre Mondiale.

Source image : © Keystone & site officiel spenglercup.ch – photo de l’édition 1923


Ainsi la Coupe Spengler voit le jour. Les équipes invitées sont le Wiener EV, le Berliner SC, l’Université d’Oxford, et évidemment le HC Davos. Cette première édition devait se jouer les 29 et 30 Décembre, mais finalement se terminera le jour du Nouvel An. A cause des fortes chutes de neige et les avalanches. Avec 3 victoires en 3 matchs, les Anglais d’Oxford remportent cette première édition.

Source : Wikipédia : Coupe Spengler 1923

L’exploit du hockey Français à Davos

En 1926, la première équipe française invitée au tournoi sont « Les Canadiens de Paris », une équipe composée, comme son nom l’indique, de joueurs canadiens francophones venus développer le hockey dans la capitale française (et accessoirement gagner leur vie). Hélas, les Parisiens ne font pas le poids et terminent derniers de leur poule avec 2 défaites en 2 matchs. L’édition suivante ne sera pas meilleure pour Paris qui termine à nouveau dernier de sa poule, alors que Davos chavire de bonheur, quand ses protégés remportent enfin leur premier tournoi (face à Berlin 3-2).
Il faudra attendre 1931, pour qu’une équipe française soit à nouveau invitée. Cette fois-ci, le Racing Club de Paris fait mieux que de la figuration, en terminant 4ème du tournoi.
Deux ans plus tard, le Rapide de Paris (club de hockey appartenant au Stade Français) fera encore mieux. Perdant en finale face à Davos (1-0). Les Parisiens étaient pourtant de loin la meilleure attaque (13 buts comptés) et la meilleure défense avec un seul but encaissé, malheureusement c’était celui de la finale. Les Rapides reviennent en 1935, mais ça ne se passe pas bien, ils sont derniers de leur poule avec un bilan catastrophique (3 défaites en 3 matchs, 0 buts marqué et 17 buts contre). A noter, c’est la première fois que le tournoi est retransmit à la radio suisse.

Source photo : hockeyarchives.info – Finale de la Coupe Spengler 1959 entre Davos (maillot sombre) et l’ACBB (maillot clair)

Le hockey français revient à Davos en 1958. Tous les espoirs du hockey national reposent sur les épaules des joueurs de l’AC Boulogne-Billancourt. Leur première expérience Grisonne est une 3ème place (derrière les vainqueurs, Davos, et leur dauphin de Milan). Toutefois pour Boulogne-Billancourt, commencent les années fastes. Ils remportent la Coupe Spengler à 3 reprises (1959, 1960, 1961). Un exploit unique dans l’histoire du hockey Français. Par contre, c’est également la dernière fois qu’on voit une équipe française invitée au tournoi.

Source photo : hockeyarchives.info – L’ACBB en 1960 :
Debout, de gauche à droite, Robert Pons (kiné et soigneur), Philippe Lacarrière, Roland Brunet, Jean-Pierre Allard, Pete Laliberté (entraîneur), Jean Paupardin, J.C. Dupé
Un genou sur la glace, André Longuet, Gérard Alezard, Christian Rayon, Edmond Cochet, Jean Lamort, Jacques Deville
 

Un tournoi international

Souvent cantonné aux équipes européennes, le tournoi se mondialise en 1954. Une équipe canadienne participe au tournoi pour la première fois : le Ottawa RCAF Flyers. Cette équipe composée de membres des forces aériennes royales du Canada, a choqué le monde quant en remportant l’or olympique en 1948. Toutefois, les canadiens ne laissent pas un grand souvenir aux spectateurs. Il terminent derniers du tournoi.

Source photo : benchedathletes.files.wordpress.com/PL-38600 – L’équipe olympique des Ottawa RCAF Flyers en 1948.

Certes la première tentative d’internationaliser le tournoi n’a pas été un franc succès. Par contre en 1967, le tournoi devient une sorte de coupe internationale. Sont présents l’équipe nationale de Suisse, l’équipe 2 de Finlande, les Soviétiques du Lokomotiv Moscou et les Canadiens des Aces de Kingston. Les soviétiques remportent la timbale, écrasant les Canadiens sur le score de 8-4. Le « Loko » revient en 1969, pour remporter à nouveau le tournoi. Les canadiens sont à nouveau absents. Les Soviétiques vont régulièrement poser la main sur la Coupe Spengler avec 11 victoires entre 1970 et 1991. Depuis les équipes provenant de l’ancienne Superligue Russe et de la KHL sont régulièrement invités et connaissent un succès modéré (4 victoires depuis 1992)

Source photo : 20min.ch – Le SKA Saint-Pétersbourg, derniers vainqueurs russes en 2010

Le Canada revient en 1984, cette fois-ci c’est la Team Canada qui représente le pays. Souvent composé de joueurs canadiens jouant en Europe, ou de jeunes espoirs qui prennent un peu plus d’expérience. Forts de leur 16 victoires (l’équipe la plus titrée de l’histoire du tournoi), le Canada est un « fan-favorite » des spectateurs et un invité régulier de la Coupe Spengler.

Source photo : Hockey Canada – Les Canadiens lauréats en 2019 de la Coupe Spengler

Les Américains, par contre sont souvent les « oubliés » de la Coupe Spengler, une participation victorieuse en 1988, une troisième place en 1989 pour l’équipe nationale. Le club de AHL des Americans de Rochester participe au tournoi en 1996 (troisième place). Par contre leur dernière participation, à ce jour, n’est guère brillante : Rochester arrive a une piteuse dernière place de poule en 2013. Depuis les équipes de l’Oncle Sam n’ont sont plus invités.

Source Photo: Micheline Veluvolu – Le Team Canada face aux Americans de Rochester en 2013

Le format et les particularités du tournoi

Le tournoi de la Coupe Spengler a régulièrement été revu. D’une poule unique, à un format comprenant plusieurs poules, les organisateurs ont toujours essayé de trouver la formule adéquate.
Aujourd’hui, le tournoi compte 6 équipes. Le club organisateur, le HC Davos, invite d’autres équipes a participer.
Ces 6 équipes sont reversés dans deux poules de 3 nommés Cattini et Torriani (en hommage à la fabuleuse ligne « Ni Sturm » du HC Davos des années 30).

Source photo : spenglercup.ch – La fameuse « Ni-Sturm » avec à gauche, Richard « Bibi » Torriani et à droite Ferdinand « Pic » Cattini entourant Hans « Joe » Cattini

Les équipes de la poule Torriani jouent l’après-midi, ceux de la poule Cattini jouent le soir. Seuls les rencontres de la première journée sont connus, car le perdant du premier match rencontre la troisième équipe dès le lendemain. Avant que l’équipe 3 rencontre le vainqueur du premier match.
Les premiers de poule sont qualifiés pour les demi-finales, les deuxièmes et troisièmes de chaque poule s’affrontent en pré-demie finale (le 2ème de la poule Torriani rencontre le 3ème de la poule Cattini et le 2ème de la poule Cattini rencontre le 3ème de la poule Torriani).
Les vainqueurs des pré-demie finales affrontent les premiers de poule en demi-finale.
Les deux vainqueurs des demies-finale s’affrontent en finale.

Source image : spenglercup.ch – Le format 2021 de la Coupe Spengler

Une autre particularité du tournoi, est que les équipes ont la possibilité de se renforcer, moyennant une compensation financière à l’équipe du joueur prêté. Par exemple, le HC Davos, peut recruter le temps du tournoi, un joueur évoluant dans une autre équipe du championnat Suisse. Ainsi, on a pu voir des joueurs qui sont dans des équipes rivales en temps normal, jouer ensemble le temps du tournoi. Ce qui revient au vœu originel du fondateur Carl Spengler.
Toutes les rencontres se jouent à la Vaillant Arena.

La Vaillant Arena : Une cathédrale dédiée du hockey

Source photo : Benutzer:Flyout Wikipédia – La Vaillant Arena (en haut de l’image) avec l’Eisstadion juste devant

Quand le tournoi a été lancé en 1923, les parties se jouaient, comme souvent à cette époque, à l’extérieur. Plus précisément à l’Eisstadion Davos, la plus grande surface naturelle glacée d’Europe occidentale. A la fin des années 60, il y a eu un projet de construire un toit au dessus de l’étendue. Cependant, la descente du HC Davos en Ligue Nationale B a contrecarré le plan.
En 1979, lors du retour du HC Davos en Ligue Nationale A, une patinoire couverte faisait partie des conditions. Un toit en bois fut construit sur l’ancienne patinoire. la particularité étant que les cotés étaient ouverts aux 4 vents. En 1981, des grandes baies vitrées viennent fermer l’édifice.

Source photo : vitamag.ch – Le toit en forme de coque de bateau inversée de la Vaillant Arena.

En 1998, il est décidé que les places debout de la tribune Ouest soient transformés en places assises. La capacité de la patinoire est baissée : De 7680 places, la capacité est désormais de 7080 places. En 2005, la tribune Nord est modifiée afin d’y installer des loges VIP, des restaurants mais également des loges pour les sponsors, et même de nouveaux vestiaires. Les tribunes Sud et Est ont eu droit également à quelques rénovations, notamment pour améliorer la sécurité, mais également la couverture publicitaire avec l’ajout d’écrans prévus à cet effet.

Source photo : Wikipédia (utilisateur Abercio) – Entrée Nord de la Vaillant Arena

En 2007, l’entreprise allemande Vaillant offre presque 3 millions de Francs Suisse (soit presque 2,9 millions d’Euros) afin de rebaptiser l’Eisstadion Davos devenu désormais la Vaillant Arena.

Pour sa 94ème édition, la Coupe Spengler 2021 verra le HC Davos, mais également les champions de Suisse en titre, le HC Ambri-Piotta, le Team Canada (derniers lauréats en 2019), les Suédois de Frölunda, les Finlandais de KalPa Kuopio et les tchèques du HC Sparta Prague. Et tous ont l’objectif ultime de soulever le trophée et ainsi entrer dans l’histoire du plus ancien tournoi de hockey après la Coupe Stanley.

(1 commentaire)

  1. Bonjour,
    La photo d’équipe de l’ACBB ne correspond pas a celle qui a gagné une des 3 coupes Spengler mais un titre de champion de France.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :