A l'affiche NFL Sport US

The Q Factor : Gardner Minshew, éternel sous-estimé

Le Quarterback est, sans conteste, le joueur le plus important sur un terrain de football. Bien qu’il ne peut pas faire à lui tout seul, il est très difficile d’aspirer aux grands honneurs sans avoir un excellent QB pour dicter l’attaque. Cette excellence reste cependant une rareté en NFL puisque il est difficile de retrouver 32 QB pouvant performer au très haut niveau. C’est pourquoi plusieurs équipes espèrent chaque année dénicher la perle rare à la Draft, quitte à se méprendre sur le potentiel réel d’un joueur. Tel qu’illustré dans le livre The Q Factor, cette capacité à trouver un « franchise quarterback » est une science inexacte, même si certains facteurs pourraient permettre d’analyser et de comprendre ce qui a fait le succès, ou non, d’un QB. C’est pourquoi nous vous proposons d’étudier le parcours des quarterbacks repêchés en 1ère ou 2ème ronde les saisons dernières.

Après avoir analysé les quarterbacks repéchés en première et deuxième rondes en 2019, on termine notre revue de cette cuvée avec un joueur surprenant et atypique. On parle bien sûr de Gardner Minshew, repêché au 178ème rang (6ème ronde) par les Jaguars de Jacksonville.

👨‍🎓 Carrière universitaire

Originaire de Flowood dans le Mississippi, Gardner Minshew a connu une carrière universitaire atypique où il a fait preuve de persévérance pour gravir les échelons. Malgré de bonnes performances au lycée lui permettant d’atteindre à deux reprises la finale de l’État (deux défaites), il est côté seulement comme un prospect 3 étoiles, le plaçant ainsi loin de l’élite du pays au poste de quarterback. Il ne reçoit ainsi aucune offre d’université de première division et décide alors de se focaliser sur ses études en s’inscrivant dans une université (Troy), sans y intégrer le programme de football. Néanmoins, il est vite rattrapé par sa passion du football et décide de s’inscrire au Northwest Mississipi Community College.

Comme il est possible de le découvrir dans l’excellente série Last Chance U, les community colleges servent habituellement de tremplin pour des joueurs ayant le potentiel de jouer dans de bonnes universités mais n’ayant pas un niveau scolaire suffisant. Ironiquement, Gardner Minshew était un excellent étudiant au lycée et il s’agit donc d’un choix purement sportif. Une décision qui devient payante alors qu‘il mène les siens à une saison de 11 victoires pour 1 défaite et surtout une victoire dans la finale nationale des junior colleges. Il y brille notamment avec une prestation de 421 yards et 5 TD. Une prestation qui lui permettra finalement d’obtenir sa chance avec les Pirates d’East Carolina dans la Conférence AAC en première division.

Pour sa première année à ECU en 2016, il alterne les snaps et les titularisations avec l’autre quarterback de l’équipe, Philip Nelson. Une année de transition et d’apprentissage pour Minshew donc, au sein d’une équipe qui finit avec une pauvre fiche de 3 victoires pour 9 défaites. Utilisé durant 7 matchs, il totalise alors 1347 yards pour 8 TD et 4 interceptions (taux de complétion de 58.9%). Des statistiques pas si catastrophiques dans les circonstances mais pas suffisante pour s’assurer du poste de numéro un l’année suivante.

Source: Karl B DeBlaker

Pour débuter la saison 2017, East Carolina décide en effet de faire confiance à Thomas Sirk, un ancien de l’université de Duke. Une fois de plus, Gardner Minshew doit ronger son frein derrière un nouvel arrivant qui n’avait pas forcément briller lors de son passage chez les Blue Devils. Malgré une participation occasionnelle à la plus part des matchs, Minshew doit alors attendre le huitième match des siens pour obtenir enfin le poste de titulaire. À ce moment là, les Pirates ont une fiche de 2-5. Pour son premier match comme partant, il réalise une belle performance de 463 yards pour 3 TD et 1 interception (taux de complétion de 76.5%). Malheureusement, sa prestation ne suffit pas et son équipe s’incline 27-52 face à Houston.

Le reste de la saison sera d’ailleurs à l’image de ce match alors que Minshew réalise des matchs intéressants malgré de mauvais résultats collectifs. Il termine ainsi la saison avec une victoire en quatre matchs comme titulaire et, sur l’ensemble de la campagne, il présente les statistiques suivantes : 2140 yards pour 16 TD et 7 interceptions (taux de complétion de 57.2%). De plus, pour une deuxième année de suite, il termine avec des yards négatifs à la course, traduisant ainsi son peu de mobilité. Mais peu importe puisque c’est son jeu à la passe qui lui permet alors de taper à l’œil d’université un peu plus huppées.

Crédit: ncaa.com

En effet, il reçoit une première proposition de la part du Crimson Tide d’Alabama, excusez du peu! Certes, l’idée serait de le placer uniquement comme back-up d’un certain Tua Tagovailoa mais l’offre interpelle Minshew. Possédant un souhait non dissimulé de devenir coach un jour, l’opportunité de côtoyer une sommité comme Nick Saban (head coach d’Alabama) est donc très alléchante pour lui. Vient alors une offre de la part de Mike Leach, coach de Washington State. Au sein d’une attaque dite « Air-Raid » où les jeux explosifs par la passe sont maitres et rois, Minshew en serait le chef d’orchestre. Une fois de plus, son désir de jouer prend le dessus et il se tourne donc vers l’université membre de la Conférence PAC-12.

Un choix qu’il ne regrettera pas et ce dès le première match : 319 yards pour 3 TD et 1 interception (taux de complétion de 66.7%) et une victoire face à Wyoming. Un match quasi-parfait à l’image de ce qu’il lui avait été promis en rejoignant les Cougars et surtout une preuve de son potentiel lorsqu’on lui donne une chance de l’exploiter. Globalement, c’est l’ensemble de la saison 2018 qui est un immense succès sur le plan individuel et collectif. Une fiche de 10 victoires pour 2 défaites, une 10ème place à l’AP poll de fin saison et une victoire lors du Alamo Bowl face à Iowa (28-26). Au sein d’une saison historique pour le programme, Gardner Minshew en est le principal artisan avec des statistiques de hauts vols : 4779 yards pour 38 TD et 9 interceptions (taux de complétion de 70.7%) + 58 yards au sol et 4 TD. Une prestation qu’il lui a permis d’obtenir le titre de joueur offensif de l’année en PAC-12 et de finir au 5ème rang des votes pour le trophée Heisman remis au meilleur joueur universitaire de la saison.

Au delà de ses performances, il a également su parfaitement rallier ses coéquipiers autour de lui grâce à sa personnalité colorée et son leadership. Joueur atypique au parcours universitaire atypique, il aura néanmoins réussi à se montrer sous son meilleur jour en vue de la Draft 2019.

📅 La Draft

Bien qu’étincelant durant toute la saison 2018, le processus Draft de Gardner Minshew est pourtant à l’image de sa carrière universitaire. En effet, on ne le considère une fois de plus pas parmi l’élite à son poste et il n’est même pas dans les discussions pour une sélection éventuelles dans les premières rondes. La raison? Principalement parce qu’il ne cadre pas avec le quarterback typique possédant les « qualités » recherchées par les recruteurs NFL.

Entre autre, on lui reproche ainsi d’être « trop petit » (1m85), de ne pas avoir un bras assez puissant, de ne pas être une menace au sol ou encore d’avoir profité de la largesse de certaines défenses qu’il a pu affronter. De plus, il s’est illustré uniquement dans un système offensif qui est difficilement transposable en NFL. Finalement, sa personnalité « extravertie » n’est pas nécessairement celle que l’on recherche pour un poste dont on attend « l’exemplarité » dans son attitude. Avec du recul, on retrouve ici un bon nombre de clichés de la part des recruteurs, fermant ainsi les yeux sur des qualités réelles du joueur.

Pour rappel, Brian Billick précise dans son livre l’importance du ratio TD-INT et du taux de complétion dans les potentiels succès futurs d’un joueur au plus haut niveau. Sur ses trois saisons passées à l’université, Minshew présente un ratio TD-INT de 3.1 et un taux de complétion de 65.2%. Des chiffres plutôt bons dans les deux cas et meilleurs que ceux de Daniel Jones et Drew Lock, deux joueurs que l’on voit être repêchés dès les premières rondes. En ce qui concerne la personnalité, Billick pointe aussi l’importance de ce facteur mais ne dénigre pas une personnalité forte, en autant qu’elle soit positive. Comme nous l’avons vu dans le cas de Minshew, on parle ainsi d’un garçon intelligent, qui a du faire preuve d’une grande persévérance pour gravir les échelons et dont l’énergie et l’enthousiasme se sont traduit par un ralliement de ses coéquipiers. Bien loin donc d’un profil à la Johnny Manziel!

Source: khq.com

Malheureusement pour Gardner Minshew, le constat fait à son égard semble unanime au sein des 32 équipes. Malgré tout, il a finalement la « chance » d’être repêché par les Jacksonville Jaguars au 6ème tour, soit à la 178ème position! Fait intéressant, des noms comme Will Grier, Ryan Finley, Jarret Stidham, Easton Stick et Clayton Thorson ont tous été sélectionnés avant Minshew.

🏈 NFL – Année 1

Lorsque l’on sélectionne un quarterback au 6ème tour de la draft, ce n’est évidemment pas avec l’intention d’en faire un titulaire à court terme. D’autant plus lorsqu’on vient d’acquérir un joueur comme Nick Foles qui a mené les Eagles à la victoire du Superbowl deux ans auparavant. Après avoir connu des hauts et surtout des bas avec Blake Bortles aux commandes, la franchise floridienne espère ainsi avoir mis la main sur le Nick Foles de 2017 pour retrouver le chemin des victoires. Si Foles est donc le titulaire indiscutable, Gardner Minshew obtient néanmoins le poste de back-up dès sa première année. S’agit-il d’un choix par défaut ou d’une réelle reconnaissance de son potentiel? Difficile d’avoir la réponse exacte mais toujours est-il que les Jaguars ne regretterons pas cette décision.

En effet, lors du premier match de la saison face aux Chiefs, Foles se fracture la clavicule dès la première mi-temps. Contre tout attente, Gardner Minshew est donc lancé dans le grand bain dès ses débuts et probablement à la surprise des partisans qui découvrent alors ce jeune au look atypique mais pas que. Bien qu’il ne peut empêcher une défaite des siens face à la puissance offensive de Kansas City, Minshew réalise un bon match : 275 yards (taux de complétion de 88.00%)  pour 2 TD et 1 interception. Malgré la perte de Foles pour au moins deux mois, le joueur recrue a impressionné et redonne ainsi de l’espoir au Jags pour la saison. Outre les statistiques, il a aussi montré qu’il n’avait pas froid aux yeux. Ajoutez à cela sa personnalité colorée et il n’en faut pas moins pour que médias et partisans lance la Minshew Mania!

Source: Chris O’Meara

Un engouement qui se justifie matchs après matchs alors que Minshew enchaine les bonnes prestations et permet de tenir l’équipe à flot en attendant le retour de Nick Foles. Ce dernier fait son retour le 17 novembre alors que Jacksonville est toujours dans la course aux playoffs avec une fiche de 4-5. Néanmoins, après deux défaites et un nouveau mauvais début de match, Foles est cloué au banc le 1er décembre au profit de la nouvelle coqueluche des Jaguars. Minshew récupère donc le poste de titulaire et ne le quittera plus jusqu’à la fin de la saison. Malheureusement il ne permet pas aux siens de se qualifier en playoffs (fiche de 6-10) mais pour lui le plus important n’est pas là. Grâce à une excellente saison pour une recrue : 3271 yards (taux de complétion de 60.60%)  pour 21 TD et 6 interceptions + 344 yards au sol, il a su démontrer tout son potentiel et faire taire ses détracteurs depuis l’université.

Pour les Jaguars, il ne fait plus aucun doute, Minshew est leur homme pour la saison à venir. Nick Foles est alors envoyé à Chicago durant l’inter-saison, laissant le champ totalement libre pour l’ancien de Washington State.

🏈🏈 NFL – Année 2

Avoir du style et du potentiel c’est très bien mais la saison 2020 doit maintenant servir de confirmation pour Gardner Minshew. Le défi s’annonce néanmoins ardu au sein d’un effectif loin d’être élite autant en attaque qu’en défense. Pour ne pas aider, les Jaguars se retrouvent dans un division très compétitive où les trois autres équipes sont vues comme des potentiels candidates aux playoffs en début de saison.

Parmi ces équipes, les Colts d’Indianapolis sont les premiers adversaires de Minshew et sa bande. Mais à la surprise générale, les Colts sont victimes de la Minshew Mania et se font renversés 27-20 en Floride. Durant ce match, Minshew a été tout simplement chirurgical avec une performance de 173 yards pour 3 TD et 0 interception, et surtout un impression taux de complétion de 95.00%! Une prestation de très haut au vol et qui laisse entrevoir plus que de l’espoir pour la saison à venir.

Crédit: The Florida Times-Union

Au grand regret des partisans des Jags, il s’agira néanmoins du seul coup d’éclat et surtout de la seule victoire des leurs. Malgré des performances respectables de Minshew, l’attaque n’est jamais capable d’exploser offensivement afin de palier aux largesses de la défense qui accorde en moyenne plus de 30 points par match. Pour ne pas aider, Minshew subit une fracture au pouce en milieu de saison, le forçant à rater 5 matchs. Auxquels il faut également ajouter son absence durant les deux derniers matchs de la saison. En dépit de cette saison catastrophique, Gardner Minshew n’est probablement pas le plus grand responsable alors qu’il affiche des statistiques respectables : 2259 yards (taux de complétion de 66.06%) pour 16 TD et 5 interceptions + 155 yards et 1 TD au sol. À titre comparatif, il s’agit globalement d’une meilleure saison que Daniel Jones, Dwayne Haskins et Drew Lock, tous repêchés au premier ou deuxième tour la même année que Minshew.

Si Minshew n’a donc pas à rougir, la perte de sa place de titulaire est inévitable. En effet, les Jags possèdent le premier choix d’une draft où un quarterback supposé générationnel est disponible, un certain Trevor Lawrence. Ce dernier devient donc le nouveau visage de la franchise. Alors qu’il aurait pu agir comme back-up de choix, Minshew est finalement envoyé du côté de Philadelphie le 21 août dernier.

🎯 À quoi peut-on s’attendre pour la suite?

Bien qu’il ait montré des qualités confirmant sa capacité à jouer en NFL et d’y connaitre des succès, Gardner Minshew se retrouve à nouveau relégué au titre de remplaçant derrière Jalen Hurts. Ce dernier a obtenu le poste de titulaire à Philly suite au départ de Carson Wentz et la franchise espère avoir trouvé son nouveau quarterback du futur. À moins d’une blessure, difficile donc pour Minshew d’obtenir une nouvelle chance à court terme.

Mais c’est pourtant ce qui s’est passé le dimanche 5 décembre dernier alors que Minshew a obtenu sa première titularisation suite à une blessure mineure de Hurts. À l’image de ce qu’il a démontré à Jacksonville, il a rendu une prestation plutôt bonne et a permis aux siens de l’emporter. Certes, il ne s’agissait « que » des Jets mais ses statistiques témoignent d’un jeu propre et efficace : 242 yards (taux de complétion de 80.00%)  pour 4 TD et 0 interception. Il n’en fallait pas plus pour entendre à nouveau parler de la Minshew Mania même si Hurts devrait retrouver son poste dès le match suivant.

Quoiqu’il en soit, grâce à ce match, Gardner Minshew a prouvé qu’il est capable d’être, a minima, un back-up fiable en NFL. Mieux encore, lorsque l’on voit le niveau de certains quarterbacks à travers la Ligue, on peut légitimement penser qu’il mériterait d’obtenir le poste de titulaire dans une équipe. Dans ce contexte, il ne serait pas surprenant d’entendre le nom de Minshew pendant plusieurs années, quelque soit son statu. Et dire qu’il n’a été repêché qu’en sixième ronde…

Le cas Gardner Minshew est l’exemple parfait que la Draft n’est évidemment pas une science exacte, et ce même pour une position aussi névralgique que quarterback. Il est également la preuve que l’évaluation d’un joueur par les recruteurs est parfois biaisée par la considération de facteurs dont l’importance est secondaire. C’est donc sur ce cas d’école que notre analyse des principaux quarterbacks de la Draft 2019 se termine.

Retrouver aussi les analyses de: Kyler Murray, Daniel Jones, Dwayne Haskins et Drew Lock.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :