A l'affiche Auto / Moto Omnisport

La Triple Couronne : Le Graal du pilote automobile (2/3) – 24h du Mans

La Triple Couronne en sports automobiles est sans doute la distinction la plus grande et la plus recherchée par tout pilote automobile fervent de compétition et de challenge. Pour être triplement couronné, il faut simplement remporter une victoire dans les 3 épreuves les plus prestigieuses de l’histoire des sports automobiles sur circuit : Les 500 miles d’Indianapolis en championnat américain, les 24h du Mans en endurance et le Grand Prix de Monaco en Formule 1. Des dizaines de très grands noms du sport automobile ont tenté leur chance mais un seul homme dans l’histoire de ce sport est arrivé à la remporter : Graham Hill. Après avoir sorti un premier article sur la plus ancienne des 3 courses, les 500 miles d’Indianapolis, le Café Crème Sport vous propose au menu, un retour sur l’histoire et les péripéties qui ont rendu l’épreuve des 24h du Mans mythique.

La France, berceau du sport automobile

La course automobile est née en France grâce notamment aux nombreuses inventions des ingénieurs dans ce domaine. La première automobile ? Joseph Cugnot, ingénieur français, la réalise en 1770. Le premier moteur à explosion comportant 2 cylindres et donc capable de tracter une auto ? Etienne Lenoir, inventeur français en 1859. Les premiers grands fabricants automobiles à dominer le marché de l’automobile pour tous en Europe ? Peugeot, Bugatti, Delage, Renault, Citroën, tous français (Peugeot est arrivé quelques années après), exception faite pour Mercedes-Benz, l’un des seuls constructeurs concurrents des Français à l’époque. Les premières « écuries » à s’engager dans la course automobile ? Majoritairement des Français, Allemands et Italiens. Les premiers grands organisateurs de course automobile ? L’automobile Club de France. Et la liste est encore longue… Aux vues de ce que la France a réalisé en termes de prouesses dans ce secteur, il est logique de les voir apparaître comme les précurseurs de ce sport et donc comme l’un des pays les plus représentés sur la scène internationale à l’époque. 

La première course automobile a eu lieu en France le 22 juillet 1894 sur des routes communes suivant un seul concept : relier Paris à Rouen. Oui, les circuits n’existaient pas encore car il faudra attendre 2 années pour voir apparaître la première course sur piste fermée, aux États-Unis, dans un ancien hippodrome à la base destinée aux courses hippiques. 

https://i0.wp.com/www.leparisien.fr/resizer/KIBOe8ocCFneE1wc4H7xfK80IvY=/932x582/arc-anglerfish-eu-central-1-prod-leparisien.s3.amazonaws.com/public/HNCPQQIFWSXPSNMLXINZSBCUPQ.jpg?w=780&ssl=1
Photo des concurrents de la première édition de Paris-Rouen – Source : Le Parisien

Seulement, en ayant vu cela, l’organisateur majeur des compétitions automobiles en France, l’Automobile Club de France, s’est dit qu’il serait bien pour eux aussi de construire un vrai circuit. Certes, ils ont déjà inventé le concept de course sur une boucle avec l’appellation « Grand Prix » avec le fameux Grand Prix du Sud-Ouest, organisé dans les alentours de la ville de Pau dès 1901 mais il leur fallait quelque chose qui servirait pour l’international : un Grand Prix de France.

Grand Prix de Pau - Wikiwand
Photo du Grand Prix du Sud Ouest – Source : Wikiwand

Le Mans, la ville choisie pour le 1er Grand Prix de France

Une compétition internationale éponyme appelée « Coupe Gordon Bennett » a été instaurée en 1900, organisée par l’Automobile Club de France. Elle avait pour but d’exporter les courses automobiles dans le monde entier. Les différents pays représentés lors de cette course avaient droit à deux voitures maximums au départ de chaque course et le vainqueur de l’épreuve recevait le privilège d’organiser l’édition suivante. 

Devenue rapidement la Coupe de l’ACF, l’organisateur souhaite donner une dimension supplémentaire à ses Grands Prix à domicile car ils représentent quand même la France sur le plan international mais aussi parce que de trop nombreux crashs se sont passés sur les éditions précédentes reliant Paris à Madrid. Ainsi, l’ACF décide de créer son premier Grand Prix de France sur un circuit fermé pour l’édition 1906. Ce dernier s’est passé dans une ville qui possède tout le nécessaire pour recevoir des courses automobiles : Le Mans.

26 juin 1906 : Le premier Grand Prix automobile de France – L'annuel de  l'automobile
L’une des lignes droites du Grand Prix de France de 1906 – Source : Annuel de l’Automobile

De très grands moyens sont ainsi employés pour organiser une épreuve censée en mettre plein la vue à tous les autres pays. Ils ont donc coupé des routes à la circulation, refait le revêtement de presque tous les endroits où la course est prévue de passer, déboisé les forêts environnantes pour éviter tout risque de chute d’un tronc en cas de mauvais temps… Des moyens financiers colossaux ont été investis pour faire en sorte que cette course soit inoubliable. 

Malgré toutes les ressources et toute l’énergie dépensée dans ce projet, les résultats ne sont pas fructueux. L’organisation générale fait débat dans la mesure où le revêtement, bien que neuf, se décolle au fil des passages, les habitants ont été très perturbés par cette course, ne respectant pas toujours les interdictions de passage sur la « piste » … Bref, un fiasco et un pari non payant pour l’ACF. 

Cette manche de la coupe a donc marqué négativement le passage sur le premier Grand Prix de France de l’histoire et ne reviendra pas au Mans pour des raisons évidentes. Mais un détail ne doit pas être oublié. L’ACF, pour cette compétition, a permis la création d’un organisme pour gérer l’organisation du Grand Prix de France au Mans : le mythique Automobile Club de la Sarthe, devenu très rapidement Automobile Club de l’Ouest. Cette association de loi 1901 a pour mission de gérer toutes les activités qui se passent sur le Circuit de la Sarthe.

Automobile Club de l'Ouest : un héritage plus que centenaire
Premier siège de l’ACO – Source : Salon Retromobile

L’Automobile Club de l’Ouest lance les 24h du Mans 

Il ne faut pas se faire d’illusions. Vu comment s’est passée la première édition du Grand Prix de France sur le Circuit de la Sarthe, beaucoup d’organisateurs sont réticents à l’idée de venir courir au Mans, gardant cette image de la dangerosité des compétitions. Alors l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) décide de prendre une autre option : organiser eux-mêmes leurs évènements. Le Grand Prix de l’ACO a vu le jour lors de l’année 1911 sur ce circuit, tout comme la Coupe de la Sarthe l’année suivante. Mais la Première Guerre Mondiale, comme pour toute structure sportive, est venue stopper le nouvel élan pris par ce club. 

Ces éditions, à la différence du Grand Prix de France se dérouleront sans problème majeur et surtout sans aucune défaillance provenant du circuit. Ainsi, conscients du potentiel de leur infrastructure, les membres de l’ACO se rendent compte qu’ils doivent trouver un nouveau concept de course pour attirer le plus de personnes possibles sur leur structure. Et c’est ainsi qu’a commencé l’endurance au Mans. En 1922, alors que la compétition du Bol d’Or vient d’être créée (endurance aussi mais en moto), l’ACO annonce qu’ils vont lancer une course à faire par équipe de 2 où les pilotes doivent se relayer pendant toute une journée, de jour comme de nuit.

Bol d'or — Wikipédia
Photo de la première édition du Bol d’Or en 1922 – Source : Wikipedia

La première édition de cette compétition remonte aux 26 et 27 mai 1923. Le programme est donc celui annoncé : une course d’endurance de 24h avec donc une partie de la compétition se déroulant de nuit. Cela représente quelque chose d’énorme à réaliser pour les pilotes mais aussi pour les organisateurs de la course et pour les fabriquants. 

24 Heures du Mans 1923 — Wikipédia
Les 24h du Mans en 1923 – Source : Wikipedia

Dès lors, la course attire tout type de constructeurs, pilotes et fans. Les prouesses réalisées en termes d’innovations technologiques sont impressionnantes et révolutionnent l’automobile dans son ensemble. Les 24h du Mans ont vu notamment le naître des inventions comme la jante, le frein à disque, le concept d’aérodynamisme, les phares à LEDs ou au lasers… Bref, c’est une multitude de prouesses et de révolutions qui, d’ailleurs, s’étendront et seront appliquées au grand public pour les voitures de tous les jours. 

De plus, une des choses qui a marqué Le Mans reste les départs de course. Les deux premières éditions de 1923 et 1924 ont été lancées par départ arrêté sur la grille comme pour n’importe quelle course à l’époque. Mais si une procédure complètement nouvelle a rendu unique la course des 24h, c’est bien celle appelée « le départ Le Mans ». Toutes les voitures sont placées en épis du côté du muret des stands et le pilote qui va effectuer le premier relais est en face de celle-ci. Au top du commissaire en charge du départ, les pilotes doivent partir en sprint pour monter dans leur voiture et ainsi commencer leur course. Mais cela a été remis en cause lors de l’édition de 1968 après l’accident de Willy Mairesse et sa Ford GT40 car, pour gagner du temps, les pilotes n’hésitaient pas la moindre seconde à ne pas respecter des règles de sécurité essentielles : Fermer les portières avant le départ de la voiture, attacher son harnais… Pour protester à ce mouvement, en 1970, Jacky Ickx, vice-champion du monde des pilotes en 1969 et 1970, décide de rejoindre sa voiture en marchant et part donc logiquement dernier. Ce qui ne l’empêche pas de remporter la course. 

24 heures du Mans, un autre regard
Départ type Le Mans – Source : France Inter

Les 24h du Mans, une course à haute intensité devenue unique 

Une liste peut être édifiée sur une grosse partie des évènements marquants de cette épreuve mythique : 

  • 1926 : Les trois voitures du constructeur Lorraine-Dietrich sont aux trois premières places. Leur particularité ? Ce sont les premiers prototypes à dépasser les 100km/h de moyenne sur la totalité de la couse. 
Le Mans en dix décennies - 1926 ou le fair-play de Lorraine-Dietrich
Les Lorrain Dietrich de 1926 – Source : Motor 1
  • 1930 : La première équipe composée de femme est recensée sur la grille de départ de cette épreuve. Marguerite Mareuse et Odette Siko courent chez Bugatti et terminent 7ème de la course.
Odette SIKO - Palmarès et statistiques | 24h-lemans.com
Marguerite Mareuse et Odette Siko sur leur Bugatti – Source : 24h du Mans
  • 1931 : Le record de distance parcouru en 24h lors de la course tombe car l’Alfa Romeo 8C dépasse la barre des 3000km. 
VOITURES DE LEGENDE (636) : ALFA ROMEO 8C 2300 MONZA - 1931 - VICTOR  ASSOCIATION
Alfa Romeo 8C de 1931 – Source : Victor Association
  • 1953 : Cette fois-ci c’est la barre des 4000km en 24h qui tombe et elle est dépassée par 4 voitures et 3 sont des Jaguar XK120C. 
Jaguar XK120C C-Type | | SuperCars.net
La mythique XK120C – Source : Supercars.net
  • 1955 : Entrée en lice de deux des meilleurs pilotes automobiles de tous les temps dans la discipline de l’endurance qui sont Juan Manuel Fangio et Stirling Moss. Cependant, 1955 est aussi une édition triste car un très grave accident coûte la vie de 92 personnes à la suite d’un grave accident en piste : La bataille fait rage entre une Austin et une Mercedes et cette dernière sort de la piste sur la ligne droite et vient percuter le muret du côté du public. Les débris projetés tuent donc une innombrable quantité de personnes. Il est d’ailleurs encore à ce jour, l’accident le plus meurtrier de l’histoire du sport automobile.
Accident des 24h du mans 1955, reportage sur Dailymotion – Source : INA
  • 1966 : Est-il vraiment nécessaire de rappeler cette histoire mythique sur l’affrontement entre les deux très grands de la discipline de l’époque ? Cette édition marque la victoire au combien surprenante et méritée de Ford sur Ferrari, passant les 3 voitures en même temps sur la ligne. Pour ceux qui voudraient plus de détails sur cette fabuleuse histoire, allez regarder le film Le Mans 66 avec notamment Christian Bale et Matt Damon, un pur bijou et sans doute l’un des meilleurs films sur les sports automobiles avec Rush (rivalité Lauda-Hunt)
24H du Mans: L'arrivée la plus serrée (20m) en 1966? Un "fake" ! - DH Les  Sports+
Les 3 Ford qui ont battu Ferrari en 66 – Source : DH
  • 1967 : La barre des 4000km est dépassée par une Ford et deux Ferrari
  • 1971 : Un record fou en termes de distance est battu par Helmut Marko (actuellement l’un des grands patrons de l’écurie Red Bull en F1) et Gijs Van Lennep avec 5 335km soit une vitesse moyenne d’environ 222km/h au volant d’une Porsche 917
HyPrix Racing 🇲🇽 on Twitter: "Helmut Marko-Gijs van Lennep Porsche 917K  Le Mans 1971 https://t.co/Vd9uqhHAvD" / Twitter
Helmut Marko dans sa Porsche 917 – Source : Twitter
  • 1972 : Graham Hill remporte l’édition au volant d’un Matra et devient officiellement le premier et encore unique vainqueur de la Triple Couronne sur circuits asphaltés. 
Graham Hill et la Triple Couronne (2) - Le Mans 1972, une victoire pour  l'histoire | 24h-lemans.com
Graham Hill lors de sa victoire au Mans et donc de la Triple Couronne en 1972 – Source : 24h Le Mans
  • 1980 : Jean Rondeau devient le premier et encore unique homme à remporter les 24h du Mans sur une voiture qu’il a lui-même créé. Il était associé avec le pilote Jean Pierre Jaussaud. 
IL Y A 30 ANS CE 27 DÉCEMBRE… JEAN RONDEAU NOUS QUITTAIT ! | Autonewsinfo
Jean Rondeau et sa voiture en 1980 – Source : Autonewsinfo
  • 1988 : Le record de vitesse du circuit tombe sur une pointe complètement folle de 405km/h sur une WM P88 à moteur Peugeot, pilotée par Roger Dorchy.
WM Peugeot P88 (1988) - l'Automobile Ancienne
La voiture qui a battu le record de vitesse au Mans – Source : l’Automobile Ancienne
  • 1991 : En plus de commencer sa carrière en F1, le jeune Michael Schumacher participe à sa première édition des 24h du Mans et se classe 5ème avec une Sauber-Mercedes.
Un sérieux accident de ski pour Michael Schumacher | 24h-lemans.com
Schumacher et ses coéquipiers pour les 24h du Mans – Source : 24h du Mans
  • 1992 et 1993 : Peugeot gagne les deux éditions au terme d’une lutte acharnée avec Toyota et est le dernier constructeur français à gagner jusqu’en 2009 (édition encore gagnée par Peugeot). 
  • 2006 : Audi révolutionne le moteur Diesel grâce à son R10 TDI avec une faible consommation d’essence et une très faible teneur en soufre imposée par le règlement. Cette technologie permet aussi de commercialiser ce moteur de manière à le vendre au grand public et l’Amérique se l’arrachera. Ils finiront 1er et 3ème
Audi R10 TDI — Wikipédia
Audi R10 TDI – Source : Wikipedia
  • 2021 : Le premier prototype de voiture électrique fonctionnant à l’hydrogène est présenté au public et fait les tours de reconnaissance avant le départ : c’est le Projet Mission H24, régit par Green GT.
https://i0.wp.com/www.autohebdo.fr/app/uploads/2021/06/h24.jpeg?w=780&ssl=1
Le prototype du projet Mission H24 – Source : AutoHebdo

Pour résumer brièvement, les 24h du Mans représentent une des courses les plus mythique de l’histoire des sports automobiles, récompensant les pilotes les plus audacieux et endurants, capables de tenir sur de très longs runs avec un rythme de course effarent et de nombreuses complications à affronter. Cependant, il faut aussi tirer le chapeau aux mécaniciens et ingénieurs capables de pouvoir monter un prototype de course qui dure pendant 24h. Il est donc normal qu’ils aient leur place au sein du Panthéon des courses les plus historiques de l’histoire du sport automobile et donc une place au sein de la Triple Couronne.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :