Basket Equipes nationales NBA

Basket : Les 10 moments marquants en 2021

2021 nous a fait vivre une saison remplie de souvenirs qui resteront dans l’histoire. Entre performances individuelle et collectives, le basket a encore de belles heures devant lui. Année de retour au jeu dans toutes les salles NBA, ayant mis la bulle d’Orlando dans le rétro, année également olympique, nous avons rattrapé le retard pris en 2020, à notre plus grand bonheur. Exceptionnellement cette année, de moments marquants en NBA il n’y en aura que neuf sur dix, on vous laisse deviner quelle action hors NBA nous a tous marqué… Flashback !

Stephen Curry passe 62 points aux Blazers

C’est un 3 janvier 2021 que le Chef Curry a servi une entrée-plat-dessert de qualité exceptionnelle face aux Blazers de Damian Lillard. A 22 points dès la fin du premier quart-temps, le sniper des Warriors avait très tôt annoncé la couleur. Au final le tarif sera de 62 points et un record en carrière (son ancien étant de 54 unités) à un 18/31 au tir dont 8/16 longue distance et 18/19 sur la ligne des lancer-francs, en tout juste 36 minutes ! Trop fort, trop précis, on le sait un Steph Curry « on fire » est inarrêtable et les coéquipiers de Lillard en ont subi les conséquences. Une telle performance en aussi peu de temps n’avait pas été vue depuis Kobe Bryant en 2005 lorsqu’il avait claqué 62 points en 33 minutes face aux Mavericks de Dirk Nowitzki. Orphelin de Klay Thompson depuis le dernier match des Finals de 2019 et blessé pour la quasi intégralité de la saison 2019/2020, le néo-recordman du nombre de tir à 3 points avait à cœur de mettre les points sur les « i ». Il réitérera une nouvelle grosse performance quelques semaines plus tard avec 57 points face à Dallas et un duel dantesque face à Luka Doncic et ses 41 points.

James Harden part aux Brooklyn Nets

Désireux de quitter les Rockets, avec qui il aura marqué la NBA des années 2010, James Harden a été transféré le 13 janvier 2021 aux Brooklyn Nets (détails). Aux côtés de Kevin Durant, qu’il avait côtoyé au temps d’OKC, et de Kyrie Irving, le barbu le plus célèbre de NBA a réalisé une année 2021 mitigée. De bons débuts, durant lesquels on a vu un Harden jouer le playmaker et fluidifier le jeu collectif. Puis, depuis le début de la présente saison, des performances irrégulières et une adaptation difficile aux nouvelles règles. Avec le retour annoncé de Kyrie et autour d’un KD toujours aussi dominant, Harden va-t-il retrouver de sa superbe ?

Après quatorze ans dans la ligue, Conley enfin All-Star

Il aura fallu qu’il attende ses 33 ans. Après quatorze saisons passées dans la grande ligue, Mike Conley a réalisé son rêve : celui de participer au fameux All-Star Game. Le meneur du Jazz a profité de l’absence de dernière minute de Devin Booker (lui-même convoqué après le forfait d’Anthony Davis) pour être appelé parmi les joueurs participants à l’événement. Après avoir longtemps affiché son mécontentement pour avoir été snobé de nombreuses années, il a enfin eu sa récompense grâce à de bonnes stats (16,1 points, 5,7 passes, 42 % à 3 points), mais aussi au superbe bilan du Jazz. Utah avait d’ailleurs deux autres all-stars avec Donovan Mitchell et Rudy Gobert. Play it like Mike !

Westbrook passe Robertson et devient le recordman de triple-doubles en carrière

182 ! Avec ses 28 points, 13 rebonds et 21 passes (rien que ça !) sur le parquet d’Atlanta, Russell Westbrook est devenu le joueur ayant réalisé le plus de triple-doubles dans l’histoire NBA, effaçant des tablettes Oscar Robertson et son record vieux de quarante-sept ans, le 11 mai 2021. C’est sous le maillot des Wizards que le meneur légendaire du Thunder a réalisé cette performance, qui traduisait aussi sa bonne forme du moment, puisqu’il enchaînait les grosses performances avec Washington. Désormais, Westbrook est bel et bien LA référence du triple-double, il en compte actuellement 192 et ne compte pas s’arrêter alors qu’il a désormais 33 ans. Ultra-athlétique, les qualités du bonhomme ne sont plus à débattre.

Trae Young refroidit le Madison Square Garden

Vingt-cinq ans après Reggie Miller, le Madison Square Garden a sans doute trouvé sa nouvelle « kryptonite ». Encore loin de la haine que cristallisait le shooteur de l’Indiana, le premier tour des playoffs 2021 entre les Knicks et les Hawks nous a tout de même livré les prémices d’une rivalité entre le génie de Géorgie, Trae Young, et le public de la Mecque du basket. A l’occasion du Game 1, les facétieux « Fu… Trae Young », descendant des travées, ont reçu comme seule réponse un floater « Game Winner » magique à 0,9 secondes de la fin. Clou du spectacle, le jeune meneur de Géorgie finit d’humilier les camarades de Spike Lee en les sommant de se taire, doigt tendu sur la bouche. Affaire à suivre.

Kevin Durant héroïque face aux Milwaukee Bucks

Héroïque, tel est le mot qui classe Kevin Durant lors de cette série de demi-finale de conférence face aux Milwaukee Bucks. De retour au jeu après sa saison sabbatique due à une rupture du tendon d’Achille lors de Finals 2019 face aux Raptors et après une saison régulière tronçonnée par une blessure à la cuisse et deux mises à l’écart pour protocole covid, l’originaire de Seat Pleasant a montré qu’il était toujours le meilleur joueur de la planète. Sortant d’une série victorieuse face aux Boston Celtics à 32,6 points de moyenne pour KD, les Nets perdent James Harden dès 43 secondes du match 1 pour une blessure à l’ischio-jambier. Qu’importe pour Brooklyn, portés par Durant et Irving, les new yorkais mènent deux victoires à une jusqu’à ce que Kyrie Irving se blesse en première mi-temps du match 4 et perdent ce dernier, laissant les Bucks égaliser à deux partout. On ne donne pas cher de la peau des Nets amputés des deux lieutenants de luxe du « Slim Reaper » pour le reste de la série.

C’était sans compter sur le talent du scoreur qui réalise un triple-double dantesque de 49 points, 17 rebonds, 10 passes à 16/23 au tir dont 4/9 à 3 points et 13/16 aux lancer-francs dans une victoire 114-108. Malgré 30 points et 11 rebonds au Fiserv Forum les Bucks de Middleton et Antetokounmpo égalisent pour amener la série dans un Game 7 au Barclays Center. Encore une fois l’exploit est à porté de main et KD plante un 3 points les dernières secondes du match pour porter l’estocade mais malheureusement, chaussant un « petit » 52, le bout des chaussures mord la ligne. Prolongations. A bout de force et ayant joué les 53 minutes du match, à l’instar de James Harden sur une jambe, les Nets s’inclinent 115-111 et laissent les Bucks avancer en finale de conférence face aux Atlanta Hawks. Durant finira le match à 48 points, 9 rebonds et 6 passes à 17/36 au tir et 4/11 à 3 points. Dantesque mais insuffisant face à un collectif en bonne santé et talentueux.

Le Joker MVP

Le 9 juin 2021, grâce à une saison à 26,4 points, 10,8 rebonds, 8,3 passes à 56,6 % au tir dont 38,8 % à 3 points et 86,8 % aux lancer-francs, le pivot serbe Nikola Jokic est élu MVP de la saison 2020/2021 succédant au grec Giannis Antetokounmpo, lauréat du trophée en 2019 et 2020. Permettant aux Denver Nuggets d’obtenir la troisième place de la Conférence Ouest avec un bilan de 47-25, malgré l’absence de Jamal Murray en fin de saison, le Joker a éclaboussé la NBA de tout son talent. Pivot avec une technique et un toucher hors du commun, un sens de la passe largement supérieur à son poste, le serbe a fait danser plus d’une défense adverse, mettant le collectif en priorité dans le jeu des joueurs du Colorado.

Avec une pointe à 50 points face aux Kings de Sacramento le 6 février, Jokic a su prendre le dessus sur ses concurrents directs tels que Joel Embiid ou Stephen Curry. Il restera comme le premier MVP de l’histoire des Denver Nuggets en NBA, Spencer Haywood l’ayant remporté en 1970 mais en ABA à l’époque. Ce titre de MVP est également le troisième pour un européen après ceux de d’Antetokounmpo et celui de Nowitzki en 2006 et seulement le cinquième pour un non-américain en comprenant ceux de Steve Nash en 2004 et 2005 et celui de Hakeem Olajuwon en 1994. Une performance, vous l’aurez compris, tout à fait exceptionnelle.

Les Milwaukee Bucks et Giannis Antetokounmpo au sommet de la NBA

C’est peut-être l’année où on les attendait le moins que les Bucks ont montré qu’ils étaient finalement capables d’accrocher ce titre qu’il leur manquait tant. Après des saisons éclatantes en régulière mais décevantes en post-season, Milwaukee a fait le pari de faire bouger ses rangs. Exit les Eric Bledsoe, Robin Lopez, George Hill ou encore Wes Matthews et bonjour aux Jrue Holiday, Bryn Forbes et autre Bobby Portis. Ce dernier a d’ailleurs eu un impact majeur lorsque cette équipe avait besoin de hustle dans des playoffs loin d’être évidents. Le Heat, les Nets au bout du suspense, Atlanta et finalement les Suns ont subi la loi des Bucks et d’un Giannis Antetokounmpo plus impressionnant que jamais. Le Grec a décroché son premier titre et un MVP des Finales bien mérité. Dans cette année 2021, on retiendra que les champions, et ce sont les Bucks !

France – Slovénie, le contre de Batum rentre dans l’histoire de l’équipe de France

Après un début de tournoi olympique marqué par la victoire contre Team USA, en demi-finales, l’équipe de France se présente face à la Slovénie de Luka Doncic, championne d’Europe en titre. Au terme d’une rencontre irrespirable, Nicolas « Batman » Batum  réalise une des action les plus iconiques du basket français avec un contre salvateur envoyant les bleus retrouver l’ogre états-uniens pour une revanche historique. Vingt secondes à jouer, 90-89, ballon dans les mains de Doncic, prise a deux, passe pour Prepelic, il aperçoit le panier ouvert, drive et monte au panier. La voie dégagée, le sourire aux lèvres, le joueur des Balkans pense donner la victoire aux siens. C’est le moment que choisit « Batman » pour endosser son costume de super-héros et balayer les derniers espoirs slovènes d’un « chase-down block » salvateur propulsant les bleus au nirvana olympique.

Stephen Curry et ses 2974 paniers à trois points bat le record de Ray Allen

On savait que ça allait arriver, on ne savait pas quand. Le mardi 14 décembre 2021, Wardell Stephen Curry a battu le record de tirs à 3 points inscrits en carrière NBA, un record qui appartenait depuis 2011 à Ray Allen. Dans la Mecque du basket, le Madison Square Garden, Curry a inscrit 5 paniers primés, suffisant pour s’emparer du record. Et il y a fort à parier qu’il le gardera longtemps, car même si l’évolution de la NBA tend à encourager les tirs longue distance, le cocktail volume-adresse de Stephen Curry reste hors du commun. Splash.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :