Site icon Café Crème Sport

MLB: Les Mets, un recrutement pour retrouver les playoffs

Il n’est pas facile de vivre aux côtés des Yankees à New York. Même si les Mets ont leurs fans et restent une franchise reconnue aux Etats-Unis, ils n’ont pas le palmarès de leurs voisins. Avec 5 Séries mondiales disputées dont 2 gagnées, la franchise New-Yorkaise espère pouvoir les remporter une nouvelle fois, une première depuis 1986. L’espoir semble renaitre avec l’arrivée de Steve Cohen qui est devenu, le 30 octobre 2020, propriétaire majoritaire de la franchise pour la somme de 2,475 milliards de dollars à la place de la famille Wilpon. Au moment du rachat, il annonce avoir l’ambition de reconstruire rapidement une équipe compétitive pour retrouver les Séries mondiales pour la première fois depuis 2015.

Des premiers mouvements insuffisants pour les Mets 

Accéder aux playoffs et aux Séries mondiales est particulièrement difficile pour les franchises de MLB. Avec peu de places qualificatives, il n’est pas possible de ralentir la cadence. Il faut être parfait sur toute une saison. Il est nécessaire d’avoir un effectif complet que ce soit au niveau des lanceurs mais aussi des frappeurs, en espérant passer entre les blessures. Les Mets en sont la preuve. Malgré des bonnes performances individuelles, ils n’ont pas accroché les playoffs depuis la saison 2016 où ils s’inclinent contre les Giants lors des Wild Card. 

Depuis l’effectif a essayé de se reconstruire autour de son lanceur Jacob DeGrom, double vainqueur du Cy Young en 2018 et 2019 et de son jeune frappeur Pete Alonso, élu meilleure recrue en 2019. Il ne faut pas oublier le releveur, Edwin Diaz qui prend une place de plus en plus conséquente dans cet effectif. Avec une base posée, les Mets ont de quoi pouvoir attirer désormais certaines stars de la MLB. Avec l’arrivée de Steve Cohen, les fans voient se concrétiser leur rêve. En effet, le nouveau propriétaire de la franchise New-Yorkaise annonce vouloir faire des Mets une équipe compétitive rapidement. Son objectif est clairement de ramener les Mets vers le haut:  » Je le fais essentiellement pour les fans (…). Quand j’y pensais vraiment, je pouvais rendre des millions de personnes heureuses et quelle opportunité incroyable c’est. C’est comme ça que je pense à cela. Je n’essaie pas de gagner de l’argent. J’ai mon entreprise au Point 72 et je gagne de l’argent là-bas. Donc ici, il s’agit vraiment de construire quelque chose de grand, de construire quelque chose pour les fans, de gagner. Je trouve juste que c’est une opportunité incroyable  » ( Steve Cohen ). Pour montrer à quel point les investissements vont pleuvoir pour améliorer cette équipe, Steve Cohen espère remporter les Séries mondiales dans les 3 à 5 ans:  » Une seule équipe remporte les Séries mondiales chaque année, donc c’est une barre assez haute. Mais si je ne gagne pas une Série mondiale au cours des trois à cinq prochaines années -j’aimerais le faire plus tôt – alors évidemment, je considérerais cela légèrement décevant  » ( Steve Cohen ).

Il frappe un premier gros coup en récupérant par un échange l’un des joueurs les plus prisés par les franchises, le shortstop Francisco Lindor accompagné du lanceur partant Carlos Carrasco en provenance de Cleveland. Les Mets envoient en échange les jeunes prospects Andrés Giménez, Amed Rosario, Josh Wolf et Isaiah Greene. Une première grosse recrue habituée à être un leader à la frappe à Cleveland où il a eu l’occasion de se hisser aux Séries mondiales, perdues contre les Cubs après avoir mené 3/1. Un joueur en fin de contrat et qui sort d’une saison moyenne. Il reste difficile de juger celui-ci en raison de la pandémie, celle-ci ayant réduit le nombre de matchs. Le joueur est particulièrement gourmand dans ses demandes salariales mais les Mets ont montré que ce n’est pas ce qui les inquiète le plus:  » C’est l’une des choses les plus difficiles à obtenir au baseball – un shortstop -, un joueur superstar à son apogée, une personne charismatique, un gars qui améliore ses coéquipiers  » ( Jared Porter ancien directeur général des Mets ). Des attentes élevées placées en lui mais le joueur semble prêt à répondre à ce nouveau défi. Carrasco vient lui renforcer la rotation des Mets déjà composée de Jacob DeGrom et Marcus Strotman. En 11 saisons au sein de la ligue, il a un bilan de 88/73 pour 3,77 ERA. 

Francisco Lindor la première recrue phare de Steve Cohen ( lesactualites.news )

Ces deux acquisitions ont couté chers aux Mets avec le départ de plusieurs prospects importants mais Steve Cohen veut gagner rapidement et une opportunité comme Lindor ne se présente pas tous les jours. Après de longues et difficiles négociations, les deux parties réussissent à se mettre d’accord sur un contrat de 10 ans et 341 millions de dollars. A peine arrivé, le nouveau propriétaire signe le troisième plus gros engagement de l’histoire de la ligue derrière Mike Trout et Mookie Betts. Un accord à la hauteur de celui de Fernando Tatis mais nécessaire pour avoir un joueur qui est la tête d’affiche d’une telle franchise à New York. Tout est donc prêt pour entamer cette saison et des performances sont attendues rapidement après une saison décevante avec un bilan de 26/34. Dans une division Est particulièrement dense, les Mets font partie des équipes à suivre. 

Le début de saison est plutôt bon. A la fin du mois de mai et après 1/4 de la saison, les Mets ont un bilan de 27/20 avec un gros mois de mai où ils se sont montrés à leur avantage au niveau des lanceurs avec un DeGrom en course pour être une nouvelle fois le Cy Young. Lindor est un peu plus en retrait au niveau du bâton mais d’autres joueurs répondent présents comme Pete Alonso  ou James McCann. Mais la saison des Mets prend en tournant le 7 juillet lorsque DeGrom quitte le monticule après avoir ressenti une gêne. Une mauvaise nouvelle pour celui qui mène cette équipe et les contre-performances s’enchainent, l’attaque ne répondant pas aux attentes. Avec les espoirs de qualifications envolés, le management préfère laisser son lanceur au repos pour le reste de la saison. Finalement, l’équipe termine à la troisième place dans la division avec un bilan de 77/85 loin derrière les Phillies de Philadelphie et les Braves d’Atlanta, futur champion et premiers de la division avec un bilan de 88/73. 

Une grosse déconvenue pour une équipe fortement attendue en début de saison. Des changements sont nécessaires à différents étages et le management compte bien remédier aux difficultés rencontrées. 

Une intersaison expensive pour parer aux lacunes

Les acquisitions de l’intersaison précédente n’ont pas forcément convaincu. Francisco Lindor a eu du mal pour sa première saison. Fin mai, il affiche des statistiques plutôt faibles avec une moyenne à la frappe de .194 et 4HR. Celles-ci se sont améliorées à partir de juin jusqu’à la fin de la saison avec un meilleur pourcentage de .252 et 16HR. Il faut ajouter une blessure à l’oblique l’éloignant des terrains pendant quelque temps. Une première année mitigée mais sa deuxième partie de saison à de quoi rassurer. Le shortstop a semblé digérer la signature de son contrat et après une année d’adaptation, les Mets peuvent s’attendre à le voir prendre ses responsabilités la saison prochaine. Il a été bon défensivement pour compenser ce manque de production offensive.

Carlos Carrasco a lui aussi eu du mal en raison d’une déchirure aux ischio-jambiers avant le début de la saison. Il a fait ses débuts le 30 juillet mais il a semblé loin de son niveau avec une fiche de 1/5, un ERA de 6,04 et un WHIP de 1,435 en 12 départs. Des statistiques loin de sa saison précédente. En octobre, le lanceur est repassé sur la table d’opération pour retirer un fragment d’os de son coude droit. Avec un salaire de 12 millions de dollars l’année prochaine, le management espère que le lanceur passe entre les gouttes concernant les blessures. 

Les Mets ont donc prévu de se montrer actif durant l’intersaison pour renforcer leur effectif. Il faut dire que l’équipe a eu des difficultés en attaque. Ils n’ont frappé que 176HR, le sixième plus faible total pour une franchise. Au niveau des RBI, la franchise se classe quatrième en partant du bas avec un total de 604. Enfin, dans une saison où toutes les équipes ont eu du mal offensivement, les mets tournent à une moyenne de .239 au bâton. Sur les performances individuelles, Pete Alonso a probablement été le meilleur avec une moyenne au bâton de .262 et 94RBI. Finalement, l’équipe a dû compter sur ses lanceurs avec Jacob DeGrom qui affiche une fiche de 7/2 et 1,08ERA en 15 départs. Marcus Strotman n’est pas en reste avec avec un ERA de 3,02 en 33 départs. Les releveurs ont été intéressants que ce soit Trevor May, Seth Lugo, Drew Smith et Edwin Diaz avec 32 saves. 

L’intersaison s’annonce donc intéressante pour les Mets. Citée dans de nombreuses rumeurs à l’ouverture du marché, la franchise de New York a fait de nombreuses acquisitions au niveau de la frappe avec l’arrivée d’Edouardo Escobar pour deux ans avec une troisième année en option. Un joueur polyvalent pouvant jouer sur toutes les bases mais qui devrait être utilisé principalement en troisième base. Il vient compenser le départ de Jonathan Villar en difficulté la saison dernière. L’autre grosse arrivée en attaque est celle de Starling Marte. Le joueur de champ extérieur signe un contrat de 4 ans et 78 millions de dollars. Il est rejoint par son coéquipier des Athletics Mark Canha pour deux ans et 26,5 millions de dollars. La saison dernière, l’ancien joueur des Pirates a affiché une moyenne au bâton de .310 avec 12HR et 55RBI. Des renforts de poids pour rendre cette équipe plus performante offensivement. De jeunes joueurs pourraient eux aussi faire leur apparition dans l’équipe. En effet, Mark Vientos et Ronny Mauricio font partie du groupe de 40 joueurs et semblent prêts pour frapper en MLB. Si ce n’est pas l’année prochaine, ils auront l’occasion d’être mis en avant en 2023. 

Mais la grosse signature de cette intersaison est probablement celle de Max Scherzer. Le lanceur vainqueur des Séries mondiales en 2019 avec les Nationals a été l’agent libre le plus convoité. Les Dodgers, les Angels et les Mets ont été les plus actifs. Finalement, il a signé un contrat record de 3 ans et 130 millions de dollars avec la franchise de New York, faisant de lui le joueur le mieux payé en MLB. Il vient former avec DeGrom un duo redoutable chez les lanceurs partants. Ils combinent 5 Cy Young dont 4 des 6 derniers décernés en ligue nationale. Steve Cohen a donc une nouvelle star dans son équipe. Il a mis les moyens pour renforcer cette équipe avec des gros contrats signés. Reste désormais à voir comment cette équipe peut tourner offensivement. Pour travailler ce secteur, il faut apporter des nouvelles idées en modifiant le staff. Ainsi un nouveau manager arrive pour prendre la place de Luis Rojas qui n’a pas convaincu en deux saisons chez les Mets avec un bilan de 103/119. Il est remplacé par Buck Showalter, élu trois fois meilleur manager en ligue américaine en 1994, 2004 et 2014. En raison du Lock out, il n’a pas encore pu parler avec ses joueurs mais il a déjà hâte de travailler avec eux:  » Ce sera un défi, mais heureusement, personne n’aura une longueur d’avance sur nous (…). Mon objectif en ce moment est de m’assurer que nous nous concentrons sur le potentiel d’entraînement de printemps raccourci et que le plus grand défi de ce sont les lanceurs  » ( Buck Showalter ).

Max Scherzer arrive dans le but de ramener cette équipe vers les sommets ( PC )

Les Mets arrivent avec un effectif impressionnant pouvant jouer les premiers rôles dans la ligue nationale. Il reste néanmoins dans une division Est relevée avec les champions en titre mais aussi des Phillies qui rêvent de jouer les playoffs. Ils sont emmenés par un Bryce Harper enfin adapté à sa nouvelle franchise. La compétition s’annonce rude mais la franchise de New York a fait de nombreux mouvements ces dernières saisons. Il n’est pas concevable de ne pas prétendre aux playoffs avec un tel effectif. Ils comptent aussi sur le retour en forme de leurs lanceurs qui restent sur des pépins physiques la saison passée. La franchise espère faire parler d’elle face à sa voisine. Probablement l’une des équipes à suivre l’année prochaine.  

Quitter la version mobile