A l'affiche Auto / Moto

Le calendrier 2022 des Sports Mécaniques

2022, l’année des changements pour certains, celui de la continuité pour d’autre. En attendant, le sport ne s’arrête pas, et ce, malgré l’hiver. La rédaction Sports Mécaniques du CCS propose donc un calendrier universel de cette année civile 2022, où il est possible de retrouver chaque évènement de ces disciplines si fascinantes.

Formule 1:

Les monoplaces les plus rapides du monde sont actuellement en congé forcé. Après une folle saison 2021, loin de tout repos, place maintenant au développement de la nouvelle réglementation en 2022. Les pilotes se préparent physiquement, les ingénieurs eux, sont aux aguets afin de dénicher l’élément qui fera qu’ils seront au sommet en mars. C’est d’ailleurs à ce moment-là que la Formule 1 fera sa rentrée, et petite particularité, ce n’est pas à Melbourne qu’elles ouvriront l’année, mais bien à Bahreïn, le 20 mars.

À partir de cet instant débutera leur tour du monde, passant par l’Australie, le 10 avril, l’Europe et Miami durant le mois de mai et juin (Monaco conserve toujours son créneau préférentiel du dernier week-end de mai). Pendant que le monde ira à la plage, durant juillet, les pilotes, eux, continueront leur tour de l’Europe. Seront attendus les Grand Prix de Silverstone, d’Autriche ou encore le meilleur pour la fin, le Paul Ricard.

Une trêve estivale s’impose cependant. Dès lors, durant le mois d’août, les pilotes auront droit à de belles vacances méritées, avant d’attaquer la reprise par un triple header (3 courses en 3 semaines) le 28 août par Spa, Zandvoort, et enfin Monza. Une fois la tournée européenne terminée, la Formule 1 se rendra à Singapour, au Japon, puis enchaînera avec la tournée américaine, avant de finir par un final encore dingue le 20 novembre à Abu Dhabi.

La calendrier F1 pour la saison 2022 (crédit: F1)

En bref: De belles destinations, des évènements à ne pas manquer comme le Grand Prix de Monaco le 29 mai, le GP de France le week end du 24 juillet 2022, et des échéances comme Silverstone le 2 juillet. De même, le triple header avec Spa le 28 août, Zandvoort le 5 septembre et Monza le 12 ne sont à ne pas manquer.

Formule 2

Après une saison 2021 « au rabais », avec seulement 8 Grand Prix et marquée par une très longue trêve de septembre à décembre, la Formule 2 revient en force pour 2022, et suivra sa grande soeur lors des meetings. Tout comme la Formule 1, la rentrée pour Théo Pourchaire et consorts se fera le 20 mars, à Barheïn, pour enchaîner par la suite directement avec le circuit urbain de Djeddah, une semaine plus tard. Viendra par la suite la tournée en Europe, Imola en avril, puis à nouveau une pause mensuelle, des choix et des décisions contestables…

Après ces innombrables pauses, avec sûrement des fourmis dans les mains et les pieds, les pilotes de Formule 2 débuteront franchement leur saison, avec des venues à Monaco, Baku ou encore Silverstone. Leur calendrier étant calqué sur celui de la Formule 1, ils verront ainsi un énième congé se profiler durant l’été, avant d’entamer les classiques Spa, Zandvoort et Monza. Exemptés de la tournée américaine, ils termineront la saison après une longue pause de 2 mois fin novembre, eux aussi à Abu Dhabi.

Malgré donc, une hausse des événements pour cette saison 2022, il reste possible de constater que la répartition du calendrier est inégale, ce dernier devant se calquer à celui de la Formule 1. Les nombreux arrêts, les enchaînements et une fin de saison tardive font du calendrier de Formule 2 un casse-tête pour le paddock. Sachant que le vainqueur du championnat ne peut participer à la saison suivante, comme c’était le cas pour Oscar Piastri, il est donc important pour les pilotes de sécuriser leur avenir avant la dernière course de la saison.

Le calendrier F2, qui suivra celui de F1 sur la plupart des échéances (crédit: F2)

En bref: Il suffit simplement de suivre les dates proposées pour la Formule 1 pour se repérer. À quelques courses près, le calendrier de la Formule 2 sera calqué sur celui de sa grande soeur. La course finale à Abu Dhabi le 20 novembre verra peut être un français titré…

Formule 3:

La saison de Formule 3 s’avère encore un peu plus particulière que sa consœur de Formule 2. Toujours dans l’ombre du calendrier de Formule 1, qu’elle suivra à la lettre, il est possible de ne dénombrer que 9 courses pour la plus petite des Formule. Avec, pour changer, une rentrée à Barheïn, le 20 mars, qui précédera un calendrier encore moins bien aménagé que celui de Formule 2, les jeunes pilotes de Formule 3 devront trouver de quoi s’occuper durant l’année.

Une longue période d’inactivité, avec pas moins de 3 pauses avoisinant le mois durant toute la saison de Formule 3. Après la course de rentrée, les pilotes se rendront ainsi à Imola, fin avril, puis à Barcelone, fin mai. Viendra ensuite le premier enchaînement de la saison avec Silverstone, l’Autriche et la Hongrie en juillet (quel exploit !). Enfin, suite à la pause estivale, la Formule 3 conclura sa saison par un triple header à Spa, Zandvoort et Monza, fin août début septembre.

Le calendrier très léger de la Formule 3, avec pour point d’orgue, l’enchaînement fin août début septembre (crédit: F3)

En bref: Seulement 9 courses au calendrier pour les pilotes de Formule 3 en 2022, très (trop) peu pour les voir à l’oeuvre. La course à Silverstone, début juillet, puis celles en Autriche et Hongrie tout le long de juillet permettront de se faire une idée sur la capacité d’enchaînement des jeunes talents.

Moto GP:

La saison 2022 de Moto GP sera un événement, du moins pour le pays tricolore. En effet, ce sera la première fois qu’un pilote français défendra son titre, joliment acquis en 2021. Sur le circuit de Losail, au Qatar, la discipline reine des deux-roues devra composer sans Valentino Rossi, fraîchement retraité, pour leur reprise le 6 mars. S’ensuivra ensuite un joli tour du monde, en passant par l’Indonésie, l’Argentine et le Grand Prix des Amérique, fin mars début avril.

À partir du 24 avril, débutera alors la tournée européenne, comme pour leurs consoeurs à 4 roues. D’abord au Portugal, sur les montagnes russes de Portimão, puis Jerez en Espagne, en France ou encore au Mugello. Ce tour de l’Europe ne s’arrêtera pas ici, car viendront par la suite des courses en Allemagne, au Pays Bas et même en Finlande, le 10 juillet, avant d’offrir aux pilotes un repos bien mérité.

La suite de la saison continuera en Europe, le 7 août à Silverstone jusqu’au 18 septembre en Espagne. Puis, les pilotes se rendront sur le contient asiatique pour des courses au Japon, en Thaïlande et en Indonésie, en passant par l’Australie. Il termineront leur saison le 6 novembre pour la 3eme fois en Espagne, avec on l’espère, un nouveau couronnement pour Fabio Quartararo ou alors Johan Zarco.

En bref: Les deux roues auront à nouveau un calendrier très chargé cette année. Après une reprise un peu poussive, les choses vont s’accélérer à partir du deuxième tiers de la saison. La course aux Etats-Unis, celle aux Pays-Bas ou encore celui de l’Aragon promettent un très beau spectacle.

Rallye:

Orpheline de leur champion du monde en titre, Sébastien Ogier, la WRC va retrouver un autre Français, Sébastien également, et tout autant champion du monde. Sebastien Loeb, nonuple champion du monde de WRC revient sur ses terres, le domaine sur lequel il a régné. Sa saison va d’ailleurs très vite débuter, avec le premier Rallye à Monte Carlo le 23 janvier, avant de s’interrompre pour un mois et de revenir dans les contrées suédoises froides et enneigées.

Ce n’est qu’au printemps que la saison débutera réellement, avec le rallye de Croatie le 24 avril, puis celui du Portugal le 22 mai. S’enchaîneront alors des meetings en Italie début juin et le Safary Rallye au Kenya, comme hommage/concurrent du Paris Dakar. Viendront par la suite des courses comme le rallye d’Estonie le 17 juillet, et celui de Finlande début août ou encore celui de Grèce après une trêve de quelques semaines, le 11 septembre.

Pour conclure la saison, Sebastien Loeb et compères se rendront à l’autre bout du monde, en Nouvelle-Zélande, le 2 octobre, puis de retour en Europe avec l’Espagne à la fin du mois. Si le championnat du monde WRC devait se jouer lors de la dernière échéance, celle-ci se déroulerait au Japon, le 13 novembre, qui raviveront des souvenirs de finale aux plus anciens férus de sports mécaniques (pour les plus jeunes, la finale étant Hunt-Lauda au Japon 1976).

Le calendrier 2022 pour la WRC et Sébastien Loeb, relativement chargé également (crédit: WRC)

En bref: La saison va débuter assez rapidement, avant de trouver son rythme de croisière. La très bonne gestion de ce calendrier permet d’éviter les nombreux enchaînements, si difficiles pour les pilotes et les écuries. Le rallye de Suède, le Safary Rallye au Kenya ou encore celle de Monte-Carlo pour débuter pourraient offrir leur lot de spectacle.

Endurance:

La saison de WEC semble relativement courte si elle est comparée aux autres championnats, mais elle n’est pas pour autant moins intense ! Après un prologue au circuit international de Sebring, aux États-Unis, le 18 mars, les pilotes pourront se lancer dans le grand bain avec les 6h de Spa Francorchamps, sur le circuit du même nom, le 7 mai.

Un mois durant, l’endurance ne roulera pas, mais c’est pour mieux revenir, avec les 24h du Mans le 12 juin ! Mythique épreuve que tout pilote coche sur son calendrier, pour y participer ou du moins y assister. Après ce monument de la course automobile, viendront les 6h de Monza, le 10 juillet, puis celles de Fuji au Japon, le 11 septembre. Enfin, pour conclure la saison, les pilotes se rendront à Bahreïn, mi-novembre dans l’espoir de voir une nouvelle tête se couronner. 

Très peu de courses, mais toujours aussi intense pour l’Endurance avec son calendrier 2022 (crédit: WEC)

En bref: Bien évidemment, il ne faut pas manquer les 24H du Mans le 11 et 12 juin, qui seront l’évènement phare de cette saison de WEC et même de la course automobile. Mais de belles courses, comme celle des 6H de Spa peuvent surprendre et plaire du fait du tracé.

Indycar:

La saison d’Indycar, le championnat américain de sports mécaniques, débutera plus tôt que ses cousines européennes. Dès février, le 27, Simon Pagenaud et Romain Grosjean seront à St Petersburg. Un deuxième événement le 20 mars au Texas lancera pleinement la saison, qui continuera à Long Beach le 10 avril. Puis, la fête du travail n’existant pas aux États-Unis, les pilotes se retrouveront le 1er mai sur le circuit de Barber.

Viendra par la suite, le circuit le plus attendu de la saison, à savoir Indianapolis et son Grand Prix à la mi-mai, puis le 29 mai, les fameux 500 miles d’Indianapolis, l’un des joyaux pour s’offrir la Triple Couronne. L’enchaînement continuera jusqu’au 12 juin et la Road America avant que les pilotes s’octroient des vacances sur les terres américaines. Par la suite, une folle série de 5 courses sur le mois de juillet permettra aux pilotes de se dégourdir les jambes et les bras.

Il serait possible de penser que c’est une tournée étasunienne, mais il faut la qualifier de nord-américaine, l’Indycar se rend à Toronto au Canada le temps d’une course. Après ce mois de juillet fou, la fin de saison sera plus tranquille, avec des passages à Nashville début août, Gateway le 20, Portland le 4 septembre et le grand final à Laguna Seca le 11 septembre.

Romain Grosjean et Simon Pagenaud auront de quoi faire cette saison, leur camping-car fera le tour des États-Unis (crédit: Indycar)

En bref: Les 500 miles d’Indianapolis comme point d’orgue de ce calendrier 2022, mais également de nombreuses autres courses sont à noter. Le final à Laguna Seca, la course à Barber ou encore celles à Iowa promettent un joli spectacle pour tout amateur d’Indycar.

Mois
/
Catégorie
JanvierFévrierMarsAvrilMaiJuinJuilletAoûtSeptembreOctobreNovembreDécembre
F1XXX
F2XXX
F3XXX
Moto GPXXX
RallyeXX
EnduranceXXXXXX
IndycarXXXX

Il y aura de quoi voir cette année encore pour les sports mécaniques ! Fans inconditionnels de WRC, amateur du dimanche en Formule 1, n’hésitez pas à regarder les autres disciplines qui sont couvertes par les chaines de télévision françaises, vous seriez surpris de découvrir des disciplines tout aussi passionnantes qu’intenses.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :