Auto / Moto Omnisport Sport US

Daytona Beach, des autos mythiques sur une plage mythique

L’histoire de Daytona Beach est intimement liée à l’automobile depuis sa création. Alors que cette ville de Floride n’existe que depuis un siècle et demi, Daytona Beach et sa plage sont pourtant des lieux mythiques dans le monde de l’automobile. Leur renommée a su dépasser les frontières. La plage de Daytona Beach est même surnommée « La plage la plus célèbre du monde » (The world’s most famous beach). Ayant accueilli des courses de légende depuis le début du XXème siècle, comment Daytona est-elle parvenue à devenir une place centrale de l’histoire du sport automobile ?

Les origines de Daytona Beach

Pour connaître les origines de Daytona Beach, il faut remonter environ 300 ans en arrière. Sur les terres où se trouve actuellement Daytona Beach, on y trouvait seulement des plantations d’agrumes et de cannes à sucre. Ces terres ont été cultivées pendant moins d’un siècle, avant d’être brûlées par une tribu amérindienne vers 1835. Quasiment laissées à l’abandon, il faut attendre l’arrivée de Matthias Day Jr en 1871 pour faire revivre ce terrain.

Palmetto House, demeure de Matthias Day Jr en 1873 (credit: Florida History Network)

Il rachète pas moins de 13km² de terres pour la somme de $8000 a son ancien propriétaire. Son objectif est d’y fonder sa propre ville et il met en place un plan assez simple pour y parvenir. Il y construit d’abord sa maison puis va revendre des parcelles pour seulement 25$. Les gens devaient alors construire une habitation sur cette parcelle, et pouvaient loger dans la demeure de Matthias Day Jr le temps des travaux. Malheureusement pour lui, son plan est un échec. Il ne parvient pas à vendre ses parcelles assez vite, fait faillite et retourne dans l’Ohio.

En 1876, les personnes qui s’étaient installées dans ce qui n’est pas encore une ville décidèrent de créer une mairie avec un conseil municipal. La ville est enfin créée et en hommage à son fondateur, ils nommèrent cette nouvelle ville Daytona.

Ormond Beach et l’arrivée d’Henry Flagler

Henry Flagler est un industriel américain qui a révolutionné le secteur du rail et du tourisme, notamment en Floride. Il a su voir le potentiel énorme de la Floride en termes de croissance économique et a pointé du doigt deux faiblesses majeures. La première est que la région était très mal desservie, du fait de la non standardisation des chemins de fer. En effet, chaque ligne ferroviaire avait ses propres chemins de fer et ses propres trains. La deuxième est que le nombre d’hôtels pouvant accueillir des touristes était très insuffisant.

En 1885, il fonde la Florida East Coast Railway. Il ambitionne de relier les villes côtières de Floride grâce à des chemins de fer standardisés. Il va alors racheter les lignes déjà existantes pour les transformer et les insérer dans son système uniformisé. En parallèle, il achète ou construit le long de ses lignes des complexes hôteliers pour y développer le tourisme. Partant du nord de l’Etat de Floride, il arrive à Daytona dès 1889.

Hôtel Ormond à Ormond Beach, lieu de vacances privilégié des riches et acheté par Henry Flagler en 1889 (photo: Wikipedia)

Ormond Beach est une ville qui se situe a la frontière nord de Daytona Beach. En 1887, l’hôtel Ormond y est construit et est racheté par Flagler deux ans plus tard. Il décide d’agrandir l’hôtel qui voit sa capacité d’accueil grimper jusqu’à 500 personnes. Cet hôtel devient assez vite le lieu de vacances privilégié d’une population très aisée en provenance des Etats du Nord. C’est notamment pendant les vacances d’hiver que le lieu sera plébiscité par les touristes.

L’arrivée de l’automobile sur la plage

A cette époque, l’automobile n’en est encore qu’à ses débuts et est réservée à une population très aisée. Elle fait son apparition à Ormond Beach en 1902, toujours grâce à Henry Flagler qui les fait arriver par le train. Se pose alors un problème de taille. Aux Etats-Unis, il n’existait à cette époque là que quelques miles de routes goudronnées, toutes à proximité des grandes métropoles. S’il est tout de même possible de les utiliser à Daytona, les touristes qui voudraient les utiliser pour s’amuser ne pourraient exploiter toute leur puissance. C’est là que les plages d’Ormond Beach et de Daytona Beach entrent en jeu.

Avant l’arrivée de l’automobile, la population avait déjà remarqué qu’à marée basse, vous pouviez faire du vélo sur le sable sans que la roue ne s’enfonce. Si une voiture est évidemment plus lourde qu’une bicyclette, le constat est le même : elle ne s’enfonce pas dans le sable. Ni une ni deux, les autos vont débouler sur la plage et très vite, des courses vont voir le jour. Dès 1902, un journaliste de l’Automobile Magazine présent en vacances à l’hôtel Ormond note le potentiel du lieu pour y voir des courses s’y disputer.

Touristes pédalant sur la plage d’Ormond Beach en 1903 (crédit: Fine Art America)

Le « Winter Carnival » , le premier événement officiel a été organisé fin mars 1903. Partant d’Ormond Beach pour arriver à Daytona Beach, l’événement attire environ 4000 spectateurs. Des courses vont alors être organisées chaque année. En 1904, Henry Flagler construit l’Ormond Garage pour accueillir des compétiteurs mais aussi des constructeurs venant du monde entier. En effet, la plage devient une piste de test idéale pour les constructeurs automobiles. D’autant plus que de potentiels investisseurs peuvent résider à l’hôtel Ormond.

L’ère des records de vitesse terrestre

Entre 1903 et 1935, pas moins de 15 records de vitesse vont être homologués à Ormond Beach, ce qui lui vaudra le surnom de « Birthplace of Speed ». Ces records ont évidemment participé à la renommée mondiale d’Ormond et de Daytona, qui ont été témoins des incroyables avancées de l’automobile en quelques années seuleument . L’évolution entre le premier record de vitesse et le dernier effectué sur ces plages est vertigineuse.

En 1904, William K. Vanderbilt Jr dans sa Mercedes 90 qui établit le record sur un mile à 39 secondes, soit 148 km/h de moyenne (photo: Daimler)

En 1904, William K. Vanderbilt Jr avec sa Mercedes 90 établit le record de vitesse sur un mile à 39 secondes, soit 148 km/h de moyenne. En 1935, Malcolm Campbell avec sa mythique Blue Bird atteint une vitesse moyenne sur un mile de 444 km/h sur les plages de Daytona et d’Ormond. En une trentaine d’années, le record de la vitesse moyenne sur un mile a augmenté de près de 300 km/h.

Le dernier record de vitesse terrestre battu à Daytona par Malcolm Campbell en 1935

Du fait de la proximité avec les habitations en bord de mer, les constructeurs vont stopper les tests de vitesse à Daytona et Ormond dès 1935. Les records suivants sont battus aux marais salants de Bonneville dans l’Utah. Étant l’attraction principale de la ville, l’économie de Daytona aurait fortement souffert de l’arrêt de ces tests si aucune solution n’avait été trouvée. Bien décidés à conserver l’afflux de touristes débarquant chaque année à Daytona pour voir les autos rouler sur la plage, la mairie va faire appel à un promoteur local pour y organiser des courses.

Le début chaotique des courses sur plage

Sig Haugdahl, ancien pilote né en Norvège et arrivé aux Etats-Unis en 1910, va donc être chargé d’organiser des courses à Daytona. C’est notamment lui qui a dessiné le tracé mythique de Daytona avec 2 longues lignes droites dont une sur la plage et 2 virages à 180°. La première course qu’il organise à lieu le 8 mars 1936. Malheureusement pour lui, cette édition fut un désastre. La course de 78 tours a été arrêtée au bout de 75 tours. Beaucoup de voitures ne sont pas parvenues à passer le virage Nord qui permettait de sortir de la plage pour rejoindre la route.

Bien que de nombreux spectateurs étaient venus assister à la course, l’événement n’est pas rentable et la mairie, qui perdit énormément d’argent, arrêta de sponsoriser l’événement. Cette course reste cependant historique car elle marque le début officiel des courses de Stock-car.

Des images de la course inaugurale de 1936 à Daytona (crédit: Bates Family Films)

Bill France Sr est un pilote américain qui arrive à Daytona Beach en 1935 afin d’échapper à la Grande Dépression. En arrivant à Daytona, il monte un garage et prend part à quelques courses. Alors qu’il termine cinquième de l’édition de 1936, il est approché par Sig Haugdahl afin d’organiser l’édition de 1937. Puisque la mairie refuse d’organiser un autre événement, ils se tournent vers le Daytona Beach Elks Club pour sponsoriser l’événement de 1937.

Cet évènement aura donc lieu en mars 1937, connaît un succès plus important qu’en 1936. Cependant, il ne sera toujours pas rentable. Il s’agit du dernier évènement organisé par Sig Haugdahl qui confie toute l’organisation à Bill France Sr. pour les prochaines courses.

Bill France Sr et la création de la NASCAR

Plusieurs évènements par an ont lieu de 1938 à 1941. Les éditions de 1942 ont été compromises par les bombardements de Pearl Harbor. Plus aucune course n’est organisée avant 1946. Avec l’expérience qu’il a accumulée avant-guerre, Bill France sait que des changements sont nécessaires dans l’organisation des courses. En effet, de nombreux promoteurs refusaient de payer les pilotes une fois la course terminée. Malgré les bénéfices récoltés grâce à la course, les pilotes étaient souvent laissés sur le carreau par les promoteurs.

En 1947, Bill France Sr créa le National Championship Stock Car Circuit. Cependant, il n’a pas réussi à obtenir le soutien financier de l’American Automobile Association qu’il espérait. Malgré cela, le championnat est organisé et comporte 40 évènements. La plupart des circuits ont vu leur capacité maximale être dépassée par l’afflux de spectateurs voulant voir les courses. Les pilotes sont payés comme prévu, ce championnat est donc un succès.

Weekend de course à Daytona pour la NASCAR Cup Series de 1957 (la course débute à 10:55)

Lorsque le championnat se termine, Bill France réunit en décembre 1947 au Streamline Hotel de Daytona environ 40 personnes. Parmi eux, quelques-uns des meilleurs pilotes du pays, des promoteurs, des officiels et des mécaniciens. Grâce à la légitimité qu’il a acquise avec le temps, Bill France va proposer un plan. Après de nombreuses discussions, la National Association for Stock Car Auto Racing (NASCAR) est créée.

La fin des courses sur plage et la construction du Daytona International Speedway

De 1948 à 1958, les championnats organisés par la NASCAR débutent sur la plage de Daytona. Cependant, dès 1953, Bill France pensait que Daytona devait se doter d’un circuit à part entière et ce pour plusieurs raisons. La première est que le nombre de spectateurs était fortement limité par l’absence de tribunes tout autour du circuit. La deuxième est que de nombreux hôtels étaient en cours de construction sur le bord de plage.

La construction périlleuse d’un des virages du Daytona International Speedway en 1957 (credit: Daytona Beach News Journal)

En 1956, il lance la construction du Daytona International Speedway. Une arène monumentale avec une piste tri-ovale de 2,5 miles (4km). La dimension de la piste n’a pas été choisie au hasard. Bill France avait décidé d’organiser une toute nouvelle course pour inaugurer le circuit, le Daytona 500 (ou 500 miles de Daytona). La construction du circuit se termine en novembre 1957 et l’inauguration à lieu le 22 février 1959 devant plus de 40 000 spectateurs.

Les principales épreuves se déroulant à Daytona Beach

Depuis ce jour, des dizaines de courses mythiques ont eu lieu dans cette arène. Des voitures mythiques comme la Ferrari 365 ou encore la Dodge Daytona pour ne citer qu’elles, y ont roulé. Le Daytona 500 est désormais la course la plus regardée aux Etats-Unis , devant les 500 miles d’Indianapolis. Il n’y a qu’en 2021 où l’Indy 500 a réuni plus de téléspectateurs que le Daytona 500. Ceci s’explique par une interruption de la course qui a duré plus de six heures à cause de la pluie.

Daytona 500, édition 2016, la plus serrée de l’histoire (écart à l’arrivée entre le 1er et le 2e : 10 dixièmes)

L’endurance a fait son apparition à Daytona en 1962, mais la première édition des 24h de Daytona s’est déroulée en 1966. Cette épreuve fait d’ailleurs partie de la triple couronne de l’endurance (avec les 24h du Mans et les 12h de Sebring). Le Rolex 24 at Daytona (nom officiel des 24h de Daytona) est aussi un événement très populaire aux Etats-Unis et dans le monde.

Vous l’aurez compris, Daytona a une place unique dans l’histoire de l’automobile et du sport auto. Cet article traite uniquement de la relation Daytona-automobile. Cependant, il y aurait beaucoup à dire sur la place de la moto à Daytona. Elle est présente à Daytona dès les années 1900 tout comme l’automobile. Des records de vitesse sur deux roues ont été battus sur les plages d’OrmondDaytona (5 homologués). La Bike Week de Daytona, l’un des plus grands rassemblements de motards au monde, se déroule tous les ans depuis janvier 1937. Coté sport, le Daytona 200, crée à l’occasion de la première Bike Week de 1937, reste aussi un monument dans le sport mécanique.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :