Rugby

Les irréductibles Castrais

27 Janvier 2022, toute la Gaule est occupée. Toute ? Non, un petit bastion du rugby français résiste encore et toujours à l’envahisseur. Castres, 57 000 habitants, est une véritable place forte du rugby national depuis maintenant de longues années. Son club, le Castres Olympique actuellement troisième du championnat est l’une des trois seules entités (avec le Stade Toulousain et l’ASM Clermont Auvergne) à n’avoir jamais connu la relégation depuis le début de l’ère professionnelle en 1995. Pourtant Castres n’a pas les moyens de ses compères avec seulement le 10ème budget du Top 14 (22,8M€). Pour rester à un niveau de performance tel, le CO doit donc faire preuve d’intelligence, de courage, d’abnégation et surtout, il a su transformer Pierre-Fabre en une véritable citadelle imprenable.

16 matchs sans perdre à domicile

Le constat est là, le Castres Olympique n’a plus perdu dans son antre de Pierre-Fabre depuis le 22 Décembre 2020 lors d’une rencontre de championnat face au CAB.

401 jours

c’est la dernière fois que les supporters du CO ont vu leur équipe perdre sur leur terrain en championnat

Dans le rugby moderne, faire de son stade une terre difficile à prendre devient une condition sine qua none pour assurer la pérennité et la réussite d’un club, et le Castres Olympique l’a très bien compris. Dans l’histoire, plus ou moins récente, du Top 14, on retrouve une kyrielle d’exemples tous plus marquants les uns que les autres.  Le Stade Rochelais, récemment, a construit son succès sur un Marcel-Deflandre imprenable (1 défaite sur les saisons 2019-2020, 2020-2021). Toulon malgré des performances en demi-teinte ne s’est jamais réellement fait peur dans une course au maintien en 2021 (11 victoires à domicile sur les 14 au total). Et bien sûr Clermont, et son record de 77 victoires consécutives à domicile du 21 novembre 2009 au 10 mai 2014, s’inscrit comme l’équipe professionnelle indétrônable en la matière. Sur cette période l’ASMCA a fini dans le Top 4 du championnat annuellement et a ramené un titre en Auvergne. Une recette du succès sur laquelle les castrais seraient bien inspirés de s’appuyer.

Cette saison 2021-2022 est partie sur d’excellentes bases pour Castres. Le CO a gagné 7 matchs à domicile en plus d’un match nul. Il compose le trio de tête du championnat à date avec le Stade toulousain et l’Union Bordeaux-Bègles qui, comme par hasard, sont les deux autres clubs à ne pas avoir encore perdu « à la maison » cette saison. Pour parvenir à suivre le rythme effréné de ces grosses cylindrées du sud-ouest, le « petit mais puissant » club tarnais semble s’appuyer sur une potion magique dont le druide Broncan a le secret.

Les raisons du succès

Pierre Henry-Broncan, l’entraîneur du Castres Olympique a pris les rênes du club au début de l’exercice 2020-2021. Après une année de transition et d’expérience avec son groupe, Broncan a semble-t-il trouvé une formule qui marche.

L’occupation : c’est le point principal dans le plan tactique de beaucoup d’équipe dans le rugby moderne et le CO coche allègrement cette case aussi. Avant d’initier n’importe laquelle de ses actions, le club tarnais occupe le terrain. Jouer c’est bien, le faire dans le camp de l’adversaire, c’est mieux. A domicile cette saison, la moyenne du pourcentage d’occupation territoriale des bleus et blancs est de 57,25% une marque plus qu’acceptable à ce niveau-là de compétition. Il faut dire que les Castrais sont armés pour répondre par le pied, Urdapilleta, Palis et surtout Julien Dumora assurent ensemble une couverture propre du fond du terrain et repartent souvent vainqueurs dans les échanges de botteurs.

La continuité offensive : une fois que la prise de longueur du terrain est à l’avantage des Castrais, ces derniers peuvent se lancer dans des phases offensives avec de nombreux temps de conservation du ballon. Ainsi cette stratégie implique un large montant de rucks, 68,25 en moyenne par match à domicile. Pour assurer une continuité offensive le CO est donc un excellent élève dans l’exercice de la protection autour du ruck avec un pourcentage moyen de 93,4% de rucks gagnés. Ces successions de temps de jeu sont souvent éreintantes et demandent aux joueurs un gros moteur et de la puissance, des profils que l’on retrouve dans le pack castrais avec par exemple Staniforth ou Hounkpatin.

Les gamebreakers : personne qui apporte une contribution significative au succès d’une équipe. Comment ne pas penser à Nakosi et Botitu dans ces rôles-là ? Ces deux joueurs jouent à un niveau offensif stellaire depuis 1 an maintenant. Franchissements, offloads, défenseurs battus… La panoplie est complète. Et elle est nécessaire et performante car, après le travail de sape des avants et les mouvements de marée bleue incessants entre axe et largeur du terrain, le Castres Olympique se doit de faire sauter le dernier verrou des défenses qu’il affronte. C’est là que la doublette magique fidjienne intervient.

ÉquipeMètres parcourusFranchissementsDéfenseurs battusOffloads
Castres3754,25186,75
Adversaire2552,2513,54,25
Statistiques offensives moyennes de Castres et de ses adversaires sur le terrain de Pierre-Fabre en 2021 (8 matchs, à date)

La construction des attaques tarnaises est en majorité intelligente et lente. L’équipe est passée maître dans l’art « d’appuyer sur la détente » au meilleur des moments avec des combinaisons souvent létales dans les zones de marque.

Les axes d’améliorations

Pour faire la fine bouche, on peut trouver encore des points de travail tactiques et techniques à creuser pour cette équipe de Castres.

 La conquête d’abord qui n’est pas au niveau de l’élite du championnat. Si la mêlée est moyenne mais surtout performante sur introduction adverse, c’est la touche qui reste un point noir dans ce secteur. Lors de leurs 3 matchs à domicile face à des équipes prétendantes au titre (UBB, R92 et SR) la touche castraise a capté 68,9% (31/45) des ballons sur ses propres lancers tout en laissant l’adversaire s’envolé à 87,9% (29/33).

Deuxièmement le surplus de confiance. Castres a tendance à surjouer face à des équipes supposément plus faibles. Ce « surjeu » se traduit par un visible excès de confiance, les Castrais jouent plus, relancent plus, se font plus de passes mais perdent en efficacité, notamment défensive. Cette attitude frivole a pu leur jouer des mauvais tours, comme contre Brive (encore) avec un match outrageusement dominé par les castrais sur le terrain, du jeu envolé depuis leur camp, mais un score final qui sépare les deux équipes seulement d’un seul petit point (23-22). Attention donc à rester consistant dans les grands comme dans les, supposément, rendez-vous faciles.

La discipline est aussi un secteur grandement améliorable pour les Tarnais. Sur les 12 premières journées le CO a été la troisième équipe la plus pénalisée du championnat avec en moyenne 12,83 fautes sifflées par match, ce nombre s’élève à 12,875 sur les 8 matchs à domicile de Castres. On ne peut pas dire que l’équipe bénéficie d’un arbitrage maison mais plutôt qu’elle se complique la tâche ardemment.

Enfin, les Castrais, s’ils pratiquent en majorité un rugby lent et corrosif, peuvent aussi s’appliquer sur des lancements en première main. Les joueurs l’ont montré contre Clermont avec un magnifique essai de 50m composé d’une double ligne d’attaque et d’une profondeur significative. Sur cette action 7 joueurs touchent le ballon mais aucun défenseur ne parvient à effleurer un seul attaquant. Les Castrais ont les qualités techniques pour réaliser régulièrement ce genre de rugby. Un équilibre peut être trouvé avec leur style de jeu caractéristique et ainsi donner une équipe définitivement létale contre qui que ce soit.

Essai première main magnifique du Castres Olympique contre l’ASM Clermont Auvergne.
Même action, angle arrière.

La coupure des joutes européennes a eu tendance à confirmer tout le bien que les observateurs du rugby français pensent de Castres ces derniers temps. Les résultats ont été cruels mais le fond de jeu est là. Oui, le Castres Olympique est une équipe de caractère. Oui, le Castres Olympique est capable de jouer plusieurs rugby différents avec plus ou moins de réussite. Oui, le Castres Olympique n’a plus qu’à trouver un équilibre tactique pour continuer son ascension fabuleuse de 2021. Oui, le Castres Olympique est là, ça va faire mal, ça va cogner la bagarre.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :