Site icon Café Crème Sport

Draft NFL 2022 : Andrew Booth (CB), l’enfant prodige

La draft NFL 2022 se rapproche. Comme chaque année, les différentes franchises NFL vont pouvoir à tour de rôle piocher parmi les différents talents universitaires qui se présenteront. Entre le 28 et le 30 Avril prochain, dans la cité de tous les vices à Las Vegas, 250 joueurs et 32 franchises auront le bonheur de voir leur histoire basculer, pour le meilleur ou pour le pire. Car oui, la draft contient toujours son lot de surprises. Et pour appréhender au mieux tous les choix plus ou moins douteux qui seront fait ce soir-là, le CCS revient avec ses fiches personnelles sur les futures stars, les bons coups et les joueurs à suivre pour les années à venir en NFL.

Andrew Booth

Contexte 2021

Saison de toutes les déceptions pour l’un des mastodontes du College Football… Si le bilan de 10-3 reste honorable, Clemson n’aura jamais pu espérer accrocher les Playoffs NCAA après une défaite inaugurale contre Georgia. Face au futur champion, les lacunes offensives de Clemson ont été mises au grand jour, et les protégés de Dabo Swinney ne s’en sont pas relevé cette saison. La fierté des Tigers, qui ont restent tout de même parmi les meilleures équipes universitaires, a bien été la défense. Le rideau de fer emmené par Brent Venables a brillé cette saison, notamment grâce à sa paire de Cornerbacks.

37 plaquages, 3 INT, 5 Passes Défendues

Recrue phare d’un des meilleurs programmes du pays en 2019, Booth a su confirmer tout le bien que disaient les évaluateurs sur lui. Après une première année de formation, le Defensive Back a prouvé son talent en 2020 avec une saison en tant que titulaire ponctuée par un titre de 2nd Team All ACC. Loin d’être satisfait, le talent brut revient encore plus fort en 2021 et conclut sa troisième saison par un titre de 1st Team All ACC. Cette saison sera sa dernière, puisque le junior profite de sa première année d’éligibilité à la draft NFL pour franchir le pas de la grande ligue.

Forces

Changements de direction

Au vu de son profil physique imposant pour un CB (6 ft, 200 lb), Booth possède une élasticité dans le bas du corps tout bonnement rare. Sa fréquence d’appui, sa vitesse pour se retourner, son temps de réaction infinitésimal… Booth est un talent physique hors norme.

Aligné en bas de l’écran, regardez la vitesse à laquelle Booth transitionne vers l’intérieur pour suivre le tracé slant, puis se retourne pour trouver le porteur de balle. En déséquilibre et dans la mêlée, il manque son plaquage, mais là n’est pas l’intérêt de l’action. La capacité de mouvement et de réaction du joueur est surréaliste pour sa taille.

La vidéo est (volontairement) ralentie en vitesse x0.75

La fluidité du bassin est un terme qui revient souvent dans l’évaluation des CB. C’en est même, par moment, l’alpha et l’omega. L’action ci-dessus est un bon exemple d’évaluation. Toujours en bas de l’écran, Booth se retourne sans difficulté sur le tracé en profondeur et arrive à suivre son receveur sans même se retourner complètement. Pensez-y. Un joueur court à sa vitesse maximale (ou presque), pendant que l’autre est en position à moitié retourné et peut quand même le suivre. Le tout, afin de bloquer tout tracé comeback (ce qui est effectivement le tracé couru par le receveur). Une pure action de lockdown corner.

Ball Skills et Suivi du ballon

Autre qualité innée chez Andrew Booth: son bon rapport avec le ballon. Ce que les américains appellent les « ball skills ». Alors non, mesurer le rapport au ballon ce n’est pas juste regarder le nombre d’interceptions. Le nombre d’interceptions est une statistique bien trop aléatoire et fluctuante pour en faire un outil de scouting. Avoir des bons ball skills, c’est montrer la faculté à bien apprécier la trajectoire du ballon, même lorsqu’on ne le voit pas. C’est avoir la coordination entre les yeux et les mains pour réaliser l’INT ou la PBU selon la situation. C’est tout ce qui permet de jouer le ballon une fois qu’il est dans les airs.

Si on peut progresser sur cette aptitude (Marlon Humphrey est un bon exemple), il n’est pas complètement déraisonnable de dire que le rapport au ballon, on l’a… Ou on l’a pas. Andrew Booth l’a. Sur ses 3 INT en 2021, Booth montre à chaque fois sa capacité à réagir une fois que le ballon est lancé pour aller chercher son interception. Certaines INT tombent dans les mains de leur défenseur, ce n’est pas le cas ici.

Aligné en soft press en bas de l’écran, le jeune CB réussit à suivre le receveur adverse comme son ombre, mais joue dos au QB. Il sent quand même le ballon arriver et réalise une action incroyable en se retournant au bon moment pour intercepter la passe. Un exercice particulièrement difficile et qui demande des instincts qui ne s’apprennent pas. Un vrai don pour la position.

Dans le schéma défensif de Clemson, Booth a également beaucoup joué en zone, c’est à dire avec les yeux rivés sur le QB. Le rôle du CB dans un schéma en zone « classique » et de lire les yeux du passeur et de jouer les lignes de passes que celui-ci recherche. Entre autre qualités et défauts, la zone facilite les interceptions pour les défenseurs, pour peu qu’ils soient capable de lire correctement l’action qui se déroule autour d’eux. Quand c’est le cas pour Booth, cela donne ça:

Mentalité et agressivité

Andrew Booth, c’est la garantie à chaque match d’au moins une action qui fait dire « oof ». C’est un joueur athlétique et bourré de qualité, oui, mais ce qui est le plus plaisant à voir chez le jeune cornerback, c’est son attitude sur le terrain.

Le langage corporel, déjà, c’est celui d’un gamin qui s’amuse et qui adore être sur un terrain de football. Le jeu, ensuite, c’est celui d’un joueur instinctif qui profitera de chaque opportunité d’être l’agresseur. Rare sont les Cornerbacks, même en NFL, à chercher autant le contact que Booth. Qu’il s’agisse d’aller plaquer à l’autre bout du terrain, de mettre son nez dans une mêlée ou de détruire un bloqueur, Booth est votre homme.

Instincts, agressivité, rapidité d’éxécution…

Effectivement, cette recherche du big play peut amener à des ratés, et Booth affiche un taux de plaquages manqués. Son entraîneur en NFL devra canaliser cette énergie débordante pour éliminer les manqués, mais aucun Front Office ne voudrait passer à côté d’un tel mélange de talent et d’enthousiasme.

Faiblesses

Technique de press et Footwork

Pour un joueur aussi physique et intense que Booth, il est surprenant de le voir aussi peu aligné en press. La NFL raffole de CB agressifs capables d’imposer leur puissance à la ligne de scrimmage. Puisque le football américain est un jeu de timing et de précision, un Corner capable de dérégler ce timing dès le début de l’action, c’est un immense avantage.

Avec ses capacités athlétiques et son style de jeu, on s’attend à ce que Booth soit un excellent press corner. La réalité est toute autres, puisque le schéma défensif dans lequel il a évolué à Clemson ne lui a pas laissé développer cet aspect de son jeu.

Les receveurs rapides et bons coureurs de tracés pourraient donner du fil à retordre à Booth en NFL

Sur cette action, en un contre un avec un receveur rapide et vif, Booth doit attaquer ce genre de matchup là où il est avantagé: sur le physique. En laissant libre le démarrage de son receveur, il le laisse le passer trop facilement. Avec une vraie technique de press bien maîtrisé, c’est typiquement le genre d’action qu’il aurait pu éviter.

Pour finir, on remarque souvent un jeu de jambes assez mal maîtrisé chez Booth. Trop souvent il apparaît déséquilibré ou paniqué par l’action. Ses capacités athlétiques hors du commun lui permettent de dominer malgré cela en NCAA, mais l’addition sera corsée en NFL s’il ne nettoie pas ses mauvaises habitudes. Il doit garder un centre de gravité légèrement plus haut et limiter son nombre d’appui pour rester équilibré et prêt à changer de direction plus efficacement. Sinon, les bons coureurs de tracés comme Keenan Allen ou Justin Jefferson pourrait lui briser les chevilles.

Intelligence de jeu

Mon petit avis personnel, c’est que Booth est un Cornerback fait pour la couverture homme à homme. Son mélange de talent athlétique et d’attitude « alpha » en font un joueur qu’on veut voir en un contre un face aux meilleurs. Dans le schéma défensif de Brent Venables, pourtant, il s’est vu confier un rôle plus axé vers la couverture de zone. Le fait qu’il ait pu y performer convenablement atteste de sa polyvalence, mais il lui manque encore cette capacité de lecture et cette compréhension des tracés qui séparent les bons Zone Corners des excellents Zone Corners.

Booth est excellent pour sa capacité à exécuter l’action lorsqu’il la voit correctement. Il lui faudra épurer cette vision et cette connaissance du jeu pour y ajouter un élément d’anticipation, surtout si sa future équipe prévoit de le laisser en zone.

Prédiction Draft: Top 20

Une équipe qui sera intéressée: Los Angeles Chargers

Les Chargers semblent avoir d’autres besoin et peuvent regarder ailleurs pour leur premier choix. Cependant, la défense a été mauvaise dans tous les compartiments et manque cruellement d’agressivité. Avec Booth, les Bolts pourraient non seulement former un très prometteur duo avec Asante Samuel Jr, mais aussi ajouter du punch et de la ténacité à ce groupe. Et tout d’un coup, la secondary de LA, toujours dirigée par le maestro Derwin James, deviendrait beaucoup plus intimidante.

La note du CCS: Tier A

La capacité de Booth à confirmer son grand talent, perçu depuis son plus jeune âge, force le respect. Le joueur manque encore de maturité dans son jeu et il faudra être patient pour le développer correctement. Néanmoins, tous les outils, qu’ils soient physique ou mentaux, sont là pour faire d’Andrew Booth une référence à son poste d’ici la fin de son premier contrat.

Quitter la version mobile