Draft NFL

NFL Draft 2022 : Jermaine Johnson (DE), l’autre c’est moi

La draft NFL 2022 se rapproche. Comme chaque année, les différentes franchises NFL vont pouvoir à tour de rôle piocher parmi les différents talents universitaires qui se présenteront. Entre le 28 et le 30 Avril prochain, dans la cité de tous les vices à Las Vegas, 250 joueurs et 32 franchises auront le bonheur de voir leur histoire basculer, pour le meilleur ou pour le pire. Car oui, la draft contient toujours son lot de surprises. Et pour appréhender au mieux tous les choix plus ou moins douteux qui seront fait ce soir-là, le CCS revient avec ses fiches personnelles sur les futures stars, les bons coups et les joueurs à suivre pour les années à venir en NFL.

Jermaine Johnson

  • 1m96
  • 119kg
  • Reshirt Senior
  • JUCO 4 étoiles 347sports – 1er joueur national – 1er DE – 1er Minnesota

Contexte 2021

Florida State a perdu son lustre d’antan. Le temps des Cook, Winston et Ramsey semble très loin, la faculté d’état de Floride n’a remporté que 5 petits matchs cette année pour en contrepartie 7 défaites. Dans une pourtant bien faible ACC les Seminoles n’ont pas existé. Pourtant les hommes de Norvell se sont battus avec pas moins de 4 matchs perdus à une possession d’écart. Sans leader offensif, avec des QB qui changent à chaque feuille de match, difficile de faire mieux. Pourtant défensivement on peut trouver un motif de satisfaction avec Jermaine Johnson, sans lui le massacre aurait été encore plus effroyable à Tallahassee.

70 plaquages – 17,5 plaquages pour perte – 11,5 sacks

Chemin tortueux et opportunités, c’est comme ça que l’on pourrait synthétiser la carrière universitaire de Jermaine Johnson. Bon joueur de football à la sortie du lycée, Jermaine ne reçoit aucune offre de la part de grosses universités, même si d’autres facs de Division I lui montre de l’intérêt. Johnson est aussi dans l’obligation de redshirt sa première saison de par son âge s’il prend la voie classique des talentueux joueurs de foot au Etats-Unis. Mais Jermaine ne veut pas de ça et il est contacté par l’un des meilleurs établissements de Junior College (JUCO) qui lui promet, entre autre, d’être titulaire, de gagner sa place dans n’importe quelle power house et surtout une exposition médiatique avec la série Last Chance U qui débarque à Independance C.C. cette saison-là. Tout ce qui a été promis à Jermaine Johnson va se réaliser, il accroche même un statut de star et transfert à Georgia après 18 mois. Il y passera deux saisons, bonne sur le plan statistique, mais pauvre sur le plan humain, il ne gagne jamais les faveurs de Kirby Smart et décide de passer sa dernière saison ailleurs. Bien lui en a pris en posant ses valises à FSU, totalement décimée, la fac fait de lui son visage. Norvell le coach ira même jusqu’à dire : « quand un an il a accompli quelque chose de fantastique et qu’il est une pierre qui permettra de reconstruire le programme. »

Forces

Puissance et mains actives

La puissance est naturelle chez Jermaine Johnson. Rien que par son profil, on se doute que l’animal est capable de déplacer des montagnes. Ce qui est encore plus admirable, c’est que le joueur ne se contente pas de juste « rentrer dans le tas » de ses vis-à-vis, il comprend à la perfection les effets de leviers à mettre sur son adversaire avec son corps. Couplé à sa une utilisation incessantes de ses mains pour créer ce levier, se défaire de la pression adverse ou encore casser les blocks et vous obtenez un joueur qui excelle dans toutes les taches primaires d’un EDGE. Contre la course il pourra contrôler l’espace extérieur facilement et plaquer en se détachant des blocks. Contre la passe, il appliquera de la pression en collapsant la poche sur elle-même avec un jab dévastateur.

Jermaine Johnson #11 Bordeaux fait faire un demi tour à son vis-à-vis rien que par la puissance de ses mains
Pression intérieur tout en puissance de Jermaine Johnson #11 Bordeaux
Jermaine Johnson en noir face à Darian Kinnard au Senior Bowl. Le Bull rush est dévastateur.

Contres

Ce n’est pas tout, Jermaine Johnson possède dans son arsenal un nombre pléthorique de mouvements. Tout y passe, swim, spin, fake spin, rip… Lorsqu’il n’arrive pas à gagner sur son premier pas (qui est assez explosif pour son gabarit, c’est à noter) il arrivera donc toujours à trouver une solution pour aller mettre de la pression sur le quarterback adverse. Techniquement, son move le plus maitrisé et dévastateur reste le push&pull. Cette technique consiste à se servir de la force et du déséquilibre qu’applique un homme de ligne au moment de poser ses mains et de pousser sur le défenseur, pendant que ce premier pousse (push), Johnson en profite pour tirer vers l’avant et ainsi complétement détruire le centre de gravité du OL. Ce qui donne des répétitions assez hilarantes quand cela est réalisé avec la puissance de Jermaine.

Spin move de Jermaine Johnson #11 Noir face au possible Top 5 de la draft Ikem Ekwonu
Push&Pull move de Jermaine Johnson #11 Violet
Un Push&Pull de plus près de la part de Jermaine Johnson en noir.

Lectures et réactions

Jermaine Johnson n’est pas qu’une boule de muscle bête et méchante qui court tête baissée sur QB et RB. Johnson est patient, attentif et intelligent. Dans la majorité des actions, il lit avant d’agir et ne se fait pas souvent avoir par les jeux d’options ou les jeux déguisés. Sa patience se traduit aussi dans le jeu de course ou il arrive souvent à ramener le coureur vers ses coéquipiers pour des faibles gains, quand ce n’est pas lui qui s’occupe du plaquage…

Jermaine Johnson #11 Bordeaux lit et réagit immédiatement à la course pour un TFL

3 downs player

Aussi à l’aise contre la course que pour mettre de la pression, Johnson est un joueur de devoir capable d’avoir une charge de travail élevée sur l’ensemble de la rencontre. Une plus-value notable pour un joueur de sa qualité qui ne sort jamais du terrain. Son endurance et l’application qu’il met sur chaque action aide aussi.

Faiblesses

Constance sur le premier pas

Ce point peut sembler un peu tirer par les cheveux mais c’est le seul défaut mineur que je trouve chez Johnson. Il peut parfois faire preuve d’apathie au moment du snap du ballon et perdre un peu de terrain sur son adversaire direct. Pourtant, son premier pas est rapide et explosif comme décrit précédemment. Le problème est plus dans la concentration et probablement le temps de réaction intrinsèque au joueur. A suivre.

Plafond presque atteint

Les fondamentaux et la technique sont déjà bien présents chez Jermaine Johnson. Le joueur est aussi déjà bien âgé. S’il est prêt à jouer en NFL, la marge de progression ne parait pas épaisse, un plafond de verre qui pourrait ne jamais être brisé. Un point qui pourrait le faire reculer un peu à la draft comparé aux monstres athlétiques encore « modulables » par des coachs avides de développer « leur » joueur.

Prédiction draft : premier tour (5-25)

Une équipe qui sera intéressée : Philadelphia Eagles

Avec 3 choix aux premiers tours, les Eagles sont en excellente position à l’aube de la draft 2022. Si leurs postes préférentiels sur leurs 2 premiers choix leurs permettraient de choisir des prospects « générationnels » sur les positions de CB, de WR ou de LB, leur dernier choix, le 19, serait une merveille pour sélectionner Jermaine Johnson. Un joueur plug and play qui viendrait remplacer un Barnett poste pour poste et qui permettrait à l’équipe de rester compétitive pour retourner en playoffs pour la deuxième année consécutive.

La note du CCS : Tier S

Oui, Jermaine Johnson a probablement atteint une limite déjà dans sa progression, mais son niveau de jeu actuel, son plancher, devrait lui suffire (plus que largement) pour être pris au premier tour. A la manière d’un Jaelan Phillips l’an dernier, il s’accommodera à n’importe quel système et performera immédiatement. Ses qualités physiques et techniques lui assurent (hormis blessures) une carrière longue dans la ligue, un vrai joueur « col bleu » qui se dévouera corps et âme pour une franchise, avec des résultats prolifiques à la clé, pour l’équipe comme pour le joueur.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :